Global Statistics

All countries
592,487,828
Confirmed
Updated on August 11, 2022 4:23 am
All countries
562,577,689
Recovered
Updated on August 11, 2022 4:23 am
All countries
6,446,278
Deaths
Updated on August 11, 2022 4:23 am

Hyperglycémie : Comment traiter l’augmentation du taux sanguin de sucre?

L’hyperglycémie est généralement présentée comme un trouble biochimique et métabolique. C’est une pathologie, caractérisée par une hausse du taux de glucose dans le sang. Ceci se produit de façon anormale et peut être ponctuel ou, durer dans le temps (la forme chronique). La pathologie peut donc se manifester à la suite d’un repas copieux, sucré. C’est justement le cas des personnes souffrant du diabète.

L’hyperglycémie peut passer inaperçu en fonction de sa durée courte, de son stade d’avancement et même de sa cause. C’est un mal qui affecte plusieurs personnes dans le monde et peut entraîner de graves conséquences sanitaires, à court et à long terme. Quelles sont les conséquences d’une hyperglycémie et comment traiter cette hausse du taux de glucose dans le sang ?

Généralités sur l’hyperglycémie

Qu’est-ce que l’hyperglycémie ?

Tout d’abord, le terme glycémie correspond au taux de sucre dans le sang. La vérification de son taux de glycémie se fait, à partir d’une prise de sang ou d’une goutte de sang capillaire. Cliniquement, la glycémie à jeun doit être comprise entre 0.7 et 1,10 g/l de sang. Du coup, lorsqu’elle dépasse ces prescriptions, il est question d’hyperglycémie. Cette dernière correspond à un taux de glucose dans le sang, supérieur à ses valeurs normales.

Ainsi définie, elle est caractérisée par un taux de sucre dans le sang supérieur à :

  • 7 mmol par litre de sang à jeun et/ou ;
  • 11,1 mmol par litre de sang, 2h après un repas.

Autrement dit, elle est caractérisée par une glycémie, dépassant l’objectif fixé avec le médecin selon le contexte.

Il faut préciser que, la glycémie varie en fonction de l’alimentation et de la pratique d’activités physiques. En effet, le taux de glycémie peut augmenter, suite à la consommation d’un aliment. Cependant, malgré l’augmentation, ce taux doit rester inférieur à 1.40 grammes par litre de sang, après deux heures de temps.

Mécanisme de régulation de la glycémie

Différentes teneurs de sucre dans le sang – © Crédit : informationhospitaliere.com

En effet, chaque organisme a, en son sein, plusieurs systèmes pour réguler la glycémie, afin de n’être ni dans l’hypoglycémie, ni dans l’hyperglycémie. Entre autres, on a :

  • Le glucagon: sécrété par le pancréas, il est une hormone qui agit pour élever le taux de glycémie ;
  • L’insuline : qui demeure la fondamentale hormone hypoglycémiante de l’organisme, est sécrétée par le pancréas et réduit la glycémie.

Il y également d’autres hormones comme l’hormone de croissance ou l’adrénaline, quiagissent en augmentant la glycémie.

Les personnes à risques d’hyperglycémie

Les personnes qui risquent de contracter rapidement l’hyperglycémie sont surtout celles âgées de 55-74 ans. On note chez elles, une fréquence d’hyperglycémie à jeun de 9,5 %. Ensuite viennent, celles âgées de 30-54 ans avec 5,2 % puis, celles âgées de 18-29 ans, avec 1,5 % de fréquence.

De plus, il est remarqué que le risque d’hyperglycémie est deux fois plus élevé chez les hommes que, chez les femmes. En effet, les statistiques montrent deux hommes affectés pour une femme. Autrement dit, les hommes font 2/3 des personnes atteintes, quelle que soit la tranche d’âge.

Par ailleurs, les personnes ayant un diabète de type 1 ou un diabète de type 2, sont prédisposées à avoir l’hyperglycémie. Ces prédispositions sont surtout génétiques et, peuvent être associées dans certains cas, à un facteur de comorbidité. Il s’agit en l’occurrence :

Quelles sont les causes de cette maladie ?

L’hyperglycémie surgit en fonction d’un bon nombre d’éléments, à la fois physiologiques, génétiques, alimentaires et autres. Ces éléments favorisent l’augmentation anormale de la glycémie, qui devient supérieure à 1.10 g/l de sang. Cette augmentation anormale du taux sanguin de glucose peut être ponctuelle ou chronique.

L’hyperglycémie est ponctuelle, quand elle apparaît suite à la prise de repas hyper-riches en glucides. Dans le cas où elle surgit de façon répétitive ou chronique, l’alimentation riche en glucides n’en est plus la seule cause. En effet, la forme chronique est souvent caractérisée par une défaillance de régulation insulinique de la glycémie.

Dans le cadre des mécanismes physiopathologiques, les causes de l’hyperglycémie sont multiples. Elle apparaît lorsque, la quantité de sucre présente dans le sang est abondante ou inefficace. En effet, le glucose, au lieu d’aller vers les cellules, s’accumule alors dans le sang. Pour rappel, les cellules se nourrissent principalement de glucose ou à défaut, de corps cétoniques qui leur fournissent de l’énergie.

