Global Statistics

All countries
589,303,819
Confirmed
Updated on August 8, 2022 12:50 am
All countries
558,729,433
Recovered
Updated on August 8, 2022 12:50 am
All countries
6,436,397
Deaths
Updated on August 8, 2022 12:50 am

Obésité: symptômes, traitements et préventions

L’obésité est l’état d’une personne qui, physiquement est très grosse et dont l’indice de masse corporel est supérieur ou égal à 30. C’est un état qu’il faut rapidement traiter, car il peut être à l’origine de sérieux problèmes de santé et ou même être la cause d’une mort. Quelles sont les causes de l’obésité ? Quels sont les symptômes et complications de l’obésité ? Comment poser le diagnostic de l’obésité ? Comment traiter et prévenir l’obésité ?

Obésité: définition

L’obésité est le résultat d’une accumulation excessive de graisses corporelles. Lorsque vous consommez une quantité de calories supérieure à celle que vous utilisez tous les jours ou lors des exercices physiques, l’organisme ne digèrera que ce qu’elle peut. Le reste s’accumulera dans votre corps et vous rendra obèse.

En général, la masse corporelle normale est comprise entre 18,5 et 24,9, alors que celle d’une personne qui souffre d’obésité dépasse 30. L’obésité peut durer plusieurs années, mais elle peut être auto diagnostiquée, pour permettre la mise en place d’une mesure de prévention.

Les autres marqueurs d’obésité

Il est crucial de ne pas confondre l’obésité et le syndrome métabolique. Le syndrome métabolique contrairement à l’obésité, résulte plutôt d’un mauvais métabolisme corporel. Cette défaillance du métabolisme résulte de l’excès de graisse dans la région de l’abdomen. Les personnes atteintes de cette pathologie présentent des signes s’apparentant à l’obésité.

Il en ressort que c’est bien possible de souffrir d’un syndrome métabolique, sans pour autant être obèse. Le schéma inverse aussi est envisageable, c’est-à-dire que vous pouvez être obèse sans souffrir de syndrome métabolique.

La référence au syndrome métabolique a été faite afin de présenter un autre marqueur de surpoids. Il s’agit du rapport tour de taille/tour de hanches. Ce rapport chez les hommes normaux doit être inférieur à 1, chez les femmes saines il doit être inférieur à 0,85. Cet indicateur se base sur le tour de hanche. Le syndrome métabolique étant une augmentation de la graisse abdominale, cela pourrait porter à confusion.

Les différents types d’obésité

Il existe principalement 4 types différents d’obésité. La première catégorie qui est l’obésité du type I, se caractérise par un surplus de graisse réparti sans particularité dans le corps. L’obésité de type II est caractérisée par un excès de graisse ciblée au niveau du ventre et de l’abdomen. Elle est aussi qualifiée d’obésité androïde.

Dans le cas de l’obésité de type III, l’accumulation de graisse se fait uniquement au niveau de l’abdomen. Cette catégorie d’obésité est aussi appelée l’obésité viscérale. Enfin, l’obésité de type IV se caractérise quant à elle, par une accumulation de graisse dans la zone glutéofémorale. Autrement dit, il s’agit d’une obésité gynoïde dans laquelle la graisse s’accumule principalement au niveau des hanches et des cuisses.

Quelles sont les causes de l’obésité?

Jusqu’à un passé récent, une grande partie de la population pensait que l’obésité était le résultat d’une alimentation excessive et incontrôlée, ainsi qu’un manque d’activité physique. C’était même la raison pour laquelle, il était souvent conseillé de faire un régime et des activités physiques plus ou moins intenses.

Cependant, les médecins affirment que l’obésité est un problème médical, qui peut résulter de la génétique, des facteurs environnementaux, sociaux et ou même comportementaux. L’excès dans l’alimentation et le manque de sport sont plutôt des facteurs qui favorisent et facilitent l’accumulation de graisse dans le corps et donc le développement de l’obésité.

