Global Statistics

All countries
551,819,640
Confirmed
Updated on June 30, 2022 4:24 am
All countries
524,643,307
Recovered
Updated on June 30, 2022 4:24 am
All countries
6,356,292
Deaths
Updated on June 30, 2022 4:24 am

Phlegmon péri-amygdalien : tout savoir

Les amygdales sont des composants du système de défense et se situent dans le pharynx. Elles se localisent précisément dans le fond de la gorge et peuvent être le siège d’une irritation lors d’une angine. Les complications de celle-ci entrainent souvent un abcès qui, en général, se forme autour des amygdales. Il s’agit d’une accumulation de pus provoquant, dans la plupart des cas, l’apparition d’un phlegmon qualifié de péri-amygdalien. Découvrez dans cet article, tout ce qu’il faut savoir sur cette pathologie.

L’essentiel à savoir sur le phlegmon péri-amygdalien

Le phlegmon péri-amygdalien se définit comme l’entassement de pus dans la gorge au niveau des amygdales. Il apparaît généralement à la suite d’une amygdalite et requiert des soins médicaux en urgence.

Cette inflammation est habituellement présentée comme un abcès des amygdales, d’où son appellation phlegmon péri-amygdalien. En raison du risque possible de graves complications, cette maladie doit être prise en charge le plus rapidement possible.

Quels sont les facteurs de risque du phlegmon péri-amygdalien ?

Nombreux sont les facteurs de risque pouvant exposer des personnes au phlegmon péri-amygdalien. Les plus connus sont entre autres :

  • la mauvaise hygiène dentaire ;
  • le tabagisme ;
  • les antécédents d’abcès péri-amygdalien.

En effet, si vous avez auparavant développé un abcès péri-amygdalien, la probabilité que vous contractiez cette pathologie est très élevée. De même, il a déjà été démontré qu’une mauvaise hygiène des dents peut aussi favoriser l’évolution du phlegmon péri-amygdalien.

Quelles sont les personnes concernées par le phlegmon péri-amygdalien ?

Les jeunes adultes de 20 à 40 ans en sont plus touchés, mais il peut apparaître à tous les âges. Aussi, le phlegmon péri-amygdalien atteint également les enfants et les personnes présentant des facteurs de risque. Il est d’ailleurs l’abcès le plus courant des régions de la tête et du cou.

Comment faire le diagnostic du phlegmon péri-amygdalien ?

Seul un médecin peut faire le diagnostic d’un phlegmon péri-amygdalien par examen clinique. Le test réalisé est en général satisfaisant pour détecter la maladie. D’autres examens sont cependant nécessaires pour trouver le traitement approprié et estimer les risques de complications. Il s’agit ordinairement de :

  • bilan biologique et bactériologique ;
  • tomodensitométrie ;
  • examen bactériologique du pus ;
  • hémocultures.

Par ailleurs, le diagnostic du phlegmon peut être certifié par un test endobuccal. Ce dernier consiste à examiner les différentes compositions de l’oropharynx et de la cavité buccale.

Les causes du phlegmon péri-amygdalien

Le phlegmon péri-amygdalien est causé par des virus ou bactéries qui résultent d’une angine non soignée ou mal traitée. En effet, l’irritation des tissus proches de l’amygdale est le résultat d’une multiplication anormale des agents pathogènes. Cependant, il faut noter que le streptocoque bêta hémolytique est, la plupart du temps, l’agent responsable de cette inflammation.

Ce type de phénomène se rencontre habituellement chez les individus souffrant d’angine ou d’amygdalite persistant. En outre, le phlegmon péri-amygdalien peut aussi apparaitre dans le cadre d’un cancer de la gorge. De toute façon, l’abcès nécessite une prise en charge médicale rapide. Celle-ci est basée sur une antibiothérapie adaptée ou sur un drainage chirurgical pour les cas les plus sérieux.

Les symptômes du phlegmon péri-amygdalien

Le phlegmon péri-amygdalien présente ordinairement très peu de signes extérieurs. Néanmoins, les symptômes les plus observés chez les personnes souffrant de cette pathologie sont :

  • la fièvre ;
  • le mal de gorge ;
  • l’otalgie ;
  • l’altération de la voix.

