Global Statistics

All countries
328,510,796
Confirmed
Updated on January 16, 2022 11:24 pm
All countries
265,179,504
Recovered
Updated on January 16, 2022 11:24 pm
All countries
5,557,332
Deaths
Updated on January 16, 2022 11:24 pm

Ostéoporose : Symptômes, Traitements et Préventions

L’ostéoporose est une maladie qui affecte les os. Elle peut en effet provoquer une perte osseuse et, une détérioration de la structure interne du tissu osseux. Cette maladie a un impact plus important sur les femmes pendant la ménopause et, est associée à un risque élevé de fractures. Découvrez ici, tout ce qu’il faut savoir sur l’ostéoporose, ses causes, ainsi que les moyens de prévention.

Présentation de l’ostéoporose

L’ostéoporose est une affection du squelette, particulièrement liée au vieillissement. Elle est caractérisée par une diminution de la résistance des os et, une tendance aux fractures. Concrètement, l’os se fragilise en raison d’un déficit de phosphore, de calcium ou d’autres minéraux. L’ostéoporose rend les os plus poreux et ils se fracturent plus facilement lors d’une chute.

En France par exemple, l’ostéoporose est à l’origine de plus de 39 000 fractures (du poignet, de la hanche ou des vertèbres) par an. Ces différentes fractures nuisent à la qualité de vie des patients notamment, en raison des douleurs persistantes qu’elles engendrent.

Ce mal touche beaucoup plus les femmes âgées. En effet, l’irritabilité, la fatigue, les bouffées de chaleur, les sautes d’humeur et la ménopause peuvent provoquer de nombreux changements dans le corps des femmes.

Bien que certains de ces symptômes soient inoffensifs, la ménopause pourrait affecter la minéralisation osseuse. Les hormones, en particulier les œstrogènes, jouent un rôle important dans la reconstruction de la masse osseuse. Ce sont des hormones, qui aident à reconstruire les jeunes os. Parallèlement, la ménopause marque l’arrêt progressif de la production d’hormones sexuelles (œstrogènes) situées dans les ovaires.

Les femmes ménopausées produisent de moins en moins d’hormones nécessaires au renouvellement osseux. Les os présentent une masse osseuse réduite, et il existe un risque d’ostéoporose en raison d’un déséquilibre hormonal.

Un test sanguin permet de rechercher d’éventuels signes d’ostéoporose. Il s’agit d’un test sanguin standard. Dans les résultats, il est possible de trouver une carence en calcium ou en vitamine D. Ces tests peuvent déterminer d’autres causes pouvant conduire à une ostéoporose légère.


Formes d’ostéoporose

Il existe deux formes d’ostéoporose que sont l’ostéoporose primaire et celle secondaire.

Ostéoporose primaire

L’ostéoporose primaire est la plus répandue. Elle est caractérisée par une atteinte des travées osseuses, qui restent minéralisées, mais sont amincies. L’ostéoporose primitive touche particulièrement les femmes âgées de plus de 60 ans, lors de la chute des hormones due à la ménopause. Elle engendre habituellement des tassements vertébraux. Près de la moitié de la perte osseuse intervient entre 20 et 80 ans, chez les femmes.

La perte osseuse s’accentue dans les 10 à 15 ans, qui précèdent la ménopause. En effet, le manque d’œstrogène accélère la résorption osseuse. Par contre, les hommes perdent progressivement de la masse osseuse sans diminution ni accélération de l’activité de résorption.

Ostéoporose secondaire

L’ostéoporose secondaire concerne beaucoup plus la corticale osseuse. Dans ce cas, la corticale osseuse devient poreuse et s’amincit. Cette forme d’ostéoporose se caractérise par une fracture du col du fémur.

Elle affecte essentiellement les personnes âgées (plus de 70 ans). Elle se traduit par une fracture des os longs. Les hommes, tout comme les femmes, sont exposés à cette forme d’affection.

Causes de la maladie

D’abord, il est essentiel de notifier la distinction faite par les médecins entre les deux formes d’ostéoporose : l’ostéoporose primitive et l’ostéoporose secondaire (ou de type II).

En effet, celleprimitive qui est la plus répandue apparaît sans cause identifiable. Par contre, l’ostéoporose de type II, beaucoup plus rare est causée par des pathologies comme le diabète, l’hyperthyroïdie ou le syndrome de Cushing.