Facteurs génétiques

Les personnes qui sont plus exposées au risque de prise du poids et d’atteinte d’obésité sont celles génétiquement prédisposées à cela. En effet, si vous avez un métabolisme très lent, votre organisme ne pourra pas digérer de manière efficace les calories que vous consommez quotidiennement. Alors, le surplus de calories ne trouvera aucun moyen pour s’échapper de votre corps, et finira par s’accumuler n’importe où. 

La génétique peut aussi agir sur l’appétit, et vous amener à manger de manière incontrôlée et abusive, surtout les aliments très riches en calories.  Tout ceci favorise la prise de poids excessive.

Les causes héréditaires de l’obésité

Le développement de la médecine a permis de mieux déceler l’implication de l’hérédité dans l’avènement de l’obésité. Selon les derniers résultats des études en la matière, les formes monogéniques de l’obésité seraient causées par 6 ou 7 gènes. D’autres gènes atteignant la vingtaine sont aussi déclencheurs d’obésité. La différence ici, réside dans le fait que ces derniers sont moins efficaces. Toutefois, lorsque leur action est combinée avec celle des autres gènes, cela peut aboutir à des résultats plus nets. En dépit de ces avancées majeures, le degré d’implication de l’hérédité et le mécanisme par lequel se déroule ce phénomène sont encore inconnus.

Il existe certains de ces gènes qui interviennent dans la production de leptine, une hormone qui agit sur le contrôle de l’appétit et de la dépense énergétique. Lorsque les récepteurs de cette protéine sont touchés par une mutation, nous tenons une cause potentielle d’obésité.

Une forme particulièrement rare de l’obésité est en lien direct avec une anomalie génétique. Cette forme d’obésité représente à peine 1% du nombre total de cas d’obésités. Elle est due à l’absence d’un morceau du chromosome 16.

Alimentation

Lorsque vous préférez consommer des aliments riches en calories, surtout ceux comportant une grande quantité de lipides, vous avez de forte chance de souffrir de l’obésité.

Le risque est encore plus élevé lorsque cette consommation excessive n’est pas accompagnée d’une activité physique quotidienne assez suffisante. Cela peut conduire petit à petit à une prise de poids. Lorsque vous n’essayez pas d’y remédier le plus tôt possible, vous allez vous retrouver un jour avec une masse corporelle de plus de 30 ; ce qui est bien dangereux pour vous.

Comportements

Surconsommation et malnutrition

On constate que dans les zones les plus touchées par l’obésité, l’accès à la nourriture est très facile. Autrement dit, dans ces zones géographiques, presque la totalité de la population a la possibilité de bien s’alimenter voire de se suralimenter. Cet état de choses est dû principalement à la prolifération des industries agroalimentaires.  Cette abondance de nourriture crée une forte propension au grignotage. Le grignotage peut représenter à lui seul, près de 25% de l’apport journalier en nutriments. Ce qui, en dehors des vrais repas, occasionne un excédent de nutriments. Cela peut s’avérer encore plus dangereux, lorsque le grignotage porte sur des produits gras ou sucrés (chips, popcorn).

L’alcool

L’alcool a à son actif de nombreuses pathologies. L’obésité est l’une de ces dernières. Certaines études réalisées en la matière ont pu démontrer que la relation entre alcool et obésité existe bien, mais qu’elle n’est pas étroite.

En effet, en dépit de l’apport considérable que l’alcool fait à l’organisme en matière de sucre, il est établi que les consommateurs modérés sont plus protégés de l’obésité. L’action de l’alcool dans l’avènement de l’obésité n’est pas directe. Selon une étude, l’alcool pourrait être à la base d’une baisse d’activité ou d’une alimentation déséquilibrée.

De ce fait, l’alcool constitue donc une cause par ricochet de l’obésité. Toutefois, il existe certaines boissons particulièrement riches en sucre. C’est le cas de la bière, des cocktails et vins doux. La consommation excessive de ces boissons peut engendrer de façon directe l’obésité.

