Global Statistics

All countries
591,630,234
Confirmed
Updated on August 10, 2022 8:19 pm
All countries
561,902,326
Recovered
Updated on August 10, 2022 8:19 pm
All countries
6,442,970
Deaths
Updated on August 10, 2022 8:19 pm

L’automutilation chez l’enfant : quelles dispositions prendre ?

La détresse émotionnelle survenant, suite à certains changements liés à l’âge chez les enfants, peut les amener à développer une variété de réponses imprévisibles parmi lesquelles, l’automutilation. Voir son enfant s’automutiler peut être un fait bouleversant pour les parents et les familles.  Il est alors important de connaître les signes de l’automutilation, afin de fournir un soutien adéquat à son enfant. Cela lui permettra également de trouver son équilibre et de faire face à ses besoins émotionnels.  

C’est quoi l’automutilation ?

L’automutilation, encore appelée l’automutilation non suicidaire est un acte délibéré, consistant à se faire du mal physiquement sans pour autant chercher à mourir. L’automutilation peut être liée à des problèmes de santé souvent mentale tels que l’anxiété, la dépression ou les troubles alimentaires. L’automutilation non suicidaire est de plus en plus répandue chez de nombreux enfants.

Il est important de préciser que l’automutilation est différente du suicide. En effet, le suicide est un acte volontaire consistant à mettre fin à ses jours. Généralement, les personnes qui tentent de se suicider ou se suicident se sentent désespérées.

La différence entre l’automutilation et le suicide réside donc au niveau de l’intention. Dans le cas de l’automutilation, l’intention est de s’infliger une douleur alors que dans le cas du suicide, l’intention est de mettre fin à ses jours. Même si les déclencheurs émotionnels dans les deux cas sont similaires, l’automutilation est une tentative qui consiste à faire face à ses sentiments et de se soulager en se faisant mal.

Les formes d’automutilation

L’automutilation non suicidaire peut se manifester de différentes manières. Certaines formes sont directes alors que d’autres sont indirectes. L’automutilation directes se caractérise par :

  • Se brûler ;
  • Se donner des coups de poing sur le corps ;
  • Se couper ;
  • Se gratter ;
  • Graver des symboles ou mots sur la peau ;
  • Faire éclater des élastiques sur ses parties du corps ;
  • Insérer des objets sous la peau.

L’automutilation indirecte consiste à se causer du tort et ceci, sans qu’on ne le remarque. Voici quelques exemples :

  • Sauter des repas ;
  • Se mettre dans une relation abusive ;
  • Fumer des cigarettes parce que cela nuit aux poumons avec le temps ;
  • Sauter des médicaments qui pourraient aider.

Certains actes peuvent paraître mineurs, néanmoins tous les actes d’automutilation doivent être pris très au sérieux. 

Quelques signes d’automutilation remarquables chez les enfants

Il peut être difficile de savoir réellement quand un enfant s’automutile. La plupart du temps, les enfants qui pratiquent l’automutilation non suicidaire le font en cachette. Cela peut rendre l’intention d’automutilation non perceptible. Toutefois, bien qu’ils puissent varier, si vous remarquez l’un ou plusieurs de ces signes ou symptômes chez votre enfant, il y a de quoi s’inquiéter.

  • Cicatrices ;
  • Fractures régulières ;
  • Coupures ;
  • Instabilité émotionnelle ;
  • Sentiment de désespoir ;
  • Anxiété :
  • Irritabilité
  • Dépression ;
  • Hyperactivité;
  • Troubles du sommeil;
  • Retrait des activités autrefois appréciées ;
  • Passe beaucoup plus de temps seul ;
  • Vêtements sanglants récurrents ;
  • Historique de recherche sur l’automutilation ou le suicide sur internet ; 
  • Ecchymoses ;
  • Ment sur les sources de ses blessures ;
  • Diminution du rendement scolaire ;
  • Dispose d’une réserve d’objets tranchants ;
  • Explosions de colère ;
  • A du mal à se calmer ;
  • Se retire brusquement de ses amis ;
  • Changement dans la façon d’interagir avec ses amis ;
  • S’enferme dans la salle de bain pendant de longs moments ;
  • Intérêt pour les activités à risque ;
  • Difficultés relationnelles avec la famille ou les amis ;
  • Comportements impulsifs ;
  • Port régulier de manches longues et pantalons même en période de chaleur.

Notez cependant que ces comportements ne signifient pas d’office que votre enfant s’automutile. Pour dissiper tout doute, il serait mieux de commencer par le suivre de près.

Quelques raisons qui poussent des enfants à s’automutiler

Il est souvent difficile pour les adolescents ou tout enfant en phase de développement, de gérer les traumatismes et émotions. Ces sentiments peuvent être accablants et entraver ainsi la vie quotidienne de l’enfant. Cela peut le pousser à un besoin de soulagement. Voici quelques raisons qui peuvent susciter l’automutilation chez les enfants :

Les principales raisons

  • L’autopunition : Certains enfants estiment qu’ils méritent d’être punis, parce que simplement ils pensent être une mauvaise personne ou une déception. Ils se disent même que leurs parents ne les aiment pas ;
  • Signalement social : Votre enfant peut essayer de communiquer avec vous, vous montrer qu’il (elle) a besoin d’aide mais ne sait pas comment utiliser les mots. Il peut aussi s’automutiler afin de vous montrer l’intensité de sa douleur. Ce faisant, il estime que vous comprendrez la profondeur de ses sentiments ;
  • Recherche de soulagement : L’automutilation peut, selon certains enfants, les aider à déplacer l’attention de leur douleur émotionnelle à celle physique.  Autrement dit, en se blessant volontairement, il se dit que toute son attention se portera sur la blessure. De ce fait, il pensera que cela lui offrira un soulagement temporaire de ses émotions. Quand un enfant pratique suffisamment l’automutilation, il peut produire un état d’euphorie grâce aux opioïdes endogènes. Les opioïdes endogènes sont des substances chimiques qui soulagent la douleur ;
  • Isolement social : Cela peut être une façon à votre enfant de communiquer qu’il n’est pas assez bon, dans le but de repousser les gens qui s’approchent de lui.

