Global Statistics

All countries
672,559,769
Confirmed
Updated on January 20, 2023 6:14 am
All countries
625,108,879
Recovered
Updated on January 20, 2023 6:14 am
All countries
6,739,772
Deaths
Updated on January 20, 2023 6:14 am

Le gliome optique : comment traiter la tumeur cérébrale ?

Le gliome optique fait partie des tumeurs du cerveau qui sévissent lentement. La maladie survient généralement chez les enfants de moins de 10 ans. De toutes les conditions cérébrales affectant les enfants, il représente environ 5%. Parce que le gliome optique évolue progressivement, au fur et à mesure qu’il grossit, il peut avoir un impact considérable sur la santé générale du patient ainsi que sur la fonction de son corps. Focus sur cette maladie dite lente.

Comprendre le gliome optique

Il existe plusieurs tumeurs du cerveau, et le gliome optique en fait justement partie. Le gliome optique provient des cellules gliales dans le cerveau. Ces cellules gliales rappelons-le, ont pour rôle de soutenir et de nourrir les neurones du cerveau. Le gliome optique encore appelé gliome de la voie optique, se développe près du nerf optique de l’œil, ce nerf qui relie l’œil au cerveau. 

A force de grandir auprès de l’œil, le gliome de la voie optique peut s’enfoncer dans l’œil du patient. Une telle situation peut rendre la vision floue. Dans le pire des cas, cela peut conduire à une cécité. Par ailleurs, les changements apportés par le gliome optique à la vision, peuvent ne pas vite se faire ressentir. Cela peut malheureusement avoir un impact direct sur un œil ou même les deux. 

Les tumeurs cérébrales dont le gliome du nerf optique, sont graves, à cause de l’emplacement du système optique. En effet, le nerf optique et le cerveau se rencontrent près du centre hormonal. Quand une tumeur se développe, cela peut avoir une conséquence négative sur les fonctions endocriniennes (la gestion du sommeil, l’appétit, l’équilibre du sel et de l’eau dans le corps, la production d’hormones etc.).

Le cerveau dispose d’une barrière sanguine, et c’est cela d’ailleurs qui empêche les infections d’atteindre le cerveau. Aussi, il maintient les tumeurs qui se retrouvent dans le cerveau de sorte qu’elles ne puissent pas se propager dans le reste du corps. Néanmoins dans moins de 5%, le gliome optique se déplace au-delà du cerveau et de la colonne vertébrale pour affecter les autres parties du corps. Il est alors important de consulter un médecin dès les premiers symptômes.

Quels sont les symptômes du gliome optique ?

Comme toutes les autres tumeurs cérébrales, le gliome de la voie optique peut engendrer une panoplie de symptômes ; et ce, en fonction des zones du cerveau que la tumeur affecte.

Les symptômes les plus fréquents en cas du gliome optique comprennent :

D’autres symptômes peuvent également surgir. Ces symptômes sont :

  • Perte d’appétit ;
  • Troubles ou perte de la mémoire ;
  • Retard de croissance ;
  • Somnolence diurne ;
  • Perte ou prise de poids sans explication ;
  • Puberté précoce ;
  • Mouvements oculaires involontaire.

Parce que la tumeur se développe près de la base du cerveau, il peut aussi y avoir des problèmes hormonaux dans certains cas. En effet, c’est justement là (près de la base du cerveau) que les hormones sont contrôlées.

Les causes du gliome optique

Comme dans le cas des tumeurs qui affectent le cerveau, la cause exacte du gliome optique n’est pas encore connue. Cependant, certains facteurs peuvent accroitre le risque de développement de la tumeur cérébrale. Ces facteurs comprennent :

Antécédents familiaux de gliome optique

Le gliome optique est une condition rare et il se produit rarement dans les familles. Cependant s’il arrivait qu’un membre de la famille l’ait développé dans son enfance, sa descendance pourrait en souffrir aussi. Avoir des antécédents de gliomes dans une famille double les chances de le développer.

Exposition aux rayonnements

Les personnes qui ont été exposées ou qui s’exposent à des rayonnements peuvent développer différents types de tumeurs cérébrales y compris le gliome optique. Un type de rayonnement accentue plus le risque de développement du gliome optique : c’est le rayonnement ionisant. Comme exemples de rayonnement ionisant, on peut parler de la radiothérapie ou des rayonnements qu’engendrent les bombes atomiques. La radiothérapie est souvent utilisée pour traiter les cancers.

Qu’en est-il des rayonnements courants ? Il faut reconnaitre que jusqu’à aujourd’hui, aucune étude n’a encore démontré le risque de développement du gliome optique à cause de ces rayonnements courants. Ces rayonnements comprennent :  les champs électromagnétiques des lignes électriques et le rayonnement des fours à micro-ondes.

