Global Statistics

All countries
648,378,391
Confirmed
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
624,672,089
Recovered
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
6,641,996
Deaths
Updated on December 2, 2022 1:06 am

Ibuprofène et Grossesse : quels sont les risques ?

Les changements hormonaux pendant la grossesse ont souvent des effets indésirables sur le corps de la femme enceinte. Dès le premier trimestre, celle-ci doit en effet faire face à des symptômes tels que la fatigue, la nausée et les douleurs. Pour se soulager de ces dernières, certaines femmes prennent de l’ibuprofène, en ignorant les conséquences de ce médicament sur la santé de leur futur bébé. Quel est le rôle de l’ibuprofène ? Est-il indiqué pour une femme enceinte ?

Est-il prudent de prendre de l’ibuprofène pendant la grossesse ?

L’ibuprofène est un anti-inflammatoire utilisé par de nombreuses personnes, pour soulager les maux de tête et bien d’autres types de douleurs. Par ailleurs, les douleurs sont très fréquentes tout au long d’une grossesse. Beaucoup de femmes se plaignent notamment de douleurs pelviennes et de douleurs lombaires. Les douleurs surviennent assez tôt (généralement à partir du premier trimestre de la grossesse) et accompagnent la femme jusqu’au terme de la grossesse.

Dans ces conditions, le besoin d’antalgiques est tout à fait compréhensible. Cependant, même si l’ibuprofène est efficace pour soulager la douleur, il est tout sauf le médicament idéal pour une femme enceinte. Au début comme vers la fin de la grossesse, ce médicament peut mettre la vie du bébé en danger.

Ibuprofène : un danger dès les premières semaines de la grossesse

Plusieurs études ont confirmé que la consommation de certains antalgiques, dont l’ibuprofène, durant les premiers mois de la grossesse pouvait entraver le développement des organes génitaux chez les enfants à naitre.

Ce médicament peut aussi provoquer une fermeture du canal artériel du bébé pendant la grossesse. Certains chercheurs affirment également que la prise de l’ibuprofène est à l’origine de fausses couches chez beaucoup de femmes.

Ibuprofène : des complications même après le premier trimestre

Après le premier trimestre de la grossesse, les reins du bébé se développent en commençant déjà à fabriquer du liquide amniotique. La consommation de l’ibuprofène durant cette période peut perturber le fonctionnement de ces reins. Les conséquences sont assez graves, puisqu’on compte parmi elles, des malformations squelettiques, un possible dysfonctionnement des poumons, etc. Il faut aussi rappeler que même si elle est minime, une utilisation de l’ibuprofène en fin de grossesse peut avoir de graves incidences sur le bébé.  

Ibuprofène par inadvertance : que faire ?

Dans certains cas, des femmes prennent de l’ibuprofène pour différentes raisons, avant de se rendre compte qu’elles sont enceintes. Cela est tout à fait possible, car pour certaines femmes, ce n’est que vers la moitié du premier trimestre que la grossesse est constatée. Il est donc recommandé à ces femmes de mettre un terme à la consommation du médicament, dès qu’elles prennent conscience de leur état.

Grossesse et douleur : quelles sont les alternatives à l’ibuprofène ?

La grossesse est une période au cours de laquelle, la femme doit faire face à la douleur sous plusieurs formes. Il est donc assez difficile de tout supporter, mais il est préférable de chercher des alternatives à l’ibuprofène.

Par ailleurs, lorsque les douleurs ne sont que légères, l’utilisation de médicaments n’est pas nécessaire. Vous pouvez utiliser des compresses, vous inscrire dans un centre de yoga ou de massage prénatal, etc. Si les douleurs sont persistantes, l’autre solution est de contacter le médecin traitant. Ainsi, il pourra vous recommander des antalgiques qui sont des alternatives à l’ibuprofène.

Vous aimerez aussi :

Related Articles