Accueil Lexique médical Moelle osseuse : définition, rôles, maladies et traitements

Moelle osseuse : définition, rôles, maladies et traitements

0
Moelle osseuse : définition, rôles, maladies et traitements
Structure de la moelle osseuse

La Moelle osseuse est importante pour la motricité d’un être humain. Existant sous deux formes, elle joue une panoplie de rôles. Découvrez dans ce mini-guide les différentes fonctions, la typologie, et les maladies ainsi que les différents traitements associés.

Définition et typologie de la moelle osseuse

La moelle osseuse est un tissu organique situé dans les os. Il en existe de deux sortes à savoir : la moelle rouge et la moelle jaune. La moelle rouge est assez active et elle est dotée de fonctions majeures dans la formation :

  • des globules rouges ;
  • des plaquettes ;
  • des cellules immunitaires issues des globules blancs.

De cette façon, elle joue un rôle important dans la défense de l’organisme. Cette forme de moelle est plus agissante dans les os d’un jeune enfant.

Cependant, cette forte activité diminue avec le temps. Par conséquent, la moelle rouge n’est plus productive à l’âge adulte. Son absence quasi ou totale rend certains os spongieux (plats ou courts).

Par contre, les os longs sont la preuve de la présence de la moelle osseuse jaune. Elle se démarque par une cavité centrale appelée cavité médullaire. Elle est de composition graisseuse et participe à l’hématopoïèse.

La moelle osseuse rouge et celle jaune assurent l’équilibre du tissu hématopoïétique dans l’organisme. Sur le plan étymologique, « hématopoïétique » découle du mot haimatos poeim. Ce qui signifie la capacité du sang ou plus littéralement « haimatos = sang et poeim = faire).

Bon à savoir : l’hématopoïèse se définit comme l’ensemble des systèmes aboutissant à la production continue et régulée des cellules sanguines.

Moelle osseuse : où se trouve-t-elle ?

Appelée par défaut la « moelle rouge », la moelle osseuse se trouve dans les os. Elle est plus concentrée dans les os du bassin. D’ailleurs, la moelle osseuse est elle-même le lieu de fabrication des cellules sanguines.

En fonction de sa typologie, elle continue de demeurer dans les os. Il s’agit notamment de la moelle osseuse jaune. Quant à la moelle rouge, elle se raréfie avec l’âge. Par conséquent, sa localisation dans la structure osseuse est momentanée (jusqu’à 4 ans d’âge). Chez l’adulte, elle est localisée dans :

  • les côtes ;
  • le sternum ;
  • l’os iliaque ;
  • les clavicules.

La moelle osseuse rouge est également retrouvée dans les os longs, notamment l’humérus et les épiphyses du fémur.

Quelles sont les fonctions de la moelle des os ?

Étant schématiquement le siège de l’hématopoïèse, la moelle osseuse joue trois rôles importants dans l’organisme.

Production des CSH

Les CSH sont les cellules à l’origine de toutes les cellules de la moelle osseuse, lesquelles deviennent du sang au final. Ces cellules mères possèdent trois fonctions principales.

Pour commencer, elles sont capables d’un auto-renouvellement pour maintenir le stock de cellulessanguines à un niveau normal. Cette fonction leur est donnée pour toute la vie.

Ensuite, les CSH sont qualifiées de pluripotentes. En d’autres termes, elles sont capables de produire tous les éléments précurseurs de toutes les lignées hématopoïétiques.

Enfin, les cellules génératrices du sang sont pourvues d’une grande capacité d’engagement. Ainsi, elles peuvent fluidifier la circulation sanguine grâce au maintien en toute sécurité des cellules organiques.

Par ailleurs, ce sont ces cellules qui favorisent la reconstitution de toute l’hématopoïèse après un don de moelle osseuse.

Fabrication de cellules invisibles

La moelle osseuse est capable de produire des cellules engagées dans le métabolisme. Cependant, ils sont non reconnaissables au microscope. 

Création de cellules visibles

La moelle située dans les os permet de produire des cellules reconnaissables au microscope. Dans cette fonction, elle donne naissance aux cellules matures du sang. 

Moelle osseuse : quelles sont les maladies envisageables ?

Les affections pouvant attaquer la moelle osseuse peuvent être regroupées en deux groupes. Ce sont les maladiesmalignes et les maladies bénignes du sang.

Les maladies graves du sang de la moelle osseuse

Il existe un grand nombre d’hémopathies malignes cancéreuses du sang. Cependant, le type de cancer le plus alarmant est la leucémie aiguë. Cette affection se caractérise par uneprolifération sans limites de cellules blastiques.

De manière progressive, ces cellules immatures et inutiles prennent la place des cellules souches hématopoïétiques saines. Se répandant dans le sang, ces agents dysfonctionnels empêchent la moelle osseuse de fonctionner correctement. Par conséquent, la fabrication de globules sanguins est supprimée sur le long terme.

Par ailleurs, les maladies malignes sanguines regroupent également les syndromes myélodysplasiques (SMD). Ces troubles ciblent le système immunitaire. Avec ce mécanisme d’attaque, ils se différencient des lymphomes. En effet, ces derniers touchent plutôt les ganglions lymphatiques.

