Global Statistics

All countries
648,378,391
Confirmed
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
624,672,089
Recovered
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
6,641,996
Deaths
Updated on December 2, 2022 1:06 am

L’émétophobie ou la peur de vomir

L’émétophobie est la peur de vomir ou de voir quelqu’un vomir.  Elle fait partie des phobies les plus répandues dans le monde. Les personnes qui souffrent de l’émétophobie vivent constamment dans l’anxiété, et adoptent généralement des comportements qui affectent leur qualité de vie. Bien qu’elle ne soit pas trop considérée par les cliniciens, l’émétophobie peut engendrer des inconvénients si elle est négligée. Il est alors opportun de vite la traiter une fois identifiée.

Qu’est-ce que l’émétophobie ?

Il faut reconnaître au premier abord que sur l’ensemble des phobies qui existent, l’émétophobie surprend naturellement. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle n’est pas trop considérée. En effet, elle n’est pas souvent prise en compte par les professionnels de la santé. Selon ces derniers, elle est juste une lubie passagère.

Néanmoins, le nombre de personnes qui souffrent de cette phobie est considérable, et elle affecte notamment les femmes.

L’émétophobie, loin d’être simplement la peur extrême de vomir, correspond également à la peur de voir et d’entendre quelqu’un vomir ou du vomi lui-même. D’autres ont également peur d’avoir de la nausée, d’avoir une maladie pouvant déclencher des vomissements ou de regarder des images de vomissement.

Généralement, personne n’aime vomir. Mais, il est rare que cela prenne le dessus des pensées. Les personnes qui développent l’émétophobie passent malheureusement beaucoup de temps à avoir peur de vomir, même si elles ou leur entourage ne sont aucunement malades. La simple idée que quelqu’un pourrait vomir les conduit dans une détresse intense.  

L’émétophobie amène les sujets à avoir peur de toutes les situations susceptibles de déclencher les vomissements telles que le fait de tomber enceinte, les trajets en voiture ou en bus, les hôpitaux et plus précisément les salles d’attente médicales, etc.

Certaines études ont même montré que certaines femmes, par peur de nausées et de vomissements évitent les grossesses. Cette phobie peut commencer à tout âge, et peut toucher tous les sexes, même si la fréquence chez le sexe féminin est plus élevée. La peur de vomir peut être liée à la peur de manger, ou à d’autres conditions telles que le trouble obsessionnel compulsif ou les troubles de l’alimentation.

Quels sont les symptômes de l’émétophobie ?

Fait étonnant, la plupart des personnes qui avouent souffrir d’émétophobie affirment vomir rarement. D’autres disent même qu’ils n’ont plus vomi depuis leur enfance. Néanmoins, elles craignent que cela se produise.  Etrange n’est-ce pas ?   

Avant d’aborder les symptômes, il faut comprendre qu’il y a des comportements qui indiquent une émétophobie. Ces comportements comprennent :

  • Refuser de manger de nouveaux aliments ou de prendre de nouvelles boissons ;
  • Cuire à l’excès les aliments avant de les consommer ;
  • Ne manger qu’à la maison ;
  • Manger très peu par risque de vomir une fois trop rassasié ;
  • Vérifier les aliments afin de s’assurer qu’ils n’ont pas mal tourné ;
  • Jeter les aliments avant leur date d’expiration ;
  • Eviter de toucher les surfaces pouvant contenir des germes qui causent des maladies (les chasses d’eau, les poignées, les sièges, les ordinateurs publics etc.) ;
  • Surveiller de manière excessive sa propre santé ;
  • Utiliser les antiacides pour prévenir les maux d’estomac ou les nausées avant même qu’ils ne se produisent ;
  • Eviter les transports en commun ou tout espace bondé de monde ;
  • Eviter les prendre des médicaments qui pourraient causer des nausées ;
  • Se laver régulièrement les mains, les aliments ou les ustensiles de cuisine de manière excessive ;
  • Éviter d’employer le mot vomi;
  • Eviter de prendre contact avec ses proches s’ils tombent malades ;
  • Éviter les mauvaises odeurs;
  • Avoir de difficulté à respirer ou une augmentation de la fréquence cardiaque en pensant au vomissement ;

Un individu victime de ces comportements, éprouvera certainement une perte de poids, ce qui est un symptôme de troubles de l’alimentation. 

