Global Statistics

All countries
618,799,403
Confirmed
Updated on September 22, 2022 1:32 pm
All countries
597,296,875
Recovered
Updated on September 22, 2022 1:32 pm
All countries
6,535,198
Deaths
Updated on September 22, 2022 1:32 pm

Intertrigo inguinal: Symptômes, Complications et Traitements

Avez-vous déjà eu des champions aux pieds ? Si oui, alors vous êtes susceptible de souffrir de l’intertrigo inguinal. Il s’agit d’une affection de la peau qui se propage, des pieds aux organes génitaux. Les personnes adultes sont les plus exposées à cette maladie. Quels en sont les causes et symptômes ? Quelles en sont les possibles complications ? Comment traiter l’intertrigo ? Retrouvez ici quelques réponses.

Définition de l’intertrigo inguinal

L’intertrigo inguinal est une éruption fongique de la peau, localisée dans les plis inguinaux. Provoquée par les champignons appelés dermatophytes, cette maladie fait rougir la peau sous l’effet de l’irritation. Sa particularité est que sa forme est circulaire, semblable à une bague. Une fois que les lésions apparaissent sur une partie du corps, elles s’étendent sur tout le reste de l’anatomie humaine.

Encore appelée eczéma marginé de Hebra, l’affection se manifeste chez certaines personnes comme une sensation de ver, sous la peau. Pourtant, il ne se passe rien de la sorte. Généralement, les champions responsables de l’intertrigo sont inoffensifs. Ils se retrouvent sous les ongles et sur la peau. Cependant, lorsque les conditions le permettent, ils se multiplient rapidement. C’est ainsi que survient l’aggravation de la maladie.

Les champignons de pieds provoquent une panoplie d’affections, de différentes catégories. L’intertrigo inguinal fait partie du groupe des dermatophytoses de l’aine. Outre cette maladie, il y a l’épidermophytie plantaire (pied d’athlète) et la teigne tondante microscopique (cuir chevelu). Ces trois maladies sont de la même source, mais apparaissent à des endroits différents du corps.

Intertrigo inguinal : les différentes formes

L’intertrigo inguinal existe en deux formes différentes. Il s’agit de la forme infectieuse et de la forme non infectieuse.

Intertrigo infectieux

Ce type d’intertrigo est provoqué par les mycoses et les bactéries. Généralement, cette forme d’intertrigo inguinal est sèche. Néanmoins, les bactéries nommées candida créent un intertrigo humide et luisant. La forme aggravée de ce type d’intertrigo peut s’avérer douloureuse, pour le malade. Elle attire d’autres bactéries, qui entraînent des dermatoses sous-jacentes. Les personnes obèses et les personnes de mauvaise hygiène sont les plus exposées.

Intertrigo non infectieux

Cette forme de la maladie est plus simple et totalement sèche. Son signe distinctif est l’apparition de l’eczéma. Outre la cause principale, l’intertrigo non infectieux est provoqué par la dermatite atopique, une allergie à un déodorant ou substance corrosive. Les produits cosmétiques sont également des facteurs d’irritation.

Intertrigo inguinal : les causes de cette maladie

La principale cause de l’intertrigo inguinal, est l’apparition et le développement des dermatophytes. Ils se développent dans les parties humides et chaudes du corps humain. En d’autres termes, une région de la peau à la fois humide et chaude est favorable à la prolifération des champions. Les zones du corps concernées sont celles ayant des plis cutanés. Il s’agit, en l’occurrence, de l’aine et des intervalles entre les orteils.

Ainsi, les origines de l’intertrigo inguinal sont :

  • Une forte sudation ;
  • Un environnement à la fois chaud et humide ;
  • Le port d’habits trop serrés.

Il en ressort donc que les sportifs, dont l’activité requiert le port d’une coquille, sont exposés à cette affection de la peau. Il faut souligner qu’une personne souffrant du pied d’athlète court le risque de souffrir de l’intertrigo inguinal. En effet, les dermatophytes sont à la base de plusieurs formes d’infections.

