Global Statistics

All countries
592,129,086
Confirmed
Updated on August 11, 2022 2:21 am
All countries
562,202,170
Recovered
Updated on August 11, 2022 2:21 am
All countries
6,444,786
Deaths
Updated on August 11, 2022 2:21 am

Insuffisance cardiaque : quelle durée de vie pour un jeune ?

L’insuffisance cardiaque se traduit par l’inaptitude du cœur à offrir un débit sanguin pouvant satisfaire les besoins de l’organisme. Ainsi, il n’est plus capable de répondre efficacement aux nécessités du corps en énergie, en oxygène et en nutriments. Cette affection résulte souvent des maladies du muscle cardiaque, d’une hypertension, mais peut aussi être la conséquence d’un infarctus. Elle touche particulièrement les personnes âgées de plus de 75 ans, mais peut également atteindre un jeune. Sa prise en charge repose sur les soins des troubles qui en sont responsables. Bien qu’elle soit traitable, l’insuffisance cardiaque peut réduire l’espérance de vie des personnes atteintes. Quelle est alors la durée de vie pour un jeune ?

L’espérance de vie pour un jeune atteint d’insuffisance cardiaque

L’insuffisance cardiaque est une pathologie irréversible qui, une fois installée, réduit la durée de vie. Chez un jeune âgé de 5 ans par exemple, l’espérance de vie est de 50 %. Elle dépend de la gravité des signes apparents, du dysfonctionnement du cœur et d’autres facteurs.

De plus, au nombre des patients recevant un diagnostic d’insuffisance cardiaque, 50 % peuvent perdre la vie. En effet, certains mourront durant les cinq années suivantes, tandis que d’autres décéderont les dix ans à venir.

Les causes de l’insuffisance cardiaque

Les troubles qui sont à l’origine de l’insuffisance cardiaque sont de différents ordres dont les principaux se présentent ci-dessous.

Les troubles cardiaques à l’origine de l’insuffisance cardiaque

Les principales causes de l’insuffisance cardiaque sont les troubles relatifs aux artères coronaires. Ils apparaissent dans 70 % des cas et seraient à l’origine de problèmes d’artères coronaires. Lorsqu’ils ne sont pas pris en charge rapidement par un traitement, ils peuvent engendrer une insuffisance cardiaque.

De plus, les problèmes peuvent être liés à l’imperméabilité entre les diverses subdivisions du cœur. L’insuffisance cardiaque peut par ailleurs apparaître lorsque les valvules ne sont plus capables de bien fermer les orifices de communication. Dans certains cas, une malformation cardiaque congénitale peut, sur le long terme, fatiguer le cœur et entraîner une insuffisance cardiaque.

Les troubles circulatoires à l’origine de l’insuffisance cardiaque

Dans certains cas, l’insuffisance cardiaque est liée à une hypertension artérielle qui n’est pas corrigée par les traitements. En effet, elle oblige le cœur à absorber plus fort pour faire circuler le sang, ce qui provoque sa fatigue.

En outre, l’hypertension artérielle trouble la santé des artères, précisément des artères coronaires. En diminuant leur aptitude à se gonfler lorsque la demande en oxygène augmente.

Les troubles respiratoires à l’origine de l’insuffisance cardiaque

Quand le sang circule mal dans les poumons, le ventricule droit fournit plus d’efforts complémentaires pour la circulation sanguine.

Par ailleurs, plusieurs maladies respiratoires peuvent contribuer à l’apparition d’une insuffisance cardiaque comme l’emphysème, la bronchite et l’embolie pulmonaire.

Les facteurs de risque de l’insuffisance cardiaque

Les facteurs susceptibles d’augmenter le risque d’insuffisance cardiaque sont ceux qui favorisent leurs causes. Il s’agit en particulier des causes cardiovasculaires telles que :

  • le tabac ;
  • l’excédent de cholestérol ;
  • l’hypertension artérielle ;
  • le diabète ;
  • le surcroît de boissons alcoolisées ;
  • les aliments trop riches en sel.

A cela, s’ajoutent l’anémie sévère, une alimentation fortement déséquilibrée ou insuffisante et l’apnée obstructive du sommeil.

