Global Statistics

All countries
623,891,251
Confirmed
Updated on October 4, 2022 2:44 pm
All countries
602,590,214
Recovered
Updated on October 4, 2022 2:44 pm
All countries
6,552,191
Deaths
Updated on October 4, 2022 2:44 pm

Oligoamnios : comment traiter la faible quantité du liquide amniotique?

Durant la grossesse, le fœtus se développe dans le liquide amniotique, qui est sécrété par l’embryon lui-même. La quantité de ce liquide évolue en fonction de la durée d’aménorrhée, il existe donc un taux normal de la sécrétion. Ainsi, lorsque le liquide amniotique est en quantité insuffisante par rapport à l’état de développement de la grossesse, on parle d’oligoamnios. Ce phénomène peut conduire à la mort du fœtus. Qu’est-ce que l’oligoamnios ? Quels en sont les causes, symptômes et traitements ? Focus

Oligoamnios : Définition

Le liquide amniotique est un milieu dans lequel le fœtus baigne tout au long de la grossesse. Ce liquide est composé d’eau chargée de glucides, de lipides, de sels minéraux et de protéines, permettant à la fois de nourrir et de protéger le futur bébé. La quantité du liquide amniotique augmente de manière progressive pendant les trente-cinq premières semaines de grossesse, jusqu’à atteindre 1 litre. Jusqu’au terme de la grossesse, la quantité diminue à des niveaux compris entre 0,5 et 0,8 litre, lors de l’accouchement.

En effet, le liquide amniotique peut ne pas être présent en quantité suffisante, au vu de certaines situations. En dessous de 250 ml au cours du deuxième ou troisième trimestre, on évoque dès lors un oligoamnios. Lorsque le liquide amniotique n’est pas du tout présent, on parle de l’anamnios : il s’agit de la situation la plus extrême.

Quelles sont les causes de l’oligoamnios ?

La faible quantité du liquide amniotique peut être causée par la fissure de la poche des eaux : cela s’explique par des pertes de liquide au niveau vaginal chez la porteuse. En cas de non-fissure de la poche contenant le liquide amniotique, il existe plusieurs autres facteurs pouvant favoriser l’oligoamnios :

  • La malformation fœtale, principalement au niveau urinaire ou rénal ;
  • Le retard de croissance intra-utérin (RCIU) ;
  • Le développement anormal du système cardio-vasculaire, du système nerveux central (la moelle épinière et le cerveau), du squelette….chez le fœtus ;
  • Une anomalie chromosomique : trisomie 13 et 18 par exemple ;
  • Le syndrome transfuseur-transfusé (STT) ;
  • Une maladie vasculaire causée par le diabète chez la future mère ;
  • Le dépassement de terme de la grossesse ;
  • Une pré-éclampsie, qui se traduit par l’apparition d’une hypertension artérielle chez la mère ;
  • Le tabagisme maternel ;
  • Une infection materno-fœtale.

Cependant, notez que dans 30% des cas d’Oligoamnios, aucune cause réelle n’a été identifiée.

Oligoamnios : symptômes et diagnostic

L’oligoamnios est évoqué lorsque le niveau du liquide amniotique est en dessous de 0,2 litre. Ce déficit peut se manifester par de simples palpitations de l’abdomen chez la future mère, qui peut mouler de manière anomale sur le fœtus. La cavité utérine peut être moins haute que son état ou taille normale.

Lorsque l’oligoamnios est provoqué par une fissure de la poche du liquide amniotique, la patiente peut observer un écoulement de liquide clair, qu’elle peut confondre aux fuites urinaires. Une baisse des mouvements fœtaux peut également s’observer chez la future mère.

Par ailleurs, le diagnostic consiste au début à déterminer la hauteur utérine et le périmètre ombilical, en se servant d’un mètre de couturière. Ceci est fait par la sage-femme ou le gynécologue chargé de surveiller la grossesse. À cet effet, il existe deux types de mesures : mesure de la plus grande citerne (c’est la partie noire qui entoure le bébé) et mesure des quatre quadrants (permettant d’établir l’index amniotique).

Lorsque la grande citerne oscille entre un et deux centimètres, on parle d’oligoamnios modéré ou limite. Il en est de même quand l’index amniotique figure entre cinq et huit centimètres. Mais, lorsque la grande citerne est en dessous d’un centimètre, ou que l’index amniotique est en dessous de cinq centimètres, il s’agit d’oligoamnios avéré, voire sévère.

La suspicion de l’oligoamnios peut également être faite à partir de l’aspect que présente l’utérus ou des mouvements du fœtus observés à l’échographie.

Étant donné que la quantité du liquide amniotique fluctue naturellement, et que l’oligoamnios peut être passager, ces mesures doivent être renouvelées à plusieurs reprises, dans le but de confirmer et d’affiner le diagnostic.

Oligoamnios : quels sont les traitements de la faible quantité du liquide amniotique

Le traitement de l’oligoamnios est fonction de la ou des causes sous-jacentes, et du stade de la grossesse.

Dans le cadre d’une rupture prématurée des membranes, l’une des options à envisager est le déclenchement de l’accouchement, notamment si la grossesse est proche de son terme. Par contre, lorsque la grossesse n’est pas suffisamment proche de son terme (inférieur à 17 semaines d’aménorrhée) le pronostic n’est pas en général favorable.

En cas de faible quantité de liquide amniotique ponctuelle, la prise en charge consiste à effectuer une surveillance rapprochée et à conseiller un repos à la patiente. Dans le cas d’une hypertension artérielle maternelle, il faut traiter et surveiller la grossesse afin d’éviter la complication de l’oligoamnios.

Lorsqu’on diagnostique l’oligoamnios précocement et/ou il est accompagné d’une anomalie chromosomique ou une malformation fœtale, la prise en charge proposée est l’interruption médicale de grossesse (IMG). Toutefois, la décision de la pratique ou non de l’IMG doit être prise par les parents.

Une autre option envisageable dans de très rares cas est l’amnio-infusion. Celle-ci consiste à injecter du sérum physiologique dans le liquide amniotique, afin de réaliser une échographie et une amniocentèse permettant d’affiner le diagnostic.

Oligoamnios : risques pour le fœtus

L’oligoamnios reste un état très dangereux pour le bébé à naitre, surtout s’il survient pendant le second semestre de grossesse. D’autant plus que ce phénomène peut devoir sa survenue à une malformation fœtale ou en entraîner. Les complications de l’oligoamnios pour le fœtus peuvent être :

  • L’hypoplasie pulmonaire : un problème de développement des poumons ;
  • Le manque de mobilité du fœtus, qui peut entrainer des malformations des membres (pieds et mains botes), des articulations (ankylose articulaire) ;
  • Le syndrome de Potter : la dysmorphie faciale accompagnée d’un nez aplati et d’une mâchoire en arrière.

Les autres complications possibles en cas d’oligoamnios concernent la naissance, puisqu’un déclenchement prématuré de l’accouchement peut être l’option de traitement. Dans ce cas, c’est la césarienne qui est prisée.  

Vous aimerez aussi :

Related Articles