Global Statistics

All countries
674,156,358
Confirmed
Updated on January 26, 2023 10:49 pm
All countries
627,188,615
Recovered
Updated on January 26, 2023 10:49 pm
All countries
6,752,986
Deaths
Updated on January 26, 2023 10:49 pm

Lymphangite : Causes, Symptômes, Traitements

Le passage de la lymphe dans l’ensemble de l’organisme est en partie assuré par les vaisseaux lymphatiques. En dépit de l’importance de ces derniers, il arrive qu’ils soient exposés à certains troubles dont la lymphangite. En effet, cette dernière résulte d’une réaction de l’organisme (suite à la pénétration d’agents pathogènes à travers des plaies situées au niveau de la peau) entraînant ainsi l’inflammation des vaisseaux lymphatiques. La lymphangite peut apparaître dans diverses zones du corps, sous forme de stries rouges. Le plus souvent, ces dernières sont, à la fois, douloureuses et chaudes. Qu’appelle-t-on lymphangite ? Quels sont les facteurs à l’origine de cette affection et comment la prendre en charge ?

Présentation de la lymphangite

On peut définir la lymphangite comme étant une inflammation d’un ou d’une multitude de vaisseaux lymphatiques.

Il est important de notifier que la lymphe est un liquide qui circule hors des plus petits vaisseaux sanguins de l’organisme. Elle fournit des nutriments à l’organisme et se déplace entre les cellules. En outre, la lymphe sert à l’évacuation des micro-organismes infectieux, des cellules cancéreuses et celles endommagées.

Pour atteindre les ganglions lymphatiques, la lymphe passe par les vaisseaux lymphatiques. Les ganglions lymphatiques se retrouvent à des zones stratégiques du corps humain, notamment :

  • Au niveau des aisselles ;
  • Dans l’abdomen ;
  • Au niveau du cou.

Ils représentent les principaux réservoirs de leucocytes. Les ganglions lymphatiques produisent des anticorps (en cas d’apparition d’agent extérieur à l’organisme tel que les virus) et les libèrent dans la circulation sanguine. Ils assurent donc l’immunité de l’organisme. Toujours dans l’optique d’assurer cette fonction protectrice, ils produisent également des « leucocytes spécifiques », dont le rôle est d’éliminer les cellules cancéreuses et les micro-organismes infectieux. Toutefois, lorsque l’organisme est atteint d’un cancer ou d’une infection, les ganglions lymphatiques gonflent.

Bien qu’ils soient armés pour faire face aux cellules endommagées, les vaisseaux lymphatiques y sont constamment exposés. Alors, le risque d’infection est plus ou moins élevé. Dans ce genre de situation, la lymphangite se manifeste en deux étapes. Au cours de la première étape (qui se caractérise par une inflammation locale) les ganglions lymphatiques jouent le rôle de collecteur, en ralentissant la progression de l’infection. Compte tenu de la très forte activité des agents infectieux, ils gonflent, entraînant ainsi l’inflammation des vaisseaux lymphatiques. Au cours de la seconde étape, l’inflammation peut concerner uniquement les petits vaisseaux ou tout un vaisseau lymphatique entier.

Symptômes de la lymphangite

La lymphangite se traduit par l’apparition d’un cordon rouge, qui ressemble à une ligne tracée sous la peau : on parle de lymphangite tronculaire. Cette ligne s’étend de la région infectée au cœur, en passant par les vaisseaux lymphatiques. Les ganglions à proximité gonflent et deviennent douloureux.

Certaines régions du corps sont plus sujettes à l’apparition d’une lymphangite. Il s’agit des jambes, des pieds, des bras et de l’avant-bras. Toutefois, quelle que soit la localisation de la lymphangite, les symptômes restent identiques. Ainsi, on a :

  • La fièvre ;
  • Une accélération du rythme cardiaque ;
  • Les frissons ;
  • Une inflammation des vaisseaux lymphatiques ;
  • Des ganglions douloureux et gonflés.

L’infection peut atteindre le système circulatoire et affecter tout l’organisme assez rapidement. Il est donc essentiel de traiter la lymphangite le plus tôt possible. Cela évitera l’apparition de certaines complications comme la septicémie (qui désigne la présence de microbes dans le sang).

Causes de la lymphangite

Généralement, ce sont les bactéries qui sont à l’origine d’une lymphangite. Il peut s’agir des streptocoques ou des staphylocoques. Ces bactéries pénètrent dans les vaisseaux lymphatiques par le biais d’une plaie ou d’une égratignure, située sur la peau. L’apparition de cette plaie peut être secondaire à :

  • Une piqûre d’insecte ;
  • Une griffure ou une morsure d’animaux ;
  • L’usage d’une aiguille souillée ;
  • Des mycoses cutanées ;
  • Une infection cutanée.

En outre, certaines maladies comme le diabète ou les varices peuvent aussi favoriser l’apparition d’une lymphangite. Toutefois, lorsque la zone affectée devient douloureuse, rouge et chaude, le patient doit immédiatement consulter un médecin, afin que ce dernier puisse instaurer un traitement d’urgence.

