Global Statistics

All countries
647,989,682
Confirmed
Updated on December 1, 2022 6:29 am
All countries
624,508,582
Recovered
Updated on December 1, 2022 6:29 am
All countries
6,640,403
Deaths
Updated on December 1, 2022 6:29 am

Infections à Chlamydia : symptômes, évolution et traitements

Les infections à Chlamydia sont des anomalies qui touchent pour la plupart du temps les organes génitaux. En effet, ce sont des maladies qui se transmettent principalement par pénétration vaginale ou anale non protégée. Elles se transmettent également par la fellation. Cependant, les symptômes de ces infections varient en fonction de chaque individu et ne sont pas du tout à minimiser. Ces infections peuvent se compliquer et avoir de graves conséquences. Comment prendre en charge les infections à chlamydia ?

Comprendre les infections à Chlamydia 

Les infections à Chlamydia sont des infections qui sont dues à la transmission de la bactérie Chlamydia trachomatis dans l’organisme. Il faut savoir que les signes de ces infections peuvent passer pendant longtemps inaperçus dans le corps. Les individus touchés ignorent ainsi la présence de la maladie dans leur organisme. Les personnes atteintes ont donc une forte probabilité de contaminer d’autres individus pendant les rapports sexuels. En plus de cela, la contamination peut se faire de la mère à l’enfant, lors de la naissance du bébé.

Infections à Chlamydia – Crédit : informationhospitaliere.com
Infections à Chlamydia – Crédit : informationhospitaliere.com

Les infections à Chlamydia sont simples à prendre en charge, mais elles peuvent avoir des répercussions sur la santé si cela n’est pas fait dans de brefs délais. Elles peuvent alors être à l’origine de maladies inflammatoires au niveau du pelvis entrainant des douleurs pelviennes. Pour finir, il est important de savoir qu’un individu peut attraper des infections à Chlamydia plusieurs fois dans sa vie.  

Les signes des infections à Chlamydia

Les symptômes d’une infection à Chlamydia sont multiples et diffèrent selon que le porteur est une femme, un homme ou un enfant.

Les signes des infections à Chlamydia chez la femme

Les femmes atteintes des infections à Chlamydia ne présentent pas forcément de symptômes. Dans certains cas, les signes peuvent se manifester 4 à 6 semaines après le contact entre l’agent infectieux et l’organisme.

Pendant ce temps, la bactérie à l’origine de ces infections peut attaquer les voies génitales, ainsi que la gorge et les yeux. La paroi interne du col de l’utérus peut également être très touchée par ces infections. En effet, la bactérie à l’origine de ces infections s’accroit au niveau du tissu cellulaire endocervical qui recouvre le col de l’utérus. Ce dernier constitue alors le réservoir des infections à Chlamydia.

Les infections à Chlamydia peuvent provoquer des inflammations au niveau de l’urètre. Chez les femmes, cela se manifeste par des difficultés à évacuer l’urine. De plus, certaines femmes présentent une fréquence anormalement élevée de mictions et celles-ci sont peu abondantes. Par ailleurs, elles ressentent des douleurs au niveau de l’abdomen et lors des relations sexuelles vaginales. En outre, les femmes atteintes des infections à Chlamydia ont souvent des pertes vaginales ayant une odeur désagréable, ainsi que des saignements après les rapports sexuels.

Les signes des infections à Chlamydia chez l’homme

Les signes des infections à Chlamydia chez l’homme se présentent souvent lors de la miction. Ainsi, parmi ces manifestations, il y a les sensations douloureuses au niveau du scrotum et l’écoulement de liquide blanchâtre du pénis. De plus, les individus atteints peuvent être confrontés à un gonflement du testicule, ainsi qu’à des douleurs au niveau de l’épididyme. Ce dernier est le corps allongé situé sur le bord supérieur du testicule, formé d’un canal qui facilite le passage du sperme.

En outre, l’homme atteint des infections à Chlamydia fera face à une inflammation au niveau de la prostate. De plus, il y a la présence des picotements au niveau de l’orifice externe de l’urètre, par où se fait l’évacuation du sperme.

Pour finir, l’individu peut devenir stérile si les infections se propagent de l’urètre vers les testicules. Par ailleurs, les infections à Chlamydia peuvent entrainer d’autres complications chez les hommes comme chez les femmes. En effet, vous avez l’inflammation des yeux et des sensations douloureuses au niveau de la membrane conjonctive. De plus, il y a la présence des maux de gorge et des saignements au niveau du rectum.

Les signes des infections à Chlamydia chez un nouveau-né

Les infections à Chlamydia entrainent une infection oculaire chez le bébé. Celle-ci se produit souvent dans les 3 semaines qui suivent sa naissance. Par ailleurs, si ce mal n’est pas vite pris en charge, il peut provoquer une cicatrisation de la cornée et des troubles de visions. De plus, vous devez savoir qu’il y a également une forte probabilité pour que le bébé contracte une pneumonie. Les signes manifestes de la pneumonie peuvent être des troubles respiratoires et une grave toux.

La transmission et l’évolution des infections à Chlamydia

Les infections à Chlamydia se transmettent par de nombreuses voies. En premier lieu, elles peuvent se transmettre par les actes sexuels buccaux (aussi bien chez l’homme que chez la femme). En plus de cela, la transmission peut avoir lieu pendant la pénétration du pénis dans le vagin ou dans l’anus. Pendant le partage des jouets sexuels, il y a une forte probabilité de contracter les infections à Chlamydia. Pour finir, une maman souffrante de cette maladie peut également infecter son bébé lors de l’accouchement.

