Global Statistics

All countries
550,477,419
Confirmed
Updated on June 28, 2022 11:10 pm
All countries
523,016,283
Recovered
Updated on June 28, 2022 11:10 pm
All countries
6,353,314
Deaths
Updated on June 28, 2022 11:10 pm

Peur de l’accouchement : types, causes et solutions

Pendant la grossesse, l’on est généralement exaltée de bonheur et d’impatience. Cependant, la femme affiche une ombre au tableau, il s’agit de la peur de l’accouchement. C’est un sentiment tout à fait normal en période de grossesse, surtout lorsqu’il s’agit de votre premier enfant. Mais, ne vous inquiétez pas, il existe des astuces permettant de remédier à la peur de l’accouchement. Voici les différents types, causes et solutions de peur de l’accouchement.

Peurs liées à l’accouchement

Il existe plusieurs types de peurs liées à l’accouchement, selon la circonstance de son apparition.

Peur de l’inconnu

La femme enceinte a souvent peur que l’accouchement ne se déroule pas comme il faut, qu’elle soit à sa première fois ou pas. Dans le premier cas, elle peut donc se remémorer des récits les plus négatifs des personnes autour d’elle et en éprouver l’appréhension. C’est le cas par exemple des membres de la famille qui ne font que transmettre l’histoire selon laquelle, les femmes de la famille ont eu des accouchements compliqués. D’après les experts, la plupart des peurs de l’accouchement viennent de la famille.

Peur de mourir

La peur de mourir sur la table d’accouchement est associée aux idées reçues des évènements du passé et populaires. Mais, la technologie dans le domaine de la médecine a réduit considérablement le risque de mortalité pendant l’enfantement et cette situation est alors rare.

L’enfantement réalisé par une équipe de médecins et de sage-femmes permet le bon déroulement de l’accouchement. Puisqu’un suivi est fait pour détecter les éventuelles hémorragies ou complications.

Peur de la mort du bébé

En dehors du risque d’hémorragies et de complications chez la femme enceinte que suit l’équipe médicale, celle-ci surveille également l’état de santé du bébé tout au long de l’accouchement. En cas d’atteinte du fœtus, les médecins mettent en place les moyens nécessaires pour le soigner. En outre, l’équipe médicale s’occupe du suivi, afin de prendre en charge les complications éventuelles pendant les premiers jours qui suivent l’accouchement.

Peur de ne pas devenir une bonne mère

La femme enceinte a souvent peur de ne pas être une bonne mère. Toutefois, il est tout à fait normal qu’elle s’interroge sur sa capacité à l’être. Mais, il est important qu’une femme en état de grossesse soit rassurée.

Peur de la douleur

En raison de la douleur qui est inconnue lors de la première grossesse, la femme a peur de souffrir lors de l’accouchement. Néanmoins, plusieurs moyens, comme la péridurale, permettent de soulager cette douleur.

Peur d’accoucher un bébé atteint ou malformé

Plusieurs examens prénataux sont réalisés durant la grossesse, pour s’assurer que le bébé se développe bien (les écographies, l’écoute du cœur du bébé, le test génétique pour dépister la trisomie 21, etc.). Lorsqu’aucune anomalie n’est détectée concernant le développement du bébé, vous n’avez pas de raisons de vous inquiéter en ce qui concerne la maladie ou une malformation.

Peur d’accoucher prématurément

Le risque d’accouchement prématuré est causé par plusieurs facteurs :

  • Facteurs sociaux : la vie stressante et fragilisante ;
  • Facteurs médicaux : les grossesses qualifiées à risques ;
  • Facteurs psychiques : des difficultés à s’adapter aux transformations du corps, les conflits avec le conjoint, l’absence de sentiment de plénitude tout au long de la grossesse, etc.

Peur d’arriver tard à la maternité et de ne pas aimer son bébé

Le début du travail étant l’étape la plus longue, la femme enceinte a normalement le temps d’arriver à la maternité avant l’accouchement.

Par ailleurs, la future maman a aussi peur de ne pas disposer de l’instinct maternel. Les spécialistes de la mentalité expliquent cela par l’écart existant entre le bébé imaginé et rêvé durant les neuf mois de grossesse et le bébé qui est réellement venu au monde.

Les questions que l’on se pose sur l’instinct maternel sont normales, mais elles disparaissent souvent lorsque l’enfant vient au monde et que les liens maternels (l’allaitement, l’attachement affectif, le contact, etc.) sont noués.

