Global Statistics

All countries
546,020,534
Confirmed
Updated on June 22, 2022 2:40 pm
All countries
518,730,173
Recovered
Updated on June 22, 2022 2:40 pm
All countries
6,344,055
Deaths
Updated on June 22, 2022 2:40 pm

Maladie de Kahler : causes, manifestations et traitement

La maladie de Kahler est une affection s’attaquant beaucoup plus aux hommes qu’aux femmes. Encore appelée myélome multiple, elle est une forme de cancer de la moelle osseuse, qui peut entraîner de graves conséquences à la personne atteinte. Son évolution varie d’un patient à l’autre.  

Chez certains, elle peut ne pas porter atteinte à leur vie pendant longtemps, tandis que chez d’autres, elle est radicale. Cependant, même si ses véritables causes ne sont pas encore connues, il y a des traitements susceptibles de soulager la personne atteinte de la maladie de Khaler. Comment se manifeste la maladie de Kahler ?  Quelles en sont les causes et comment la diagnostiquer ? Quel traitement pour s’en débarrasser ?  

Maladie de Kahler : définition

La maladie de Kahler est définie tout d’abord comme un cancer de la moelle osseuse. Elle est plus précisément, engendrée par la multiplication incontrôlée de certains globules blancs (les plasmocytes). La maladie doit son nom à Otto Kahler, un médecin autrichien, qui l’a exposée la première fois, il y a environ 100 ans.

En effet, les globules blancs ou plasmocytes sont des lymphocytes B qui se sont différenciés et sont maintenant capables de produire des anticorps.

Lorsque la maturation des lymphocytes B prend fin, ils ont la possibilité de se multiplier et de devenir des plasmocytes, producteurs d’anticorps. En réalité, le rôle de ces anticorps qui sont des molécules, est d’assurer la protection du système immunitaire humain.

 Leur apport de protection passe par la reconnaissance des antigènes spécifiques qui proviennent d’une contamination causée par un champion, un virus, une bactérie, etc.

La maladie de Khaler commence par la division et la prolifération incontrôlée d’une seule et unique cellule bénigne. Les cellules résultant de cette prolifération portent toutes la même affection, et se divisent également de façon incontrôlée.

Quels impacts cette maladie peut avoir ?

Bien avant, notez que la maladie de Kahler est une maladie qui a rapport aux os et aux globules. Ainsi, ses effets seront d’abord remarquables à ces niveaux.

L’effet de la maladie de Kahler sur les os

La maladie de Kahler agit considérablement sur les os. En réalité, les plasmocytes infectés produisent en plus des anticorps, une substance qui favorise la destruction du tissu osseux. Cela aura pour conséquence la destruction du squelette, ce qui rend l’os très fragile avec parfois des fractures.

L’effet de la maladie de Kahler sur les autres cellules sanguines

La multiplication anarchique des plasmocytes devient importante et empêche même la production des autres composants du sang, tels que le plasma, les globules rouges, etc.

Normalement, ces éléments devront faire partie de la moelle osseuse pour lui donner plus de tonus. Du fait qu’ils ne sont plus produits, il y a baisse de production des autres anticorps indispensables à la défense de l’organisme.

Comment se manifeste la maladie de Kahler ?

La maladie de Kahler est une anomalie qui touche la moelle osseuse. Celle-ci est un tissu qu’on retrouve au milieu des os. Elle est active en ce qui concerne l’approvisionnement de l’organisme en énergie et la fabrication de certains constituants du sang. Lorsqu’elle est touchée, elle peut entraîner plusieurs dégâts chez le patient :

  • Des douleurs de dos ;
  • Des douleurs au cou ;
  • Des douleurs au niveau des côtes ;
  • Des douleurs au niveau des hanches ;
  • Des douleurs au niveau du crâne ;
  • Une ostéoporose, et même des fractures automatiques des os longs ;
  • Une défaillance du système immunitaire du patient ;
  • De la fatigue plus ou moins intense ;
  • Une forte pâleur ou des essoufflements réguliers ;
  • La diminution du nombre d’anticorps dans l’organisme, ce qui rend le corps très fragile et exposé aux infections ;
  • Des problèmes urinaires dus à une augmentation de la quantité de calcium dans le sang.  

La maladie peut également se manifester par des hémorragies telles que des écoulements de sang par le nez, provoqués par une diminution de la quantité de plaquettes sanguines dans le sang.

