Global Statistics

All countries
329,009,077
Confirmed
Updated on January 17, 2022 12:25 pm
All countries
265,619,165
Recovered
Updated on January 17, 2022 12:25 pm
All countries
5,559,032
Deaths
Updated on January 17, 2022 12:25 pm

Lichen scléreux : Causes, Manifestations et Traitements

Le lichen vulvaire est encore appelé de façon populaire, kraurosis vulvaire ou lichen scléreux vulvaire. Sa dénomination consacrée par les spécialistes en tant qu’affection est, lichen scléro-atrophique vulvaire. En effet, c’est une maladie qui peut conduire à une atrophie de la vulve. Cette pathologie entraîne une inflammation des parties génitales externes de la femme avec des démangeaisons. Bien que peu connu, le lichen vulvaire atteint environ 1% de femmes. Les femmes les plus à risque sont celles ménopausées. Cependant, un trouble hormonal peut entraîner cela chez la jeune fille prépubère ou chez une jeune femme. Il faut noter qu’une forme de lichen peut affecter aussi l’appareil génital de l’homme. Il s’agit du lichen du pénis. Qu’est-ce que lichen ? Quelles sont les causes de cette maladie ? Est-ce contagieux ? Comment faire le diagnostic et quels sont les traitements possibles ? Focus sur le lichen scléreux.

Qu’est-ce que le lichen scléreux vulvaire ?

Le lichen scléreux vulvaire se manifeste par des modifications de la peau et de la muqueuse de la vulve. Il entraîne parfois des démangeaisons importantes.

Ces modifications apparaissent progressivement. Tout d’abord il y a la peau de la vulve qui devient plus fragile et plus pâle. Elle est parfois nacrée. Avec le temps, elle devient progressivement plus épaisse et indurée, voire scléreuse. D’où le nom de la maladie : lichen scléreux vulvaire.

Dans certains cas, les modifications sont à l’origine de fissures douloureuses. Il peut y avoir dyspareunie, lors des rapports sexuels. Il faut noter que le lichen scléreux peut n’entraîner aucune manifestation et être asymptomatique. Dans ces cas, seul un examen clinique de routine par le gynécologue permet de découvrir son existence. Il y a généralement une inflammation chronique, souvent localisée à la peau et aux muqueuses génitales. Parfois, le périnée, la région péri-anale, et d’autres parties de la peau sont atteints par des plaques plus ou moins indurées.

Dans la plupart des cas, c’est une affection qui survient entre 50 et 60 ans. Il faut toutefois noter que tous les âges peuvent être concernés. Même les fillettes peuvent être atteintes.

En ce qui concerne la fréquence d’apparition dans la population générale, elle n’est pas connue. Certains l’estiment à 1%, mais ces chiffres peuvent être contestés.

Comment évolue le lichen scléreux ?

Évolution standard de la pathologie

Lorsque le lichen scléreux n’est pas traité, il peut conduire à une inflammation chronique de la peau. Cela entraîne des modifications de l’aspect de la vulve ou du pénis. Ce qui rend, les rapports sexuels plus difficiles et douloureux. De plus, la pathologie provoque et favorise des complications infectieuses locales.

Évolution vers le cancer

Il faut préciser qu’un cancer de la vulve est assez rare. Des fois, ce cancer se développe sur un lichen scléreux surtout s’il n’est pas traité. Quoi qu’il en soit, le risque de développer un cancer de la vulve reste assez faible. Il est davantage faible quand les patientes ayant un lichen scléreux vulvaire sont bien prises en charge et vite.

En cas de cancer, cela se manifeste le plus souvent par :

  • Un épaississement localisé de la peau ;
  • Une érosion qui ne cicatrise pas ;
  • Une tuméfaction qui saigne lors de la toilette.

Si vous avez l’un de ces symptômes et surtout s’ils persistent, veuillez consulter votre médecin au plus vite.

Chez les hommes, le cancer du pénis est rare. Cependant, un lichen scléreux ancien, non traité ou mal traité peut conduire au développement d’un cancer du pénis. Le risque du cancer du pénis reste toutefois faible chez les patients ayant un lichen scléreux bien pris en charge à temps.

Ce type de cancer du pénis se manifeste le plus souvent par :

  • Un épaississement localisé du prépuce ou du gland ;
  • Une érosion qui ne cicatrise pas ;
  • Une tuméfaction qui saigne lors de la toilette.

Si ces symptômes persistent, ils doivent vous amener à consulter un médecin.

Quelles sont les causes du lichen scléreux vulvaire ou du pénis ?

Les causes du lichen scléreux ne sont pas encore bien connues autant chez la femme que chez l’homme.

Hormone et lichen scléreux

Il semble que la principale cause soit hormonale chez certaines femmes. Il s’agit en effet de l’absence d’hormones de reproduction. Cela explique le fait que le lichen scléreux vulvaire apparaisse, principalement chez les jeunes filles prépubères et les femmes ménopausées.

Lichen vulvaire est-il contagieux ?

