Global Statistics

All countries
623,866,403
Confirmed
Updated on October 4, 2022 1:44 pm
All countries
602,590,213
Recovered
Updated on October 4, 2022 1:44 pm
All countries
6,552,191
Deaths
Updated on October 4, 2022 1:44 pm

Lochies : les saignements après accouchement

Les plus grandes attentions sont portées sur une femme enceinte, seulement lors de sa grossesse. Néanmoins, la période post-partum est tout aussi importante. À la suite de l’accouchement, de nombreux signes peuvent apparaître. Au nombre de ceux-ci, figurent en place de choix, les lochies. Ces écoulements vaginaux longtemps craints sont en quelque sorte un moyen pour l’organisme de se nettoyer. Lorsqu’elles ne sont pas normales, elles s’accompagnent de signes qui nécessitent une consultation médicale. Heureusement, il existe des moyens pour mieux vivre cette période. Que savoir donc des lochies ?

Lochies : qu’est-ce que c’est ?

En effet, les lochies ne sont rien que des pertes de sang à la suite d’un accouchement. Dans le jargon médical, on dit que ce sont des débris de muqueuses, de sécrétions vaginales et lymphatiques, que le corps expulse à travers le vagin. Ces écoulements vulvaires contiennent du sang et du mucus cervical. Ils contiennent également des déchets de l’utérus, qui apparaissent en forme de caillots, ainsi que des restes placentaires.

Les lochies sont déclenchées par les tranchées, des contractions de l’utérus. Elles sont connues pour changer progressivement d’aspect pendant la période d’écoulement. Au début, les lochies sont sanglantes et prennent une couleur rouge clair. Par la suite, elles paraissent plutôt de couleur rose. Et vers la fin, elles deviennent blanc-jaune. Mais, il n’est pas exclu qu’elles prennent la couleur brune.

Pendant la période d’écoulement, les femmes perdent environ un demi-litre de sang. On peut donc dire que le volume de sang perdu lors des lochies est plus important que pendant les règles. Cela amène certaines femmes à penser que ce sont les règles qui reprennent de façon anormale. En général, ces écoulements concernent les femmes ayant accouché par voie basse, ainsi que celles qui ont été césarisées. Toutefois, les écoulements durent plus longtemps dans le cas d’une césarienne et le flux est moins important. De plus, les contractions sont plus douloureuses.

Contrairement à ce qu’on a l’habitude de penser, ils sont tout à fait normaux et leur volume régresse progressivement. En gros, les lochies servent à débarrasser l’organisme de tous les résidus laissés par la grossesse et l’accouchement. L’autre avantage de ces écoulements, c’est qu’ils participent à redonner à l’utérus sa tonicité et sa forme d’origine.

Quelles sont les causes des lochies ?

À cause des augmentations de différents facteurs hémostatiques, la gestation est considérée comme un état d’hypercoagulabilité. C’est-à-dire que les fluides ont tendance à coaguler beaucoup plus qu’en période normale. Toutes ces mutations sont tout à fait normales, et constituent un moyen de préparer l’organisme à l’accouchement, qui est un challenge hémostatique.

Plus particulièrement, il existe deux facteurs qui augmentent significativement pendant la grossesse. Il s’agit du Facteur VIII et du Facteur de Von Willebrand (VWF). Leur niveau maximal est atteint pendant les trois derniers mois de la grossesse.

En effet, le Facteur VIII est très important dans le processus de coagulation. Quant au Facteur de Von Willebrand, c’est aussi une glycoprotéine nécessaire à la coagulation. Cette dernière joue principalement deux rôles à savoir : le transport du Facteur VIII et l’attachement des plaquettes avec la paroi des vaisseaux.

Lors de la gestation, le placenta reste accroché à l’utérus. À l’accouchement, il se détache et laisse place à une importante plaie sur la paroi de l’utérus. Pour la cicatrisation de cette plaie, un liquide est généré. Ce liquide n’est rien d’autre que les lochies. Il suinte et s’accompagne de saignements. En s’écoulant, ce liquide entraîne avec lui tous les résidus de la gestation laissés lors de l’accouchement. Les lochies sont donc destinées à nettoyer l’utérus et le corps après l’accouchement.

