Global Statistics

All countries
551,682,658
Confirmed
Updated on June 30, 2022 3:24 am
All countries
524,584,968
Recovered
Updated on June 30, 2022 3:24 am
All countries
6,356,166
Deaths
Updated on June 30, 2022 3:24 am

Hernie cervicale : causes, symptômes, risques et traitements 

La hernie cervicale touche la colonne vertébrale, les disques intervertébraux cervicaux. Elle se manifeste par des douleurs vives un peu partout sur le corps. Le traitement est fonction du niveau de sévérité de l’atteinte. Qu’est-ce qu’une une hernie cervicale ? Quels sont les causes et principaux symptômes associés à cette pathologie ? Comment se déroulent le diagnostic et la prise en charge de la hernie cervicale ?

Hernie cervicale : définition

Hernie discale vertébrale  – © Crédit : informationhospitaliere.com
Hernie discale vertébrale – © Crédit : informationhospitaliere.com

Encore appelée hernie discale cervicale, la hernie cervicale est une forme de hernie discale qu’on rencontre très rarement. Elle se reconnaît grâce à sa localisation dans la zone cervicale. La zone cervicale ou région cervicale désigne la partie de la colonne vertébrale qui se situe dans le cou.

Autrement dit, la hernie cervicale correspond au glissement ou déplacement du disque intervertébral cervical, qui se trouve normalement entre les vertèbres, pour un lieu ne lui correspondant pas.

En effet, les tissus présents entre les os de la colonne vertébrale correspondent aux disques intervertébraux. Ils sont constitués d’un élément mou à texture gélatineuse, qui est le noyau, et sont protégés par une couche très solide.

Les disques intervertébraux ainsi que leurs composants, forment une articulation entre chacun des os de la colonne, ce qui assure leur immobilité. Lorsque la couche protectrice du disque est endommagée, le noyau, c’est-à-dire la substance molle qu’il protégeait trouve la possibilité de quitter son lieu habituel pour aller vers l’extérieur, ce qui fait glisser le disque : on parle alors de la hernie cervicale.

On retrouve la hernie molle sur les jeunes sujets et la hernie dure sur les sujets âgés.

Hernie cervicale : causes de la pathologie

Plusieurs facteurs sont à l’origine du déplacement du disque intervertébral cervical. Il y a notamment les traumatismes (choc) et les affections de la colonne vertébrale (arthrose).

L’arthrose

L’arthrose est l’une des premières causes d’une hernie cervicale. Elle correspond à l’affaiblissement des articulations des os, ce qui facilite l’anomalie du glissement du disque intervertébral cervical.

Un choc sévère

Hormis l’arthrose, la hernie cervicale peut être également causée par un choc sévère. Le choc peut être dû à une mauvaise et dangereuse chute, ou un accident grave qui favorise le glissement du disque intervertébral, provoquant ainsi la hernie cervicale.

Les anomalies génétiques

Une anomalie génétique au niveau de la colonne vertébrale peut aussi faire partie des causes de la hernie cervicale. Lorsque le sujet est né avec ce déplacement du disque intervertébral, il ne peut que souffrir de la hernie cervicale.

Une faiblesse des muscles du cou

Les muscles du cou doivent être assez solides pour ne craindre aucun glissement. Lorsque ces muscles souffrent d’une faiblesse, ils peuvent facilement conduire à la hernie cervicale.

L’âge

L’un des facteurs qu’on retrouve souvent dans le cadre de la hernie cervicale est l’âge. Plus on prend de l’âge, plus les disques de la colonne vertébrale vieillissent, se déshydratent, perdent leur élasticité et leur souplesse. La couche protectrice peut donc se déchirer facilement, puisqu’elle est très fragile.

Une forte sollicitation physique

Lorsque vous êtes habitué à faire plusieurs mouvements, de façon répétée, qui sollicitent la colonne vertébrale (telle qu’une rotation de la colonne ou posture cambrée), ou que vous soulevez des charges lourdes durant plusieurs années, cela peut avoir des répercussions sur votre colonne vertébrale et conduire à la hernie cervicale.

Hernie cervicale : quels sont les différents symptômes ?

Une personne atteinte de la hernie cervicale peut être asymptotique, mais aussi symptomatique. Lorsqu’il y a des symptômes, cela signifie que plusieurs nerfs ont été compressés par le disque intervertébral qui s’est déplacé.

Les premiers symptômes sont des douleurs sur divers membres du corps. Ces douleurs sont brûlantes, profondes, vives, aiguës, continues ou diffuses chez le patient. La douleur associée à la hernie cervicale peut survenir, de manière brusque ou lente, par une sensation de déchirure ou de claquement dans la colonne vertébrale. Les autres symptômes remarqués sont :

  • Des difficultés à faire des mouvements de la tête ;
  • De l’engourdissement ;
  • Des douleurs ou raideurs au niveau de la nuque ;
  • Des douleurs dans le dos pouvant aller jusqu’aux jambes ;
  • Des douleurs au niveau de l’épaule ;
  • De la migraine ou des maux de tête ;
  • Des douleurs au niveau du cou ;
  • Des douleurs au niveau des deux mains, au niveau des bras ;
  • Des fourmillements dans les bras.

