Global Statistics

All countries
526,367,271
Confirmed
Updated on May 21, 2022 1:24 am
All countries
481,918,686
Recovered
Updated on May 21, 2022 1:24 am
All countries
6,298,606
Deaths
Updated on May 21, 2022 1:24 am

La labyrinthite : Causes, Symptômes et Traitements

La labyrinthite représente une perturbation de l’oreille interne, qui survient lorsqu’une partie interne de l’oreille s’enfle et s’enflamme. Cette partie de l’oreille permet de gérer l’équilibre, et est composée de deux entités : la cochlée et le système vestibulaire. Ces dernières, qui participent à l’envoi des informations au cerveau, par l’intermédiaire du nerf vestibulocochléaire. Les troubles de l’oreille à l’origine d’une labyrinthite sont le plus souvent causés, par une infection. Découvrez ici, toutes les informations essentielles, sur cette maladie.

La labyrinthite : qu’est-ce que c’est ?

En général, la labyrinthite est engendrée par une infection de l’oreille moyenne ou interne. Elle commence avec l’inflammation du nerf vestibulaire, une affection encore appelée névrite vestibulaire. En effet, on distingue deux nerfs vestibulaires dans l’oreille interne. Comme évoqué plus haut, ces deux nerfs contribuent à envoyer certains signaux à votre cerveau. Ces signaux ont pour but de vous faire garder l’équilibre, et d’assurer le déplacement dans l’espace, ainsi que le contrôle du corps.

Pour être un peu plus clair, le labyrinthe se situe au niveau de l’oreille interne et est composé d’un ensemble de canaux semi-circulaires. Il comprend aussi des poches pleines de liquide, et des conduits. Les liquides accompagnent les mouvements de la tête, afin d’indiquer au cerveau comment l’on se déplace, et où l’on se trouve. Les canaux semi-circulaires quant à eux, sont reliés à la cochlée, qui se situe tout près du tympan. Le rôle principal de la cochlée est d’envoyer des signaux d’ondes sonores au cerveau, afin que ce dernier interprète les sons que vous attendez.

Lorsque l’oreille moyenne est atteinte par une infection, les canaux du système vestibulaire vont s’enflammer. Dans ces circonstances, les deux formes de signaux, son et mouvement vont être affectés, et il y aura une perte d’équilibre. Par ailleurs, lorsque les signaux que les deux oreilles envoient au cerveau diffèrent, cela crée une confusion qui peut causer des vertiges intenses, surtout lorsque la tête bouge soudainement. On parle dans ce cas de labyrinthite. Cette pathologie donne la sensation de bouger, alors que ce n’est pas le cas. Elle cause aussi des céphalées et des vertiges.

Qu’est-ce qui peut causer une labyrinthite ?

L’oreille externe de l’être humain contient un système de sacs en boucle, et de tubes appelé le labyrinthe. Ce dernier contient du fluide, et quelques cellules ciliées afin de mieux réguler l’équilibre et l’audition. Cependant, il peut arriver qu’une infection interfère avec les informations que le labyrinthe envoie au cerveau. Pour un patient qui souffre de labyrinthite, les parties de son oreille interne finissent par être bouffies, mais également irritées. Certains facteurs sont connus pour augmenter le risque de contracter une labyrinthite. Il s’agit entre autres :

  • du rhume ou de la grippe, qui constituent des infections des voies respiratoires supérieures ;
  • de la bronchite ou de la méningite ;
  • des infections de l’oreille moyenne ;
  • de la cigarette ;
  • des antécédents d’allergies ;
  • de la consommation en grande quantité de l’alcool ;
  • du stress extrême ;
  • de certains traitements médicamenteux sur ordonnance ;
  • de la fatigue quotidienne.

Même si la labyrinthite est rare chez les enfants, elle constitue une maladie qui peut toucher aussi bien les femmes que les hommes. Toutefois, elle n’est pas contagieuse ; mais les virus et les bactéries qui la provoquent peuvent être transmis.

Comment se manifeste la labyrinthite ?

En général, cette maladie affecte l’audition des personnes l’ayant contractée. Elle peut également provoquer un déséquilibre visuel, et une sensation de vertige. En plus de ces signaux d’alerte de la maladie, d’autres symptômes peuvent aussi se manifester. Par exemple, le malade :

  • peut avoir une vision floue ;
  • peut se sentir étourdi, ou se sentir flotter ;
  • peut subir des vomissements et des malaises ;
  • peut perdre l’audition ou ressentir des bourdonnements ;
  • peut avoir un écoulement des oreilles, etc.

Les symptômes et les signes apparaissent le plus souvent sans avertissement. Par exemple, le patient peut les sentir un matin, au lever du lit. L’apparition soudaine de ces signaux d’alerte de la labyrinthite peut être vraiment effrayante. Si la personne infectée a des problèmes de vision ou d’équilibre ou se sent étourdie, il est recommandé qu’elle fasse appel à un médecin le plus tôt possible.

La labyrinthite qui n’est rien d’autre qu’un gonflement observé au niveau du labyrinthe se produit lorsqu’une infection bactérienne ou virale atteint les deux branches du nerf vestibulocochléaire. Normalement, les infections qui provoquent la maladie sont d’origine virale. Toutefois, les symptômes d’une labyrinthite d’origine microbienne, et ceux d’origine virale se distinguent les uns des autres.