Un personne affectée par un autre type d’infection, causé par ces champions, peut être aussi affectée par l’intertrigo. Comme exemple, prenons une personne souffrant de la maladie du pied d’athlète. Ce malade peut être aussi affecté par l’intertrigo inguinal, s’il s’essuie les pieds avec une serviette, avant d’essuyer l’aine.

Par ailleurs, il convient de notifier que certaines maladies peuvent être à l’origine de l’intertrigo inguinal. Il s’agit de cas rares, mais possibles. En tête de lice, il y a la maladie de Hailey-Hailey et la maladie de Paget. Ensuite s’ensuivent la maladie de Crohn, le pemphigus végétant et, la syphilis secondaire.

En bas de la liste, se trouvent l’érythème nécrolytique migrateur, l’histiocytose, et la pustulose sous cornée de Sneddon et Wilkinson. La dernière maladie citée fait partie de la catégorie des dermatoses neutrophiliques. Elle est caractérisée par l’existence de polynucléaires neutrophiles dans la peau et touchant les grands plis.

Quel est le mode de transmission de l’intertrigo inguinal ?

Bien que les dermatophytes soient la seule origine de l’intertrigo, ses voies de transmission sont nombreuses. Cette affection de la peau peut être contractée dans plusieurs objets à savoir :

  • Les chaussures ;
  • Les serviettes ;
  • Les tapis ;
  • Les peignes.

Cependant, on remarque que les objets cités ci-dessus sont à caractère personnel. Ils ne sont pas destinés à l’usage de plusieurs personnes. Ainsi, le partage de l’un de ces objets favorise la prolifération des infections fongiques. À la liste des facteurs de transmission, il faut ajouter les sièges de toilette. Vu qu’ils sont d’utilité publique, il serait difficile d’y appliquer la règle de l’usage personnel.

Intertrigo : quels en sont les signes cliniques ?

L’intertrigo inguinal est principalement caractérisé par des démangeaisons et douleurs fréquentes. Toutefois, ces signes indicatifs apparaissent dans la liste des manifestations de plusieurs maladies cutanées. Dans ce cas, il faut d’autres indices ou signes cliniques pour s’assurer du type d’affection dont il s’agit. Pour ce faire, il faudra faire attention à d’autres symptômes.

D’abord, le malade présente une inflammation de l’aine, de la zone supérieure de la cuisse, et de la partie anale. Quant aux organes reproducteurs, ils sont épargnés par cette irritation. Ensuite, une petite bouffissure devient apparente sur la peau. Son contour est dissemblable et sa propagation laisse une région claire en son centre.

L’apparition d’ampoules écailleuses se fait en troisième position. Elles sont, soit couvertes d’une croûte ou elles suintent. Puis, la peau du malade prend une coloration anormalement foncée. Certaines fois, au lieu d’être foncée, la peau peut devenir claire. Enfin, une rougeur apparaît au niveau des parties sensibles ou infectées.

En outre, il faut notifier que l’intertrigo inguinal s’étend en cercles concentriques comme la plupart des infections fongiques. Cette particularité démontre son appartenance à la famille des affections cutanées.

Intertrigo inguinal : quelles sont les complications possibles ?

L’intertrigo inguinal ne se guérit pas de lui-même. L’absence de traitement ou un mauvais traitement favorise son évolution, voire son aggravation. Ainsi, un intertrigo classique peut devenir infectieux. Les frottements de la macération entre les orteils deviennent très douloureux. Une réaction lente à cette étape crée des allergies d’une forte intensité. Une telle situation engage le pronostic vital du patient.

Pour ce qui concerne l’application de traitement inapproprié, il engendre des complications qualifiées de classiques. Ce qualificatif leur est donné parce qu’elles sont moins dangereuses que les allergies. Il s’agit de surinfection bactérienne, de fissuration légère et de douleur des parties du corps infectées. Parfois, une mauvaise odeur peut provenir des dermatophytes.

Intertrigo inguinal : comment le diagnostiquer ?

