Global Statistics

All countries
592,129,086
Confirmed
Updated on August 11, 2022 3:22 am
All countries
562,202,170
Recovered
Updated on August 11, 2022 3:22 am
All countries
6,444,786
Deaths
Updated on August 11, 2022 3:22 am

Œdème périorbitaire : comment traiter les yeux enflés ?

Œdème palpébral est le terme scientifique approprié pour « yeux enflés ». Il s’agit d’un gonflement des zones autour de la région orbitaire, qui peut mener à de graves complications cliniques. Les traitements du gonflement des paupières dépendent de sa cause. Quels sont donc les causes et traitements de l’œdème périorbitaire ?

Œdème périorbitaire : qu’est-ce que c’est ?

L’œdème périorbitaire est un trouble qui se produit dans la région oculaire, en raison d’une accumulation excessive de liquide à l’intérieur des tissus conjonctifs autour de l’œil. La maladie se manifeste sous la forme d’un processus inflammatoire (communément appelé « sac »), qui entraîne un gonflement de la paupière. C’est un trouble assez fréquent.

Dans le monde, 1 personne sur 25 serait affectée de la maladie. Ce qui représente un total de 300 millions d’individus. En particulier, les personnes d’origine européenne et asiatique seraient prédisposées à l’affection, en raison d’une hyper exposition aux facteurs favorisant son apparition. En outre, le trouble a plusieurs substantifs. Il est connu sous les appellations ‘’d’œdème palpébral’’ et “gonflement des yeux ou des paupières“ (respectivement les dénominations scientifiques et communes du terme).

Très souvent, le gonflement des paupières peut être un symptôme qui indique une pathologie sous-jacente plus grave. Néanmoins, s’il n’est pas traité dans les plus brefs délais, il pourrait être à l’origine d’un inconfort et de troubles de la vision. Pour cette raison, la persistance du problème devrait être une raison valable pour contacter un médecin spécialiste.

Quelle est la fonction des paupières ?

Les paupières étant les parties touchées par la maladie, il convient de faire une brève description de ces structures. 

Les paupières sont des plis musculo-cutanés qui recouvrent l’avant du globe oculaire. Elles constituent l’une des structures les plus importantes et les plus délicates du corps humain. Leur fonction est de protéger le globe oculaire des agents externes, et d’assurer la bonne distribution du film lacrymal sur la cornée. Les paupières étant recouvertes d’une membrane muqueuse (la conjonctive) à la fois mince et hypersensible, elles sont souvent le siège de maladies inflammatoires. Il peut par exemple s’agir de conjonctivite ou dans le cas présent, d’un œdème palpébral.

Œdème des paupières : quelles en sont les causes ?

Les causes d’un œdème de la paupière sont diverses. Dans les cas les plus courants la maladie provient d’allergies ou d’infections, associées à des symptômes tels que des rougeurs ou des brûlures localisées. Le gonflement peut dépendre d’un trouble localisé qui implique directement la paupière, ou dériver de pathologies qui affectent l’orbite autour de l’œil. Il peut également être la conséquence de maladies systématiques.

Les causes courantes d’œdème palpébral

Les causes principales et les plus courantes de l’œdème périorbitaire sont :

  • Une piqûre d’insecte qui se manifeste par des rougeurs, des démangeaisons et des pustules.
  • Des réactions allergiques locales par contact avec le pollen, la poussière ou des substances allergènes ;
  • Une inflammation de la marge ciliaire (blépharite) ;
  • Des successions de nuits blanches ;
  • Une infection de la conjonctive (le plus souvent la conjonctivite) ;
  • Le zona qui se présente sous forme de petits ulcères au niveau de la paupière inférieure ;
  • La sinusite ;
  • Une inflammation des glandes sébacées de Meibomius (chalazion), et
  • Le froid.

Il arrive que des individus ayant subi une opération de blépharoplastie présentent des œdèmes de paupière. L’œdème peut persister 1 voire 2 mois, mais généralement après cette période, le volume des paupières revient à la normale.