Ainsi, l’hyperglycémie apparaît quand le sucre (glucose) n’est pas utilisé par les cellules. La raison peut être, un dysfonctionnement ou une abondance de sucre dans le sang, dont les cellules n’ont pas besoin. La conséquence est que ce sucre non utilisé par les cellules, reste dans le sang. C’est ainsi qu’il y a hyperglycémie encore appelée, taux élevé de sucre dans le sang.

Ce phénomène est courant et récurrent, chez les personnes souffrant de diabète. Leur cas est particulier avec des causes diverses. En effet, les crises d’hyperglycémie chez un sujet diabétique peuvent être causées par les éléments suivants :

  • Être affecté par une maladie infectieuse avec ou sans fièvre ;
  • Prendre une dose insuffisante d’insuline ;
  • Oublier de faire une injection d’insuline au moment approprié ;
  • Modifier la technique d’injection ou le site d’injection (bras, cuisse, etc.) ;
  • Avoir une mauvaise conservation ou préparation de l’insuline ;
  • Oublier des médicaments antidiabétiques oraux ;
  • Être sous un traitement antidiabétique inadapté ;
  • Avoir un apport de glucides excessif ;
  • Prendre certains médicaments tels que les cortisones ;
  • Manquer ou réduire la pratique d’activité physique ;
  • Avoir un stress psychologique dans le cas d’un deuil, d’une rupture, de la perte d’un emploi, etc. ;
  • Avoir été en hypoglycémie dans les heures précédentes.

Quels sont les symptômes de l’hyperglycémie ?

Les symptômes apparaissent habituellement, dès le moment où le taux de glycémie dépasse 12 mmol/L dans le sang. Chez la plupart des personnes, les épisodes d’hyperglycémie peuvent se passer sans qu’elles n’aient aucun symptôme. Dans ces cas, les personnes affectées ne s’aperçoivent pas du fait qu’elles soient diabétiques ou pas. L’hyperglycémie est donc asymptomatique. Cette phase asymptomatique intervient particulièrement, au début de la maladie ou, lorsqu’elle reste modérée.

Cependant, certains sujets présentent sur plusieurs jours voire plusieurs semaines, des symptômes. Ces symptômes se manifestent dès que le taux de glycémie atteint un certain niveau conséquemment élevé. Il s’agit principalement des symptômes suivants :

  • Fatigue, somnolence ;
  • Des urines abondantes ;
  • Une soif intense et non calmée par la prise de boissons ;
  • Une sensation de langue sèche ;
  • Un appétit démesuré ;
  • Une perte de poids inexpliquée (en cas d’hyperglycémie chronique) ;
  • Des crampes, des nausées et des douleurs abdominales ;
  • Une irritabilité ;
  • Des vertiges, malaises et étourdissements ;
  • Des mycoses (infections dues à des champignons), par exemple des mycoses vaginales ;
  • En cas de plaie, des problèmes de cicatrisation ;
  • Des troubles de la vue.

Dès l’apparition de ces signes, un contrôle immédiat du taux de glycémie doit être effectué. De plus, il faille aussi consulter en urgence votre médecin. En effet, ces signes doivent alerter et ils nécessitent l’intervention d’un médecin. Il est primordial d’éviter toutes formes d’automédication si, vous n’êtes pas une personne avertie sur ces cas.

Comment l’hyperglycémie peut-elle évoluer ?

L’hyperglycémie, une fois qu’elle attaque ses sujets, peut empirer leur état. Elle devient souvent sévère, associée à d’autres symptômes si, elle n’est pas prise en charge et, peut causer des dommages.

Ce mal peut devenir chronique, répétitif, sur le long terme. Il pourrait aggraver les risques d’atteintes des différents organes et membres de l’homme (cœur, cerveau, yeux, nerfs, reins, pieds, etc.). Lorsque les crises d’hyperglycémie deviennent répétitives, elles déclenchent le développement d’un diabète de type 2. Cette conséquence d’évolution n’affecte que les personnes non diabétiques.

Quant aux personnes déjà diabétiques de type 1, les crises répétées d’hyperglycémie augmentent le risque d’évolution des complications du diabète. En effet, ces complications peuvent affecter les fonctions de plusieurs systèmes de l’organisme. Il s’agit des systèmes : oculaire, neurologique, rénale, cardiovasculaire et immunitaire, avec le développement de plusieurs maladies infectieuses.

Il existe aussi un risque de perte de connaissance et de coma (coma hyperglycémique), dans le cas où l’hyperglycémie s’aggrave. C’est en cela qu’il faille traiter ou prévenir l’hyperglycémie, en maintenant un bon équilibre glycémique.

Comment peut-on prévenir l’état d’hyperglycémie ?

