Global Statistics

All countries
648,378,391
Confirmed
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
624,672,089
Recovered
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
6,641,996
Deaths
Updated on December 2, 2022 1:06 am

Leucodystrophie:  types, symptômes et  traitements

La leucodystrophie n’est pas une maladie unique, mais un groupe de maladies affectant la matière blanche du cerveau et le plus souvent la moelle épinière. Elle est généralement causée par une démyélinisation, une destruction de la myéline, qui agit comme un isolant pour les fibres nerveuses.

Les dommages de la substance blanche du cerveau entrainent une inflammation du système nerveux central, et la perte progressive de la myéline. La communication entre le cerveau et le système nerveux est alors perturbée. Ce qui peut entraîner par la suite, une diminution des fonctions motrices. Quels sont les types, causes, symptômes et traitements de la leucodystrophie ?

Qu’est-ce que la leucodystrophie et qui y est plus exposé ?

La substance blanche du cerveau affectée en cas de leucodystrophie est composée d’axones (faisceaux de fibres nerveuses). Ces derniers ont pour rôle d’associer les cellules nerveuses. Les axones sont recouverts d’une couche isolante de lipides et de protéines appelée myéline ou gaine de myéline. La myéline quant à elle, a pour fonction d’accélérer les signaux (envoie et réception de message) entre les cellules nerveuses, en leur apportant un soutien nutritionnel. Ainsi, toute présence de leucodystrophie crée des dommages à la myéline.

La leucodystrophie est progressive, c’est-à-dire qu’elle s’aggrave avec le temps. La leucodystrophie touche généralement les nourrissons et les plus jeunes enfants. Cependant, certains types de cette maladie ne provoquent des symptômes visibles qu’à l’âge adulte. Presque toutes les formes de leucodystrophie affectent autant les hommes que les femmes. Mais certaines, comme la maladie de Pelizaeus-Merzbacher, touchent essentiellement les hommes. Aussi, certaines ethnies ont plus de chance d’être affectées par certaines formes de leucodystrophie.

La fréquence des leucodystrophies est assez rare. En effet, elles n’affectent environ que 1 naissance sur 7000

Les différents types de leucodystrophie

Il existe plusieurs types de leucodystrophie, variant l’une de l’autre. On peut même dire qu’autant il existe de leucodystrophie, autant il existe de personnes atteintes. Les différents types de leucodystrophie comprennent :

L’adrénoleucodystrophie

Elle est la forme la plus récurrente de leucodystrophie. Elle affecte généralement la substance blanche, ainsi que la glande surrénale qui contrôle la production d’hormones. Les symptômes liés à l’adrénoleucodystrophie commencent généralement dans l’enfance ou au début de l’âge adulte.

Leucodystrophie autosomique dominante

C’est un trouble rare et moins progressif. Il est caractérisé par le dysfonctionnement des nerfs régulant les fonctions corporelles non volontaires (la transpiration, la pression artérielle et la fréquence cardiaque), une difficulté accrue à coordonner les mouvements (ataxie), ainsi qu’une déficience cognitive légère. Les personnes atteintes de la leucodystrophie autosomique dominante ne développent les symptômes, qu’à l’âge de 40 ou 50 ans.

Ce trouble est causé par des mutations du gène LMNB1, qui est responsable de la fabrication de la protéine lamine B1. La lamine B1 est une protéine structurelle qui joue un rôle crucial dans la division cellulaire et l’expression des gènes. Elle aide à déterminer la forme du noyau cellulaire.

Maladie d’Alexander

Elle est caractérisée par la destruction de la substance blanche et la formation d’amas anormaux de protéines, qui s’accumulent dans les astrocytes du cerveau.

Maladie de Canavan

Il s’agit d’un trouble neurologique qui provoque la formation d’espaces spongieux et remplis de liquide dans le cerveau. Cela empêche le cerveau de décomposer les substances chimiques et de former de la myéline.

Xanthomatose cérébrotendineuse (CTX)

C’est une maladie assez rare, qui se matérialise par un stockage plutôt anormal des lipides dans plusieurs parties du corps. Elle affecte de ce fait la capacité du corps à métaboliser les graisses, le conduisant ainsi à former des nodules jaunes (xanthomes) qui, à leur tour, s’accumulent dans plusieurs parties du corps et essentiellement dans le cerveau.  De géantes cellules anormales toutes remplies de substances grasses, sont alors visibles dans la substance blanche et les tendons qui lient les muscles aux os. La xanthomatose cérébrotendineuse peut être traitée efficacement, si elle est diagnostiqués tôt.

Ataxie infantile avec hypomyélinisation du système nerveux central

C’est un trouble caractérisé par une raideur musculaire ainsi que des lésions du nerf optique. Encore appelée maladie de la substance évanescente, elle perturbe la formation de la myéline. Aussi, provoque-t-elle une perte de parole pendant les 5 premières années de la vie ainsi que des convulsions.

La maladie de Krabbe

Également appelée leucodystrophie à cellules globoïdes, elle provoque une accumulation d’acides gras et détruit la myéline. Elle peut provoquer des retards de développement et des convulsions. Les symptômes de la maladie de Krabbe apparaissent généralement dans la petite enfance.

La leucodystrophie métachromatique

Elle crée une accumulation de graisses toxiques dans les cellules de la substance blanche et des nerfs. Cette maladie peut apparaître chez les nourrissons, les bébés, les enfants ou chez les adultes. Elle est souvent caractérisée par des complications telles que la cécité, les convulsions et la démence.

