Global Statistics

All countries
589,612,987
Confirmed
Updated on August 8, 2022 8:04 am
All countries
559,346,068
Recovered
Updated on August 8, 2022 8:04 am
All countries
6,436,787
Deaths
Updated on August 8, 2022 8:04 am

Hypergonadisme : Causes, Symptômes et Traitements

Au nombre des maladies pouvant affecter l’homme, il en existe certaines qui sont liées aux gonades. Qu’il s’agisse des testicules chez l’homme ou des ovaires chez la femme, ces derniers peuvent faire l’objet de maladies particulières. Dans la plupart des cas, cet état de choses est lié au fonctionnement de ces organes. C’est le cas par exemple de l’hypergonadisme. En quoi consiste l’hypergonadisme ? Quels en sont les symptômes et les causes et comment le traiter ?

Qu’est-ce que l’hypergonadisme ?

L’hypergonadisme est le terme utilisé, pour signifier l’hyperfonctionnement ou l’activité excessive des gonades (glandes sexuelles/reproductrices, y compris les testicules et les ovaires). Les gonades de façon générale, sont les organes qui produisent les gamètes chez les animaux, les spermatozoïdes chez les mâles et les ovules (œufs), chez les femelles.

Contrairement à d’autres organes du corps, les gonades ne sont pas essentielles à la survie. En fait, les humains peuvent parfaitement vivre sans les gonades. Il existe deux types de gonades : les gonades chez les hommes et les gonades chez les femmes. Il s’agit respectivement des testicules et des ovaires. Bien que ces gonades produisent des gamètes, elles produisent également des hormones telles que la testostérone et les œstrogènes.

L’hypergonadisme est un trouble qui révèle un niveau élevé, anormal, des hormones de reproduction dans le corps. On note donc une surproduction de la testostérone ou des œstrogènes. Ce trouble conduit généralement à une puberté précoce. L’hypergonadisme peut survenir pendant la puberté, à l’âge adulte ou être présent à la naissance. Ce dernier ne doit pas être confondue avec l’hypogonadisme qui est beaucoup plus fréquent.

L’hypergonadisme et l’hypogonadisme

En ce qui concerne l’hypogonadisme, il s’agit d’une perte des fonctions de l’appareil reproducteur et plus particulièrement, des testicules et des ovaires, dont la fonction est de produire gamètes et hormones. Il existe deux grands types d’hypogonadisme. On retrouve les HypoGhypogonadotropes, découverts le plus souvent dans l’enfance, sur une absence de signes de puberté.

Ensuite, il y a les HypoG secondaires, découverts bien plus tard. Ils sont souvent en rapport avec une pathologie liée à l’âge mais aussi, avec certaines prises médicamenteuses, l’exposition à certains toxiques, en cas d’anorexie, de malnutrition ou encore de maladie chronique. L’hypogonadisme peut aussi être dû à une consommation de végétaux, issus d’un sol riche en cadmium. Cette maladie des gonades, peut être responsable d’une absence de développement sexuel d’un individu, voire d’une stérilité masculine ou féminine

Quels sont les symptômes de l’hypergonadisme?

Pour facilement reconnaître une maladie, la démarche la plus importante est d’identifier dans un premier temps les symptômes du trouble. Il faut préciser que l’hypergonadisme qui se développe avant la puberté peut conduire à une puberté précoce.

Les symptômes communs aux deux sexes

L’hypergonadisme a des symptômes, qu’on peut observer en même temps chez les deux sexes. Ainsi, que ce soit chez les garçons comme chez les filles, il peut entraîner :

La poussée de croissance précoce

Dans la plupart des cas des patients atteints de l’hypergonadisme, on remarque une croissance rapide et subite. En effet, l’enfant n’ayant même pas encore démarré sa puberté, présente des traits physiques, similaires à ceux d’un adulte. On remarque donc une certaine maturité physique.

Le changement de la voix (voix plus grave)

La poussée de croissance précoce débouche généralement, sur le changement du timbre vocal. Vous remarquerez donc chez l’enfant souffrant potentiellement de l’hypergonadisme, un changement au niveau de sa voix, qui devient un peu plus grave.

Les sautes d’humeur 

Lorsqu’on parle de saute d’humeur, il s’agit d’un changement brusque ou intense d’humeur. Il est question le plus souvent, de réactions particulières plus ou moins surprenantes, vis-à-vis de certaines situations de la vie courante. Quand les sautes d’humeur sont très puissantes, au point de provoquer une grave détérioration du comportement, elles peuvent être un symptôme du trouble bipolaire. Cependant, elles peuvent également constituer des symptômes de l’hypergonadisme.

