Global Statistics

All countries
591,712,323
Confirmed
Updated on August 10, 2022 10:20 pm
All countries
561,930,639
Recovered
Updated on August 10, 2022 10:20 pm
All countries
6,443,303
Deaths
Updated on August 10, 2022 10:20 pm

Maladie de Paget : causes, symptômes et traitements

Touchant généralement les hommes de plus de 50 ans, la maladie de Paget est une pathologie des os, qui se caractérise par un accroissement de la restructuration osseuse. Elle peut provoquer des douleurs intenses au niveau des os ainsi qu’une surdité progressive. Découvrez ici les causes, les symptômes ainsi que les traitements possibles de la maladie de Paget.

Qu’est-ce que la maladie de Paget ?

Encore appelée maladie osseuse de Paget, la maladie de Paget est une pathologie osseuse qui engendre une hypertrophie (augmentation du volume de l’os) et une fragilisation osseuse. Cette pathologie peut affecter tous les os du corps, en l’occurrence ceux du bassin, de la cuisse ou du crâne. La maladie de Paget peut apparaître sans aucun signe.

Toutefois, elle peut également se manifester par des malformations osseuses, et des douleurs au niveau des muscles. Heureusement, elle peut être traitée efficacement, quelles que soient les complications.

Habituellement, les hommes sont plus enclins à cette maladie, surtout ceux ayant 50 ans ou plus. Les individus de moins de 40 ans sont rarement touchés par la pathologie. En Europe par exemple, 3 à 4 % de la population des hommes de plus de 50 ans sont touchés par la maladie de Paget.

Les causes et facteurs de risque de la maladie osseuse

Jusqu’à ce jour, la cause réelle de la maladie de Paget n’a pas été identifiée. Les spécialistes soupçonnent cependant un facteur génétique. En effet, dans plus de 10 % des cas de cette maladie, des anomalies génétiques spécifiques sont mises en jeu.

Par ailleurs, certains facteurs environnementaux seraient également à l’origine de la maladie de Paget. Aussi, certaines études révèlent que de nombreux virus seraient impliqués dans l’apparition de cette pathologie. Cependant, sa transmission n’est pas contagieuse.

Les symptômes de la maladie de Paget

De façon générale, la maladie de Paget est une pathologie asymptomatique. Ses signes sont découverts par pur hasard, lors des radiographies réalisées pour d’autres raisons. Elle peut ainsi se manifester de plusieurs manières différentes.

Le premier signe apparent est l’apparition de douleurs osseuses comme pour l’arthrose. On constate alors des lombalgies ou des boiteries, qui sont causées par une atteinte de la hanche. S’ensuivent alors les douleurs des membres. Qu’il s’agisse du rachis lombaire, du bassin, du fémur ou encore du tibia, toutes les parties du squelette peuvent être affectées lorsque la maladie de Paget s’installe.

Par ailleurs, cette affection implique également une surdité progressive qui atteint les rochers osseux, et engendre une compression des nerfs auditifs.

Un autre symptôme de la maladie de Paget est la déformation des os (épaississement ou incurvation). Cette déformation peut être à l’origine de la chaleur de peau ressentie, au niveau des os atteints par la pathologie. On peut également constater un élargissement du crâne. Il est vrai que ce signe n’est pas très visible, mais les patients remarqueront très vite qu’ils doivent changer de taille de chapeau. Il faut aussi noter que cet élargissement de crâne peut entraîner des céphalées.

Chez certains sujets, on remarque les jambes qui deviennent arquées ou encore, la colonne vertébrale qui commence à prendre une courbure anormale.

Quelques complications de la maladie de Paget

La maladie de Paget est généralement découverte lorsque surviennent d’autres complications. Au nombre de ces dernières, on peut distinguer l’arthrose qui est la plus courante et qui touche environ 50 % des patients. Elle se localise dans les articulations des os touchés par la maladie de Paget. Ensuite, on peut évoquer comme complication de cette maladie, les fractures sur les os atteints : on parle de fracture pathologique.