Diagnostic de la lymphangite

Le médecin entame le diagnostic par un examen clinique. Il procède à la recherche des signes caractéristiques de la maladie. Il pose ensuite quelques questions au patient pour avoir plus d’éclaircissement sur l’origine et les symptômes de l’affection. Habituellement, l’anamnèse du patient et l’aspect de sa peau suffisent au médecin pour soupçonner une lymphangite.

Toutefois, il peut effectuer des examens complémentaires, notamment une analyse sanguine, pour avoir plus de certitude. Lorsque celle-ci révèle une augmentation du nombre de globules blancs, alors une lymphangite peut être suspectée. L’identification des micro-organismes à l’origine de l’infection n’est pas toujours une chose évidente. Cela n’est possible que lorsqu’ils se sont propagés dans le sang ou lorsque le médecin parvient à les prélever au niveau de la zone affectée.

Traitement de la lymphangite

Dans la majorité des cas, la lymphangite résulte d’une infection bactérienne. Par conséquent, on peut la traiter à l’aide des antibiotiques. Quelques jours de traitement suffisent pour réduire l’inflammation.

La zone affectée doit être mise au repos et immobilisée. Par exemple, si elle se localise au niveau du bras, le médecin peut placer une attelle au patient. De plus, le traitement local est envisageable. Le patient peut ainsi appliquer des crèmes anti-inflammatoires et des pansements alcoolisés, au niveau de la partie du corps touchée. La région affectée peut être aussi traitée de manière chirurgicale. Cette option est généralement envisagée, lorsque la plaie se développe assez vite.

En cas de suspicion d’une septicémie, un prélèvement sanguin sera effectué pour déterminer l’agent pathogène en cause et initier un traitement à l’antibiothérapie.

Prévention de la lymphangite

Prévenir une lymphangite n’est pas une chose facile. Le seul moyen de prévention est de se protéger en mettant des gants ou des bottes, lorsque le risque de blessure accidentelle est élevé. En outre, il est également recommandé une désinfection immédiate des plaies, pour éviter que les microbes y pénètrent.

Évolution de la lymphangite

Lorsque cette maladie est prise en charge dès l’apparition des symptômes primaires, elle peut disparaître rapidement, et sans effets secondaires. Dans la plupart du temps, un traitement antibiotique de six jours suffit pour éliminer la lymphangite.

Toutefois, la récurrence des infections peut endommager, de manière durable, les vaisseaux lymphatiques. Dans ce cas, l’écoulement de la lymphe sera perturbé et celle-ci ne pourra plus assurer ses fonctions. Cela peut occasionner la formation d’un lymphœdème (gonflement des tissus conjonctifs et de la peau, qui découle de l’accumulation du liquide lymphatique). Le traitement de ce trouble repose sur :

  • Une kinésithérapie ;
  • Des bandages réducteurs ;
  • Un drainage lymphatique manuel.

Aussi, une lymphangite non traitée peut être à l’origine d’une septicémie. Cette dernière est une maladie potentiellement mortelle. Elle se traduit par des vomissements, des douleurs abdominales, des frissons, des épisodes de diarrhées, une élévation de la fréquence cardiaque et des difficultés à respirer. Toutefois, chez les patients en bonne santé, il est rare d’observer une évolution vers une septicémie.

Traitement naturel de la lymphangite

À l’instar des traitements conventionnels, il est possible de prendre en charge naturellement la lymphangite. Cette forme de prise en charge se résume à l’utilisation de certains éléments naturels comme l’huile essentielle d’origan ou encore l’ail cru. Elle garantit aux patients un soulagement des symptômes de la maladie, mais aussi une guérison.

Huile essentielle d’origan contre la lymphangite

De nombreuses études attestent l’efficacité de l’huile essentielle d’origan contre la lymphangite. Certains chercheurs affirment qu’elle est plus puissante que les antibiotiques. De plus, son utilisation ne présente pas d’effets indésirables. On retrouve dans l’huile essentielle d’origan, du thymol et du carvacrol. Ces deux substances ont de puissantes propriétés antifongiques et antibactériennes. Ce sont sans doute elles qui confèrent à l’huile d’origan son « superpouvoir ».

Plusieurs expériences ont révélé que l’huile essentielle d’origan est efficace dans la neutralisation de certaines bactéries comme les streptocoques (principaux germes à l’origine de la lymphangite).

Toutefois, l’utilisation de cette huile doit se faire sous la supervision d’un expert en santé naturelle. Pour un meilleur effet, elle doit être associée à de l’eau ou de l’huile de coco. L’absorption de ce mélange, pendant une dizaine de jours, facilitera la disparition de la pathologie.

L’ail cru

Tout comme l’huile essentielle d’origan, l’ail, plus précisément ses composés, sont très efficaces contre les micro-organismes à l’origine des infections internes. En effet, les propriétés antifongiques et antivirales de l’allicine permettent à l’ail de lutter contre les bactéries responsables de la lymphangite. Pour ceux qui l’ignorent, l’ail est considéré comme étant un antibiotique naturel.

Pour un meilleur goût, il est possible d’associer l’ail cru au miel. Deux semaines de traitement suffisent pour obtenir le résultat escompté.

 

Vous aimerez aussi :

Related Articles