La sédentarité

Il est de plus en plus constaté une baisse d’activité physique de nos jours. Les raisons sont nombreuses à savoir :

  • Développement des moyens de transport ;
  • Avènement des nouvelles technologies ;
  • Temps passé devant les écrans.

Il existe une relation intrinsèque entre l’activité physique et l’obésité. En effet, l’obésité est créée par accumulation de graisse dans le corps. Ce surplus de graisse est sensé normalement être éliminé par la réalisation d’activités physiques. En l’absence de ces dernières, il est donc normal que le surpoids prenne le dessus rapidement.

Nonobstant cette relation, certaines études réalisées récemment ont montré que les personnes plus actives physiquement n’étaient pas plus protégées de l’obésité que les autres. Cette étude soutient donc que le sport a peu d’influence sur le poids corporel.

Sommeil perturbé

L’obésité peut aussi être générée par les troubles du sommeil. En effet, les dérèglements du sommeil peuvent être à la base de certaines modifications neuroendocriniennes, causant à leur tour une propension à la surconsommation alimentaire. Ces troubles peuvent dans la foulée, entraîner d’autres modifications concernant la gestion métabolique des déchets.

Certaines personnes qui se privent de sommeil ou qui ne dorment pas pendant au moins huit heures par jour peuvent se confronter à une prise de poids, et finalement devenir obèse.

En outre, l’obésité peut aussi apparaître lorsque vous prenez certains médicaments. Il peut s’agir de médicaments ayant pour rôle de faire grossir ou d’effets indésirables d’un médicament pris dans le cadre du traitement d’une maladie.

Autres facteurs

La grossesse peut être aussi un facteur d’obésité. Près de 15% des femmes prennent du poids et passent à l’étape d’obésité lors de leur grossesse ou après leur accouchement. Elles peuvent prendre jusqu’à neuf kilos de façon permanente au cours de leur grossesse.

Certaines causes de l’obésité sont moins conventionnelles. Ainsi, chez les bébés on peut déjà déceler des causes d’obésité. Ces causes sont notamment le surpoids de la mère en début de grossesse, la prise de poids exagérée pendant la gestation, le diabète de gestation ainsi que le tabagisme.

Certaines croyances populaires soutiennent que l’arrêt du tabac pourrait entraîner une augmentation drastique de la masse corporelle. Cette augmentation peut atteindre plusieurs kilogrammes, et elle est causée par l’action métabolique de la nicotine.

Parmi les causes de l’obésité, on peut aussi énumérer certaines maladies :

  • La maladie de cushing ;
  • La frénésie alimentaire ;
  • Le syndrome des ovaires polykistiques ;
  • Le stress ;
  • L’anxiété ;
  • Le sentiment de culpabilité ;
  • Un traumatisme ;
  • Une faible estime de soi.

Une mauvaise qualité de vie et la discrimination, peuvent également conduire à l’obésité chez une personne.  

Quels sont les symptômes et complications possibles de l’obésité

Le premier symptôme de l’obésité est le volume corporel de la personne qu’on remarque, car il est assez élevé. Les symptômes de l’obésité peuvent être soulevés sous plusieurs angles différents.

Sur le plan physiologique

Les personnes obèses sont exposées à plusieurs risques. Selon une étude réalisée en 2019 au Royaume-Uni, les personnes atteintes d’une obésité sont beaucoup plus enclines à souffrir de certaines maladies. D’abord, les obèses qui sont au stade III (IMC compris entre 40 et 45) ont 12 fois plus de risque de souffrir d’un diabète de type 2. Ces obèses sont aussi 22 fois plus exposés aux risques d’apnée du sommeil.

L’obésité, lorsqu’elle est de la classe I (IMC compris entre 30 et 35) expose les personnes malades à près de 70% de risque de développer une maladie cardio-vasculaire. Lorsque l’IMC augmente, on assiste à une augmentation des risques de mortalité et une diminution de l’espérance de vie. Chez les plus grands obèses, cette diminution est évaluée jusqu’à 8 ans.