Quelles sont les causes de la maladie de Kahler ?

Jusqu’aujourd’hui, les études effectuées dans le cadre de la maladie de Kahler n’ont pas encore identifié les réelles causes de cette maladie. La seule explication possible pour le moment est qu’elle résulte d’une multiplication excessive et anormale des cellules, dans la zone de la moelle osseuse.

Toutefois, les scientifiques estiment qu’il y a un lien étroit entre l’avènement de la maladie et certains éléments de l’environnement, comme l’exposition aux rayons ou aux produits chimiques dits ionisants, qui ne sont rien d’autre que des radiations.

D’un autre côté, on pense aussi que des anomalies génétiques pourraient être une véritable cause de la maladie de Kahler. Il s’agit par exemple d’une altération au niveau d’un chromosome, principalement le chromosome 13, qu’on remarque souvent dans les cas de maladie de Kahler.

L’hérédité est également l’une des causes possibles de la maladie de Kahler. Pour les personnes ayant un ascendant déjà atteint de l’affection ou un membre de la famille atteint, il est probable qu’elles aussi puissent être affectées.

Les maladies auto-immunes aussi pourraient être notifiées parmi les causes de la maladie. Elles déclenchent de façon chronique des inflammations, contraignant ainsi l’organisme à produire assez d’anticorps pour lutter efficacement contre celles-ci.

Les analyses effectuées sur les personnes malades montrent la présence de certains virus tels que ceux des hépatites B et C. Ces derniers peuvent également constituer des causes de la maladie de Kahler.

Il y a aussi l’âge qui joue un rôle non négligeable dans le cadre de la maladie de Kahler. Plus le patient prend de l’âge, plus il risque de contracter la maladie. Cela s’explique par le fait que les os des personnes âgées sont déjà fragiles et peuvent être facilement infectés.

Malade de Khaler : Quel est le diagnostic adéquat ?

Le diagnostic s’effectue par le médecin et il commence par un examen des gestes, des symptômes, et un questionnement global.

Ce professionnel de santé va également demander un bilan de sang et d’urine du patient, afin de vérifier la présence ou non des traces pouvant faire soupçonner la maladie de Kahler.

Si l’on remarque des anomalies au niveau de la formule sanguine ainsi que la présence de certaines protéines telles que la protéine M ou la protéine de Bence-Jones, on pourrait évoquer comme hypothèse qu’il s’agit de la maladie de Kahler.

L’imagerie médicale et la biopsie de la moelle osseuse sont des techniques qui vont permettre de détecter et de confirmer le diagnostic.

Après la déclaration et l’analyse des symptômes chez le patient, le médecin effectuera un diagnostic axé sur une analyse de sang.  Celle-ci va permettre de détecter s’il y a des anomalies du taux de calcium, une anémie, des anomalies au niveau des reins ou encore la présence d’un anticorps produit de façon anormale.

Quid de la prévention et du traitement ?

Le traitement et la prévention de la maladie de Kahler vont dépendre de plusieurs facteurs : des symptômes présentés par le patient, de la gravité de la maladie, des antécédents de la maladie ou encore de l’âge du patient.

Le premier traitement possible est la chimiothérapie. Il repose sur deux grandes techniques : l’immunothérapie et les thérapies ciblées.

Il y a aussi d’autres traitements comme :

  • Des médicaments antianémiques pour lutter contre l’anémie ;
  • Des immunomodulateurs : substances chimiques qui agissent sur le système immunitaire. Ils permettent de renforcer le système immunitaire en combattant les lymphocytes malins ;
  • Des traitements médicamenteux à base des antibiotiques, des antalgiques ; qui permettront de diminuer les douleurs et le risque d’infection ;
  • La radiothérapie va également aider dans la réduction et la destruction des cellules cancéreuses et de la masse tumorale ;
  • La greffe de cellules souches hématopoïétiques. Cette cellule souche est la cellule principale de toutes les cellules sanguines produites dans la moelle osseuse ;
  • La chirurgie : elle consiste à enlever la partie infectée, c’est-à-dire une partie de l’os, dans les cas graves ;
  • La prise en charge du patient en cancérologie.

Cependant, rien ne certifie que le patient sera guéri après le traitement. Certains patients ne survivent pas longtemps, mais d’autres vivent avec la maladie pendant plus de 15ans.

Vous aimerez aussi :

Related Articles