Le lichen vulvaire n’est pas une maladie contagieuse. Elle n’est non plus, sexuellement transmissible. Ainsi, elle n’est pas causée par un agent microbien ou un virus. De plus, cette maladie n’est pas liée à un défaut d’hygiène. Il est très rare de retrouver dans une même famille, plusieurs personnes touchées par cette pathologie. Cela n’exclut pas une probable implication génétique dans la cause de la maladie. Il faut aussi noter que le conjoint d’une femme atteinte n’a souvent pas la forme masculine du lichen.

Quels sont les facteurs de risques de cette pathologie dermatologique ?

Personnes à risques

Les personnes à risque sont celles qui ont un déficit en sécrétion d’hormones sexuelles. Il s’agit notamment des jeunes filles prépubères et des femmes en ménopause. La prise d’un traitement pouvant causer des troubles hormonaux peut augmenter le risque de développer cette pathologie. Dans la plupart des cas, cela est temporaire et les symptômes disparaissent spontanément à l’arrêt du traitement.

Une maladie affectant les hormones peut aussi conduire à une manifestation du lichen vulvaire. Le lichen peut être le symptôme d’une affection plus grave. Il est donc important de consulter un médecin le plus rapidement possible.

Comportements à risques.

Les comportements à risques sont, l’utilisation ou la consommation de substances, provoquant des troubles hormonaux. Il s’agit de certains produits utilisés lors de la toilette intime ou du rapport sexuel. Il est donc conseillé d’utiliser uniquement des produits à base d’eau. En cas de doute, veuillez prendre conseil auprès de votre médecin.

Cependant, pour les hommes, il n’y a pas une catégorie de personnes spécialement à risque. La pathologie peut se développer à tout âge sans distinction. De même, aucun comportement à risque n’est relevé. Comme indiqué plus haut, les causes de la maladie sont encore mal connues.

Quels sont les symptômes du lichen scléreux ?

Chez la femme

Les symptômes les plus fréquents sont :

Il est aussi constaté chez la plupart des patientes, que la peau de la vulve devient blanche et s’amincit. Cette peau ressemble à du papier parchemin par sa couleur. Cette couleur blanche prend souvent la forme d’un huit (8). Le 8 s’étend du clitoris à l’anus, entourant la vulve.

L’amincissement de la peau peut entraîner des saignements. Cela arrive surtout si la jeune fille ou la femme se gratte beaucoup les parties génitales à cause des démangeaisons. Très souvent, la région poilue de la vulve n’est pas atteinte.

Si l’affection n’est pas prise en charge rapidement, à plus long terme, la physionomie de la vulve change. Ainsi, sans traitement, il y a :

  • Les petites lèvres qui se fusionnent aux grandes lèvres et disparaissent ;
  • Le capuchon du clitoris qui se referme ;
  • La peau située près du vagin qui se rétrécit ;
  • L’entrée vaginale qui est de plus en plus obstruée.

Les patientes atteintes (jeunes filles et femmes) se plaignent souvent de douleurs vaginales pendant les relations sexuelles. Elles présentent aussi des lésions à l’entrée du vagin après chaque relation sexuelle.

Il faut noter que tous ces symptômes ne sont pas exclusifs au lichen scléreux vaginal. En effet, ils sont également présents dans d’autres affections de la peau. Voilà pourquoi, il est important de s’orienter vers un gynécologue spécialisé. De plus, certaines patientes peuvent être atteintes du kraurosis vulvaire sans présenter de symptômes.

Chez l’homme

Les hommes aussi peuvent être affectés par le lichen. Il s’agit du lichen scléreux du pénis. Les hommes peuvent être atteints à tout âge. Il n’y a aucune prévalence selon l’âge, contrairement aux femmes, où c’est surtout avant la puberté et après la ménopause que le mal apparaît.

Les symptômes du lichen chez un sujet masculin sont les suivants :

Lésions blanchâtres sur :

  • Le méat (ouverture du pénis) ;
  • Le gland, et/ou ;
  • Le sillon balano-préputial (sillon entre le gland et le prépuce).

Il faut noter que ces lésions peuvent provoquer chez certains des anneaux qui serrent le gland. Cela entraîne parfois :

  • Des difficultés à uriner ;
  • Des fissures douloureuses du prépuce ;
  • Des rapports sexuels douloureux.

Comment fait-on le diagnostic du lichen ?

L’examen clinique

Le lichen scléreux vulvaire est diagnostiqué le plus souvent, sur le simple aspect des lésions de la vulve. Un médecin dermatologue ou gynécologue expérimenté est capable de poser le diagnostic sur simple examen clinique.

Toutefois, il est important de confirmer le diagnostic. Cela se fait généralement en éliminant les autres causes de lésions vulvaires possibles. En raison de l’évolution chronique et récidivante potentielle de cette affection, une biopsie peut être nécessaire pour confirmer le diagnostic.

Cette biopsie se fait après une anesthésie locale. La biopsie doit toujours s’effectuer dans un cabinet du médecin ou un centre de santé. Elle permet d’éliminer les autres maladies avec lesquelles le lichen peut être confondu.