L’obésité peut être déclencheur de certaines maladies aussi graves les unes que les autres. Par exemple, certains cancers ont beaucoup plus de possibilités de se déclencher chez les personnes obèses. Les cancers concernés ici sont ceux de la vessie, du pancréas, de l’estomac. Chez les femmes en particulier, l’obésité peut déclencher les cancers du sein, ainsi que ceux de l’endomètre, du rein, de l’œsophage. L’obésité est donc un réel catalyseur pour le cancer. Elle serait à la base de 5% des cancers chez la femme ménopausée.

Sur le plan psychologique

L’obésité peut être la source de plusieurs troubles psychologiques. En effet, cette pathologie entraîne :

  • La dépression ;
  • Le développement de complexes ;
  • Le rejet de son propre corps et de sa personnalité.

Les personnes obèses sont très souvent victimes de mise à l’écart et de discrimination. Cela peut déteindre sur leur relation amoureuse, et les empêcher d’avoir une famille. En effet, une étude réalisée à Amsterdam a révélé que les hommes obèses de 18 ans ont 50% moins de chances que les autres, d’être mariés à l’âge de 30 à 40 ans. 

Par ailleurs, l’obésité peut aussi entrainer d’autres symptoms tells que:

  • Les crises cardiaques ;  
  • Une pression artérielle élevée ;
  • Le diabète ;
  • Les accidents vasculaires cérébraux ;
  • Le cancer tel que le cancer de la prostate chez les hommes, le cancer des seins ou de l’utérus chez la femme…
  • Un désordre au niveau du système reproductif pouvant conduire à l’infertilité…
  • Un taux de cholestérol élevé ;
  • Etc.

Ces symptômes représentent aussi les complications possibles de l’obésité. Si elle n’est pas vite traitée, elle peut déboucher sur une perte de vie. 

Comment poser le diagnostic de l’obésité ?

Le diagnostic dans le cas de l’obésité est d’abord basé sur un examen physique, et une analyse des comportements antécédents de la personne qui en souffre.

Pour l’examen physique, on s’appuie sur  le physique de la personne, puis on procède au calcul de l’indice de sa masse corporelle nommée IMC. Pour calculer l’indice de masse corporelle d’une personne adulte, il faut diviser sa masse par le carré de sa taille. La masse s’évalue en kilogramme et la taille en mètre. L’indice de masse corporelle s’exprime donc en kg/m2. Voici les interprétations du résultat du calcul :  

  • Entre 18,5 et 24,9, le risque n’est pas élevé ;
  • Entre 25, 0 et 29,9, vous avez une surcharge dite pondérale, avec un risque accru pour la santé ;
  • Entre 30,0 et 34,9, vous souffrez de l’obésité de type I avec un risque élevé pour la santé ;
  • Entre 35,0 et 39,9, il s’agit de l’obésité de type II, avec un risque très élevé pour la santé ;
  • 40 et plus, c’est l’obésité de classe III, avec un risque extrêmement élevé pour la santé.

Ainsi, ce calcul permet de mesurer le risque que cet excès de masse corporelle peut avoir sur la santé, afin de prendre des dispositions nécessaires. Notez que ces résultats ne comptent pas pour les enfants de moins de dix-huit ans, pour les femmes enceintes et les femmes qui allaitent.

L’efficacité de l’IMC est en proie à de nombreux obstacles. Le principal obstacle se rapporte au fait que cet indice a été inventé en étudiant une population essentiellement européenne. En effet, pour élaborer l’indice de masse corporelle, les études qui ont été réalisées étaient basées principalement en Europe. Les populations non européennes n’ont pas le même mode de vie ni les mêmes habitudes alimentaires. Il en résulte alors que se baser sur l’indice de masse corporelle pour juger si une personne était obèse ou non s’est avéré être une mauvaise méthode.

