Accueil Pharmaceutique Perindopril : Propriétés, indications et effets secondaires

Perindopril : Propriétés, indications et effets secondaires

0
Perindopril : Propriétés, indications et effets secondaires
Boîte de Perindopril

Commercialisé par le laboratoire Sandoz depuis 2008, Perindopril est un médicament dédié au traitement de plusieurs troubles, notamment l’hypertension artérielle et l’insuffisance cardiaque. Disponible sous forme de comprimés sécables, Perindopril s’administre par voie orale. Toutefois, l’utilisation de ce médicament nécessite une prescription médicale, en raison des contre-indications, des précautions d’emploi et des effets secondaires qui découlent de son usage. Qu’appelle-t-on Perindopril ? Comment cet inhibiteur de l’enzyme de conversion est-il utilisé et quelles sont ses contre-indications ?

Présentation du Perindopril

De la classe des inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC), le Perindopril est un médicament, dont la capacité première est d’empêcher la formation et le développement de l’angiotensine II. En effet, cette dernière est une substance vasoconstrictrice qui altère le fonctionnement du muscle cardiaque (cœur), à travers une contraction des artères et une augmentation de la pression artérielle.

La principale substance active que l’on retrouve dans ce médicament est le périndopril tertbutylamine. En effet, cette molécule hypotensive se retrouve dans la composition de certains médicaments dédiés à traiter l’hypertension artérielle. À ce niveau, elle intervient en diminuant la pression exercée sur les vaisseaux sanguins. Le périndopril tertbutylamine agit en inhibant le processus de métabolisation de l’angiotensine II, déclenché par l’hypertension artérielle.

En dehors de son principal composant, on retrouve dans le Perindopril, certains excipients, notamment :

  • L’hydroxypropylbêtacyclodextrine ;
  • Le dioxyde de silicone ;
  • Le magnésium stéarate ;
  • La cellulose microcristalline ;
  • La silice colloïdale anhydre ;
  • La cellulose microcristalline silicifiée.

On peut également ajouter la polacrilline potassique. Par ailleurs, il faut noter que compte tenu de l’importance des troubles à traiter, le Perindopril n’est disponible que sous ordonnance médicale (l’automédication n’est donc pas envisageable). Aussi, la sécurité sociale s’occupe de plus de 60 % de la charge financière. 

Indications du Perindopril

Ce médicament, à action cardiovasculaire, est principalement préconisé pour la prévention des troubles cardiovasculaires (chez les patients victimes d’une maladie coronarienne, en l’occurrence, l’infarctus du myocarde), le traitement de l’insuffisance cardiaque et de l’hypertension artérielle. Le Perindopril est d’une efficacité importante sur les troubles préalablement énumérés.

Cet inhibiteur de l’enzyme de conversion est très efficace dans le traitement de l’hypertension artérielle, à tous les stades (stade léger, stade modéré, stade sévère) et dans le soulagement des symptômes associés (soulagement de l’hypertrophie du ventricule gauche, par exemple). En effet, il est à l’origine d’une chute de la pression artérielle diastolique et systolique. Aussi, il permet une réduction des résistances vasculaires périphériques, entraînant de ce fait, une baisse de la pression artérielle. Ce « déclin » de la pression artérielle induit une augmentation du débit sanguin périphérique et du débit sanguin rénal. En revanche, la fréquence cardiaque et le débit de filtration glomérulaire restent, le plus souvent, sans modification. La prise d’une dose unique de Perindopril déclenche un effet antihypertenseur, qui est au pic pendant près d’une journée. Toutefois, contrairement à ce qui devrait se produire, l’arrêt du traitement ne déclenche pas une hausse de la pression artérielle.

À travers une baisse de la post-charge et de la précharge, le Perindopril contribue au traitement de l’insuffisance cardiaque. Ce médicament intervient en diminuant toutes les résistances vasculaires périphériques, en améliorant l’index cardiaque, en réduisant les pressions au niveau des ventricules, puis en augmentant le débit cardiaque.

Chez les patients avec des antécédents de revascularisation ou d’infarctus du myocarde, le Perindopril à une action réductrice sur le risque d’événements cardiaques.

Posologie de Perindopril

Le Perindopril existe sous des posologies de 2, 4 et 8 milligrammes. La posologie à adopter dépend du trouble que présente le patient. Toutefois, la prise du médicament doit obligatoirement se faire avec de l’eau.

Hypertension artérielle

La posologie quotidienne recommandée est de 4 milligrammes. Le médicament doit être ingéré de préférence dans la matinée, avant le petit-déjeuner. Il peut être associé à d’autres types d’antihypertenseurs ou utilisé en monothérapie.

Chez les sujets atteints d’une hypertension rénovasculaire, la baisse de la pression artérielle peut immédiatement faire suite à la prise de la dose initiale. À cet effet, il est conseillé d’amorcer le traitement chez ceux-ci, avec une posologie de 2 milligrammes. En parallèle, ils doivent bénéficier d’une surveillance médicale.

Au bout de 4 à 5 semaines de traitement, la posologie journalière peut atteindre 8 milligrammes.

Par ailleurs, la prise de Perindopril expose les patients à un risque d’hypotension symptomatique, qui apparaît, le plus souvent, après l’instauration du traitement. Ce risque augmente lorsque la prise de cet inhibiteur de l’enzyme de conversion est simultanée à celle des diurétiques. Dans ce genre de situation, le traitement aux diurétiques doit être arrêté, 72 heures avant l’initialisation du traitement au Perindopril.

Toutefois, au cas où un arrêt du traitement diurétique ne pourrait pas avoir lieu, les médecins préconisent de commencer le traitement au Perindopril avec une posologie de 2 milligrammes. Celle-ci doit être ajustée selon la réponse tensionnelle du patient.

