Global Statistics

All countries
266,680,657
Confirmed
Updated on December 7, 2021 3:00 am
All countries
238,459,729
Recovered
Updated on December 7, 2021 3:00 am
All countries
5,277,356
Deaths
Updated on December 7, 2021 3:00 am

Leucocytose et polynucléose neutrophile pendant grossesse : que faire ?

Pendant la grossesse, l’organisme de la future maman est parfois sujet à des anomalies plus ou moins bénignes. C’est le cas de la leucocytose, une anomalie relative à la quantité de leucocytes dans le sang. Quand bien même les facteurs à l’origine sont variés, des moyens médicaux sont disponibles pour y remédier. Zoom sur ce qu’il faut faire en cas de leucocytose et polynucléose neutrophile pendant la grossesse.

La leucocytose : de quoi s’agit-il ?

Les leucocytes ou globules blancs sont des cellules jouant un rôle très important dans l’organisme. Ils participent en effet à la défense de celui-ci contre l’intrusion des micro-organismes infectieux et des substances qui lui sont étrangères. Leur efficacité dépendant du nombre sollicité, il faut donc que soit informé de la présence du corps étranger un certain nombre de leucocytes.

L’effectif étant adéquat, ils agissent très vite quant à la destruction et la digestion du corps étranger. Généralement, une personne normale est susceptible de produire environ une centaine de milliards de leucocytes par jour, lesquels sont comptabilisés par microlitre de sang. Ainsi, le taux normal de leucocytes dans le sang est situé entre 4000 et 10 000 par microlitre de sang.

La leucocytose encore appelée hyperleucocytose traduit une augmentation anormale du nombre de leucocytes dans le sang, visible sur une numération de la formule sanguine. Au-delà de 10 000 leucocytes par microlitre de sang on parle déjà de leucocytose.

Selon que le nombre de leucocytes dans le sang soit compris entre 10 000 et 15 000 ou au-delà de 15 000, on parle de leucocytose modérée (bénigne) ou de leucocytose franche (maligne).

Quelles sont les origines de ce mal chez la femme enceinte ?

Quand bien même la leucocytose peut être physiologique pendant la grossesse, son origine ne se résume pas qu’à ça. Les causes d’une leucocytose pendant la grossesse sont en effet multiples. De prime abord, elle peut être favorisée par un stress excessif chez la femme enceinte ou suite à un effort physique de sa part. Dans ces cas, il n’y a généralement rien à craindre.

Par ailleurs, la leucocytose pendant la grossesse peut résulter d’une infection bactérienne, virale ou parasitaire plus ou moins superficielle, d’une allergie ou d’une inflammation. Il peut en effet s’agir d’une angine, de l’asthme… Dans ces cas de figure, la leucocytose est pour la plupart modérée.

Cependant, pour des cas de leucocytose franche, des affections telles que la leucémie et les cancers sont les facteurs possibles. Il faut tout de même noter que l’association d’une leucémie avec la grossesse est assez rare et le risque d’incidence est estimé à 1/100 000 femmes enceintes. Il en est de même pour les cancers.

Pour cause, contrairement aux femmes qui ne sont pas gestantes, les femmes enceintes ne présentent pas de risque accru de contracter un cancer.

Quel traitement pour y remédier ?

Le traitement d’une leucocytose dépend du contexte des éléments qui en sont à l’origine. La prise en charge d’une femme enceinte sujette à une hyperleucocytose varie de ce fait en fonction de la cause. Ainsi, selon que l’anomalie soit due à une infection, à une allergie ou à une pathologie plus grave, le traitement sera celui de l’origine.

Il convient dès lors d’établir un diagnostic préliminaire afin d’identifier précisément l’affection à l’origine de la leucocytose. Une confrontation entre résultats suite à une de prise de sang et un interrogatoire clinique de la femme enceinte est alors nécessaire. Les facteurs à l’origine étant déterminés, le traitement sera axé sur ceux-ci.

Le traitement asymptomatique

Le traitement asymptomatique est l’idéal en cas d’infections virales. Il permettra d’accompagner l’organisme dans la destruction des agents viraux pour pallier la leucocytose.

Selon l’agent viral, des antipyrétiques, des antalgiques, des antiémétiques, des anti diarrhéiques ou encore des antiseptiques seront prescrits à la patiente. Les antibiotiques restent cependant sans effets dans le cas des infections virales.

L’antibiothérapie

C’est le traitement qu’il convient d’adopter pour remédier à la leucocytose favorisée par une infection bactérienne. Contrairement, dans le cadre des infections virales, les antibiotiques sont plus efficaces pour lutter contre les invasions bactériennes dans l’organisme. En fonction des bactéries, les antibiotiques adéquats seront prescrits par le médecin.

Le traitement antihistaminique

Concernant la prise en charge en cas de leucocytose due à une allergie, le traitement antihistaminique est l’approche nécessaire. Il faut cependant noter que les antihistaminiques sédatifs sont déconseillés pendant les quatre premiers mois de la grossesse.

La chimiothérapie

Lorsqu’après le diagnostic conduit par le médecin, la pathologie responsable de l’hyperleucocytose est un cancer, il faudra entreprendre une chimiothérapie. Elle va favoriser la régression du cancer et rétablir l’équilibre quant au taux normal de leucocytes par microlitre dans le sang. Toujours est-il que la chimiothérapie est généralement sans dommages sur le nouveau-né.

Lorsqu’il s’agira d’une augmentation physiologique des globules blancs (leucocytes) causée par le stress excessif ou par un effort physique chez la future maman, l’approche est très simple. Il faudra tout juste, supprimer la cause en cas de stress et limiter l’effort.

Quid de la polynucléose neutrophile et de son traitement pendant la grossesse ?

Les globules blancs ou leucocytes sont comme les autres cellules du sang, produits dans la moelle osseuse. Une fois produits, ils se développent et se différencient progressivement en neutrophiles, lymphocytes, monocytes, éosinophiles et basophiles. Il s’agit des principales catégories de leucocytes retrouvés dans le sang.

On distingue de ce fait trois types de leucocytoses à savoir : la lymphocytose (pour les lymphocytes), la monocytose (pour les monocytes) et la polynucléose (pour les neutrophiles, les éosinophiles et les basophiles).

La polynucléose neutrophile traduit ainsi, une augmentation anormale du nombre des cellules polynucléaires neutrophiles dans le sang. Si elle peut être normale durant la grossesse, il existe également de nombreux facteurs qui peuvent en être à l’origine.

Il s’agit notamment des infections microbiennes pendant la grossesse, des maladies inflammatoires, et dans le pire des cas d’un cancer ou d’un sarcome. Ces derniers facteurs définissent une polynucléose neutrophile maligne.

Concernant le traitement de ce type de leucocytose, il est axé sur les pathologies à l’origine. Le diagnostic médical effectué et l’origine déterminée, la prise en charge de la future maman est destinée à éliminer la gêne favorisant la polynucléose neutrophile. Indirectement, l’augmentation des neutrophiles s’en voit diminuée et l’équilibre par microlitre de sang rétabli.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussi :

Related Articles