Notons que les femmes allaitantes ont plus de chances de voir leurs lochies s’arrêter plus vite. En effet, l’ocytocine sécrétée lors de lactation, stimule l’expulsion rapide du sang qui se loge à l’intérieur de l’utérus. Chez les autres femmes, il faudra attendre la cicatrisation de la plaie ou le retour de l’utérus à sa taille normale, avant l’arrêt des écoulements.

Quelles sont les caractéristiques de ces saignements post-partum ?

Le liquide qui s’écoule est composé de : mucus cervical, de sang et des résidus de l’utérus. Ces différentes composantes apparaissent sous la forme de caillots. Dans ce liquide, on retrouve également des rebuts de la membrane placentaire.

L’aspect des lochies dépend du temps écoulé depuis l’accouchement. Au fil du temps, elles évoluent de la manière suivante :

Pendant les premiers jours d’écoulement, le liquide a un aspect ensanglanté et sombre à l’image du sang des règles. Quelques jours après, les écoulements sont de plus en plus importants et leur couleur rouge devient vive. 

Au bout d’une semaine, on remarque une régression du volume d’écoulement et un virage de la couleur vers le rose ou le marron.

Après la deuxième semaine, le liquide qui s’écoule prend une couleur marron clair, blanc-jaune ou encore brune. À cette étape, la quantité des pertes faiblit considérablement. À la fin, elle finit par disparaître.

Il faut notifier que les changements de couleur des pertes sont tout à fait normaux. En effet, le sang s’oxyde et vieillit au fil des jours d’écoulement. Le volume des écoulements régresse progressivement en fonction de la quantité de résidus à évacuer. Notons aussi que l’odeur des lochies est discrète, en l’absence de tout facteur inhabituel.

Par ailleurs, il faut éviter de confondre les lochies aux règles. Ces dernières sont moins abondantes et ne contiennent pas de caillots. Ces grumeaux présents dans les lochies peuvent atteindre la taille d’une prune. Mais, vous n’avez pas à vous en faire, c’est tout à fait normal. Le seul point commun avec les règles, c’est que les lochies peuvent avoir la même odeur de moisie ou de rance, comme avec les menstruations.

Toutefois, ces caractéristiques ne sont que générales. Elles peuvent varier d’une femme à une autre en fonction de son organisme, des conditions de sa gestation et son accouchement. 

Pendant combien de temps durent les lochies ?

Tout comme l’aspect des lochies, la durée de leur écoulement varie d’une femme à une autre. Les écoulements commencent avec un volume important. Ils diminuent avec le temps et finissent par s’arrêter vers le 15è jour. Par la suite, vers le 20è jour, la femme atteint une phase connue sous le nom de « petit retour des couches ». C’est une phase due à la chute hormonale pendant laquelle la femme est sujette à des saignements. Elle peut durer jusqu’à un mois.

Notons que l’écoulement des lochies peut aller jusqu’à un mois ou 6 semaines au maximum. Au-delà, il s’agit d’une anomalie et il est conseillé de consulter.

Aussi, les lochies ne s’écoulent pas de manière discontinue. C’est-à-dire qu’elles ne s’arrêtent pas complètement pendant un temps pour reprendre après.

La durée d’écoulement des lochies est relativement plus courte chez les femmes qui allaitent. En effet, la lactation induit la sécrétion de l’ocytocine. Cette substance est connue pour déclencher ou augmenter les contractions de l’utérus. L’accroissement des contractions accélère l’expulsion des lochies, qui sortent en plus grande quantité et finissent plus vite par conséquent.

Les saignements après l’accouchement sont aussi abondants les matins après le réveil ou pendant une activité physique.