Bon à savoir : En dehors de la leucémie aiguë, celle chronique affecte l’organisme de la même façon.

Cancer de la moelle osseuse : les symptômes

En règle générale, il n’existe pas de signes cliniques caractéristiques du cancer de la moelle osseuse. Néanmoins, des symptômes généraux peuvent apparaître. Leur manifestation est étroitement liée à la diminution de la fabrication des globules.

Par contre, il est souvent difficile de faire le rapport entre ces signes et une maladie grave du sang. Ce sont notamment :

  • une grande vulnérabilité aux infections par manque de globules blancs ;
  • un manque de souffle notable à cause du déficit en globules rouges ;
  • une résistance des plaies et blessures par manque ou dysfonctionnements des plaquettes.

Si une personne ressent une sorte de fatigue générale, elle doit immédiatement prendre un rendez-vous avec son médecin traitant. Il revient à ce dernier de prescrire une prise de sang afin de découvrir la source du problème.

Attention : les symptômes de la drépanocytose et ceux d’un lymphome ne sont pas assimilables à un cancer de la moelle osseuse.

Les maladies bénignes du sang

Peu importe leur taux de gravité, lesmaladies du sang sont graves. Cependant, certaines affections sont qualifiées de non malignes parce qu’elles peuvent être traitées facilement. Parmi elles, il y a l’aplasie médullaire.

Cette maladie pousse la moelle osseuse à arrêter son fonctionnement. Par conséquent, la moelle osseuse n’est plus en mesure de produire des cellules de sang. Les causes de ce trouble des cellules souches hématopoïétiques (CSH) sont inconnues.

Pour certains experts, il proviendrait d’une maladie auto-immune. Toutefois, la chose certaine est que l’aplasie médullaire peut être acquise ou génétique.

En parlant de génétique, il y a d’autres maladies non malignes du sang telles que : 

  • La drépanocytose ;
  • Les thalassémies ;
  • Les maladies du système immunitaire.

Comme affection auto-immune, il y a le déficit immunitaire combiné sévère (DICS). Ensuite, il y a le bébé-bulle qui désigne un nourrisson dépourvu de cellules du système immunitaire à la naissance.

Quels sont les examens praticables sur la moelle osseuse ?

Les tests médicaux qui peuvent être effectués sur la moelle épinière sont :

  • la ponction ;
  • la biopsie ostéo-médullaire ;
  • la biopsie osseuse.

Une ponction de la moelle osseuse est le premier examen à faire en cas de suspicion d’une des maladies du sang. Pour le faire, le professionnel de santé procède au prélèvement de moelle liquide par aspiration. L’extraction est faite soit au niveau du sternum, soit au niveau de la hanche.

Certains cas de maladie du sang contraignent à une biopsie ostéo-médullaire. Ainsi, l’analyse de la moelle osseuse est effectuée dans son environnement.

Par ailleurs, une biopsie osseuse peut également se faire. Cet examen se réalise à l’aide d’un trocart à hauteur de l’aile iliaque postérieure.

Affections de la moelle osseuse : quels sont les différents traitements ?

Plusieurs options de traitement s’offrent au patient pour contrer les maladies de la moelle osseuse. La première solution est le don de moelle osseuse. Il consiste à prélever des cellules souches. Ces dernières peuvent être obtenues à partir du sang d’un donneur.

La deuxième solution est une autogreffe de cellules souches périphériques. Elle est souvent effectuée par le biais des allogreffes intra familiales. La technique recommandée pour ce type de transfusion est un prélèvement de moelle osseuse par aspiration.

Elle consiste à endormir le donneur pour extraire une quantité assez importante de moelle osseuse liquide. Ainsi, le professionnel de santé obtient un taux de cellules souches suffisant pour une greffe. 

Outre le don de moelle osseuse, la prise de certains médicaments permet de soulager certains symptômes. En premier lieu, il y a les corticostéroïdes tels que :

  • la decadron ;
  • la dexasone ;
  • la prednisone.

Ces thérapeutiques contribuent à réduire certains effets secondaires de la chimiothérapie, notamment les nausées et les vomissements.

Les bisphosphonates, quant à eux, ralentissent la destruction osseuse engendrée par les cellules myélomateuses. Parallèlement, le denosumab (Xgeva) participe à la réduction du risque des problèmes osseux causés par un myélome multiple.

Les facteurs de stimulation des colonies (FSC) soutiennent le corps et l’appui dans la production de nouveaux globules rouges et globules blancs. Pour prévenir les infections, le patient doit prendre des antibiotiques et d’autres médicaments appropriés.

Par ailleurs, la plasmaphérèse est également une solution médicale idoine pour contrer les maladies de la moelle osseuse. Cette technique est une intervention servant à retirer les protéines M du sang. Ces dernières sont en mesure d’engendrer une hyperviscosité (épaississement du sang).

Bon à savoir : chez une personne atteinte d’une affection de la moelle osseuse, la protéine M (une immunoglobuline) est produite en quantité supérieure à la normale.

En somme, la moelle osseuse est un élément moteur dans le fonctionnement du corps. Elle génère des cellules productrices du sang. Cependant, elle est touchée par des maladies assez graves nécessitant une greffe. En outre, la personne malade peut également prendre certains médicaments pour soulager les symptômes de cette maladie.