L’acné 

L’acné est une maladie de la peau courante et chronique du système pilosébacé. Cette dernière survient la plupart du temps à l’adolescence et est liée à l’hypersécrétion de sébum et à des anomalies de kératinisation. Ce qui aboutit à l’obstruction du canal excréteur du follicule pilosébacé, et à la formation de comédons. Bien qu’elle soit courante et chronique, l’acné peut nécessiter dans certains cas, un traitement ainsi qu’un suivi. L’acné peut aussi être considérée comme un symptôme de l’hypergonadisme.

En dehors des symptômes présentés plus haut, il en existe d’autres qui sont propres à chaque sexe. Ainsi, on les retrouve soit uniquement chez les filles ou chez les garçons.

Chez les filles uniquement

Chez les filles, l’hypergonadisme peut provoquer :

  • Des cycles menstruels précoces et irréguliers ;
  • Le développement précoce du sein ;
  • Des poils grossiers.

Chez les garçons uniquement

Chez les garçons, l’hypergonadisme peut provoquer :

  • L’augmentation de la masse musculaire ;
  • L’augmentation de la libido ;
  • Des érections spontanées et des émissions nocturnes.

Par ailleurs, les médecins ne peuvent pas toujours diagnostiquer directement l’hypergonadisme, grâce aux symptômes mentionnés ci-dessus. Ainsi, certaines conditions qui y sont associées comprennent :

  • Les anomalies du système nerveux central ;
  • Les maladies génétiques rares ;
  • Le trouble des glandes surrénales ;
  • L’hypothyroïdie sévère (thyroïde sous-active).

Les conditions suivantes peuvent aussi conduire à des niveaux élevés de testostérone :

Le syndrome d’insensibilité aux androgènes (AIS)

Dans cette condition, le corps n’est pas capable de répondre aux androgènes tels que la testostérone. En conséquence, le corps produit des quantités excessives de testostérone et d’autres androgènes.

Un déficit en 5-alpha-réductase 

Les enzymes connues sous le nom de 5-alpha-réductases, sont responsables de la conversion de la testostérone en une forme plus puissante d’androgène appelée, dihydrotestostérone (DHT). Parce que la 5-alpha-réductase est défectueuse, plus de testostérone circule dans le sang au lieu de DHT.

Le syndrome de Klinefelter

Dans cette condition, un homme a un chromosome « X » supplémentaire. En conséquence, le mâle développe de petits testicules qui ne produisent pas assez de testostérone, pour un développement sexuel normal. Les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) présentent également des taux de testostérone dans le sang, supérieurs à la normale. Cela se produit lorsque des cellules spéciales des ovaires, appelées cellules thécales, produisent des quantités accrues d’androgènes. La cause exacte de ceci n’est pas connue, mais elle peut être liée au manque d’ovulation, chez les femmes souffrant de SOPK.

Les tumeurs hypophysaires

Ces tumeurs sont rares et peuvent provoquer une surproduction d’hormones. Si une tumeur exerce une pression sur l’hypothalamus à la base du cerveau, elle peut interférer avec la production et la régulation par le corps de ses propres hormones. C’est ce qu’on appelle l’hypersécrétion secondaire d’hormones.

Les tumeurs dans un ovaire ou un testicule

Les tumeurs germinales sont des proliférations des lignées cellulaires germinales : ovulaires dans l’ovaire, spermatocytiques dans le testicule. Elles sont divisées en deux grands types histopathologiques : les séminomes qui auraient pour origine une prolifération anarchique de cellules de l’épithélium germinal du tube séminifère et les tumeurs germinales non séminomateuses dont le pronostic est généralement moins bon.

Il faut retenir qu’en dehors de l’hypergonadisme qu’on peut caractériser de puberté précoce, on peut avoir des cas de ce trouble après la puberté. Lorsque l’hypergonadisme se développe après la puberté, les hommes peuvent faire face à une perte de cheveux précoce et les femmes peuvent avoir une certaine croissance des poils du visage.

Quelles sont les causes de l’hypergonadisme?

La cause sous-jacente de l’hypergonadisme n’est souvent jamais identifiée. Lorsque la cause est inconnue, on parle d’hypergonadisme idiopathique. Il existe plusieurs problèmes de santé connus, pour provoquer un hypergonadisme. Certains d’entre eux comprennent :

  • Les tumeurs (bénignes ou malignes) dans les ovaires ou les testicules ;
  • La maladie du foie ou des reins ;
  • Les infections graves ;
  • Les suites d’opérations ;
  • Une anomalie hormonale génétique ;
  • Certains troubles auto-immuns, tels que la thyroïdite;

La glande thyroïde est une glande en forme de papillon, située à l’avant du bas du cou, entre la pomme d’Adam et le sternum. La thyroïde fabrique des hormones qui contrôlent le métabolisme. Le métabolisme est le rythme auquel votre corps traite les choses (à quelle vitesse il brûle les aliments pour produire de l’énergie et de la chaleur). La thyroïdite est le gonflement ou l’inflammation de la glande thyroïde et peut entraîner une surproduction ou une sous-production d’hormones thyroïdiennes.