Facteurs de risque de cette maladie

Plusieurs facteurs accroissent le risque d’ostéoporose. Il s’agit entre autres :

  • du manque d’exercice physique ;
  • d’une alimentation pauvre en calcium ;
  • d’un déficit en vitamine D (provoqué par une alimentation pauvre en vitamine D ou une exposition limitée au soleil) ;
  • du tabagisme ;
  • d’une importante perte de poids ;
  • d’une consommation excessive d’alcool ;
  • d’une importante consommation de caféine (la caféine accentue la perte de calcium et déclenche une augmentation du débit urinaire).

Les médecins conseillent généralement aux personnes âgées de ne pas excéder la prise de 3 tasses de café par jour.

Personnes à risque

Ce mal s’attaque souvent :

  • aux personnes âgées (qui ont majoritairement plus de 65 ans) ;
  • aux personnes qui ont des antécédents familiaux de fractures, provoquées par l’ostéoporose ;
  • aux femmes ayant eu une ménopause précoce, à cause de l’ablation de leurs ovaires ou pour des raisons naturelles ;
  • aux femmes qui ont une insuffisance en œstrogènes, en raison d’hypogonadisme ;
  • aux personnes ayant subi auparavant une fracture vertébrale ou un écrasement des vertèbres ;
  • aux personnes atteintes d’une maladie qui interfère avec l’absorption du calcium dans l’intestin grêle ;
  • aux femmes ayant des périodes d’aménorrhée de plus de 6 mois ;
  • aux personnes qui ont suivi un traitement aux corticostéroïdes par voie orale pendant plus de 3 mois ;
  • aux personnes qui prennent des médicaments anticonvulsifs ou de l’héparine ;
  • aux personnes qui ont eu de l’hypertyroïdie ou qui sont atteintes d’arthrite rhumatoïde.

Symptômes de l’ostéoporose

Cette affection ne déclenche généralement aucune manifestation. C’est justement la raison pour laquelle elle est qualifiée de mal silencieux. Habituellement, on constate une perte des os suite à une fracture survenue, lors d’un accident ou d’une chute.

L’une de ses premières manifestations est souvent une diminution légère de la taille. La réduction est liée à une courbure du dos, engendrée par un affaissement des vertèbres. L’affaissement peut déclencher d’intenses douleurs au dos.

Diagnostic de la maladie

Le diagnostic de l’ostéoporose est basé sur une mesure de la densité minérale par ostéodensitométrie. En particulier, la mesure de l’absorption des rayons X.

On diagnostique une ostéoporose, lorsque la densité est inférieure à 2,5 déviations standards par rapport à la normale. Lorsque la déviation est comprise entre -1 et -2,5, on parle alors d’ostéopénie.

De nombreux paramètres supplémentaires sont proposés, pour rendre plus performant le diagnostic apporté par l’ostéodensitométrie. La prise en compte des facteurs de risque est également essentielle.

Grâce à l’ostéodensitométrie, l’examen est indolore. Aucune injection n’est nécessaire. Le patient est allongé sur un matelas, pendant que l’appareil se déplace en douceur sur son corps. Une de ses jambes est placée dans un cube, pour une série de mesures plus profondes.

Dans le même temps, les examens radiographiques et d’imagerie (IRM, scanners, etc.) visent à rechercher des fractures. Ce sont des tests plus spécifiques, utilisés pour détecter des fractures ou d’autres signes de fragilité osseuse. Par conséquent, cette étape permet d’éviter une détérioration causée par un nouveau choc.

Traitement de l’ostéoporose

Le traitement prend en compte une médication, un programme d’exercice physique adapté et une prise de suppléments. Par ailleurs, en cas d’interruption du traitement, la perte osseuse peut réapparaître. Toutefois, si l’ostéoporose est provoquée par la prise excessive d’un médicament, il faudra immédiatement stopper la prise de ce dernier.