Les individus atteints de ces infections et qui ne manifestent pas de signes développent de nombreuses complications. Il y a par exemple les douleurs au niveau du bas ventre, ainsi que les infections des trompes utérines chez la femme. Aussi, chez les femmes enceintes, les infections peuvent être à l’origine d’une naissance prématurée de l’enfant.

La prise en charge des infections à Chlamydia

De nombreux traitements interviennent lors de la prise en charge des infections à Chlamydia.

Liste des antibiotiques utilisés pour le traitement des infections à Chlamydia

Les antibiotiques sont très efficaces pour éliminer la bactérie Chlamydia trachomatis.

Tétracyclines

Les tétracyclines sont des antibiotiques fongiques, à large spectre d’action, dont les dérivés sont utilisés à titre thérapeutique. En effet, ils sont caractérisés par leur bonne diffusion intra et extracellulaire. Les principaux produits de cette catégorie sont la doxycycline et la minocycline.

Par contre, les femmes enceintes, ainsi que celles en plein allaitement de leur bébé ne peuvent pas prendre ce type d’antibiotique. En plus de cela, ces antibiotiques sont contre-indiqués pour les enfants, parce qu’ils peuvent provoquer une hypoplasie ainsi qu’une dyschromie dentaire.

Macrolides

Le macrolide est une famille d’antibiotiques bactériostatiques actifs sur les germes intracellulaires. En effet, les principaux représentants de cette famille sont l’érythromycine, la Josamycine et l’azithromycine. Cependant, ces antibiotiques provoquent la plupart du temps des troubles digestifs. L’individu atteint des infections à Chlamydia peut prendre des antibiotiques à base d’azithromycine et de clarithromycine. Ces produits sont les plus courants et les plus efficaces pour le traitement de cette anomalie.

Par ailleurs, pour un traitement à court terme, il est conseillé de prendre les antibiotiques issus de l’Azithromycine. Vous devez savoir que les macrolides peuvent être pris en état de grossesse. Cependant, il n’est pas recommandé de les associer aux médicaments provoquant la constriction des vaisseaux.

Fluoroquinolones

La fluoroquinolone est une famille d’antibiotiques qui contiennent du fluor. Ils agissent en inhibant la synthèse de l’ADN chez les microorganismes. L’ofloxacine fait partie des représentants de la famille des fluoroquinolones et permet de limiter les effets de labactérie Chlamydia trachomatis. Par ailleurs, l’ofloxacine dispose de nombreux effets secondaires comme les nausées ou le vomissement.

Schémas thérapeutiques

La prise en charge des infections à Chlamydia se fait en fonction de la localisation et de la gravité de l’infection. De plus, le traitement tient compte du caractère plurimicrobien des infections hautes. Ainsi, pour traiter l’inflammation du col de l’utérus, il est conseillé de prendre de la tétracycline 200mg/j pendant 2 à 3 semaines. Il est déconseillé de faire des traitements courts, afin de ne pas faire une rechute, et pour assurer la destruction complète des microbes. Pour les individus dont la prise de cet antibiotique est interdite, il est conseillé d’opter pour les macrolides. En plus de cela, la prise de l’ofloxacine est également recommandée.

L’infection génitale haute est due à une combinaison de plusieurs microbes. De ce fait, pour combattre ce type d’infection, il est généralement prescrit un traitement à base de tétracycline pendant deux semaines. Le dosage et la voie d’administration sont adoptés en fonction de la forme de cette infection. Ainsi, il faut une administration par injection sous-cutanée pendant au minimum deux semaines pour les formes graves. Par contre, pour les formes moyennes il faut une administration par voie orale.

Il est important de savoir que le traitement basique des infections à Chlamydia comprend deux phases. Pour la première phase, les médecins se servent le plus souvent d’une combinaison d’amoxicilline, de gentamicine et de métronidazole quotidiennement. Par contre, la seconde phase nécessite un traitement à base d’antibiotique et anti-chlamydia comme la doxycycline. De plus, les anti-inflammatoires associés à un traitement œstro-progestatif permettent de combattre également les infections à Chlamydia.

Pour traiter l’infection oculaire chez le nouveau-né, il est conseillé d’utiliser un collyre à base de rifamycine, durant au minimum une à deux semaines. Pour lutter contre la pneumonie, vous pouvez utiliser l’érythromycine pendant 3 semaines. Ces produits doivent être prescrits par un médecin et achetés en pharmacie. Leur posologie doit aussi être scrupuleusement respectée.

Pour finir, il faut savoir qu’il est possible d’avoir des rapports sexuels pendant le traitement de l’infection. Pour cela, votre partenaire du moment doit obligatoirement se faire traiter. Ainsi, vous pourrez avoir des rapports non protégés. Dans le cas contraire, le port du préservatif est fortement recommandé, car il permet de réduire les risques de recontamination.

Aussi, il vous sera conseillé de réduire le nombre de vos partenaires sexuels et de vous protéger lors de chaque rapport, afin de ne pas être contaminé.

Vous aimerez aussi :

Related Articles