Les principaux troubles dans et autour de l’orbite

Ils font cas de :

  • Fluctuations hormonales au cours de la menstruation ;
  • Thrombose du sinus caverneux, qui se manifeste par un caillot de sang à l’intérieur de la grue ;
  • Cellulite orbitaire, qui apparaît avec un fort gonflement et une couleur violacée, dans la zone autour des yeux ;
  • Infection du globe oculaire ;
  • Paralysie d’un nerf optique ;
  • Paralysie d’un muscle facial ;
  • Cellulite périorbitaire associée à un gonflement, une rougeur, une douleur et de la fièvre.

La cellulite périorbitaire est particulièrement dangereuse chez l’enfant. Elle peut être dans certains cas, cause de cécité.

Les troubles systémiques

Les principaux troubles systémiques à l’origine d’œdèmes périorbitaires sont :

  • La rhinite ;
  • Des œdèmes généralisés, dus à une insuffisance cardiaque et à une insuffisance hépatique ;
  • L’hyperthyroïdie qui se manifeste par une proctose et une altération des mouvements oculaires ;
  • L’hypothyroïdie (généralement sans douleur mais avec un gonflement du visage) ;

Dans de rares cas, les tumeurs peuvent conduire à des œdèmes de la paupière. Un exemple palpable est le carcinome basocellulaire qui conduit à une lésion des tissus du visage.

Quels sont les symptômes du gonflement des paupières ?

Les symptômes associés aux œdèmes des paupières sont :

  • Une irritation oculaire : yeux rougis, démangeaisons et inflammation de la conjonctive ;
  • Des douleurs, en particulier lorsque les paupières enflées sont causées par une infection ;
  • Une rougeur de la paupière ;
  • La production excessive de larmes ;
  • Des brûlures, sensation de la présence d’un corps étranger dans les yeux ;
  • Un écoulement oculaire purulent et formation de croûtes autour des yeux ;
  • La réduction de l’acuité visuelle (en fonction de l’étendue de l’enflure) ;
  • Une sécheresse et une desquamation des paupières.

Le gonflement du visage, la fièvre et une perte de cils sont aussi des manifestations du trouble.

Par ailleurs, l’œdème peut se présenter avec une douleur intense et des rougeurs. Il peut également se révéler avec des démangeaisons, ou affecter une ou les deux paupières.

Dans les cas graves, le trouble peut être associé à un gonflement plus général du visage du patient ou être accompagné de sécrétions de pus. Connaître en profondeur les symptômes typiques de ce trouble est un moyen fondamental pour prévenir l’apparition de conséquences dangereuses pour la santé générale et pour le système visuel en particulier.

Œdème périorbitaire : quel est le diagnostic ?

En règle générale, le gonflement des paupières ne survient que passagèrement. Dans le cas où le problème persiste, il est essentiel de contacter un médecin spécialiste en otorhinolaryngologie (ORL) ou en ophtalmologie. Le diagnostic peut éviter et prévenir les processus inflammatoires, qui pourraient étendre le problème à d’autres zones sensibles des yeux.

Les examens

Lors de la consultation, le médecin traitant fait une anamnèse du patient. Cet examen vise à récolter un maximum d’informations sur les origines du trouble. Les questions suivantes peuvent être posées :

  • Depuis combien de temps avez-vous remarqué l’enflure de vos paupières ;
  • Sur votre lieu de travail, êtes-vous exposé à la poussière ou à un quelconque produit chimique ?
  • Souffrez-vous d’une allergie ? 

Egalement, le patient peut faire l’objet d’un examen physique au cours duquel, le médecin traitant examinera avec soin les caractéristiques de la maladie.  Il sera amené à détecter si une lésion oculaire est visible, ou s’il y a des sécrétions de liquide, de pus, etc… Aussi, évaluera-t-il l’emplacement et l’apparence de l’enflure, ainsi que le degré de sensibilité de la région affectée.  Des examens complémentaires peuvent être ordonnés par le praticien. Ce sont entre autres :

  • Le bilan sanguin ;
  • Le scanner ;
  • La tomodensitométrie ;
  • L’imagerie par résonnance magnétique (IRM).

Des tests visant à évaluer l’acuité visuelle et les mouvements extra oculaires du patient, peuvent également être demandés.

