Accueil Maladies Perlèche : causes, symptômes et traitements

Perlèche : causes, symptômes et traitements

0
Perlèche : causes, symptômes et traitements
Femme souffrant de perlèche

Souvent banalisée par les malades, la perlèche est une affection cutanée assez dangereuse. Lorsqu’un bon traitement n’est pas rapidement prodigué, ce trouble de la peau peut devenir très gênant. Voici tous les aspects de cette affection des lèvres.

Perlèche : Généralités sur cette affection des lèvres

La perlèche ou la chéilite angulaire est un trouble impliquant une lésion cutanée au coin des lèvres. Cette maladie est aussi définie comme un intertrigo de la commissure des lèvres.

Le plus souvent, elle apparaît des deux côtés de la bouche. Par ailleurs, contrairement aux rumeurs, la perlèche est très rarement contagieuse.

La lésion au coin des lèvres : qui est concerné ? 

Généralement, la perlèche bactérienne atteint les jeunes adultes. Les cibles appropriées sont les travailleurs contraints au port d’un masque. Cette maladie se développe aussi chez les enfants.

Les personnes âgées sont plus fréquemment touchées par la perlèche mycosique. Dans ce cas, les rides sont plus visibles au niveau des lèvres. Les personnes trisomiques sont également les cibles de cette forme de la maladie. 

Quels sont les facteurs de risque liés à cette affection ?

En premier ressort, la macération dans le coin des lèvres est un facteur de risque. À cela s’ajoute :

  • le tic de léchage ;
  • l’installation des prothèses dentaires ;
  • une carence d’occlusion de la bouche chez les personnes édentées ;
  • la tétée du pouce chez les jeunes enfants.

Tous ces éléments entraînent une accumulation de salive dans les fissures des lèvres. Cependant, il existe d’autres facteurs sur le plan nutritionnel, cosmétique et sanitaire.  

En effet, sur le plan alimentaire, l’excès de sucre favorise le développement de candidose. Il faut aussi préciser que certaines carences nutritionnelles conduisent à l’apparition de la perlèche. Il s’agit notamment d’un manque en vitamine B, en sels minéraux et en acide folique. 

L’autre facteur à risque est une mauvaise hygiène bucco-dentaire. Les agents pathogènes accumulés entraînent un énorme risque de perlèche. Le risque d’apparition de la perlèche est accentué avec l’utilisation des :

  • corticoïdes inhalés ;
  • rétinoïdes locaux ;
  • antibiotiques. 

L’utilisation d’objets portés à la bouche ou de cosmétiques allergisants et irritants est également susceptible d’être à l’origine d’une perlèche. 

Plus rarement, la perlèche est un des signes cliniques pour certaines maladies générales sous-jacentes telles que le diabète, le VIH, certains cancers.

Quelles sont les causes de cette inflammation de la bouche ?

Majoritairement, la perlèche est causée par une levure, un champignon microscopique du genre Candida. Dans les cas les plus connus, l’agent pathogène en cause est le Candida albicans. Il en ressort que la perlèche sous forme de candidose cutanée est la plus populaire.

Toutefois, cette affection de la peau peut être provoquée par des bactéries telles que :

  • le staphylocoque doré ou staphylococcus aureus 
  • les streptocoques ;
  • le Pseudomonas aeruginosa ;
  • la syphilis mineure.

Il arrive que plusieurs agents pathogènes interviennent simultanément ou successivement dans le développement de cette affection de la peau.

Par ailleurs, la perlèche se développe dans un milieu chaud et humide. En effet, les températures propices à la prolifération des levures sont présentes dans les flores intestinales et vaginales de l’organisme. De ce fait, le pli de la bouche et une trop grande quantité de salive favorisent l’apparition de la perlèche.

En outre, il est important de signaler que la perlèche peut s’accompagner d’autres formes de candidoses. La plus commune est le muguet dont le nom scientifique est la candidose buccale.

Bon à savoir : Il faut préciser que le staphylocoque doré se situe dans la partie antérieure des narines.

Perlèche : quels sont les symptômes de la maladie ?

Ce trouble de la peau se caractérise par des signes cliniques distinctifs. Le début de cette maladie se remarque par des signes d’inflammation. Ces derniers associent une chaleur de la peau, une rougeur et des douleurs au niveau de la zone infectée.

Lorsque le trouble s’aggrave, le patient ressent :

  • des saignements réguliers ;
  • une sècheresse des lèvres ;
  • un inconfort lors de l’ouverture de la bouche ;

Les symptômes s’étendent aussi à des ulcérations, des fissures des lèvres et des croûtes.

Attention : les signes cliniques de la perlèche dépendent entièrement du type d’agent pathogène à l’origine de son apparition.

Comment se fait le diagnostic de la perlèche ?