Les médicaments

Beaucoup de médicaments ont la capacité de freiner la destruction osseuse tout en diminuant significativement les risques de fractures. Généralement, il est fort probable de retrouver la masse osseuse perdue. Par ailleurs, ces médicaments sont utilisés uniquement lorsque les fractures sont jugées importantes. En général, on distingue :

  • Les bisphosphonates, qui freinent la perte de la masse osseuse. Les plus utilisés sont le Risédronate et l’Alendronate. Ces médicaments sont sous forme de comprimés. Leur dose est quotidienne ou hebdomadaire. On peut aussi ajouter l’etidronate et l’acide zolédronique. Ce dernier est administré une fois l’an et, par injection intraveineuse. Toutefois, la prise de bisphosphonates ne doit pas être prolongée, afin d’éviter les effets secondaires ;
  • La calcitonine : il s’agit d’une hormone qui ralentit la perte osseuse. Elle est produite par la glande thyroïde. La calcitonine a des propriétés analgésiques et, peut être utilisée par voie nasale ou administrée sous forme d’injection ;
  • Le raloxifène : c’est un médicament qui mime l’effet des œstrogènes ;
  • Le tamoxifène : c’est une hormone utilisée pour réduire la perte osseuse ;
  • La parathormone synthétique : il s’agit également d’une hormone qui est sécrétée par les glandes parathyroïdes. Elle est spécialement réservée en cas d’ostéoporose importante. Elle freine la perte osseuse et s’administre sous forme d’injection.

Il y a également la chirurgie. La chirurgie est essentielle, pour reconstruire les os affectés, s’il s’agit d’une fracture de la hanche par exemple.

Une supplémentation de vitamine D et de calcium

Un supplément de calcium et de vitamine D permet également de traiter l’ostéoporose. L’apport nutritionnel en calcium associé au supplément, devrait atteindre 1 200 milligrammes par jour. Quant à la vitamine D, la dose journalière recommandée varie entre 800 UI et 2 000 UI.

L’alimentation

À ce niveau, le patient doit améliorer son alimentation. Autrement dit, il doit consommer des aliments riches en vitamine D et en calcium. Il doit également privilégier les protéines et la diète alcaline.

Les exercices physiques

Les exercices physiques permettent de prévenir les chutes, de préserver l’équilibre et la mobilité, de réduire les douleurs engendrées par une fracture et de ralentir la perte de la masse osseuse.

En cas d’ostéoporose, le patient doit au préalable consulter un médecin expert avant de pratiquer toute forme d’exercice physique. Les activités physiques doivent être progressives, et adaptées aux capacités du patient. Ce dernier doit privilégier les exercices d’articulation, et de contre résistance. En outre, le patient peut déjà appliquer quotidiennement chez lui certaines règles comme :

  • avoir une bonne posture ;
  • soutenir le cou notamment en position allongée ou assise ;
  • manipuler correctement les charges lourdes.

L’ostéoporose n’est pas une maladie mortelle. En cas de non-traitement, cette maladie osseuse peut entraîner des conséquences graves (telles que les fractures). Il existe de nombreuses façons de prévenir la maladie, grâce à un grand nombre de pratiques visant à maintenir un mode de vie sain. De plus, si vous présentez des facteurs de risque, n’hésitez pas à consulter un médecin.

La prise en charge à 100 % de la maladie ne peut être réalisée que dans les formes évolutives, ou sévères. Elle n’est efficace que lorsqu’elle implique des traitements coûteux, et de longue durée. Le remboursement du traitement de l’ostéoporose doit être mis à jour régulièrement, avec la demande de remboursement du bénéficiaire.

La Sécurité sociale définit elle-même le montant remboursable de tous les soins. Cela comprend la consultation médicale, les analyses de sang, les radiographies, l’hospitalisation, la rééducation, etc.

Tous ces frais sont remboursés à 100 %, à condition que leur montant se situe dans la fourchette tarifaire fixée par la Sécurité sociale. Si les honoraires de consultation dépassent le montant déterminé par cette dernière, le patient supporte la franchise. En revanche, si ce dernier souscrit à un accord de réciprocité, le coût lui sera intégralement remboursé.

Prévention de l’ostéoporose

Pour prévenir cette maladie, il est recommandé d’avoir une alimentation riche en vitamine D et en calcium. Hormis l’alimentation, les exercices physiques doivent être privilégiés dans l’optique d’entretenir les os. De plus, il faudra améliorer l’équilibre et la souplesse tout en maintenant une bonne masse musculaire afin d’éviter les chutes.

En somme, l’ostéoporose est une affection due à un déficit de phosphore, de calcium et de vitamine D. Elle s’attaque en général aux personnes âgées, particulièrement aux femmes. Elle est liée au vieillissement. Pour la prévenir, il faut consommer des aliments riches en vitamine D, en calcium et en phosphore. Outre l’alimentation, l’on doit privilégier les activités sportives.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussi :

Related Articles