Les sujets âgés doivent aussi démarrer le traitement avec une dose de 2 milligrammes par jour, qui pourra évoluer au fil du temps.

Insuffisance cardiaque

Chez les patients atteints d’une insuffisance cardiaque, le traitement au Perindopril doit être initié avec une posologie de 2 milligrammes, associant, si possible, des diurétiques. Toutefois, une surveillance médicale étroite s’avère nécessaire. Selon la réponse clinique du patient, la posologie peut passer à 4 milligrammes par jour.

Affection coronaire

À ce niveau, le traitement au Perindopril doit débuter avec une posologie journalière de 4 milligrammes. Une d’observation de 14 jours permettra d’observer les réponses cliniques du patient et sa tolérance au médicament. Ainsi, en absence de réels problèmes, la dose quotidienne de Perindopril peut atteindre 8 milligrammes.

Par contre, les sujets âgés doivent démarrer le traitement par un dosage journalier de 2 milligrammes de Perindopril, sur une période de 7 jours. Après l’expiration de ce délai, ils pourront enchaîner avec une posologie de 4 milligrammes de Perindopril, par jour. En cas de non-atteinte de la fonction rénale et de bonne tolérance au traitement, la posologie peut atteindre 8 milligrammes par jour.

Insuffisance rénale

Chez les patients souffrant d’une insuffisance rénale, la posologie est ajustée en fonction de la clairance de la créatinine. En effet, lorsque la clairance de la créatinine est supérieure ou égale à 60 ml/min, le dosage journalier conseillé est de 4 milligrammes. Lorsqu’elle est comprise entre 30 ml/min et 60 ml/min, le patient doit bénéficier d’une dose quotidienne de 2 milligrammes de Perindopril. La dose adéquate est de 2 milligrammes pour 48 heures, lorsque la clairance de la créatinine se situe entre 15 ml/min et 30 ml/min.

En ce qui concerne les patients devant faire l’objet d’une hémodialyse, les médecins préconisent la prise de 2 milligrammes de Perindopril, le jour de la séance de dialyse, plus précisément après la réalisation de cette dernière.

Effets indésirables du Perindopril

La prise de ce médicament à action cardiovasculaire peut exposer les patients à divers effets secondaires. Ces derniers n’ont cependant pas la même fréquence d’apparition.

Parmi les effets indésirables qui surviennent fréquemment, on peut citer :

  • Les céphalées, le vertige ou encore les paresthésies, qui affectent le système nerveux ;
  • Les troubles visuels, qui touchent particulièrement le système oculaire ;
  • Les acouphènes, qui s’attaquent au système auditif (labyrinthe et oreille) ;
  • L’hypotension, qui affecte le système vasculaire ;
  • L’asthénie ;
  • Les crampes musculaires ;
  • Le prurit ;
  • Les éruptions cutanées ;
  • La constipation.

En outre, on peut ajouter la toux, les douleurs abdominales, la diarrhée, la dyspnée ou encore les nausées.

Les troubles de l’humeur, la sécheresse buccale, le bronchospasme, une altération des fonctions des organes reproducteurs, une insuffisance rénale ou un urticaire peuvent aussi se manifester. Toutefois, ils ont une fréquence d’apparition moins élevée.

Par ailleurs, il est très rare d’observer une anémie hémolytique, une réduction de l’hémoglobine, un angor, une rhinite, une insuffisance rénale aiguë, une hépatite cytolytique, une pancréatite, une arythmie ou une pneumonie à éosinophiles.

Enfin, certains effets secondaires comme l’hypoglycémie et la vascularite ont une fréquence d’apparition indéterminée.

Contre-indications du Perindopril

Si le Perindopril permet la prévention des événements cardiaques des maladies coronariennes, le traitement de l’insuffisance cardiaque et de l’hypertension artérielle, son usage peut être proscrit dans certains cas. En effet, l’utilisation de ce médicament obéit à certains principes. Le non-respect de ces principes peut occasionner certaines répercussions sur l’organisme des patients. À cet effet, les patients intolérants aux composants du Perindopril, les sujets aux antécédents d’angioœdème, les femmes enceintes et les femmes allaitantes ne doivent pas faire l’objet d’un traitement au Perindopril. Lorsque les femmes enceintes absorbent ce médicament, elles s’exposent à une toxicité fœtale. La prise de Perindopril peut déclencher chez celles-ci une atteinte rénale, une malformation du fœtus et une baisse du liquide amniotique.

Chez les patients diabétiques, l’association de Perindopril aux médicaments contenant de l’aliskiren est interdite. De plus, cet inhibiteur de l’enzyme de conversion ne doit pas être pris simultanément avec le sacubitril.

Précautions d’emploi du Perindopril

Les patients suivant un traitement au Perindopril peuvent contracter un angioedème touchant les lèvres, le visage ou encore la langue. Cette anomalie peut se manifester au début, comme à la fin du traitement, autrement dit à tout moment durant le traitement. Face à une telle complication, un arrêt du traitement au Perindopril s’impose. Il doit être suivi par l’instauration d’une surveillance régulière et adéquate. Celle-ci doit prendre fin uniquement, en cas de disparition totale des symptômes. Pour traiter les angioedèmes se trouvant au niveau du visage et des lèvres, le médecin peut prescrire des antihistaminiques (bien que ceux-ci disparaissent généralement sans traitement). Un angioedème affectant la langue peut être traité grâce à l’instauration de mesures visant à dégager les voies aériennes.

Toutefois, l’apparition de l’angioedème peut être secondaire à la prise simultanée de Perindopril et de racécadotril ou de valsartan et de Perindopril. La prévalence de cette complication est beaucoup plus élevée chez les patients noirs.