Tous ces comportements peuvent s’accompagner des symptômes suivants :

  • Attaques de paniques ;
  • Nausées ;
  • Troubles digestifs ;
  • Isolement social ;
  • Anxiété ;
  • Pression artérielle ;
  • Fréquence cardiaque accélérée :
  • Peur de tomber malade et de devoir aller à l’hôpital ;
  • Détresse émotionnelle ;
  • Perte de poids par manque d’alimentation.

Les symptômes de l’émétophobie peuvent varier d’une personne à une autre. Il est donc bénéfique d’en parler à un médecin, si ces comportements et symptômes se multiplient. Non traitée, l’émétophobie pourrait engendrer des complications.

Complications de l’émétophobie

Si l’émétophobie n’est pas soignée, elle pourrait au fil du temps engendrer des peurs ou obsessions supplémentaires. La phobie de la nourriture (cibophobie) est assez courante chez les personnes qui souffrent de l’émétophobie. En effet, les sujets atteints de l’émétophobie craignent que les aliments, s’ils ne sont pas cuits correctement, causent une intoxication alimentaire ou encore des vomissements. C’est cela qui fait d’ailleurs qu’ils sont très sélectifs sur le plan alimentaire.

Certaines personnes pensent aussi que le fait d’être rassasié prédisposerait à de la nausée ou des vomissements. Ce qui les conduit à ne pas manger à leur faim. Une telle façon de faire peut avoir d’incidence sur leur bien-être.

Il est également remarqué que la plupart des personnes qui souffrent de l’émétophobie développent une anxiété sociale ou une agoraphobie. Cette dernière se caractérise par une peur bleue des endroits ou situations pouvant rendre anxieux ou faire paniquer.

Aussi, si vous êtes atteint de l’émétophobie, vous serez réticent à rester en compagnie des gens, de peur de vomir devant eux ou sur eux. De même, vous pouvez craindre que quelqu’un d’autre vomisse sur vous. 

Les causes de l’émétophobie

Parce que l’émétophobie est peu connue, il existe très peu de recherches sur elle. Cependant, reconnaissons que plusieurs éléments peuvent déclencher l’émétophobie.

L’émétophobie peut se déclencher de manière spontanée, sans cause claire. Elle peut aussi et surtout, survenir suite à des expériences traumatisantes impliquant des vomissements. Cela peut être le cas de quelqu’un qui a eu par le passé des vomissements en public par exemple.

Des gènes ou facteurs biologiques peuvent également déclencher une telle phobie. Les odeurs nauséabondes, la consommation abusive d’alcool, le mal des transports ou encore les grippes intestinales, peuvent déclencher des nausées, qui à leur tour, peuvent conduire à des vomissements. L’émétophobie peut également être due à une intoxication alimentaire.

Traitements de l’émétophobie

Les phobies ne nécessitent pas forcément de traitement. Généralement, les gens trouvent les moyens de les contourner. Néanmoins, certaines conditions prédisposant à des phobies peuvent être évitées. C’est le cas de la prise de l’ascenseur, de la natation qu’on peut facilement éviter. D’autres par contre, sont difficiles à éviter, surtout si elles ne dépendent pas forcément de nous, comme le cas de l’émétophobie.

Si une phobie affecte votre qualité de vie, il est opportun de chercher à la traiter. Les traitements généralement proposés en cas d’émétophobie comprennent :

Thérapie d’exposition

La thérapie d’exposition est souvent considérée comme l’un des meilleurs traitements, pour des cas spécifiques de phobies. Elle consiste à exposer de manière lente le patient à ce dont il a peur.

