Global Statistics

All countries
623,891,251
Confirmed
Updated on October 4, 2022 2:44 pm
All countries
602,590,214
Recovered
Updated on October 4, 2022 2:44 pm
All countries
6,552,191
Deaths
Updated on October 4, 2022 2:44 pm

La préparation à l’accouchement : comment accueillir le futur bébé ?

L’accouchement est un événement qui suscite souvent beaucoup de craintes. C’est un processus stressant pour le corps de la femme et il comporte également des risques. Toutefois, il est possible qu’un accouchement se déroule sans accroc et très facilement, avec une bonne préparation. Il existe de nombreuses méthodes pour y arriver. Voici tout ce qu’il faut savoir sur la préparation de l’accouchement.

Pourquoi se préparer à l’accouchement ?

Avant tout, il faut préciser que le terme « préparation à l’accouchement » est assez relatif. En effet, préparation prend en compte aussi bien l’accouchement que la parentalité. Cette pratique va aider les parents à mieux vivre l’arrivée du nouveau-né.

Contrairement à ce que pensent de nombreux couples, la préparation à l’accouchement ne consiste pas juste à apprendre à pousser. C’est l’occasion pour les parents de lever les doutes sur tout ce qui pourrait les angoisser durant l’accouchement. Ces derniers auront également plus de précision sur les différentes complications pouvant survenir pendant la grossesse, et les réactions à avoir pour chacune d’elles.

La préparation à l’accouchement inclut également les points tels que l’allaitement, les premiers maux du bébé, tout l’univers post-natal. Pour résumer, préparer son corps à l’accouchement permet essentiellement de :

  • Maîtriser les mouvements à adopter durant la grossesse ;
  • Comprendre le déroulement de la grossesse ;
  • Se renseigner sur les soins à apporter au bébé à sa naissance ;
  • Préparer au mieux le retour du nouveau-né à la maison.

Cela est essentiel dans la vie du couple, et pour minimiser les risques de dépression post-partum chez la mère.

Quand débute la préparation à l’accouchement ?

Presque toutes les techniques de préparation à l’accouchement débutent au quatrième mois de la grossesse. Le processus se répartit généralement en huit séances courant les neuf mois de grossesse. Toutefois, la femme enceinte peut choisir d’avoir autant de séances qu’elle en a la possibilité.

Après l’accouchement, certaines séances sont aussi organisées pour aider les parents à s’adapter à cette nouvelle routine avec leur bébé.

Où se déroulent les séances de préparation à l’accouchement ?

Habituellement, les maternités accueillent les séances de préparation à l’accouchement. Cependant, il existe aussi des centres spécialisés pour compléter les cours de la maternité pouvant s’avérer insuffisants. Notons aussi les cours de « yoga prénatal », qui ne se déroulent pas dans les maternités. Par ailleurs, le lieu de déroulement des séances de préparation dépend des préférences de la future maman.

Les étapes de la préparation à l’accouchement

Habituellement, la préparation à l’accouchement se répartit en deux étapes essentielles que sont : le choix de la maternité et les séances de préparation à l’accouchement.

Étape 1 : le choix de la maternité

Le choix de la maternité est l’une des étapes les plus importantes dans la préparation à l’accouchement. La future maman peut choisir celle qu’elle veut. Cependant, elle doit tout de même respecter certains critères. Par exemple, il faudra s’assurer que la maternité est à proximité de son lieu d’habitation et s’y inscrire au cinquième mois de la grossesse.

Les autres critères sont relatifs au choix, entre un hôpital public ou une clinique privée. On peut aussi évoquer les préférences de déroulement de l’opération en salle d’accouchement ou en chambre de naissance. Pour finir, la future maman peut opter pour un médecin pour son assistance, ou plutôt pour une sage-femme.

Étape 2 : les séances de préparation à l’accouchement

La majorité des maternités propose aux futures mamans des cours de préparation, pour leur permettre de mieux vivre cette période et être prêtes à affronter d’éventuelles complications. Ces cours sont d’une importance capitale, surtout lorsqu’il s’agit du premier accouchement de la femme.

Toutefois, il n’est pas obligatoire de se rendre dans les maternités pour les suivre. Des centres locaux et des services communautaires organisent aussi régulièrement ces cours de préparation à l’accouchement.

Quelques méthodes de préparation à l’accouchement

La préparation à l’accouchement est l’occasion pour la femme enceinte de rencontrer des professionnels, et de trouver des réponses à toutes ses interrogations. Ces séances permettent aussi aux futures mamans de rencontrer d’autres femmes dans le même état, ce qui leur permet de ne pas se sentir isolée. Pour la préparation à l’accouchement, plusieurs méthodes peuvent être utilisées.

La psychoprophylaxie obstétricale

La PPO (Psychoprophylaxie Obstétricale) est une méthode classique de préparation à l’accouchement et la plus répandue. Cette méthode consiste principalement en une préparation psychologique de la femme enceinte, afin que son corps ait des réactions appropriées durant l’accouchement. La PPO est applicable à partir du troisième trimestre (6e ou 7e mois) de la grossesse. Les cours de psychoprophylaxie obstétricale durent généralement entre 1h 30 et 2h. Ils regroupent des femmes dont la date d’accouchement est proche. La PPO se répartit habituellement en deux parties : une partie théorique et une partie pratique.