Avec quelles maladies ce diagnostic peut-il être confondu ?

Les autres causes de démangeaisons, de fissures et/ou de blanchiment de la vulve sont :

  • Mycoses récidivantes ou chroniques ;
  • Eczéma chronique ;
  • Psoriasis ;
  • Vitiligo ;
  • Atrophie vulvaire liée à la ménopause.

Grâce à la biopsie, il est possible de faire un diagnostic précis.

Faut-il faire une prise de sang ?

Des fois, le lichen scléreux est associé à une maladie de la thyroïde. Dans ces cas, il peut donc être nécessaire de rechercher un dysfonctionnement de la thyroïde. Cela se justifie quand il existe des signes cliniques évocateurs ou quand d’autres cas existent dans la même famille. Il faut préciser cependant que dans la majorité des cas, aucun bilan sanguin n’est nécessaire.

Quels sont les traitements du lichen scléreux vulvaire ?

Traitements classiques à base de cortisone

Les traitements classiques ont trois objectifs. Il s’agit de :

  • Soulager des démangeaisons;
  • Empêcher les modifications de l’aspect de la vulve;
  • Prévenir la survenue d’un cancer.

Généralement, le traitement associe l’application d’une crème à base de cortisone. Il peut durer plusieurs mois, voire des années. Une surveillance par un médecin expérimenté est nécessaire.

Il s’agit d’un traitement simple, efficace et bien toléré par la plupart des femmes.

En fonction de la réponse de l’organisme de chaque patiente, la posologie peut être adaptée. En effet, au bout d’un certain temps de traitement, les lésions vulvaires peuvent ne plus démanger. De même, les modifications de la peau de la vulve sont susceptibles de disparaître ou de devenir stables. Dans ces cas, les applications de ce traitement local peuvent être espacées. Il est nécessaire d’en parler à votre médecin avant toute modification de la fréquence d’application du traitement local.

Concernant la durée du traitement et la fréquence d’application de la crème, elles dépendent de l’évolution de la pathologie chez chaque patiente. Le médecin spécialiste (dermatologue ou gynécologue) est chargé d’expliquer les modalités du traitement à la patiente. De plus, il se charge d’assurer la surveillance nécessaire.

La plupart des patientes ont une vie totalement normale, même si un traitement au long terme est nécessaire. Bien souvent, une surveillance prolongée, régulière et continuelle peut être nécessaire.

Traitement des hommes

L’utilisation d’une crème pour soulager la démangeaison est également possible chez les hommes. L’objectif ici est de redonner au prépuce sa souplesse naturelle. Cela permet un décalottage facile du prépuce. De plus, avec ce traitement il est possible d’éviter la gêne lors de la miction et des rapports sexuels. Il ne faut pas omettre l’avantage que la crème de cortisone représente pour prévenir la survenue d’un cancer du pénis. Le traitement se fait par application d’une crème à base de cortisone pendant plusieurs mois voire, des années. L’urologue ou le dermatologue, assure la surveillance de l’évolution de la maladie.

L’avantage principal de ce traitement est qu’il est simple, efficace et bien toléré par la majorité des patients.

Après la disparition des symptômes, le médecin traitant peut recommander d’espacer les applications de ce traitement local, puis de l’arrêter. Il faut préciser que la durée du traitement et la fréquence des applications dépendent uniquement de l’évolution que connaît chaque patient.

Dans des cas extrêmes, une chirurgie chez l’homme peut être nécessaire. Il s’agit de la circoncision. Une opération qui permet d’enlever le prépuce afin de libérer le gland. Cela est recommandé dans les cas où le prépuce est très serré. Il s’agit du phimosis. Aussi, faut-il une résistance au traitement à la crème avant que la chirurgie ne soit envisagée. La circoncision ou l’ablation du prépuce se fait sous anesthésie.

Comme pour les femmes, la prise en charge de l’affection doit être suivie par un dermatologue. Les hommes peuvent aussi avoir recours à un urologue spécialisé. De même, les patients sont capables de vivre une vie tout à fait normale même si le traitement peut être long.

Traitement naturel à l’argile et la phytothérapie

Certains centres de traitement de démangeaisons, proposent une thérapie à l’argile, d’application locale. Dans le cas du lichen vulvaire, il ne faut surtout pas appliquer d’argile. En effet, il y a un risque important de surinfection en raison des microbes présents dans l’argile. D’autres agents pathogènes peuvent aussi vous atteindre lors d’un traitement à l’argile.

De même, la phytothérapie avec des huiles essentielles et autres appliqués sur un lichen scléreux vulvaire est à éviter. Ces traitements n’ont souvent pas d’effet curatif sur les lésions et conduisent au développement, parfois en sourdine de l’affection.

Les gynécologues et urologues indiquent qu’il s’agit d’une maladie dermatologique qui doit être diagnostiquée et suivie sur le long terme. Cette affection nécessite un traitement à la cortisone, qui doit être appliqué scrupuleusement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussi :

Related Articles