À ces différents symptômes s’ajoute également la formation d’abcès au fond de la gorge. Cette dernière provoque une dilatation perceptible du voile du palais. Celui-ci se localise à l’arrière de la bouche, dans l’allongement de la voûte palatine. De même, il peut être constaté une douleur pharyngée soutenue et unilatérale sur un côté de la gorge.

Cette douleur est généralement la conséquence de constrictions involontaires et continues des muscles de la mâchoire. Ces contractions ont parfois tendance à réduire ou à empêcher l’ouverture de la bouche. D’un autre côté, un phlegmon péri-amygdalien peut provoquer une gêne à la déglutition avec une salivation abondante.

Les complications possibles

Au nombre des complications du phlegmon péri-amygdalien figurent l’infection para-pharyngée du cou et une profonde cellulite cervicale. Cette dernière se traduit par une infection des tissus profonds de la face et du cou. Elle est causée par de simples problèmes dentaires susceptibles d’altérer la santé.

Une dyspnée aiguë occlusive peut également paraitre à la suite de cette infection, notamment, dans les formes bilatérales rares. Les personnes souffrant du phlegmon péri-amygdalien sont de même confrontées à des difficultés respiratoires.

Ces maux sont dus à une obstruction des voies respiratoires par un abcès volumineux. Cela concerne en particulier les formes bilatérales ou l’hypertrophie des amygdales.

Les traitements applicables au phlegmon péri-amygdalien

Maux de gorge
illustration of sore throat. sore throat, pain relief

Le phlegmon péri-amygdalien est une urgence médicale qui nécessite des traitements spécifiques et adéquats. Les jeunes enfants doivent être systématiquement hospitalisés lorsqu’ils sont atteints de cette pathologie. La médication est alors fonction du stade évolutif de l’infection et des risques de complications possibles.

Les traitements médicamenteux

S’agissant d’une forme simple de phlegmon péri-amygdalien, la prise en charge se fait par des antibiothérapies. En d’autres termes, seuls les antibiotiques sont utilisés pour lutter contre l’infection. Par contre, des corticoïdes et antalgiques peuvent aussi être utiles pour la réduction de l’inflammation.

En plus de réduire l’irritation, ces traitements permettent également de soulager le malade de la douleur. Une corticothérapie de courte durée pourra être de mise dans le cas d’œdème important. Notez qu’en absence de complications, seul l’usage des médicaments suffit pour guérir un phlegmon péri-amygdalien.

Toutefois, il faut une bonne surveillance au cours du traitement, d’où la nécessité des consultations régulières.

Les traitements chirurgicaux

Quand le phlegmon péri-amygdalien est excessivement étendu ou obstructif, il devient urgent de recourir à un traitement chirurgical. Ce type de traitement peut aussi être envisagé dans le cas des traitements médicamenteux non réussis.

Plusieurs techniques sont possibles à savoir l’incision de l’abcès, l’ablation des amygdales et la ponction de l’abcès. Par ailleurs, ces soins chirurgicaux sont automatiquement associés à une antibiothérapie.

Quelques moyens de prévention du phlegmon péri-amygdalien

Le moyen le plus efficace pour prévenir le phlegmon péri-amygdalien est d’éviter l’apparition et l’évolution d’une amygdalite. De ce fait, il est recommandé de fréquemment se laver les mains avec de l’eau et du savon. Il est également possible de prévenir certains facteurs de risque du phlegmon péri-amygdalien.

Malgré cela, la meilleure prévention est de garder une bonne hygiène buccale et dentaire. Il est en plus conseillé d’arrêter de fumer pour les sujets fumeurs.

En conclusion, il faut retenir que le phlegmon péri-amygdalien est une infection pouvant avoir des conséquences importantes sur la santé. Il mérite alors d’être traité par des professionnels lorsqu’il apparaît. Par contre, cette pathologie peut être prévenue par le respect de l’hygiène au niveau de la bouche et des dents.

Vous aimerez aussi :

Related Articles