Global Statistics

All countries
618,799,403
Confirmed
Updated on September 22, 2022 1:32 pm
All countries
597,296,875
Recovered
Updated on September 22, 2022 1:32 pm
All countries
6,535,198
Deaths
Updated on September 22, 2022 1:32 pm

Le cancer du sein: Dépistage et Traitement de la maladie

Considéré comme l’une des principales causes de mortalité par cancer chez la femme, le cancer du sein est le cancer le plus invasif. En 2018 par exemple, plus de 58 500 nouveaux cas de cancer du sein ont été diagnostiqué en France. Heureusement entre 1987 et 2017, le taux de mortalité de cette maladie a chuté d’environ 40%. Une telle réduction s’explique par le diagnostic précoce mais aussi, grâce aux programmes de recherche de traitement, qui ne cessent de s’accroître. 

Les campagnes de sensibilisation aux symptômes et à la nécessité du dépistage restent alors les moyens les plus sûrs pour réduire les risques de mortalités. Nous faisons ici le point sur cette maladie mais aussi, comment l’éviter.

Comprendre le cancer du sein 

Tumeur maligne dans le sein – © Crédit : informationhospitaliere.com

Le cancer du sein est la croissance difforme des cellules qui envahissent les canaux mammaires. Les cellules se développent généralement de façon incontrôlable et se propagent (métaphases) par la suite, à d’autres parties du corps. Ces cellules subissent  des changements qui rendent leur comportement anormal. Ces changements à leur tour, peuvent créer d’autres affections cancéreuses du sein comme, les kystes et l’hyperplasie atypique. Ils peuvent également causer des papillomes intracanalaires qui sont des tumeurs non cancéreuses. Dans d’autres cas encore plus graves, ces changements dans les cellules mammaires peuvent causer le cancer du sein.

Les différents types de cancer du sein

Des plus connus aux moins connus, il y a plusieurs types de cancer du sein.

Les cancers les plus courants

  • Le carcinome canalaire in situ (CCIS)

Encore appelé le carcinome intracanalaire, ce type de cancer atteint principalement les canaux transporteurs du lait depuis les glandes mammaires jusqu’au mamelon. Le CCIS est limité au sein et est donc dit précoce. Il n’est souvent détectable que lors d’une mammographie car trop petit pour être senti au toucher. C’est le type de cancer du sein non infiltrant le plus courant.

  • Le carcinome canalaire infiltrant (CCI)

Ce type de cancer est aussi appelé carcinome canalaire invasif. Il prend corps dans les canaux mammaires et se propage par la suite dans le tissu mammaire voisin et peut même former une masse. Le CCI peut également s’étendre (métaphases) aux ganglions lymphatiques ainsi qu’à d’autres parties du corps. C’est le type de cancer du sein infiltrant le plus courant.

  • Le carcinome lobulaire in situ (CLIS)

Le carcinome lobulaire in situ est un développement anormale de cellules dans les lobules, c’est-à-dire, dans les glandes mammaires qui produisent le lait. Ces cellules ne peuvent se déplacer en dehors des lobules. Généralement le carcinome lobulaire in situ se manifeste dans les deux seins à la fois.

  • Le carcinome lobulaire infiltrant (CLI)

Le CLI est le type de cancer le plus rare car il représente environ 10% des cancers du sein infiltrants. Il débute dans les lobules du sein, traverse par la suite ces lobules et embrase le tissu mammaire voisin. Il peut se répandre aux ganglions lymphatiques, mais aussi à d’autres parties du corps.

  • Le cancer inflammatoire du sein

Le cancer inflammatoire du sein est un type rare de cancer du sein. Représentant 1 à 5% de tous les cancers du sein, ses symptômes sont principalement un sein rouge et enflé. Il est plutôt agressif et peut facilement se développer de manière très rapide.

Types moins courants de cancer du sein

Il y a des types de cancer du sein qui affectent d’autres types de cellules présentes dans le sein. Ces types de cancer sont beaucoup moins fréquents.

  • HER2-positif

Le cancer HER2-positif représente environ 15% à 30% des cancers du sein. Le HER2 est un récepteur intervenant dans la régulation de la prolifération des cellules. Quand une cellule devient cancéreuse, le nombre de récepteurs HER2 peut augmenter anormalement ; ce qui peut favoriser la croissance des cellules cancéreuses.

  • Triple négatif

Le cancer du sein triple négatif représente approximativement 15% des cancers du sein invasif. Il est plus présent chez les jeunes femmes.

  • Maladie de Paget

Elle commence dans les canaux mammaires et se répand à la peau du mamelon puis à l’aréole (la partie sombre tout autour du mamelon. La maladie du Paget est très rare et ne représente qu’environ 1% à 3% des cancers du sein.

  • Angiosarcome

L’angiosarcome prend vie dans les cellules qui tapissent les vaisseaux sanguins ou lymphatiques. Il peut impliquer le tissu mammaire ou encore la peau du sein.

  • Tumeur de Phyllodes

Les tumeurs de Phyllodes sont des tumeurs mammaires très rares. Ils se développent dans le tissu conjonctif du sein. La plupart des tumeurs de Phyllodes sont bénignes, mais il existe d’autres qui sont malignes (cancer).