De ce fait, certaines populations notamment celles asiatiques, ont redéfini leur propre appréciation de l’indice de masse corporelle. Ainsi, au Japon, on considère une personne obèse, lorsque cette dernière a un IMC supérieur à 25. La Chine quant à elle, a fixé le seuil d’obésité à 28.

L’IMC est une méthode rapide et simple pour évaluer les risques d’obésité chez une personne. Néanmoins, dans le cas des sportifs de haut niveau, cette technique d’évaluation peut échouer. En effet, chez les sportifs de haut niveau et plus particulièrement les bodybuilders, un indice de masse corporelle élevé n’est pas synonyme de surpoids. Chez cette catégorie de personnes, on constate que l’importance de masse n’est pas due à un excès de graisse, mais plutôt à la présence de gros muscles. Les sportifs ont donc des muscles énormes qui pèsent autant que la graisse, ce qui les rend très particuliers.

Quant à l’analyse des comportements antécédents, on essaie de voir comment la personne gérait son alimentation, sa vie sportive…dans l’optique de savoir si cette gestion pourrait être la cause de son obésité. Si tel est le cas, le traitement consiste à agir sur l’alimentation, mais dans le contraire, on essaiera de voir s’il s’agit d’une obésité d’origine génétique ou autre.

Comment traiter et prévenir l’obésité?

La prévention et le traitement de l’obésité se font par la même procédure. La première solution pour prévenir ou traiter l’obésité est de changer vos comportements quotidiens.

L’alimentation

Si vous êtes habitué à ne pas contrôler votre alimentation, à manger trop d’aliments riches en calories, il est crucial d’arrêter avec cette attitude dans le cadre de la prise en charge de l’obésité. A cet effet, optez désormais pour un régime alimentaire équilibré et sain. Assurez-vous  de manger des aliments et repas qui contiennent toutes les substances nutritives et qui donnent beaucoup d’énergie.

Aussi, variez votre alimentation régulièrement, en évitant les mêmes compositions toutes les fois. Toutefois, pour traiter l’obésité, le fait de se priver du repas ou de faire des diètes draconiennes n’est pas une bonne solution, puisque ces actions n’ont qu’un effet passager.

Les facteurs psychologiques et les médicaments

Apprenez à connaitre les états (comme le stress et l’anxiété) qui influencent votre poids et vous amènent à faire un excès d’alimentation. Vous pouvez dans ce cas, allez voir un thérapeute ou carrément un conseiller, afin qu’il vous aide dans votre démarche de traitement de l’obésité. Plus vous les maîtrisez, plus vous cessez de trop manger et cela va favoriser la régulation de votre poids.

En ce qui concerne les médicaments, il serait judicieux d’aller voir un diététiste ou un médecin pour qu’il vous indique la bonne démarche à suivre pour perdre rapidement du poids et retrouver votre poids normal. Dans certains cas, des médicaments peuvent vous aider à prévenir ou traiter l’obésité. Il s’agit des médicaments qui ont la possibilité d’absorber les graisses, qui font perdre l’appétit et autres :

  • L’Orlislat, qui est beaucoup utilisé au canada ;
  • Le liraglutide ;
  • La naltrexone ;
  • Etc.

Les exercises physiques

Les activités physiques font également partie des dispositions à prendre pour régler les problèmes d’obésité. Elles permettent non seulement de garder une bonne santé, mais aussi de réduire le risque d’être atteint de certaines maladies graves comme le cancer, l’ostéoporose, etc.

Toujours dans le cadre des exercices physiques, vous n’avez pas forcément besoin d’aller dans une salle de gym. La pratique d’activités simples comme monter les escaliers, faire du vélo, faire une promenade…sont assez suffisants pour favoriser le traitement de l’obésité. Vous pouvez aussi penser à des activités plus intenses comme la course, les pompes, les squats, la natation, etc.

Vous aimerez aussi :

Related Articles