Global Statistics

All countries
648,392,672
Confirmed
Updated on December 2, 2022 2:06 am
All countries
624,678,103
Recovered
Updated on December 2, 2022 2:06 am
All countries
6,642,169
Deaths
Updated on December 2, 2022 2:06 am

Infection urinaire chez la femme enceinte : comment faire le traitement ?

Nombreuses sont les femmes enceintes souffrant d’une infection urinaire. Heureusement, cette atteinte est dans la plupart des cas, rapidement diagnostiquée et soignée sans aucune contrainte. En effet, des complications ne sont à redouter que lorsque l’infection est détectée trop tardivement, ce qui n’est pas courant. Chez la femme enceinte, l’infection urinaire est causée par des germes généralement présents dans les urines. Ils sont le plus souvent à l’origine de certaines complications materno-fœtales très importantes. Découvrez dans cet article, comment traiter cette maladie chez les femmes en état de grossesse.

L’essentiel à savoir sur l’infection urinaire chez la femme enceinte

L’infection urinaire se définit comme un envahissement de la vessie par des bactéries. Elle peut également être due à une remontée de germes dans la vessie découlant de l’anus.

Pourquoi les femmes enceintes contractent-elles l’infection urinaire ?

Pendant la grossesse, l’infection urinaire est provoquée par l’augmentation du taux de progestérone. Cela aura pour conséquence de freiner la production et l’expulsion des urines. Ces dernières restent parfois plus longtemps dans la vessie et favorisent ainsi la stagnation des germes.

De plus, les hormones dilatent l’urètre et contribuent à la remontée des germes. Lors de la grossesse, on observe également une réduction de l’acidité des urines. Cela agit normalement sur la prolifération des germes.

Quelles sont les causes d’une infection urinaire chez la femme enceinte ?

L’infection urinaire est causée par la pénétration et la multiplication des germes pathogènes dans les voies urinaires. Le principal agent en cause est l’Escherichia coli, qui se retrouve dans le tube digestif. Cette bactérie provoque généralement une irritation de la vessie.

Il existe cependant d’autres germes comme la bactérie Chlamydia trachomatis pouvant aussi provoquer cette infection urinaire. Lorsque cette dernière est causée par la Chlamydia, il s’ensuit de même une inflammation de l’urètre.

Quels sont ses symptômes ?

Dans la majorité des cas rencontrés, les femmes enceintes atteintes de l’infection urinaire ne présentent aucun signe apparent. Cette maladie peut en revanche se manifester clairement chez d’autres patientes. Elles pourront ainsi montrer des symptômes habituels d’une cystite qui sont entre autres :

  • une nécessité fréquente et urgente d’uriner ;
  • une perception de brûlure durant la miction ;
  • des urines troubles et puantes.

Par ailleurs, l’infection urinaire s’exprime par de simples sensations de pesanteur au niveau du bas ventre.

Les facteurs favorisant l’infection urinaire chez la femme enceinte

L’infection urinaire est favorisée par deux principaux facteurs qui sont respectivement anatomiques et hormonaux. Dans ce dernier cas, l’absorption en progestérone présente une action myorelaxante sur les fibres lisses des uretères.

En outre, l’utérus de la femme enceinte comprime l’uretère droit du fait de sa dextrorotation. La transmission de l’infection urinaire se fait par voie ascendante, précisément à partir de la flore périnéale.

Il faut tout de même noter que les cas de transmission par voie hématogène sont assez rares. En effet, la grossesse est très favorable à l’infection urinaire, et ce, de façon très précoce.

Les risques d’une infection urinaire pour la grossesse de la femme

Pour les cas d’infection urinaire habituellement observés, il n’y a aucun effet sur la grossesse. En pratique, ce sont les contractions utérines répétées tout au long de la journée qui sont des indices d’alerte. Ainsi, lorsque vous commencez à ressentir ces contractions, pensez à consulter rapidement votre sage-femme.

Vous avez aussi la possibilité de recourir à votre gynécologue ou de vous rendre dans votre maternité. Il est observé dans certains cas rares, la remontée de l’infection urinaire au niveau du rein. Les germes peuvent en effet remonter suivant le trajet des uretères. Ils vont alors créer une infection rénale, communément dénommée pyélonéphrite. 

Le diagnostic d’une infection urinaire chez la femme enceinte

En absence de signes indicateurs, l’infection urinaire est souvent aperçue de manière fortuite. Cette découverte peut être faite par votre sage-femme ou gynécologue lors de votre visite de contrôle tous les mois.

Une analyse d’urines peut également être prescrite en fonction des symptômes présentés et des facteurs de risque. D’un autre côté, il faut noter que seule une mise en culture des urines peut certifier le diagnostic de l’infection. Cependant, seul un professionnel de santé est à même d’interpréter des résultats d’examens.

Les traitements applicables à cette infection

Soigner infection urinaire

L’infection urinaire se certifie par l’existence d’un seul germe en quantité suffisante et se traite spécialement par antibiotiques. De façon générale, ce sont les mêmes antibiotiques qui sont utilisés même en dehors de la grossesse. Il existe deux principaux traitements à savoir le traitement en unidose et le traitement sur 5 à 7 jours.

Dans les deux cas, un examen des urines, de contrôle est ordonné 8 à 10 jours après la fin de la médication. De manière générale et surtout en présence de signes indicateurs, le traitement antibiotique précède les résultats de l’analyse d’urine. Ce traitement sera par la suite ajusté si l’agent en cause est résistant au premier antibiotique prescrit.

Lorsqu’il s’agit d’une simple infection urinaire, il est conseillé de seulement prendre un antalgique et des antibiotiques spécifiques. Ce type de traitement se fait durant quelques jours pour que tout rentre dans l’ordre.

Par contre, en cas de pyélonéphrite, une hospitalisation est ordinairement décidée par mesure de précaution. Il s’agit des antalgiques et des antibiotiques ingérés par voie veineuse. Le traitement donne d’excellents résultats tant que la pyélonéphrite est très tôt prise en charge.

Pyélonéphrite – © Crédit : informationhospitaliere.com

Les conduites à adopter pour prévenir l’infection urinaire chez la femme enceinte

Pendant la période de grossesse, la prévention de l’infection urinaire est la même qu’en dehors de la grossesse. Afin d’éviter au maximum cette maladie, il est recommandé de :

  • boire fréquemment de l’eau ;
  • ne pas se retenir d’uriner ;
  • uriner après chaque rapport sexuel ;
  • se laver régulièrement  les parties intimes ;
  • utiliser des sous-vêtements en coton.

Par ailleurs, il faut limiter la prise de café et de certains aliments épicés, qui peuvent irriter la vessie.

Les complications pour la mère ?

Comme annoncé un peu plus haut, l’infection urinaire peut engendrer des contractions ou évoluer en pyélonéphrite. Néanmoins, il faut noter que cette maladie peut être détectée au cours des examens d’urines. Pour faire disparaître ces complications, un traitement antibiotique est souvent suffisant.

Il est également possible d’arrêter les contractions par un antispasmodique ou par un meilleur traitement. Au bout de quelques jours, tout rentre dans l’ordre. Dans le cas d’une vraie pyélonéphrite par test d’urine et échographie néphrétique, il faudra faire un traitement antibiotique par perfusion.

Dans certaines formes plus graves et tardivement découvertes, une infection urinaire peut être responsable d’une naissance précoce.

En somme, il faut noter que l’infection urinaire est traitée dans la grande majorité des cas, par des antibiotiques. Ces derniers doivent cependant être prescrits par un médecin et dirigés contre la bactérie responsable de la maladie.

Vous aimerez aussi :

Related Articles