La maladie de Pelizaeus-Merzbacher

C’est une maladie qui affecte principalement les hommes. Elle crée des complications de production de myéline. Elle peut causer des problèmes d’équilibre et de fonction mentale, ainsi que des problèmes de mouvements.

La maladie de Refsun

Elle affecte les mains et les pieds et provoque leur engourdissement. Aussi cela entraîne des problèmes au niveau des yeux, du cerveau, des reins, du foie et des os.

On retrouve encore plusieurs autres types de leucodystrophie.

Les causes des leucodystrophies

Les leucodystrophies sont le produit de défauts génétiques.  Autrement dit, la maladie est transmise par des gènes. 

Autosomique récessif

Cela survient quand un fœtus hérite de deux copies de gène malade, une de son père et une de sa mère. L’enfant dans ce cas, ne pourra être affecté de la leucodystrophie que si les deux parents sont tous porteurs du gène. L’autosomique récessif affecte autant les garçons que les filles. Les parents porteurs ne reflèteront aucun symptôme apparent, mais il y a de fortes chances que l’enfant développe une leucodystrophie avec de graves symptômes. 

Autosomique dominant

L’autosomique dominant se produit  lorsqu’un seul gène anormal provoque la maladie. Ce gène peut être hérité de l’un des parents, ou peut même survenir en raison de toute nouvelle mutation. Cela peut également survenir en cas de tout changement de gène chez la personne touchée. Lors de la grossesse, il y a de fortes chances que le gène affecté soit hérité par l’enfant.

Autres causes connues

La substance blanche du cerveau peut aussi être infectée pour plusieurs autres raisons. Cela peut être possible dans le cas d’une infection, d’une ischémie ou encore d’autres conditions métaboliques, et de la sclérose en plaques.

Les symptômes des leucodystrophies

Les symptômes de la leucodystrophie peuvent varier en fonction du type spécifique. Aussi, les symptômes peuvent paraître difficiles à reconnaître surtout aux premiers stades de la maladie. En effet, chaque type de cette maladie affecte la myéline de différentes manières.

Néanmoins, le seul symptôme que toutes les formes de leucodystrophies ont en commun est le développement anormal de la gaine de myéline du cerveau. Voici quelques-uns des symptômes les plus courants :

  • Convulsions ;
  • Baisse de la vision et de l’ouïe ;
  • Problèmes de vessie ;
  • Difficulté à manger ;
  • Chute du développement physique et mental ;
  • Problèmes de motricité ;
  • Tonus musculaire anormal ;
  • Problèmes d’élocution ;
  • Mouvements anormaux ;
  • Difficultés respiratoires ;
  • Troubles d’apprentissage ;
  • Problèmes respiratoires.

Diagnostic des leucodystrophies

Compte tenu du manque d’informations et de la compréhension limitée sur la leucodystrophie, son diagnostic est souvent très difficile. C’est d’ailleurs pour cela que le diagnostic de cette maladie génétique fait appel à plusieurs spécialistes, notamment des généticiens, des médecins métaboliques et des neurologues. Le diagnostic comprend :

Examen d’imagerie par résonance magnétique appelé IRM

C’est un examen qui crée une image détaillée des différentes zones touchées par la maladie, grâce à l’impulsion de l’énergie des ondes radio. Les images obtenues permettront d’identifier toutes les anomalies possibles, afin d’y associer un traitement spécifique. Beaucoup de professionnels de la santé recommandent l’IRM car, cet examen n’expose pas l’enfant à des radiations comme dans le cas de la tomodensitométrie ou de la radiographie.

Tests neuropsychologiques

Les tests neuropsychologiques incluent plusieurs tests permettant d’analyser, mais aussi d’examiner la fonction cognitive. Cela permet de comprendre comment la maladie affecte la concentration ou les capacités de raisonnement du patient. Ces tests comprennent : l’examen physique, les analyses d’urine, les tests sanguins, la biopsie nerveuse et les tests de conduction nerveuse.

Tests génétiques

Dans ce cas de figure, l’ADN de l’individu sera analysé afin de détecter tout changement dans les gènes, qui pourrait causer la leucodystrophie.

Les traitements disponibles contre les leucodystrophies

Les traitements associés à  la leucodystrophie varient en fonction des symptômes. Ces traitements peuvent inclure :

  • Des médicaments ;
  • La physiothérapie ;
  • L’orthophonie ;
  • L’ergothérapie ;
  • Les programmes nutritionnels.

On peut faire recours aux médicaments afin de gérer le tonus musculaire, la spasticité ou les convulsions. La physiothérapie, l’ergothérapie et l’orthophonie permettent d’améliorer la mobilité et les problèmes cognitifs. Les programmes nutritionnels quant à eux, peuvent également être utiles compte tenu des symptômes.

Un autre traitement qui a fait ses preuves pour certains types de leucodystrophie est la greffe de cellules souches ou de moelle osseuse. En effet, dans plusieurs cas, la greffe de cellules souches ou de moelle osseuse a ralenti la progression de la maladie.

L’âge d’apparition et la gravité des symptômes sont aussi des facteurs assez critiques, qui déterminent le bénéfice du traitement pour le patient. La thérapie enzymatique et celle génique font aussi objet de recherches, pour comprendre leur efficacité et leur rôle dans le traitement de la leucodystrophie.

Par ailleurs, il n’existe pas de moyen pour prévenir la leucodystrophie puisqu’elle est héréditaire. Néanmoins, les tests génétiques peuvent être utiles afin de déterminer votre risque de transmission des gènes de la maladie à vos enfants.

Vous aimerez aussi :

Related Articles