Dans le cas de l’émétophobie par exemple, le thérapeute peut demander au sujet atteint de manger de nouveaux aliments dans un restaurant. Il peut également lui demander de tourner sur lui-même, afin que ce dernier se sente nauséeux. En vous demandant de faire tout cela, il vous amène à faire face aux sentiments d’anxiété et de peur, grâce à des techniques bien précises.

En exposant le patient à sa peur, il comprend que le risque de vomissement est bien plus faible et moins dangereux que ce qu’il croit. 

Les expériences ont montré que, plus on expose une personne à ce qu’il redoute et moins elle a peur de cette chose.

Thérapie cognitivo-comportementale ( TCC)

La thérapie cognitivo-comportementale ou TCC demande également une exposition à la phobie. Au fur et à mesure que le traitement à la TCC évolue, votre thérapeute vous aidera à traiter l’anxiété et la peur liées aux vomissements. En d’autres mots, il vous aidera à réévaluer vos schémas de pensée et/ou de comportements, qui renforcent la peur liée aux vomissements. 

L’hypnothérapie

L’utilisation de l’hypnothérapie sur les patients atteints d’émétophobie s’est soldée par des résultats positifs. Lors de l’hypnothérapie, le thérapeute guide le sujet dans un état de relaxation. Une fois le patient détendu, son subconscient est plus apte à recevoir de nouvelles suggestions sur la peur. C’est semblable à une reprogrammation de l’esprit, permettant de considérer la peur de vomir comme sans importance et donc moins effrayante. 

Médicaments

Il n’existe pas de médicaments spécifiques pour faire disparaître les phobies. Néanmoins, certains médicaments permettent de réduire les symptômes d’anxiété et de panique.

Les bêta-bloquants peuvent aider par exemple à prévenir l’augmentation de la pression artérielle ou du rythme cardiaque.  Ils peuvent également aider à réduire d’autres symptômes d’anxiété physique.

Les benzodiazépines sont aussi efficaces pour le traitement de l’émétophobie. Ils permettent de se sentir moins anxieux. Malheureusement, ils peuvent engendrer une dépendance. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils ne sont pas recommandés pour une utilisation sur le long terme. 

Les médicaments gastro-intestinaux sont tout aussi utiles pour aider à soulager les symptômes physiques tels que les nausées, ou encore les problèmes digestifs qui accentuent la peur. 

Autres méthodes 

La méditation de pleine conscience et les exercices de respiration peuvent, au moment des crises d’émétophobie, aider à réduire l’anxiété et le stress, afin que le sujet affronte pleinement sa phobie. 

La méditation de pleine conscience aide à faire face à l’émétophobie, en vous permettant de vous concentrer sur quelque chose d’autre qui ne soit pas un poids émotionnel. 

La technique de la respiration quant à elle, demande une concentration maximale sur les muscles de l’abdomen et de la poitrine à chaque inspiration et expiration. Ceci, afin d’oublier la peur liée à l’émétophobie. Il existe cependant plusieurs autres techniques basées sur la respiration, qui peuvent aider à combattre les différentes formes de phobie. Vous pouvez consulter YouTube pour découvrir ces nombreuses techniques.

La bonne santé dépend aussi du soin personnel qu’on apporte à l’organisme. Ainsi, votre santé mentale est au beau fixe lorsque vous vous reposez comme cela se doit, lorsque vous avez une alimentation saine et que vous pratiquez des activités sportives. 

Si vous souffrez d’émétophobie, n’hésitez pas à informer un ami ou un proche à vous. Vous ouvrir à quelqu’un vous aidera indubitablement à vous sentir mieux. 

Bien que cela nécessite des efforts et du temps, l’émétophobie peut être surmontée si on le souhaite. Non traitée, elle peut drastiquement avoir un impact sur le quotidien de l’individu qui en souffre. 

Les traitements mentionnés plus haut et particulièrement les thérapies, peuvent vous aider. N’ayez pas peur de discuter de vos inquiétudes avec votre médecin. Vous trouverez ensemble un plan de traitement efficace.

Vous aimerez aussi :

Related Articles