Les hommes comme les femmes peuvent tous développer un cancer de sein, mais la probabilité chez le sexe masculin reste cependant très faible.

Quelques signes probants du cancer du sein

Les symptômes du  cancer de sein varient largement. De l’enflure aux changements cutanés en passant par les bosses, le cancer du sein n’a aucun signe évident. Dans quelques cas, une boule trop petite peut apparaître dans les seins. Mais cela reste difficile à ressentir ou à détecter par soi-même.  Quelques fois, lors des mammographies de dépistage (radiographie des seins), une zone anormale peut être détectée. Cela poussera alors à d’autres examens plus profonds.

Dans d’autres cas encore, le premier signe peut être une masse ou une bosse dans le sein légèrement grosse, que vous-même pouvez ressentir ou votre médecin.  Selon l’American Cancer Society, l’un des changements suivants dans le sein peut être un symptôme du cancer du sein.

  • Douleur mammaire ;
  • Douleur au mamelon ;
  • Mamelon se tournant vers l’intérieur ;
  • Gonflement partiel ou complet du sein ;
  • Écoulement du mamelon autre que le lait maternel ;
  • Boule dans la partie des aisselles ;
  • Irritation de la peau ;
  • Rougeur ;
  • Épaississement du sein ou de la peau du mamelon.

Il faut reconnaître cependant que ces changements peuvent être des signes de maladies non cancéreuses. Ils peuvent être la cause d’une infection ou d’un kyste par exemple. Il est alors opportun de faire vérifier auprès de son médecin tout changement mammaire .

Les causes du cancer de sein

Considéré comme une maladie multifactorielle, le cancer du sein serait la résultante d’un croisement entre les facteurs génétiques et environnementaux. Ainsi, nous pouvons citer cinq principales causes :

  • L’âge : le risque peut devenir maximal entre 64 et 75 ans ;
  • Les antécédents personnels : incluant les maladies du tissu mammaire ;
  • Les antécédents familiaux : présence d’un cas de cancer du sein dans la famille ;
  • Les prédispositions génétiques : Si plusieurs membres d’une même famille sont atteints du cancer du sein, alors une mutation génétique du cancer du sein peut être transmise de génération en génération. Les gènes principaux de cette cause sont : BRCA1 et BRCA2 ;
  • Tabac, alcool : l’abus de ces substances peut être nuisible à la santé, ce qui peut donner libre accès au cancer du sein.

D’autres facteurs comme le surpoids, la puberté précoce, la ménopause tardive, la sédentarité, l’absence de l’allaitement dû à l’absence de grossesses ou aux grossesses tardives peuvent aussi être des causes du cancer du sein.

Diagnostic du cancer du sein

Il existe plusieurs tests pour diagnostiquer le cancer du sein. Ces tests peuvent inclure :

L’auto-palpation des seins

Auto-palpation des seins
Auto-palpation des seins – © Crédit : informationhospitaliere.com

L’auto-palpation ou l’auto-examen des seins est un moyen important pour détecter un cancer du sein tôt afin de mieux le traiter. Autrement dit, c’est une méthode de dépistage, utilisée pour tenter de détecter d’éventuels changements dans vos seins. Si vous ressentez quelque chose d’anormal dans vos seins lors de cet auto-examen, vous devez alors en parler à votre gynécologue ou à votre médecin généraliste.

Il est recommandé de le faire après vos règles et une fois par mois. L’auto-palpation des seins doit être faite devant un miroir, afin d’observer soigneusement l’aspect des seins dans différentes positions (les mains sur les hanches, les bras le long du corps, les bras levés, le buste penché en avant etc.). Elle se fait avec 3 doigts que sont : l’index, le majeur et l’annulaire.

Vous devez utiliser la pulpe de vos doigts et faire de petits cercles avec les 3 doigts mais en vous déplaçant. Vous pouvez palper vos deux seins simultanément (la main droite peut palper le sein gauche tandis que la main gauche, le sein droit. Arrivé au niveau du mamelon vous devez le pincer tout doucement, afin de vérifier d’éventuels écoulements de liquide ou de sang.

Le diagnostic physique

Si vous remarquez des changements au niveau de votre sein, il est recommandé d’aller consulter votre médecin généraliste pour un examen physique. Il vérifiera à la fois votre sein mais les ganglions lymphatiques au-dessus de vos bras et juste au-dessus de votre clavicule. Il vous posera par la suite des questions relatives à vos antécédents médicaux ou sur vos antécédents familiaux de cancer de sein.

La mammographie

La mammographie est une radiographie à faible dose des seins. Elle est susceptible de détecter des changements indétectables lors du diagnostic physique. Vous devrez informer le personnel de santé si vous avez des implants mammaires avant de passer cette radiographie.

L’ultrason 

Si lors de la mammographie, des changements mammaires sont captés, alors vous devez faire recours à l’ultrason. Ce dernier n’est rien d’autre qu’un scan indolore qui utilise des ondes sonores afin d’avoir une image plus claire de votre sein.