Par rapport au retour des règles, il intervient entre 6 et 8 semaines après la naissance du bébé. Cette période varie selon la pratique ou non de l’allaitement par la femme. Dans le cas de certaines femmes, les règles reviennent seulement après la période de l’allaitement. Les sage-femmes conseillent vivement un suivi particulier pour les femmes pendant cette phase.

Lochies : quand faut-il consulter un médecin ?

Il est vrai que l’écoulement des lochies est tout à fait normal. Mais, cela l’est moins lorsqu’il est accompagné d’un certain nombre de signes cliniques considérés comme alarmants. Ces signes doivent alerter et faire l’objet de consultation dans les plus brefs délais.  Au nombre de ceux-ci, on dénombre l’apparition de constants maux de ventre et de fièvre persistante pendant les lochies.

Elles devraient également voir un spécialiste si les pertes dégagent de fortes odeurs nauséabondes et contiennent des caillots plus gros que d’habitude. Ces signes sont peut-être révélateurs d’une endométrite. Cette pathologie touche l’intérieur de l’utérus et peut causer de graves dommages, si elle n’est pas vite prise en charge. Il peut également s’agir de la salpingite, une infection qui atteint les trompes.

Par ailleurs, le fait d’avoir des tranchées douloureuses pourrait-être un autre cas alarmant. Certes, ce sont des contractions qui apparaissent après l’accouchement, pour permettre à l’utérus de retrouver sa taille et sa forme normales. Mais lorsqu’elles provoquent des douleurs, elles doivent faire l’objet d’une prise en charge rapide. Dans le cas contraire, ces douleurs risquent de devenir handicapantes.

Les spécialistes sont d’accord sur le fait qu’une hémorragie excessive peut se produire pendant les premiers jours de la période post-partum et environ un mois après. Malgré la prévisibilité de cet évènement, il est conseillé de se rendre aux urgences dès qu’il se produit. Voici quelques signes alarmants qui peuvent se produire lors d’un saignement excessif après les 15 jours de lochies :

  • Une fièvre avec une température de plus 38 °C ;
  • Un saignement important après les 15 jours (nécessitant jusqu’à une serviette hygiénique par heure) ;
  • Une présence des caillots de sang dans les saignements ;
  • Des pertes ayant une très forte odeur ;
  • De vives douleurs au ventre.

En dehors des signes, les médecins peuvent faire certains tests pour déterminer s’il s’agit toujours des lochies ou de saignements excessifs. Ils palpent le vagin et le périnée à la recherche d’éventuelles déchirures. Ils examinent également l’abdomen par palpation, pour « toucher » l’utérus. S’il s’avère qu’il est souple, cela signifie qu’il regorge du sang.

Plus particulièrement, les femmes qui souffrent de maladies du sang doivent être suivies attentivement pendant cette période.

À l’apparition de chacun de ces signes, il est conseillé de se rendre aux urgences pour voir un médecin. Dès que ce dernier identifie la cause de l’anomalie, il pourra conseiller une démarche adaptée. Par exemple, il peut effectuer un curetage pour enlever les résidus et débris que les lochies étaient censées évacuer. Il peut également prescrire certains médicaments, dans le but de faciliter les tranchées. Des antibiotiques peuvent aussi s’ajouter pour contrer toute infection.

Lochies : comment s’en sortir pendant la période d’écoulement de sang ?

Cette période après l’accouchement peut être particulièrement gênante, si la nouvelle mère ne prend pas certaines dispositions. En pratique, les médecins conseillent l’usage des serviettes hygiéniques à la place des tampons habituels. En effet, l’introduction de tout objet (notamment du tampon) dans le vagin pourrait provoquer une infection. Au début des écoulements, il est conseillé de changer de serviette hygiénique chaque 4 heures, en fonction du volume des pertes.

Toujours dans le but d’éviter les infections, les spécialistes conseillent aux femmes d’éviter la baignade en piscine pendant leur période post-partum. Elles devraient également éviter toutes les autres formes de bains inhabituels, comme ceux dans la mer.

Vous aimerez aussi :

Related Articles