Global Statistics

All countries
260,986,180
Confirmed
Updated on November 27, 2021 9:20 am
All countries
234,051,491
Recovered
Updated on November 27, 2021 9:20 am
All countries
5,209,038
Deaths
Updated on November 27, 2021 9:20 am

Initiales QSP en pharmacie: Signification

Les pharmacies sont particulièrement bien fréquentées en France. Selon les statistiques, 4 millions de Français se rendent en pharmacie chaque jour pour des besoins divers. La plupart des médicaments qu’on y retrouve étant soumis à une prescription médicale, il faut souvent rencontrer un médecin pour une ordonnance, avant de se rendre en pharmacie.

En dehors des mentions obligatoires que doivent comporter les ordonnances, on remarque également diverses abréviations pas toujours faciles à comprendre pour le patient, notamment les initiales QSP. Que signifient ces fameuses initiales QSP et comment mieux lire une ordonnance médicale ?

Que signifient les initiales QSP en pharmacie?

Au nombre des abréviations régulièrement vues sur les ordonnances figurent les initiales QSP. C’est un sigle qui veut simplement dire: Quantité Suffisante Pour. Cette mention s’adresse spécialement au pharmacien, alors tenu de fournir au patient une quantité suffisante de médicaments prescrits dans le cadre de son traitement. Cette mention est fondamentale, en particulier pour certains traitements chroniques à suivre sur plusieurs mois. Le patient n’est plus tenu de revoir son médecin entre temps pour une nouvelle ordonnance et peut grâce à la mention QSP se servir d’une seule et même ordonnance sur plusieurs mois.

En pratique, vous pouvez avoir une ordonnance avec la mention QSP 6 mois ou plus. Cette ordonnance est dite renouvelable, et vous pouvez vous présenter chaque fin du mois en pharmacie pour renouveler votre stock de médicaments.

En matière de délivrance de médicaments, le pharmacien n’a pas le droit d’accorder une provision supérieure à 1 mois de traitement, d’après le code de santé publique. Même si votre ordonnance porte la mention QSP 6 mois, il vous faudra vous présenter en pharmacie à la fin du premier mois pour renouveler votre traitement, ainsi qu’à la fin du deuxième mois et ainsi de suite jusqu’à la fin de votre traitement.

Cela dit, dans certaines conditions spécifiques, le pharmacien peut délivrer des médicaments pour une durée supérieure à 1 mois. Quelles sont donc ces conditions spécifiques ?

Délivrance supérieure à 1 mois 

En la matière, on note deux cas de figure. Une délivrance supérieure à 1 mois est possible en cas de conditionnement trimestriel du produit ou dans le cas d’un long séjour à l’étranger (plus d’un mois). Dans l’un ou l’autre des cas, le médecin doit en faire la précision sur l’ordonnance. En outre, il faut demander l’accord de la caisse d’assurance maladie dont relève le patient, sauf s’il s’agit d’un traitement non remboursable (NR).

Dans le cadre de cette demande, le patient doit notamment joindre la prescription médicale d’accord du médecin ainsi qu’une déclaration sur l’honneur précisant nom, prénom, adresse, téléphone, n° d’immatriculation, nationalité, lieu de séjour à l’étranger, date de départ ainsi que la durée et le motif du séjour. Le pharmacien pourra donc délivrer en une seule fois un traitement de plus d’un mois sur la présentation de la prescription portant accord du médecin, accompagnée de l’accord pour l’application de la dérogation par la caisse d’assurance maladie.

C’est une procédure dite dérogatoire pour que certains patients devant se rendre à l’étranger n’aient pas à interrompre leur traitement. Mais il s’agit d’une dérogation strictement encadrée. En effet, elle est soumise à la durée maximale de prescription fixée par le code de santé publique pour certains médicaments, ainsi que les dispositions encadrant les médicaments à surveillance particulière. Par ailleurs, cette dérogation ne peut être envisagée que dans le cas où les patients seraient susceptibles d’avoir des difficultés à se procurer leur traitement à destination. Cela exclut donc les déplacements en France métropolitaine ou dans un département d’outre-mer.

Autres abréviations courantes en pharmacie

Outre les initiales QSP, diverses autres mentions peuvent apparaître sur votre ordonnance médicale, avec des informations précises à destination du pharmacien.

Entre autres, on retrouve souvent les initiales «NS» pour dire «Non Substituable». Cette mention est utilisée pour indiquer que le générique ne peut être vendu. Cette précision apparaît généralement dans le cas de médicaments à marge thérapeutique étroite (MET), de médicaments prescrits à un enfant de moins de 6 ans (EFG) ou encore en cas de contre-indication formelle (CIF). Le médecin ne doit donc plus seulement inclure les initiales «NS», mais apporter plus de précisions selon le cas, pour justifier son choix.