Raisons secondaires

D’autres raisons de l’automutilation non suicidaire peuvent être :

  • Le dysfonctionnement familial ;
  • Le divorce ;
  • Le décès d’un être cher ;
  • Avoir été témoin ou victime d’un crime ;
  • Faible tolérance à la dépendance ;
  • L’intimidation à l’école ;
  • Difficulté avec la régulation des émotions ;
  • Troubles alimentaires ;
  • Troubles anxieux ;
  • Dépression ;
  • Troubles de stress post-traumatique.

Toutes les causes énumérées sont bien gérables. Le professionnel de la santé est le mieux habilité à explorer et déterminer avec une parfaite précision des causes qui motivent votre enfant à s’automutiler

Comment aborder votre enfant s’il s’automutile ?

Vous pouvez naturellement vous sentir contrarié (e), effrayé(e), si vous pensez ou découvrez que votre enfant s’automutile. Peu importe comment la situation se présente, il est important que vous compreniez que vous pouvez bel et bien aider votre enfant à traverser cette condition. Voici quelques conseils qui vous aideront à  gérer cette situation :

Gardez votre sang froid

Votre taux d’adrénaline peut monter si votre enfant s’automutile ; c’est tout à fait normal. Vous aimez sans doute votre enfant et vous ne souhaitez pas qu’il se fasse du mal.  Ne faites jamais l’erreur de penser que si vous vous mettez en colère contre votre enfant, il arrêtera. Au contraire, cela risque d’aggraver la situation.

Il est important que vous preniez le contrôle sur vos émotions, avant de l’approcher au sujet de l’automutilation. Voici quelques étapes pour gérer vos émotions : 

  • Appartenir à un groupe de soutien aux parents ;
  • Participer à des activités d’auto-soins ;
  • Parler avec un professionnel de la santé mentale ;
  • Pratiquer des exercices de respiration profonde.

Planifiez votre intervention avec votre enfant

Voici quelques stratégies qui vous aideront quand vous vous sentirez prêt (e) à parler avec votre enfant :

  • L’approcher avec un esprit ouvert ;
  • Eviter à tout point de le critiquer, de le juger ou de le blâmer ;
  • Chercher à comprendre les raisons qui le motivent à s’automutiler ;
  • Le rassurer  et lui faire comprendre que l’étape de l’enfance et de l’adolescence peut parfois être difficile à gérer ;
  • Exprimez-lui votre soutien et votre volonté de l’aider tout en lui demandant la manière dont il a commencé à s’automutiler et la fréquence à laquelle il le fait.

Si vous surprenez votre enfant pendant qu’il s’automutile, gardez votre calme et abordez-le avec tact.

Vous pouvez par exemple lui dire que vous sentez qu’il est bouleversé parce que vous l’avez vu, mais qu’il sait que vous êtes là pour lui. Vous pouvez lui proposer par exemple d’en discuter avec lui, pendant que vous l’aidez à panser ses coupures. Si les blessures sont graves, alors vous devez appeler le numéro des urgences ou le conduire à l’hôpital.

Étant donné que l’automutilation est signe de détresse émotionnelle ou de problème de santé mentale, il est conseillé de faire appel à un professionnel de la santé pour un traitement.

Comment traiter l’automutilation chez l’enfant ?

Traiter l’automutilation non suicidaire nécessite l’intervention d’un professionnel de la santé mentale. En fonction de la tranche d’âge et des signes et symptômes d’automutilation de votre enfant, le fournisseur de santé saura appliquer le traitement qu’il faut. Voici quelques traitements les plus répandus :

  • Médicament : Il existe aujourd’hui des médicaments spécifiques pour traiter les tendances à l’automutilation. Si l’automutilation est associée à des troubles de santé mentale sous-jacents, le médecin prescrira les médicaments adéquats ;
  • Psychothérapie : Discuter avec un thérapeute peut incontestablement aider à identifier les causes d’automutilation chez votre enfant et à développer les aptitudes d’adaptation pour surmonter ses problèmes ;
  • Programme ambulatoire intensif (PIO) : C’est un programme de traitement de la santé mentale pour les adolescents qui présentent des symptômes modérés de dépression, d’anxiété ou tout autre symptôme lié à un problème de santé mentale ;
  • Hospitalisation : Selon certaines études, les enfants qui s’automutilent peuvent avoir des idées de suicide. Dans un tel cas, un programme d’hospitalisation peut s’avérer utile. 

L’automutilation est un signe autodestructeur qui peut survenir chez certains enfants, plus particulièrement les adolescents. Même si votre enfant n’a pas pour intention de s’automutiler gravement, ses comportements devraient être pris au sérieux. 

Un professionnel de la santé et plus précisément, un psychothérapeute peut vous aider à identifier les causes sous-jacentes d’automutilation chez votre enfant. Cela lui permettra de prendre des mesures de soutien pour votre enfant. Néanmoins, toutes ces précautions ne dispensent en rien toute l’attention que vous devez normalement porter à votre enfant dans de telle situation. Plus vous lui témoignerez de votre affection, et plus il se sentira en confiance.

Vous aimerez aussi :

Related Articles