Lorsque la hernie cervicale atteint un stade grave, elle se manifeste par :

  • Une paralysie partielle ou totale des bras ou des jambes ou des deux membres à la fois ;
  • Une irritation et une inflammation du nerf, provoquant par la suite une névralgie cervico-brachiale : celle-ci estcaractérisée par des toux, de la défécation et des éternuements.

Comment poser le diagnostic pour la hernie cervicale ?

Le diagnostic de la hernie cervicale est posé suivant deux étapes :

L’interrogatoire

Ici, le médecin va chercher à savoir de quoi vous souffrez exactement en vous posant des questions, notamment sur les douleurs que vous ressentez. Il s’informera également sur les causes possibles, les traitements que vous avez eu à faire et leur efficacité.

Les examens

Le diagnostic de la hernie cervicale est fait par un médecin généraliste et prend en compte l’examen clinique complet de la colonne vertébrale, du cou et des autres membres (bras et membres inférieurs) qui font souffrir le malade.

Le médecin va ensuite évaluer la flexibilité, la réaction des mouvements et vérifier s’il y a la présence de certains signes qui montrent que les racines des nerfs ou de la moelle épinière sont touchées par une hernie discale.

Le médecin peut également prescrire un examen radiologique, comme une radiographie ou un examen d’imagerie par résonance magnétique (IRM) de la zone cervicale. Cela permettra de confirmer le diagnostic de la maladie.

Quel est le traitement adapté à la hernie cervicale ?

Le traitement dans le cadre d’une hernie cervicale doit être basé sur la réparation ou l’élimination de la cause même du mâle. Ici, c’est la compression d’un nerf qui est la cause des symptômes.

Le traitement par la kinésithérapie

Lorsqu’il s’agit d’une hernie cervicale moins grave, des séances de kinésithérapie pour la rééducation permettent de soulager le patient, en ce qui concerne le recouvrement de la souplesse du cou et de la solidité des muscles.

Les traitements naturels

En dehors de la kinésithérapie, la hernie cervicale peut se guérir de façon naturelle et simple. Il s’agit essentiellement de réduire les inflammations, en faisant une alternance du chaud et du froid sur la partie concernée.

Il faut aussi penser à se reposer, à ne pas adopter des positions douloureuses, à utiliser des remèdes faits maison (curcuma), à marcher souvent, à faire des massages du cou et des épaules, à faire des étirements souples, à s’hydrater avec 1 à 3 litres d’eau par jour.

Le traitement par des techniques

Les techniques de l’acupuncture, de l’ostéopathie et de la chiropraxie sont aussi efficaces pour lutter contre la douleur causée par la hernie cervicale.  

Le traitement médical

Un traitement médical peut être également envisagé. Il va consister à éliminer la douleur ressentie par le patient. Dans la plupart des cas, des médicaments de types anti-inflammatoires, antalgiques (antidouleurs), myorelaxants (pour décontracter les muscles) sont indiqués. À cet effet, les médicaments tels que : le paracétamol, le kétoprofène, la codéine, et les corticoïdes sont efficaces.

Le traitement chirurgical

Dans les cas les plus graves, c’est-à-dire lorsque la hernie cervicale rend invalide, une intervention chirurgicale d’urgence doit être faite pour empêcher que les nerfs s’abîment de plus en plus. On peut aussi faire recours à l’intervention chirurgicale, lorsque le traitement médical n’a pas porté ses fruits comme il le faut.

La chirurgie n’est pas faite dans le but de réparer les lésions du disque, mais pour réparer partiellement ou totalement les problèmes neurologiques à la base de la hernie cervicale.

La chirurgie dans le cadre de la hernie cervicale dure entre 45 minutes et 2 heures, sous anesthésie générale. Le but de cette intervention chirurgicale est de retirer le disque qui s’est déplacé. Une fois enlevé, on le remplace par une greffe d’os ou carrément une prothèse artificielle ou une plaque métallique. Il va falloir attendre jusqu’à 6 semaines, sans solliciter la colonne vertébrale, pour obtenir guérison.

Pour retirer la hernie cervicale par voie chirurgicale, on peut procéder par deux techniques :

La chirurgie par voie antérieure en trans-discale

Cette technique est la plus utilisée et nécessite la réalisation d’une arthrodèse. Elle permetde limiter le développement de la pathologie et de rétablir la hauteur de la discale. La chirurgie par voie antérieure en trans-discale consiste à effectuer une légère incision dans le cou.

La chirurgie par voie postérieure

Très peu utilisée en chirurgie courante, l’arthrodèse par voie postérieure est pratiquée pour réduire les douleurs lombaires chez la personne souffrante. 

Vous aimerez aussi :

Related Articles