De manière générale, le diagnostic de la perlèche se pose par le médecin généraliste. Pour le faire, ce dernier fait une auscultation et observe les signes cliniques associés à la perlèche. Il tient également compte des facteurs favorisants de l’infection.

Évidemment, le professionnel de santé recherche aussi l’agent pathogène en cause. Au besoin, il va prescrire des examens microbiologiques et/ou sérologiques. Ces tests servent à confirmer l’origine de la perlèche.

Pour compléter le diagnostic, des dosages sanguins sont nécessaires pour révéler une éventuelle pathologie favorisante ou des carences nutritionnelles. En outre, un examen attentif de l’ensemble de la cavité buccale est requis pour une évaluation de la gravité de l’infection.

Dans la majorité des cas, la confirmation du diagnostic ne requiert pas d’examen complémentaire. Pour connaître l’orientation sur la cause, l’âge du patient et son état de santé suffisent largement. Par contre, en cas d’échec thérapeutique après un premier traitement, les examens microbiologiques sont indispensables.

Traitements de la perlèche : les différentes méthodes

Pour traiter la perlèche, le patient a le choix entre les médicaments et les astuces de grand-mère. Toutefois, il lui est possible de combiner les formes de traitement. 

Traitements médicamenteux

Ce moyen de traitement consiste à utiliser des médicaments pour venir à bout de ce trouble cutané. Les thérapeutiques sont chargées de cibler spécifiquement l’agent pathogène responsable. À ce titre, le professionnel de santé propose des médicaments antibiotiques locaux, lesquels sont associés à des corticoïdes.

Pour les formes sévères de perlèche, des thérapeutiques antifongiques locales et orales sont prescrites. Pour calmer les douleurs, des solutions désinfectantes sont à appliquer sur le pourtour des lèvres. Quelquefois, des produits asséchants sont aussi utilisés à ce dessein. 

Par ailleurs, en fonction des cas de perlèche, d’autres mesures médicales sont utiles. Ils doivent être appliqués en parallèle des traitements médicamenteux. Il s’agit de :

  • soins dentaires spécifiques pour éviter des récidives fréquentes de l’affection ;
  • la mise en place d’un protocole de nettoyage des prothèses dentaires ;
  • l’amoindrissement des facteurs favorisant l’humidité des lèvres ;
  • l’application d’une bonne hygiène bucco-dentaire.

En cas de manque de certains nutriments, des mesures doivent être prises pour pallier les carences nutritionnelles.

Le traitement peut aussi requérir un rinçage systématique de la bouche. La gargarisation de la bouche avec de l’eau est essentielle après la prise de corticoïdes inhalés.

Bon à savoir : après l’application d’un traitement, la guérison totale du patient peut prendre entre quelques jours à quelques semaines.

Astuces de grand-mère

La première astuce pour traiter la perlèche est l’application de l’huile essentielle de Tea Tree. Il s’agit d’un arbre à thé doté de propriétés antifongiques utiles contre une perlèche. Pour y arriver, il faut appliquer l’huile sur du coton et le poser sur les lésions plusieurs fois par jour.

La seconde astuce consiste en un mélange d’huiles essentielles pour le traitement de la perlèche. La combinaison nécessite :

  • 20 gouttes d’HE de palmarosa ;
  • de l’huile d’arbre à thé ;
  • 5 ml de la lavande aspic ;
  • de l’huile végétale de calendula.

Une fois le mélange effectué, il faut mettre une goutte deux fois par jour (matin et soir) sur les lésions. La durée du traitement peut aller de 2 à 4 semaines.

Prévention contre la perlèche : ce qu’il faut faire

Bien que la perlèche ne soit pas dangereuse, il est préférable de l’éviter. Pour le faire, la première chose à faire est d’éviter de se lécher les commissures des lèvres. À cette précaution, il faut ajouter une bonne hygiène bucco-dentaire.

Quant aux porteurs de prothèse dentaire, ils doivent les enlever la nuit avant de s’endormir. Ensuite, il faut les faire tremper dans une solution antiseptique. Il faut aussi avoir une bonne alimentation pour endiguer d’éventuelles carences nutritionnelles.

À ce propos, les produits sucrés sont à bannir pour empêcher le développement d’une candidose. Enfin, les personnes sous traitement de corticoïdes inhalés doivent se rincer la bouche après chaque prise. 

La perlèche est une affection ne nécessitant pas une urgence médicale. Cependant, il faut obligatoirement une consultation pour obtenir un traitement. À défaut d’un bon traitement, cette maladie de la peau peut provoquer un trouble du vermillon des lèvres, et même des zones cutanées autour de la bouche. Il est donc primordial de consulter un médecin dès l’apparition des symptômes cités ci-dessus.