Biopsie

Si au cours de l’ultrason, un cancer de sein est suspecté, le médecin enlèvera une partie du tissu mammaire afin de procéder à un examen par un pathologiste au microscope. Cela permettra d’être convaincu s’il s’agit d’un cancer du sein ou d’une autre maladie ou infection.

Si éventuellement un cancer du sein est détecté, vous pouvez demander à faire un test de tomodensitogramme pour voir si le cancer s’est propagé dans les autres parties de votre corps ou non.

Traitement du cancer du sein

Le traitement de cette maladie dépend des caractéristiques de la tumeur  mais aussi de son extension. Selon la démarche adoptée, cinq grands types de traitements peuvent être utilisés soit en combinaison ou seuls.

  • Chirurgie

L’option chirurgicale la plus répandue  pour le cancer du sein une fois localisé, consiste à enlever le sein ainsi que les ganglions lymphatiques sous le bras. On parle de tumorectomie ou encore de chirurgie mammaire conservatoire lorsqu’on enlève une partie du sein.  Dans le cas où  on enlève tout le sein, on parlera de mastectomie.

  • Prothèses mammaires et reconstruction

Si vous voulez restaurer la forme de votre sein, vous pouvez, après la chirurgie, opter pour une prothèse mammaire ou encore une reconstruction mammaire (opération chirurgicale permettant de créer une nouvelle forme de sein appelée monticule mammaire). La prothèse mammaire est un sein synthétique ou une partie du sein portable dans un soutien-gorge ou sous des vêtements pour remplacer une partie ou la totalité du sein.

  • Hormonothérapie

L’hormonothérapie utilise des médicaments afin de freiner le niveau des hormones féminines dans le corps. Elle aide également à arrêter ou encore, à ralentir la croissance des cellules cancéreuses. Le type d’hormonothérapie à utiliser dépendra forcément du type de cancer, de votre âge et si vous avez déjà atteint la ménopause ou non.

  • Chimiothérapie

La chimiothérapie est une technique permettant de réduire le cancer avant la chirurgie si le risque de récidive est élevé ou si après une chirurgie le cancer revient. On peut également faire recours à la chimiothérapie au cas où le cancer ne répond pas à l’hormonothérapie ou si le cancer est HER2 positif.

  • La radiothérapie

La radiothérapie est recommandée après une chirurgie mammaire conservatoire. Elle peut aussi être recommandée si les ganglions lymphatiques ont été enlevés sous le bras et que le risque que le cancer revienne dans cette région est élevé. On peut également faire recours à la radiothérapie après une mastectomie.

  • Thérapies ciblées

Ces types de traitement s’attaquent de manière spécifique aux tumeurs. On peut parler des thérapies ciblées sur HER2 ou encore celles qui limitent le développement de nouveaux vaisseaux autour de la tumeur.

Comment prévenir du cancer du sein ?

En effet, tous nos faits et gestes quotidiens représentent des facteurs qui peuvent conduire au cancer du sein ou non. Le risque du cancer du sein peut considérablement être réduit si nous adoptons des modes de vie plus sains. Prendre certaines mesures pourrait alors réduire la chance de développer cette maladie. En voici donc quelques-unes :

  • Limiter la consommation de l’alcool

Plus vous êtes addict à l’alcool et plus vous risquez de développer un cancer du sein. Vous devez alors contrôler vos prises d’alcool car même de petites quantités ingurgitées augmentent le risque.

  • Pratiquer le sport

L’activité sportive peut aider à bien d’égards. Il permet tout d’abord de  contrôler son poids et prévenir le cancer du sein. Selon des études réalisées, les femmes qui pratiquent la marche rapide pendant 2,5 heures ont un risque de cancer de sein inférieur à 18%  à celles qui restent inactives.

  • Connaître  ses antécédents familiaux

Il est bénéfique de s’assurer si des membres de la famille de votre père ou de votre mère ont développé des types de cancer. Si vos antécédents familiaux vous inquiètent, alors demandez l’aide d’un expert en génétique pour passer des tests.

  • Limiter l’hormonothérapie postménopausique

L’hormonothérapie postménopausique peut augmenter le risque de cancer du sein. Discutez des risques et des avantages de l’hormonothérapie avec votre médecin. Il pourra vous recommander  des médicaments non hormonaux pour gérer vos symptômes. Si toutefois vous jugez que les avantages de l’hormonothérapie l’emportent sur les risques, utilisez alors la dose la plus faible qui fonctionne pour vous, tout en surveillant avec votre médecin la durée pendant laquelle vous prendrez des hormones.

  • Avoir une alimentation saine

S’alimenter sainement réduit incontestablement les risques de certains types de cancer dont le cancer du sein. Selon une étude des chercheurs de Harvard, les femmes qui ont un fort taux de caroténoïdes, y compris le bêta-carotène et le lycopène, avaient un risque de cancer du sein inférieur de 19% à celui des femmes ayant un niveau plus bas. Ces caroténoïdes qui agissent comme antioxydants se trouvent dans les fruits et les légumes tels que : les carottes, les légumes-feuilles, les patates douces, les poivrons rouges, les tomates etc.

Vous aimerez aussi :

Related Articles