Global Statistics

All countries
672,357,831
Confirmed
Updated on January 19, 2023 8:09 pm
All countries
624,880,395
Recovered
Updated on January 19, 2023 8:09 pm
All countries
6,737,386
Deaths
Updated on January 19, 2023 8:09 pm

Hystérosalpingographie : comment se déroule cette radiographie ?

L’hystérosalpingographie est un examen d’imagerie médicale de la matrice et des trompes utérines. À l’aide d’une substance de contraste, ce type d’examen met en évidence les différentes anomalies utérines pouvant être à l’origine d’une infertilité chez une femme. De ce fait, l’hystérosalpingographie est très efficace, pour les individus de sexe féminin ayant des difficultés à procréer. Pour ces derniers, il est donc important de se renseigner sur cet examen. Voilà pourquoi nous vous proposons de découvrir toutes les informations sur cet examen, les cas dans lesquels il est conseillé, ainsi que son déroulement. 

Que savoir sur l’hystérosalpingographie ?

L’hystérosalpingographie est une radiographie qui permet d’étudier l’intérieur de l’utérus et la cavité utérine. De plus, elle consiste à rendre visibles les trompes de Fallope qui représentent la liaison entre les ovaires et l’utérus. En outre, la bonne réalisation de cet examen implique l’injection d’une substance non transparente aux rayons X à l’intérieur de l’utérus. En effet, cette injection se fait via une sonde à travers les voies génitales en amont de la radiographie. Le produit injecté est une substance à base d’iode. Par ailleurs, la radiographie permet de restituer les images de l’utérus ainsi que celles des trompes utérines.

Les pathologies utérines que peut révéler l’hystérosalpingographie sont entre autres :

  • Le fibrome ;
  • Le polype ;
  • La synéchie.

Cependant, cet examen est le plus conseillé, pour déterminer l’origine de l’infertilité chez la femme. De plus, il permet aux médecins de déterminer la technique de procréation médicalement assistée (PMA) la plus adaptée à la patiente.

Pour finir, il faut savoir qu’une salle d’hystérosalpingographie doit être équipée d’un pupitre de commande permettant au radiologue d’orienter les machines. C’est notamment le cas du dispositif équipé d’un bras articulé et muni d’un tube à rayon X.

À quel moment l’hystérosalpingographie est-elle conseillée ?

L’hystérosalpingographie est une technique d’imagerie médicale pratiquée lors d’un bilan de fertilité, chez une femme en couple ou célibataire désirant une grossesse. Pour bénéficier de tous les bienfaits de cet examen, il doit être réalisé en première partie des menstrues. Autrement dit, l’hystérosalpingographie est bénéfique lorsqu’elle est réalisée entre le 8e et le 12e jour du cycle menstruel.

En plus de cela, en cas d’infection, la patiente doit informer le médecin afin que ce dernier puisse prendre les mesures nécessaires. En effet, les infections constituent une barrière pour ce type d’examen. Il est donc préférable de les passer, lorsque la patiente est totalement guérie.

En outre, l’hystérosalpingographie est conseillée pour la femme qui est souvent confrontée à des fausses couches ou à des douleurs abdominales. De plus, elle est également recommandée en cas de présence des douleurs pelviennes et des malformations congénitales. Enfin, elle permet également de rendre visibles les éventuelles tumeurs malignes ou bénignes présentes à l’intérieur de l’utérus.

Comment se déroule l’hystérosalpingographie ?

Tout d’abord avant de subir ce type d’examen, il faut faire certaines analyses du sang et ensuite prendre connaissance des effets secondaires de la radiographie. Par ailleurs, il est important de savoir que la radiographie est déconseillée pour une femme enceinte. De ce fait, elle doit être réalisée les premiers jours des menstrues, juste à la fin des règles. Aussi, l’hystérosalpingographie ne nécessite pas une préparation particulière, vous pouvez donc manger, boire ou suivre votre traitement habituel. Une injection de l’hormone HCG est nécessaire, afin de confirmer l’absence d’une grossesse.

Cependant, il est important :

  • D’être sur le lieu de l’examen avec la substance à base d’iode prescrite par le gynécologue ;
  • D’être en possession de la carte d’assurance sociale ;
  • D’être en possession de la lettre du médecin et de l’ordonnance ;
  • De notifier au médecin tout cas d’allergie.

En outre, le médecin prescrit certains antibiotiques à prendre avant et après l’hystérosalpingographie, mais ce n’est pas systématique. En plus de cela, il est conseillé de ne pas être à jeun, afin de limiter le risque de stress et d’angoisse, ainsi que les petits malaises.

Pour les femmes qui se sentent très agitées, il est recommandé de prendre des calmants pour être plus apaisé. Il faut également se rendre à l’hôpital ou dans le centre hospitalier avec votre propre serviette hygiénique. Pour les femmes qui souffrent de douleurs au niveau du pelvis, l’idéal est d’être en possession d’un Spasfon.

Les sensations douloureuses ressenties au cours de l’hystérosalpingographie dépendent de chaque femme. En effet, cela varie généralement de l’état de stress dans lequel se trouve la patiente. Ainsi, il faut se détendre complètement. Il est important de savoir que les douleurs ne sont pas plus importantes que celles ressenties au cours des menstrues. La prise en charge de cette douleur implique l’utilisation des comprimés de Spasfon.

L’hystérosalpingographie se déroule dans un service de radiologie et dure environ une quarantaine de minutes. En effet, la présence d’un médecin en radiologie et d’un opérateur en radiologie est nécessaire. Une fois dans la salle, la patiente va être allongée sur la table d’examen en étant toute nue. Ensuite, le médecin va procéder à un examen gynécologique classique à l’aide d’un spéculum. Après cela, il va mettre au propre le col de l’utérus, puis mettre en place les matériels nécessaires pour l’injection du liquide à base d’iode.

Une fois cette étape terminée, le gynécologue va passer à l’injection de la substance et ensuite retirer le spéculum. Par la suite, il va réaliser les clichés sur le dos et sur les côtés, ensuite faire retirer tout le matériel utilisé. Voilà, l’examen est ainsi terminé et la patiente peut se rhabiller. Quelques heures après cet examen, il peut y avoir un écoulement de sang très léger d’où l’importance de la serviette hygiénique.

Au cours de l’hystérosalpingographie, l’injection de la substance peut entraîner des douleurs en raison de la fermeture des trompes. La prise d’un antidouleur comme le paracétamol est conseillée pour traiter ces différentes douleurs. De plus, une bonne période de repos est également nécessaire après cette prise en charge. Suite à cet examen, si la patiente présente des vomissements, il faut impérativement en informer le médecin. Certaines allergies peuvent survenir à la fin de l’hystérosalpingographie. Il faut savoir qu’il est possible d’avoir des rapports sexuels le soir même du jour de l’intervention.

Article précédent
Hystérectomie : causes, déroulement et précautions
Article suivant

Vous aimerez aussi :

Related Articles