Les symptômes de l’insuffisance cardiaque

Les symptômes de l’insuffisance cardiaque sont nombreux et variés. Les plus courants sont entre autres :

  • l’épuisement constant ;
  • la dyspnée au moindre effort ;
  • une respiration courte et sifflante ;
  • des battements cardiaques ;
  • une réduction de l’appétit ;
  • un besoin fréquent d’uriner la nuit ;
  • une prise de poids par conservation d’eau.

Dans certains cas, les personnes atteintes d’insuffisance cardiaque présentent des dilatations des jambes. Il est également possible d’observer un ballonnement du ventre, des lourdeurs digestives, et des problèmes de foie. Les personnes très âgées peuvent être confuses, désorientées ou fatiguées.

Évaluation de la gravité de l’insuffisance cardiaque

Il existe principalement quatre catégories de sévérité de l’insuffisance cardiaque selon la classification :

  • classe I ;
  • classe II ;
  • classe III ;
  • classe IV.

Pour ce qui concerne la classe I, il n’y a pas de limitation de l’activité physique. L’activité physique ordinaire ne génère pas d’épuisement exagéré, de battements, de dyspnée, ni de douleurs angineuses. On observe en revanche au niveau de la classe II, une limitation modérée de l’activité physique.

Il s’en suit une absence de symptôme au repos, mais l’activité physique habituelle entraîne fatigue, palpitation, essoufflement. La classe III se traduit par une impossibilité à effectuer toute activité physique sans gêne. Les symptômes d’insuffisance cardiaque existent parfois même au repos.

Par ailleurs, la classe IV se caractérise par l’augmentation de la gêne par toute activité physique. Les soins apportés sont adaptés selon la classe.

Le diagnostic de l’insuffisance cardiaque

Le diagnostic de l’insuffisance cardiaque, surtout à un stade précoce, n’est pas toujours facile à poser. Il repose avant tout sur la présence de symptômes évocateurs : fatigue exagérée, palpitations, essoufflement. Les questions du médecin portent sur ces symptômes, mais aussi sur les facteurs qui peuvent favoriser l’apparition d’une insuffisance cardiaque. Parmi ceux-ci, on trouve les antécédents :

  • d’amygdalite de poitrine ;
  • d’infarctus du myocarde ;
  • d’hypertension ;
  • de diabète.

Le tabagisme, la consommation d’alcool et la prise de médicaments intéressent également le médecin.

Les différents traitements applicables à l’insuffisance cardiaque

Problèmes cardiaques
Man silhouette holds hand to pain point on chest, early symptoms of heart attack, health problems. Vector illustration neon light style, low poly dark background.

La prise en charge de l’insuffisance cardiaque permet de réduire les symptômes et d’améliorer la qualité de vie des souffrants. Elle a également pour but de prévenir les éventuelles complications de l’insuffisance cardiaque.

Les traitements chirurgicaux

Dans certains cas, des traitements chirurgicaux sont obligatoires pour alléger l’insuffisance cardiaque. Lorsque cette dernière est associée à une malformation congénitale, il est alors nécessaire de corriger ces causes par des interventions.

En plus, il peut arriver que l’insuffisance cardiaque provoque une obstruction des artères coronaires. Dans ce dernier cas de figure, la chirurgie vise à corriger le débit dans les artères par la pose de stents.

Les mesures d’hygiène de vie conseillées

Quelle que soit l’origine de l’insuffisance cardiaque, les traitements prennent en compte les mesures d’hygiène de vie. Celles-ci permettent de soulager l’activité du cœur et préviennent d’autres complications comme :

  • l’arrêt du tabac ;
  • le surpoids et l’obésité ;
  • la réduction de la consommation de sel ;
  • la diminution de la qualité de liquides bus chaque jour ;
  • le contrôle du stress ;
  • l’activité physique adaptée régulière.

Par ailleurs, la vaccination contre la grippe et les pneumocoques est également utile pour éviter les maladies respiratoires virales.

L’éducation thérapeutique des patients

Les individus souffrant d’insuffisance cardiaque participent habituellement à des ateliers d’éducation thérapeutique à l’hôpital. Ces ateliers sont destinés à les aider à s’occuper d’eux-mêmes par les mesures d’hygiène de vie.

Il faudra aussi une adaptation du lieu de vie et le respect rigoureux des traitements avec une auto surveillance. Le but de ce dernier est de pouvoir dépister le plus tôt possible une aggravation.

Vous aimerez aussi :

Related Articles