Interprétation des résultats

La complexité des symptômes de la maladie peut être à l’origine d’une errance de diagnostic. C’est pourquoi, le médecin doit faire attention lors de son analyse. La première distinction importante est faite entre l’inflammation et l’infection d’une part et les troubles d’allergie et de déchirure d’autre part.

Si l’œdème se produit régulièrement, cela pourrait être dû à une réaction d’hypersensibilité aux nettoyants pour le visage, aux parfums, au maquillage, etc. Dans le cas où les enflures surviennent avec une certaine répétition, mais en l’absence de réactions allergiques, elles pourraient être causées par une infection virale ou une pathologie plus grave.

La douleur, la rougeur et la chaleur, suggèrent une inflammation ou une infection. La présence de démangeaisons doit faire penser à une réaction allergique systémique ou à un dysfonctionnement rénal ou cardiaque. En absence d’autres symptômes, le gonflement focal des paupières est rarement causé par une maladie grave. La perte d’acuité visuelle de même que la restriction des mouvements extra oculaires suggèrent un trouble orbitaire.

Comment se fait le traitement de l’œdème palpébral ?

Le traitement dans le cas d’un œdème palpébral est constamment orienté vers la cause sous-jacente. Peu importe l’étiologie, la première mesure utile est d’éviter de frotter les yeux. Tout geste qui pourrait transporter des corps étrangers ou des micro-organismes dans l’organe doit également être évité.

Chez les personnes atteintes d’œdème palpébral, l’application d’une compresse froide peut aider à réduire l’enflure. Les démangeaisons dues à une sécheresse oculaire peuvent être calmées par l’application de larmes artificielles ou d’une pommade. Ces produits favorisent la mobilité des paupières et permettent dans le même temps d’éviter la sensation de brûlure.

Les symptômes associés à des réactions allergiques importantes, peuvent être traités avec des antihistaminiques et/ou des gouttelettes ophtalmiques.

Enfin, les infections  virales comme la conjonctivite ou l’herpès, nécessitent la prise  de médicaments antibiotiques ou antiviraux spécifiques. Le traitement du trouble peut également impliquer une intervention chirurgicale, dans les cas les plus graves.

Yeux enflés : existe-t-il des remèdes naturels ?

Il existe des méthodes naturelles assez efficaces, pouvant être adoptées pour traiter l’œdème palpébral. Celles-ci ne sont cependant efficaces qu’en présence de gonflement mineur des paupières. Elles comprennent :

  • Le rinçage du visage à l’eau froide ;
  • La prise thé glacé à la sauge ou à la camomille (tant qu’il ne s’agit pas de thés aromatisés) ;
  • L’application d’eau salée sur le visage ;
  • La consommation de tisanes qui stimulent le flux lymphatique ;
  • L’utilisation de gouttes oculaires.

Pour éviter les enflures le matin, il est également recommandé de dormir sur le dos, et d’éviter la consommation d’alcool. La substance est en effet un puissant diurétique.

Peut-on prévenir le gonflement des paupières ?

Une partie de la prévention consiste à maintenir un bon niveau d’hygiène quotidienne par des gestes simples tels que : se toucher les yeux avec des mains propres et laver les serviettes utilisées fréquemment.

En particulier, les serviettes utilisées pour le visage ne doivent pas être partagées avec d’autres personnes. Il est également conseillé de dormir correctement. En effet, le trouble peut survenir des suites d’une modification de l’habitude de sommeil. Boire de l’eau peut également aider à stimuler l’activité des cellules qui participent aux réactions inflammatoires.

Si, en revanche, l’enflure est le résultat d’une allergie ou d’une réaction allergique à un type de produit ou autre, il est conseillé de prendre des mesures plus restrictives telles que :

  • Changer souvent le linge de lit ;
  • Assurer un environnement domestique plus sain et sans poussière ;
  • Se laver les cheveux tous les jours ;
  • Protéger les yeux avec des lunettes, du vent et d’autres éléments environnementaux.

Il peut également être utile de ne pas utiliser des produits cosmétiques et chimiques qui pourraient causer ou aggraver l’état allergique.

Vous aimerez aussi :

Related Articles