Accueil Bien-être Homéopathie : principes, caractéristiques et bienfaits

Homéopathie : principes, caractéristiques et bienfaits

0

Bien que la médecine conventionnelle ait fait ses preuves, il existe des personnes qui n’en veulent pas. Pour ces types de personnes, la meilleure option est la médecine douce, plus précisément l’homéopathie. De quoi s’agit-il ? En quoi consiste l’homéopathie ? Possède-t-elle des bienfaits ? Focus !

Généralités sur l’homéopathie

Créée par Hippocrate 300 ans avec Jésus-Christ, l’homéopathie a pris sa forme actuelle au XVIIIe siècle. Revisitée et mise au point par Samuel Hahnemann, cette méthode médicale connaît un franc succès dans le monde d’aujourd’hui.

Le médecin chercheur allemand publie son premier traité à propos de l’homéopathie en 1976. Cependant, il a fallu attendre l’an 1830 pour que le docteur français Sébastien Des Guidi s’y intéresse. Il va donc rédiger une lettre à tous les médecins français afin de promulguer cette méthode médicale douce.

Ainsi, la France devient le premier pays à vraiment s’intéresser à une nouvelle manière de guérir des affections. Cette prise de conscience s’est perpétrée durant des décennies. Cela reste encore d’actualité, car le leader de l’industrie homéopathique est d’origine française.

Par définition, l’homéopathie est une technique thérapeutique qui s’oppose à l’allopathie. Cette dernière est une méthode consistant à traiter les maladies par les contraires. Il en ressort donc que l’homéopathie consiste à traiter les affections par les semblables.

Cette explication se retrouve aussi dans le sens du mot en grec. En effet, le mot « homéopathie » provient des mots grecs « homoios » (semblable) et « pathos » (maladie). Ce qui signifie que cette forme de médecine douce repose sur un traitement à l’aide de facteurs semblables aux maladies à combattre.

D’une manière globale, l’homéopathie s’intéresse au malade de manière entière. Autrement dit, elle ne s’occupe pas uniquement de ses traits caractéristiques, mais aussi des symptômes.

Cette méthode médicale consiste à rétablir un déséquilibre entre les affections et les signes cliniques. Ainsi, l’homéopathe se donne pour mission de rééquilibrer l’organisme en profondeur et non de traiter les symptômes uniquement.

Bon à savoir : reconnue en France depuis 1965, l’homéopathie fait partie intégrante de la pharmacopée française.

Homéopathie : quels en sont les grands principes ?

L’homéopathie se base sur trois grands principes. Il s’agit du principe de la similitude, de la loi de l’individualisation et du principe de la dilution infinitésimale.

Principe de la similitude

Étant le principal pilier de cette forme de médecine, le principe de la similitude promulgue la guérison du mal par le mal. Il provient de l’adage d’Hippocrate disant : « Similia Similibus curentur ».  Cela veut dire qu’une substance administrée pour provoquer des symptômes chez un individu sain combattrait les mêmes symptômes chez une personne malade.

Par contre, chez un malade, la dose administrée doit être petite. Ce principe ne découle pas uniquement d’une logique littéraire ou de calculs mathématiques. Il est le fruit d’une observation clinique et expérimentale.

Loi de l’individualisation

Cette règle consiste à prendre en compte les traits individuels du malade. En effet, chaque individu réagit différemment en fonction de sa constitution physique et organique. Ce qui sous-entend que l’individu est le sujet du traitement et non la maladie seule.

Principe de la dilution infinitésimale

Cette base est mise en place par le docteur allemand Hahnemann. Selon lui, lorsque les substances toxiques sont diluées, le principe actif est perdu. De ce fait, ce principe consiste à secouer la solution à plusieurs reprises pour obtenir un remède. Il faut préciser que la dilution est obligatoire pour obtenir l’innocuité de la thérapeutique homéopathique.

Comment fonctionne l’homéopathie ?

En tenant compte des trois principes de l’homéopathie, il est aisé de comprendre que les concepteurs de cette médecine douce comptent sur la capacité d’autoguérison du corps humain. Pour le docteur Hahnemann, il est préférable de stimuler le processus d’autoguérison du corps que de combattre la maladie.

Il en ressort donc que l’homéopathie déclenche ce processus naturel. Pour atteindre l’objectif prévu, l’homéopathe doit avoir des informations sur le patient et les symptômes ressentis. Toutes ces données sont recueillies au cours de la consultation en homéopathie.  

Par exemple, deux personnes atteintes de la même maladie n’ont pas le même traitement homéopathique. Chacun d’eux obtient un traitement basé sur les symptômes et leurs caractéristiques individuelles. L’autre facteur déterminant est l’ensemble des caractéristiques d’expression des symptômes.

Pour ce qui est des mécanismes d’action de l’homéopathie, ils ne sont pas encore bien expliqués. Par contre, certaines études scientifiques démontrent l’intérêt de cette technique médicale dans le processus de certaines affections. Cependant, elles ne prouvent pas une conclusion claire et efficace de cette méthode.

Cette situation donne naissance à une controverse. En effet, les détracteurs de cette forme de médecine comparent ses effets à celui du placebo. Selon eux, la dilution extrême des médicaments homéopathiques n’augmente pas leur efficacité.