Il y a aussi les insuffisances cardiaques qui peuvent se développer, même si ces cas sont très rares. Ces insuffisances sont dues à une intensité accrue de la circulation sanguine dans les zones affectées par la maladie de Paget. Dans ces conditions, le cœur est amené à fournir beaucoup plus d’effort que d’habitude.

Au nombre des complications de la maladie de Paget, il faut évoquer aussi les atteintes dégénératives des articulations ainsi que les compressions médullaires, qui atteignent habituellement les vertèbres.

Comment diagnostiquer la maladie de Paget ?

La présence des symptômes caractéristiques et des douleurs articulaires peut parfois permettre de diagnostiquer la maladie de Paget. Cependant, pour confirmer ces doutes, des radiographies sont réalisées afin d’observer les anomalies osseuses en rapport avec la maladie. Ces examens sont suivis de deux analyses biologiques qui permettent de déterminer avec précision le taux de phosphate alcalin dans l’organisme. En effet, le phosphate alcalin est majoritairement responsable de la formation du calcium, des cellules osseuses, mais aussi du phosphate sanguin.

Pour diagnostiquer la maladie de Paget, on peut aussi faire recours à la scintigraphie osseuse qui permet d’identifier exactement les os affectés. Le point majeur qui différencie cet examen de la radiographie est qu’il inspecte le squelette entier, et identifie les zones réellement affectées par la maladie.

Il faut aussi préciser qu’après le diagnostic, des tests sanguins et urinaires peuvent aussi être réalisés pour mesurer le degré de gravité de la maladie. Cela est possible car, les concentrations anormales de marqueurs de formation osseuse sont des indices pour déterminer l’ampleur de la maladie.

Le traitement de la maladie de Paget

Concernant la prise en charge de la maladie de Paget, il faut préciser qu’elle n’est utile que si cette pathologie présente certains symptômes. Dans le cas contraire elle ne nécessite aucune prise en charge particulière.

Toutefois, quand la maladie de Paget est à l’origine des douleurs ou des gênes, elle doit rapidement être prise en charge. Le traitement consistera essentiellement à soulager les douleurs chroniques et à traiter les complications.

Un traitement antalgique est la première option. Celui-ci se fait à base de paracétamol, qui peut s’accompagner d’anti-inflammatoire. Si la maladie a rendu une jambe arquée, une talonnette est recommandée pour faciliter la marche.

Par ailleurs, pour les cas de compression d’un nerf ou d’arthrosique d’une articulation, les interventions chirurgicales sont incontournables.

Il faut aussi noter qu’il existe des médicaments appelés bisphosphonates, qui permettent de ralentir la progression de la maladie osseuse. Parmi eux, on peut énumérer :

  • L’alendronate ;
  • Le pamidronate ;
  • Le tiludronate ;
  • Le zolédronate ;
  • L’étidronate ;
  • Le résidronate.

La plupart de ces médicaments sont administrés par voie orale et sont généralement prescrits pour des raisons bien précises. Une de ces raisons peut être la limitation les risques de saignement lors d’une intervention chirurgicale. Ensuite, ces médicaments peuvent aussi permettre de soulager les douleurs osseuses. Ils peuvent en outre prévenir les complications telles que la surdité, la paralysie ou des déformations osseuses. Pour finir, il faut préciser que les bisphosphonates diminuent le taux de phosphatases alcalines dans le sang des patients qui ont des taux anormaux.

A défaut des bisphosphosnates, une injection intramusculaire ou sous-cutanée de calcitonine peut être utile. Il est vrai que cette méthode est moins efficace, mais elle reste quand même une option. Enfin, une alimentation riche en calcium et en vitamine D peut aussi permettre de venir à bout de la maladie.  En effet, ces substances vont aider à la fixation du calcium sur les os.

Vous aimerez aussi :

Related Articles