Causes de la peur de l’accouchement 

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de la peur de l’accouchement chez les femmes enceintes :

  • Un trouble psychique de la grossesse : la future maman qui a peur de l’accouchement est celle qui n’a pas travaillé complètement sa mentalité, en ce qui concerne la perte ou la séparation de l’enfant après la naissance ;
  • Écoute des récits négatifs des personnes qui l’entourent concernant l’accouchement : ces récits peuvent faire peur à la femme qui n’a jamais accouché ;
  • Recherche sur internet et consultation des forums de discussion : les témoignages des femmes qui ont subi des accouchements difficiles peuvent vous faire paniquer ;
  • Les films ou séries télévisées : lorsque ceux-ci concernent des accouchements pénibles où la femme enceinte meurt par la suite par exemple, cela peut rendre certaines femmes angoissées.

Tokophobie ou phobie de l’accouchement : que retenir ?

La phobie de l’accouchement (connue également sous le terme tokophobie) est la peur irraisonnée de mettre un enfant au monde (accoucher). On évoque la tokophobie, lorsque la femme craint et évite d’accoucher, bien qu’elle ait envie d’avoir un enfant.

Types de tokophobie

Il existe trois types de phobies de l’accouchement.

  • Tokophobie primaire

Survenant avant le premier accouchement, la tokophobie primaire est la phobie d’accoucher qui est présente depuis l’adolescence. À cause de la peur intense, les femmes qui souffrent de la tokophobie primaire font recours à plusieurs méthodes de contraception. C’est généralement des femmes qui ont peut-être subi un traumatisme sexuel dans leur vie.

  • Tokophobie secondaire

Résister à la peur de la grossesse est souvent lié à un précédent enfantement difficile ou même traumatisant. Elle a peut-être subi un accouchement opératoire à cause d’une atteinte du bébé, a ressenti des douleurs pendant le travail, ou a cru que son bébé était mort.

  • Tokophobie comme symptôme de dépression prénatale

Ayant à l’idée qu’elle n’a pas la capacité d’enfanter ou qu’elle peut mourir, la femme peut développer une peur phobique de l’accouchement. Lorsque telle personne est enceinte, elle est perturbée par sa grossesse, et cela peut être responsable d’une dépression prénatale.

Face à cela, elle est capable de demander à l’équipe médicale, une interruption volontaire de grossesse (IVG). Elle peut même provoquer une fausse couche en prenant du tabac, de l’alcool, ou en faisant du sport à haut risque de traumatisme (le jogging, le sport d’équipe, le combat, etc.).

Conséquences possibles d’une tokophobie

Avec la douleur, les éventuelles complications et l’angoisse de l’accouchement, les femmes atteintes de la tokophobie peuvent :

  • Faire recours à une IVG, même si elle veut de l’enfant ;
  • Refuser la maternité, ou même éviter la grossesse ;
  • Demander un accouchement par césarienne pour ne pas enfanter par les voies basses ;
  • Demeurer dans une dépression à cause du refus de l’équipe médicale d’exécuter la méthode d’accouchement souhaitée ;
  • Demander une stérilisation pour une méthode de contraception permanente ;
  • Développer un syndrome de stress post-traumatique suite à l’accouchement (les vomissements récurrents, l’anxiété, les souvenirs et rêves répétitifs concernant l’évènement traumatique).

Traitement de la tokphobie

La phobie de l’accouchement est un trouble psychique pénible qui doit être traité par un psychiatre ou un psychologue. Cette prise en charge va permettre à la femme d’exprimer ce qui l’angoisse, et de prendre connaissance de la cause.

Dans le cas où la femme est enceinte, la prise en charge psychologique sera accompagnée d’une surveillance de l’équipe médicale pour un résultat efficace.

Quelques conseils pour se débarrasser de la peur de l’accouchement

Les astuces ci-dessous permettent aux femmes de bien appréhender l’enfantement :

  • Suivre des cours ou des séminaires de préparation à l’accouchement : les séances de préparation ont pour but d’aider la femme enceinte à se préparer physiquement et mentalement à l’accouchement ;
  • Faire des séances de sophrologie prénatale : elles permettent de se préparer au jour j, à partir des exercices corporels, le travail sur le lâcher-prise et le souffle ;
  • Porter son choix sur une maternité et une équipe médicale qui acceptent de respecter ses désirs ;
  • Réaliser des techniques de relaxation : le yoga, la relaxation et les exercices dans l’eau permettent d’éviter les états de stress et d’anxiété ;
  • Se reposer tout au long de la grossesse et éviter les situations pouvant vous stresser.

Il est aussi possible de demander de la part de son équipe médicale une péridurale, pour surmonter la peur de l’accouchement. Celle-ci est une méthode d’anesthésie qui permet le déroulement d’un accouchement sans douleur.

Vous aimerez aussi :

Related Articles