Pour étayer leur hypothèse, ils s’appuient sur le calcul d’Avogadro. Ce dernier stipule qu’une préparation ne contient plus de substances actives dès qu’elle est diluée plus de 12 fois au 1/100.

De toutes ces démonstrations, il est certain que l’homéopathie ne peut être utilisée en remplacement d’un traitement médical. Elle peut servir d’alternative d’accompagnement pour un soulagement rapide et naturel des symptômes ressentis. Pour cette raison, il est préférable de consulter un médecin en cas de malaise.

Quels sont les bienfaits de l’homéopathie ?

Les avantages à utiliser l’homéopathie sont nombreux. Ses bienfaits peuvent être scindés en deux catégories à savoir : les bienfaits principaux et les bienfaits secondaires.

Bienfaits principaux

L’homéopathie est principalement utilisée pour :

  • mieux dormir ;
  • combattre le rhume ;
  • perdre du poids.

Pour ce qui est d’une bonne qualité de sommeil, l’homéopathie s’est révélée très efficace. En effet, grâce à des études, il est prouvé que cette médecine douce impacte l’insomnie sévère. Ces points positifs sont l’amélioration de la latence et de la durée du sommeil. En outre, une réduction significative du nombre de réveils est remarquable.

En ce qui concerne le traitement du rhume, l’homéopathie offre plusieurs pistes de traitement. En effet, le traitement est administré en fonction des troubles remarquables et de leurs caractéristiques. En guise d’exemple, pour les éternuements et le nez bouché, il faut du Nux vomica 5 CH. Pour un nez qui démange, il est recommandé du Cina maritima 5 CH.

La remarque est que le dosage est fixe tandis que les solutions sont variables. En cas de fièvre due à de la grippe, l’homéopathie peut s’avérer performante dans la réduction du symptôme. En plus, cette technique médicale limite le besoin en médicaments.

Quant à la perte de poids, l’homéopathie agit sur le surpoids grâce à son effet drainant. Le principal symptôme impacté par cette forme de médecine douce est le constant besoin de manger. Grâce à cet atout, le grignotage entre les repas est réduit.

Bienfaits secondaires de l’homéopathie

Outre les avantages principaux de l’homéopathie, il existe d’autres bienfaits intéressants. Il s’agit de :

  • l’amoindrissement des symptômes de la fibromyalgie ;
  • l’amélioration des signes cliniques du reflux gastro-œsophagien ;
  • la réduction des effets secondaires associés à traitement contre le cancer ;
  • le soulagement des enfants souffrant de la diarrhée ;
  • le soulagement des symptômes de l’arthrose.

Outre cette liste, l’homéopathie contribue aux soulagements de plusieurs maux. En effet, elle réduit les signes cliniques de l’asthme chronique. Le temps de grippe est amoindri grâce à cette technique médicale atypique. Les douleurs dentaires à la suite d’une chirurgie sont calmées. Les symptômes de la ménopause et du syndrome prémenstruel sont diminués.

Grâce à l’homéopathie, les personnes atteintes du sida sont soulagées des différents symptômes. Les signes de dépression et d’anxiété sont aussi évités avec cette forme de médecine. Mieux, elle joue un rôle préventif contre les migraines et les céphalées. Sur le plan esthétique, cette technique favorise l’élimination de l’eczéma au visage.

Bon à savoir : l’homéopathie participe au rétablissement postopératoire des fonctions de l’intestin.

Homéopathie : les autres choses importantes à savoir

Malgré les bénéfices de l’homéopathie, il faut faire un choix pertinent de son praticien pour en profiter. Il faut aussi suivre les contre-indications. Par ailleurs, l’importance de consulter un homéopathe réside dans la détermination de la cause du problème.

Tout comme un médecin classique, l’homéopathe se charge d’ausculter son patient afin de lui prescrire le traitement adéquat. Ce spécialiste peut aider dans le traitement de plusieurs maux. Cependant, dans le cas d’un cancer, il ne peut produire que des soins d’accompagnement.

Comment choisir son homéopathe ?

Tout comme les médecins classiques, l’homéopathe est un homme ou une femme qui a suivi un cursus complet de médecine conventionnelle. La différence est qu’il a aussi suivi une formation de 3 ans en homéopathie. Il peut suivre cet enseignement dans une faculté ou dans un centre privé.

Cependant, l’homéopathe idéal peut ne pas provenir du monde médical. Il peut s’agir d’une personne ayant suivi une formation répondant à la norme européenne Afnor. À ce titre, les thérapeutes, les dentistes et les sages-femmes peuvent être aussi des homéopathes.

Quelles sont les contre-indications de l’homéopathie ?

A priori, il n’existe aucune contre-indication à l’homéopathie. Tout le monde peut y avoir accès, même le nourrisson et la femme enceinte. À ce propos, l’homéopathe peut suivre une patiente enceinte à toutes les étapes même dans la salle d’accouchement. Toutefois, il est essentiel que le spécialiste sache qu’il est de sa responsabilité de choisir le traitement approprié à chaque patient.

Basée sur l’usage d’arguments similaires au mal pour éliminer le mal, l’homéopathie a conquis des milliers de personnes. En plus d’être douce, elle permet au corps de progresser et de lutter naturellement contre les maux. Aujourd’hui acceptée par de nombreux organismes de santé, cette technique médicale bénéficie d’un accompagnement de la part des firmes d’assurance.