La labyrinthite causée par une infection bactérienne

Dans le cas de la labyrinthite, séreuse, ou labyrinthite aiguë, les germes ayant infecté l’oreille moyenne ou l’os, qui borde généralement l’oreille interne, génèrent une substance toxique. Cette substance, dangereuse, peut attaquer l’oreille interne via les fenêtres oblongues, qui irritent le système vestibulaire, ou la cochlée, ou les deux.

La labyrinthite aiguë est le plus souvent causée, par une infection de l’oreille moyenne qui n’a pas été traitée. Il s’agit généralement de l’otite aiguë, ou de l’otite moyenne chronique. La labyrinthite par infection bactérienne se définit par des symptômes, et signes modérés ou subtils.

Dans le cas d’une labyrinthite suppurative, certains micro-organismes d’origine microbienne attaquent directement le labyrinthe. Cette forme de labyrinthite d’origine bactérienne est beaucoup moins fréquente. Dans ce cas, l’infection se produit soit au niveau du liquide céphalorachidien, suite à une méningite bactérienne, ou soit entre les oreilles. Les germes à la base de l’infection pénètrent dans l’oreille interne, en passant par le canal acoustique inférieur, ou par l’aqueduc cochléaire. Ces germes peuvent aussi passer par la fistule, au niveau du canal semi-circulaire (horizontal). Cette forme de labyrinthite (labyrinthite suppurative) se manifeste par des signes un peu plus sévères, contrairement à sa congénère.

Labyrinthite causée par une infection virale

La labyrinthite virale – © Crédit : informationhospitaliere.com

Même si les infections virales sont beaucoup plus fréquentes que les infections bactériennes, il est difficile d’avoir assez d’informations sur elles. Les infections virales au niveau de l’oreille interne peuvent être causées, par une affection virale systémique. Cette dernière va étendre son influence sur tout le corps, telles une rougeole ou une mononucléose transmissible.

L’infection peut aussi se limiter au niveau du nerf vestibulocochléaire, ou au niveau du labyrinthe. Dans la plupart des cas, c’est une seule oreille qui est atteinte.

Parmi les virus qui sont habituellement associés à la labyrinthite ou à la névrite vestibulaire, il y a le virus de l’herpès et celui de la rougeole. Il y a également le virus de la grippe, de la rubéole, des maladies du foie, le virus Epstein-Barr, celui des oreillons, ainsi que celui de la poliomyélite. Plusieurs autres virus sont aussi impliqués, mais pour le moment, ils ne sont pas encore identifiés à cause des problèmes d’échantillonnage du labyrinthe.

Étant donné que l’infection de l’oreille interne est le plus souvent provoquée par une infection (bactérienne ou virale), elle peut suivre son chemin et devenir ensuite inactive au niveau du nerf. L’inflammation de ce dernier peut donc se faire à tout moment. Jusqu’à aujourd’hui, il n’existe pas encore de moyens pouvant permettre de prévoir si l’infection va revenir ou pas. Lorsque l’inflammation revient, on parle alors de labyrinthite chronique.

Comment diagnostiquer une labyrinthite ?

À la première apparition des signes cliniques, la personne concernée doit impérativement consulter un médecin. Dans certains cas, la labyrinthite peut être traitée sans thérapie, mais il est important de déterminer sa cause, afin d’éviter des complications. En termes de diagnostic, cette maladie ne dispose pas d’un test ou d’un examen spécifique. En général, les médecins peuvent identifier un cas de labyrinthite lors d’un examen physique.

Mais, il peut aussi arriver que la maladie soit invisible pendant un examen physique de l’oreille. Dans ce cas, le médecin qui se charge du patient va procéder à un examen physique approfondi, qui consiste à faire des analyses neurologiques. Il peut aussi arriver que les signaux d’alerte de la labyrinthite imitent les symptômes d’autres maladies telles que :

  • la migraine ;
  • la maladie de Ménière ;
  • les dommages au niveau des artères du cou, etc.

Pour cette raison, le soignant peut demander des examens supplémentaires afin d’exclure ces différentes maladies. Parmi les examens supplémentaires, les patients peuvent être amenés à effectuer :

  • des examens ou des tests auditifs ;
  • des examens de sang ;
  • une IRM de la tête afin d’enregistrer les images des cadres crâniens du patient ;
  • un électroencéphalogramme ou EEG (un test des ondes cérébrales) ;
  • un ECG (électrocardiogramme), ou d’autres examens cardiovasculaires ;
  • une électronystagmographie ou ENG (examen de l’activité oculaire) ;

Ces différents examens cliniques sont demandés par le médecin traitant, afin d’écarter certaines hypothèses.

Quels traitements contre la labyrinthite ?

Pour un cas de labyrinthite, le traitement à prescrire va dépendre des symptômes du patient. En plus des symptômes, le traitement va aussi dépendre de l’âge, et de l’état de santé du patient ainsi que de la gravité de la maladie. Dans l’immédiat, juste après un diagnostic, le traitement de la labyrinthite peut être composé :

  • des médicaments antiviraux ;
  • des antibiotiques dans le cas d’une infection bactérienne ;
  • des corticostéroïdes pour réduire les gonflements des nerfs.

En plus des traitements médicamenteux, certains remèdes faits maison peuvent aussi aider à faire régresser les symptômes de la maladie. Il s’agit par exemple des compresses douillettes appliquées sur l’oreille atteinte, ou des gargarismes à l’eau salée. Les patients peuvent aussi opter pour des analgésiques en vente libre. En cas d’étourdissement, il est conseillé aux patients de s’allonger dans une chambre sombre, à l’écart des lumières intenses et du bruit.

Vous aimerez aussi :

Related Articles