D’une manière globale, le diagnostic de l’intertrigo est facile. Les symptômes sont les indicateurs qui permettent au spécialiste de l’épiderme de certifier la présence de la maladie. Toutefois, la difficulté se trouve au niveau de la cause de la maladie. En effet, les origines sont multiples et elles peuvent subvenir à plusieurs et de manière simultanée. Pour mieux les détecter, il faut d’abord l’étape de l’entretien et ensuite celle des analyses médicales.

Entretien

Cette étape permet au médecin de poser certaines questions clés. Ces interrogations sont les suivantes :

  • Quel type de sport pratiquez-vous ?
  • Quel genre d’habits portez-vous ?
  • Avez-vous des animaux domestiques ?

Ces diverses questions ne sont pas anodines. Elles permettent au docteur d’établir la cause de l’intertrigo de façon précise. D’autre part, le médecin peut savoir si la maladie réapparaîtra après que le traitement soit effectué. Cette précaution est essentielle pour supprimer l’origine de la maladie. Dans le cas contraire, l’affection ressurgira, malgré l’efficacité du traitement administré.

Les analyses médicales

Le premier examen à réaliser est le prélèvement d’une partie de la peau affectée et son observation au microscope. En fonction des éléments trouvés, la cause de l’inflammation peut être déterminée. Un examen bactériologique est aussi possible, s’il s’agit d’un cas d’intertrigo infectieux. Si après ces deux analyses, un doute subsiste, une biopsie cutanée s’impose au patient.

Traitement intertrigo inguinal : comment s’y prendre ?

Pour se débarrasser de l’intertrigo inguinal, il faut plusieurs types de traitements. Chaque traitement est administré en tenant compte de l’origine détectée de la maladie. À cet effet, l’intertrigo peut se traiter à l’aide d’antifongiques en crème, en lait, et/ou en poudre. L’usage de spray est également admis.

L’application doit se faire 2 ou 3 fois par jour en fonction des recommandations du médecin. Cependant, ce traitement local peut ne pas être efficace. Cette résistance de l’intertrigo peut pousser le médecin à faire une prescription d’antifongique orale à prendre durant 4 semaines au maximum.

Dans le cas d’apparition de bactéries, il faut d’abord utiliser des antiseptiques non irritants. Il est rare que les antibiotiques soient impliqués dans ce type de traitement, à moins que les bactéries fassent preuve d’une grande résistance. Même dans ce cas, le médicament recommandé est la ciprofloxacine.

En cas de complications, il peut arriver que la chirurgie soit la meilleure alternative pour contrer l’intertrigo inguinal. Les piqûres intramusculaires de pénicilline sont également requises pour contrer la syphilis secondaire. En outre, pour remédier à l’intertrigo causé par la maladie de Paget, il faut un traitement de cancer viscéral. Ensuite, il faudra une ablation de la plaque, à l’origine de l’affection cutanée.

Prévention contre l’intertrigo inguinal

Pour éviter l’intertrigo inguinal, il faut adopter une hygiène saine et un style vestimentaire décontracté. Pour entrer plus en profondeur, il faut :

  • Se doucher après avoir fait du sport ;
  • Laver les vêtements de sport après usage ;
  • S’essuyer uniquement avec sa propre serviette ;
  • Changer de sous-vêtements régulièrement surtout après transpiration ;
  • Éviter de porter des maillots de bain humides, pendant un long moment.

Le port des chaussettes est aussi primordial pour lutter contre cette affection cutanée. Aussi, l’application de féculent de maïs ou de la poudre talc est efficace pour prévenir l’intertrigo. En effet, ces deux éléments empêchent l’accumulation de l’humidité dans les zones à risque, pour l’apparition de l’intertrigo inguinal.

En somme, l’intertrigo peut être causé par les dermatophytes, mais aussi par des maladies. Cette affection de la peau est une preuve de la mauvaise hygiène du malade. Ainsi, pour le contrer, il est primordial d’avoir une bonne hygiène, tant pour soi que pour les autres. Pour traiter cette maladie, il faut tenir compte de sa cause. À ce sujet, certaines crèmes et poudres antifongiques peuvent s’acheter en pharmacie sans ordonnance (miconazole et clotrimazole).

Vous aimerez aussi :

Related Articles