La partie théorique de la PPO

Les cours théoriques de la PPO visent à aider les femmes enceintes à mieux comprendre le déroulement de la grossesse, et à fournir à ces dernières le maximum d’informations sur le retour du bébé à la maison. Durant cette phase théorique, les femmes enceintes ont l’occasion de poser toutes les questions qui les angoissent par rapport à l’accouchement. Ces séances théoriques leur permettent de démystifier toutes les rumeurs concernant l’accouchement, de créer des liens avec d’autres femmes enceintes, et de se sentir en confiance pour la venue au monde de leur bébé.

La phase pratique de la PPO

Les futures mamans vont à présent réaliser des exercices musculaires et respiratoires. Elles vont aussi s’entraîner avec des techniques de relaxation. La phase pratique de la PPO va réellement les préparer au grand moment de l’accouchement. Ensuite, des visites de la maternité sont organisées pour permettre aux femmes enceintes de se familiariser avec la salle d’accouchement, ainsi qu’avec les équipements présents. Si cela est possible, le papa peut aussi participer à cette phase pratique.

L’haptonomie

L’haptonomie est une méthode d’affectivité qui permet aux futurs parents de créer un contact avec leur bébé avant la naissance. Cette méthode est très appréciée par de nombreux couples, car le père y participe aussi.

Généralement, les séances d’haptonomie débutent dès le 4e ou le 5e mois de la grossesse. Ces périodes correspondent essentiellement à celles où la future maman commence à sentir les mouvements du bébé dans son ventre. Au-delà d’être considérées comme une simple méthode de préparation à l’accouchement, les séances d’haptonomie continuent même après la naissance et peuvent aller jusqu’aux premiers pas du nouveau-né.

De façon pratique, les exercices de l’haptonomie consistent à appliquer les mains sur le ventre de la maman, ou encore à improviser des discussions avec le bébé pendant qu’il est encore dans le ventre de sa mère. L’haptonomie va également apprendre au père, certains gestes qui peuvent soulager la femme enceinte lors des contractions.

La sophrologie prénatale

Il s’agit d’une méthode de relaxation qui aide la mère à mieux appréhender son corps et par conséquent, bien préparer son accouchement.

Les séances de sophrologie prénatale débutent généralement à partir du troisième trimestre de la grossesse. On peut aussi prolonger ces séances même après l’accouchement, pour éviter à la maman de sombrer dans des angoisses. Les cours sont donnés par une sage-femme.

Concrètement, la sophrologie consiste à travailler la respiration et à appréhender le lâcher-prise, ainsi qu’une bonne gestion des contractions. Les sages-femmes vont faire visualiser aux femmes enceintes des moments d’accouchement et d’expulsion du bébé, ceci dans le but de les préparer positivement au processus.

L’acupuncture

Issue de la médecine chinoise, l’acupuncture est fortement recommandée pour les femmes qui souhaitent se débarrasser de certains malaises survenant durant la grossesse. Parmi ces malaises, on peut distinguer les nausées. Mieux, l’acupuncture peut être utilisée pendant l’accouchement, pour réduire la durée de cette dernière. Généralement, cette méthode n’est pas la plus indiquée pour les femmes qui détestent les aiguilles.

Le chant prénatal

À l’image de l’haptonomie, le chant prénatal permet aux parents d’établir un contact avec le bébé qui se trouve encore dans l’utérus. Source de véritable bien-être, cette méthode s’applique à partir du 5e mois de la grossesse, car ce moment représente la période idéale où le bébé peut entendre la voix de ses parents.

Les séances de chant prénatal durent généralement deux heures et se déroulent au petit matin. Durant ces séances, les femmes enceintes vont bénéficier des massages, écouter des berceuses et partager avec d’autres femmes enceintes leur expérience sur la venue au monde de leur bébé.

L’aquagym prénatale

L’aquagym prénatale est un sport très doux qui correspond à la condition de grossesse. Cette activité n’a habituellement aucun impact sur le déclenchement de l’accouchement. Elle peut donc se pratiquer jusqu’au dernier mois de la grossesse.

Les séances d’aquagym prénatale se déroulent dans des piscines chaudes (30° au moins) et sont dirigées par une sage-femme. Divers exercices y sont effectués dans le but de provoquer un renforcement des muscles, ainsi qu’un assouplissement des articulations et des jambes lourdes. Contrairement aux autres méthodes de préparation à l’accouchement, l’aquagym prénatale ne peut être pratiquée que sur autorisation du gynécologue ou du médecin traitant.

En effet, cette activité peut exposer les femmes enceintes à des infections, des hypertensions ou des hypotensions artérielles. C’est pour cela que l’avis d’un médecin est primordial.

Le yoga

Le yoga est un véritable moyen pour maîtriser la respiration, la relaxation et la posture : d’excellents atouts pour faciliter l’accouchement. Le yoga contribue à la lutte contre les problèmes de dos durant l’accouchement.

De façon pratique, les séances de yoga avant l’accouchement vont consister à apprendre à se relaxer, aussi bien mentalement que physiquement. Il s’agira aussi de s’exercer à l’étirement de dos, au placement du bassin et à la reconnaissance du périnée.

Vous aimerez aussi :

Related Articles