Aussi, il n’est pas rare de retrouver la mention «AR» pour dire «A Renouveler». Elle renseigne sur la fréquence de renouvellement du traitement. Elle peut s’appliquer à un ou plusieurs produits ou même à toute l’ordonnance. Il faut noter néanmoins que ce renouvellement ne peut dans tous les cas pas excéder la durée maximale de validité d’une ordonnance médicale.

Enfin, la mention «NR» qui veut dire «Non Remboursable» est indiquée pour les médicaments non pris en charge par l’Assurance maladie.

Comment mieux lire une ordonnance médicale ?

Si la moitié des ordonnances sont aujourd’hui faites à la main, il est possible d’avoir une ordonnance imprimée en bonne et due forme. Dans tous les cas, la loi impose un certain nombre de mentions pour une ordonnance valable.

L’entête comporte généralement les informations servant à l’identification du médecin ayant effectué la prescription. Le cas échéant, on y retrouvera entre autres le nom et prénom du médecin, sa spécialité, son numéro d’identification ainsi que son adresse. On retrouve généralement dans le coin supérieur gauche les informations servant à l’identification du médecin et à droite son adresse.

L’adresse est particulièrement utile lorsque le pharmacien doit contacter le médecin pour avoir des éclaircissements sur sa prescription ou simplement pour le déchiffrage. C’est parfois tout un défi de parvenir à lire convenablement l’écriture d’un médecin, et plusieurs erreurs aux fâcheuses conséquences pour les patients ont souvent été commises à l’occasion de la lecture des ordonnances en pharmacie.

Juste en dessous, on retrouve généralement la date de prescription, ainsi que des informations servant à l’identification du patient. Y sont mentionnés son nom et prénom, son âge et notamment son poids. La date de prescription est une des mentions les plus essentielles pour la validité d’une ordonnance. Elle sera utile au pharmacien pour juger si oui ou non l’ordonnance est valable. Enfin, la signature est souvent apposée au bas de l’ordonnance et c’est également une mention obligatoire pour que l’ordonnance soit recevable en pharmacie.

Entre les mentions du haut de page et la signature, on retrouve généralement la liste des médicaments prescrits. Les médecins sont normalement tenus de prescrire en DCI. Vous avez ainsi sur plusieurs ordonnances, le nom de la substance active et ensuite le nom commercial ou le nom du laboratoire. Cela permet au pharmacien de proposer rapidement un générique ou un autre médicament avec le même principe actif, au cas où celui-ci ne serait pas disponible, sauf bien sûr mention particulière (NS).

À côté de la molécule prescrite et souvent sur la même ligne, on a la dose à prendre, les moments de prise et la durée du traitement. Au bas de l’ordonnance, le médecin peut ajouter des conseils médicaux pour maximiser l’efficacité du traitement: un régime alimentaire spécifique à adopter durant le traitement, des aliments ou substances à éviter, pratiquer une activité physique régulière, etc. En dessous de la signature, le médecin peut de même préciser le nombre total de médicaments prescrits sur l’ordonnance.                                                       

Validité d’une ordonnance médicale

D’un point de vue légal, vous avez un maximum de 3 mois pour vous rendre en pharmacie suite à une prescription médicale classique. Au-delà, il vous faudra retourner voir le médecin pour une nouvelle ordonnance.

Pour certaines prescriptions en particulier, ce délai peut être étendu à 1 an. En cas de traitement chronique renouvelable (diabète par exemple), vous pouvez conserver votre ordonnance sur une durée de 1 an. Il faut néanmoins que la première délivrance soit faite dans les 3 mois suivant la prescription.

Pour certains produits spécifiques tels que la morphine par exemple, la durée de validité de l’ordonnance médicale peut être raccourcie à 3 jours.

Le pharmacien peut-il toujours vous servir votre traitement après expiration de votre ordonnance? Du point de vue légal, il n’en a pas le droit, sauf dans deux cas précis. En cas de traitement chronique, le pharmacien peut vous dépanner si vous n’avez pas eu le temps de voir votre médecin pour une ordonnance, de sorte à éviter une interruption qui pourrait nuire à votre santé. Et il s’agit d’un dépannage ; vous n’avez droit qu’à une seule boîte par ligne de médicament et le plus petit conditionnement, à l’exception bien entendu des psychotropes. Cette boîte sera naturellement déduite lors de la délivrance de la prochaine ordonnance. Le pharmacien est donc tenu d’informer le médecin à cet effet.

Du reste, le pharmacien peut aussi vous délivrer votre contraceptif, notamment la pilule, même si votre ordonnance est expirée, pour peu qu’elle date de moins de 1 an. Cela dit, vous n’y avez droit qu’une seule fois, le temps de renouveler votre ordonnance.

L’univers pharmaceutique fait l’objet d’un encadrement strict, en raison de la sensibilité des substances qui sont vendues aux patients. Une bonne connaissance des abréviations courantes en pharmacie vous permet néanmoins de mieux lire et de comprendre les mentions portées à votre ordonnance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussi :

Related Articles