Plusieurs mesures sont recommandées dans le cadre de la prévention de ce mal. Il s’agit notamment de :

  • La réalisation des autocontrôles du taux de glycémie dans le sang ;
  • Le suivi rigoureux de votre traitement antidiabétique, comme prescrit par votre médecin ;
  • L’hydratation quotidienne ;
  • La pratique d’une activité physique régulière et adaptée ;
  • L’intégration dans ses habitudes d’une alimentation équilibrée.

Quel examen diagnostic pour l’hyperglycémie ?

Dès l’apparition des symptômes d’hyperglycémie, un examen clinique doit être effectué, pour connaître le taux de la glycémie. Cet examen clinique peut être effectué par différentes méthodes. Il s’agit notamment :

  • D’un autocontrôle du taux de la glycémie, chez les personnes souffrant du diabète (glycémie capillaire) ;
  • D’une bandelette urinaire ou une analyse d’urine, pour détecter le taux de présence de glucose dans les urines. Cette méthode est appelée la glycosurie ;
  • D’un dosage des corps cétoniques, dans le sang (cétonémie) et dans les urines (cétonurie). Cela est primordial pour détecter toute complication associée à l’hyperglycémie. En effet, la présence de corps cétoniques dans les urines ou le sang, constitue un critère de gravité de l’hyperglycémie. Elle nécessite donc habituellement une prise en charge médicale immédiate, pour mieux détecter la source de l’hyperglycémie ;
  • D’une prise de sang à jeun, pour déterminer le taux de glycémie de la personne.

Il existe également l’hyperglycémie néonatale. Elle est basée sur la détection d’une hyperglycémie chez le nouveau-né. Elle est souvent liée à des perfusions de glucose, administrées assez tôt chez les nourrissons hypotrophes. Autrement dit, il s’agit des perfusions administrées aux nourrissons, dont le poids et/ou la taille sont inférieurs à la normale. Il y a aussi les nourrissons qui ont été soumis à un stress tel que :

  • La chirurgie ;
  • Le défaut d’oxygénation ;
  • Le syndrome de détresse respiratoire ;
  • Le sepsis ;
  • Etc. ;

En ce qui concerne les personnes non diabétiques, l’apparition des symptômes répétés d’hyperglycémie, doit les amener à faire un contrôle. Il s‘agit d’un contrôle clinique, qui consistera à effectuer un dépistage du diabète. Cela se fait en mesurant à maintes reprises, le taux de glycémie à jeun. Elles peuvent également effectuer le dépistage, en réalisant une hyperglycémie provoquée par voie orale. Ces actions doivent se faire sous contrôle médical.

Quant aux sujets diabétiques, ils doivent contacter rapidement leur médecin, pour tous symptômes similaires à une hyperglycémie ponctuelle ou chronique. Ils doivent également notifier leurs circonstances de survenue.

Dans tous les cas, les valeurs obtenues nécessitent d’être contrôlées une deuxième fois. Cela permet d’exclure toute erreur de technique de prélèvement et, de confirmer le diagnostic. Une fois le diagnostic confirmé, un traitement approprié doit être suivi. Il peut être ajusté au besoin selon les cas, l’évolution ou la persistance du mal, ainsi que la réponse du patient au traitement.

Comment traite-t-on l’hyperglycémie ?

Lorsqu’il s’agit d’une hyperglycémie ponctuelle chez une personne en bonne santé et non diabétique, le mal est passager. En effet, le taux de glucose dans le sang redevient normal spontanément, au bout d’un moment (quelques heures). Ce cas ne nécessite ni intervention médicale ou médicamenteuse, ni une prise en charge par un médecin.

Cependant, si l’hyperglycémie persiste, une analyse médicale doit être effectuée pour détecter le diabète. Ce bilan permet au patient de connaître son état de santé. Ainsi, il pourra commencer au plus tôt le traitement antidiabétique adéquat.

Lorsqu’il s’agit des sujets diabétiques, la détection d’hyperglycémies répétées ou évolutives, doit amener à revoir la prise en charge du diabète. Cela peut se faire en :

  • Ajustant les doses de l’insulinothérapie ou le traitement par les médicaments antidiabétiques oraux ;
  • Surveillant l’alimentation, pour éviter certains écarts alimentaires qui provoquent une augmentation de la glycémie ;
  • Pratiquant une activité physique régulière.

En ce qui concerne l’hyperglycémie sévère, elle est associée à la présence de corps cétoniques. Dans ce cas, il est primordial de prévenir tout risque de déshydratation et de coma. Il faudrait donc passer immédiatement à la prise en charge médicale en urgence. Cela se fait à travers :

  • Une vérification de la présence de corps cétoniques dans les urines si, le sujet est traité à l’insuline (discutez-en avec le médecin) ;
  • Une recherche de la cause de l’hyperglycémie sévère ;
  • Une consommation suffisante d’eau ;
  • Une vérification à nouveau de la glycémie, un peu plus tard (après l’hydratation à l’eau).

Si l’état général ne s’améliore pas ou si l’hyperglycémie persiste, veuillez consulter à nouveau votre médecin.

Vous aimerez aussi :

Related Articles