On ne sait pas non plus si l’utilisation des téléphones portables peut aussi augmenter le risque du gliome de la voie optique. Certaines études ont trouvé un lien entre l’utilisation des téléphones portables et le développement de différents types de cancer du cerveau comme le neurinome de l’acoustique.  D’autres études par contre n’ont trouvé aucun lien entre les cancers du cerveau et l’utilisation des téléphones portables. Beaucoup soutiennent que le téléphone portable est un phénomène nouveau et qu’il faudra des recherches sur le long terme avant de statuer sur le phénomène.

Si vous êtes préoccupé par le rapport entre l’utilisation des smartphones et le développement du cancer de cerveau, plusieurs experts conseillent de limiter l’exposition à ces gadgets. Pour les éloigner de votre tête par exemple, vous pouvez utiliser la fonctionnalité de mains libres lors de vos différents appels.

Diagnostic du gliome optique 

Pour détecter la présence d’un gliome optique, votre médecin peut prendre par des examens d’imagerie ou encore des tests de vue. Ces tests comprennent :

  • Test de scanner ;
  • IRM ;
  • Examen physique complet ;
  • Test de vision.

Ces différents tests peuvent nécessiter l’intervention de différents médecins à plusieurs étapes.  Une fois le gliome de la voie optique détecté, le médecin lui attribuera une note. Cette note est basée sur la gravité de la maladie. Ainsi, les gliomes optiques qui sont de bas grade sont notés sur 1 ou 2. Les gliomes de la voie optique qui sont plus graves sont notés sur 3 ou 4. Dans l’un ou dans l’autre cas, il faut faire recours à des traitements afin de faire face à la maladie.

Traitement du gliome de la voie optique

Avant de proposer un traitement quelconque, le médecin doit examiner certains facteurs. Ces facteurs comprennent :

  • Age du patient ;
  • Antécédents médicaux et état de santé général du sujet ;
  • Type de la tumeur, sa taille et son emplacement ;
  • Tolérance du patient aux médicaments ;
  • La progression de la maladie.

Une fois les facteurs identifiés, le médecin traitant pourra proposer des traitements spécifiques. 

La thérapie spécialisée peut être nécessaire au cas où le patient souffre d’une perte de mémoire.

On peut également faire recours à la radiothérapie pour traiter le gliome de la voie optique. Elle est généralement pratiquée pour réduire la taille de la tumeur. Elle consiste à utiliser une machine spéciale pour diriger des rayons de très haute énergie vers le site de la tumeur. 

La chirurgie est aussi une option de traitement parmi tant d’autres. Cependant, elle ne peut être envisagée que lorsque le gliome de la voie optique provoque des douleurs ou affecte votre vision.  Aussi, elle ne peut être considérée que seulement lorsque les médecins jugent possible d’enlever complètement la tumeur. Si l’intervention chirurgicale est confirmée, votre médecin vous référera à un neurochirurgien qui vous aidera à décider quelle serait la meilleure option chirurgicale pour vous. 

On peut aussi se servir de la radiothérapie juste après la chirurgie afin de tuer les cellules cancéreuses éventuellement restantes. Cependant, parce que la radiothérapie peut entraîner des dommages au cerveau et aux yeux, elle n’est pas toujours recommandée.

La chimiothérapie peut aussi être envisagée pour traiter le gliome de la voie optique. Elle consiste à faire recours à des médicaments permettant de tuer les cellules cancéreuses. La chimiothérapie est utile surtout si la tumeur s’est propagée vers d’autres parties cérébrales.

Peu importe l’option de traitement que le médecin a choisi, il est conseillé de faire des visites de suivi afin de vérifier les effets secondaires et de s’assurer également que la tumeur ne ressurgisse.

Les risques d’effets secondaires

Après le traitement du gliome optique, les effets secondaires peuvent être apparents. Parce que la tumeur se développe généralement chez les enfants, les effets secondaires de la chimiothérapie, de la radiothérapie ou encore de la chirurgie peuvent ne pas vite se faire remarquer. A la longue, le sujet pourrait souffrir de troubles de croissance et d’apprentissage, de difficultés cognitives en raison des traitements.

Si votre enfant souffre du gliome de la voie optique, discutez avec votre médecin des éventuels effets secondaires et de ce qui peut être fait pour limiter les dommages que pourraient causer les traitements.

Souffrir d’une tumeur ou cancer cérébral peut être stressant sur le plan émotionnel. Votre enfant ou vous-même devez bénéficier de conseils des groupes de soutien. Vous ou votre enfant devez également être entouré de vos pairs.

Vous aimerez aussi :

Related Articles