  • Une lésion de l’hypophyse, des glandes génitales, des glandes pinéales, des glandes surrénales ou des glandes endocrines ;

L’hypophyse est souvent appelée la « glande maîtresse », car elle est responsable de la production et de l’envoi d’hormones dans tout le corps. Alors que l’hypophyse elle-même est bien protégée des traumatismes, la tige qui la relie au cerveau est assez vulnérable à l’étirement, à la torsion ou à la déchirure, lorsque le cerveau se déplace d’avant en arrière dans le crâne lors d’une chute, par exemple, ou d’une blessure sportive.

  • L’encéphalite ;

L’encéphalite est une inflammation du cerveau. Il existe plusieurs causes, mais la plus fréquente est une infection virale. L’encéphalite ne provoque souvent que des signes et des symptômes pseudo-grippaux légers comme de la fièvre ou des maux de tête ou aucun symptôme du tout. Parfois, les symptômes pseudo-grippaux sont plus graves.

En dehors de ces problèmes de santé qui peuvent conduire à l’hypergonadisme, il existe également d’autres facteurs, qui peuvent y participer. En effet, vous courez un risque plus élevé d’hypergonadisme, si vous utilisez des stéroïdes anabolisants. C’est parce que, ces suppléments peuvent conduire à des niveaux anormalement élevés de testostérone et d’autres androgènes (hormones sexuelles mâles), ainsi que d’œstrogènes, une hormone sexuelle féminine.

Quelles sont les conséquences possibles de l’hypergonadisme?

Outre l’acné et d’autres changements physiques, tels que la pilosité faciale chez les femmes et davantage de tissus mammaires chez les hommes, l’hypergonadisme peut entraîner des complications plus graves.

En effet, la maladie peut interférer avec les cycles menstruels réguliers. Ce qui peut conduire, à des difficultés de conception chez les femmes. Les hommes peuvent également avoir des problèmes de fertilité, surtout si leur hypergonadisme a été causé par l’utilisation de stéroïdes anabolisants. Les stéroïdes anabolisants peuvent affecter la santé des testicules, notamment en réduisant la production de spermatozoïdes.

Généralement, les complications associées à l’hypergonadisme sont liées à la cause sous-jacente. Traiter la cause, peut aider à réduire les symptômes et les complications provoqués par l’hypergonadisme.

Quand faut-il demander de l’aide ?

Si vous remarquez une puberté précoce chez votre enfant ou, des changements physiques chez vous, qui peuvent être liés à des anomalies hormonales, il est important de discuter de vos préoccupations avec un médecin.

Si un hypergonadisme est suspecté, votre médecin peut vous prescrire un test sanguin, pour voir si les taux d’hormones sont anormalement élevés. Des tests supplémentaires peuvent inclure une échographie pelvienne, pour obtenir une vue plus détaillée des glandes surrénales et d’autres parties, telles que les ovaires (pour les femmes). L’imagerie cérébrale peut être effectuée, pour rechercher des tumeurs de l’hypophyse.

Comment traite-t-on l’hypergonadisme?

Le traitement de l’hypergonadisme est difficile. L’objectif est de réduire les niveaux d’hormones, ce qui est plus difficile que d’en essayer une augmentation. Les traitements hormonaux qui sont administrés pour l’hypergonadisme comprennent, une combinaison d’hormones adaptées à vos niveaux particuliers. Cela peut être un processus lent. Trouver le bon mélange d’hormones aux bons dosages, peut prendre un certain temps.

Si une cause spécifique peut être diagnostiquée, le traitement se concentrera également sur la prise en charge de cette condition. Si une glande a une tumeur, par exemple, il peut être nécessaire d’enlever chirurgicalement la tumeur. Si la cause est une hypothyroïdie grave, on peut vous prescrire de fortes doses de médicaments pour la thyroïde, pour aider à rétablir une chimie corporelle plus saine.

En gros, même si l’hypergonadisme est moins fréquent que l’hypogonadisme, il n’en demeure pas moins impactant sur la santé. Lorsque vous remarquez les premiers symptômes, il est important de vous rapprocher de votre médecin, pour un suivi.

Vous aimerez aussi :

Related Articles