Global Statistics

All countries
618,807,415
Confirmed
Updated on September 22, 2022 2:33 pm
All countries
597,301,052
Recovered
Updated on September 22, 2022 2:33 pm
All countries
6,535,210
Deaths
Updated on September 22, 2022 2:33 pm

Plagiocéphalie : Causes, Symptômes et Traitements

Encore connue sous le nom de syndrome de la tête plate du nouveau-né, la plagiocéphalie est une déformation du crâne chez les nourrissons. Cet aplatissement du crâne peut avoir de nombreuses conséquences lorsqu’elle n’est pas vite prise en charge. C’est la déformation crânienne la plus fréquente chez les enfants. Qu’est-ce que la plagiocéphalie ? Quels sont ses causes et symptômes ? Comment traiter ce syndrome ? Le point sur cette anomalie ici.

Qu’est-ce que la plagiocéphalie ?

La plagiocéphalie est une déformation qui fait prendre une forme asymétrique au crâne du bébé. Cette forme est souvent désignée comme « le syndrome de la tête plate ». Dans la majorité des cas, il s’agit d’une anomalie bénigne qui survient avant l’âge de 2 ans. En effet, jusqu’à l’âge de 12 mois, les os du crâne du bébé demeurent souples et minces. Ils ne sont pas encore solides et sont séparés les uns des autres par des sutures et fontanelles (espace membraneux entre les os du crâne des bébés).

Lorsque certaines pressions s’exercent de manière prolongée ou répétée sur la tête du nourrisson, celle-ci peut se déformer. Cette déformation crânienne se manifeste habituellement à partir de 6 semaines de vie et plus régulièrement après 4 mois. Cependant, sa fréquence diminue progressivement jusqu’à l’âge de 2 ans.

Quelles sont les causes de la plagiocéphalie ?

Les causes de la plagiocéphalie sont multiples et variées. On peut notamment citer :

  • le manque de changement de position au cours de la journée ;
  • la position couchée sur le dos, prolongée et répétée sur une surface courbe ;
  • certaines anomalies de la colonne vertébrale au niveau cervical ;
  • une carence en vitamine D chez la mère ;
  • des problèmes utérins (chez la mère), surtout dans les cas de grossesses multiples ;
  • l’existence d’un torticolis congénital ;
  • l’accouchement, en particulier un travail prolongé.

Il faut préciser que certaines de ces causes font encore l’objet des débats chez les spécialistes.

Les facteurs de risques de la plagiocéphalie

Les études ont permis d’identifier certains facteurs de risque de la maladie. Ainsi, les nourrissons les plus susceptibles de développer la maladie sont :

  • les enfants nourris de manière excessive au biberon ;
  • les bébés de sexe masculin (près de ¾ des nourrissons qui présentent une plagiocéphalie sont des garçons) ;
  • les premiers-nés d’une fratrie ;
  • les prématurés.

Il faut savoir que la plagiocéphalie peut survenir avant, pendant ou après la naissance.

Quels sont les symptômes de la maladie ?

Les symptômes d’une plagiocéphalie sont souvent découverts par les parents eux-mêmes, ou par le pédiatre. Les premiers signes qui montrent que votre enfant souffre de la plagiocéphalie sont :

  • la différence des yeux (un œil plus petit ou plus fermé que l’autre) ;
  • une déformation (asymétrie du crâne) observable sur l’un ou les deux côtés de la tête, sur l’ensemble de la tête ou uniquement à l’arrière ;
  • un décalage des oreilles (une oreille plus avancée que l’autre).

Il importe donc aux parents de rester vigilants. Lorsqu’un signe se présente, il faut très vite consulter un médecin.

Quelles sont les conséquences de la plagiocéphalie ?

Les recherches montrent qu’il existe 4 stades de la plagiocéphalie. Notamment :

  • la forme légère ;
  • la forme modérée ;
  • la forme sévère ;
  • la forme très sévère.

En fonction de l’intensité de la déformation crânienne, la maladie peut s’aggraver et passer à un stade plus élevé. Il s’agit là d’une première conséquence de la plagiocéphalie lorsqu’elle n’est pas vite prise en charge.

Par ailleurs, la plagiocéphalie affecte l’apparence du nourrisson et modifie le développement de sa tête et de son visage. Cela dit, les autres conséquences de cette maladie peuvent être :

  • des troubles du langage ;
  • une déformation de la mâchoire accompagnée de douleurs ;
  • des problèmes dentaires ;
  • une asymétrie du visage qui peut persister jusqu’à l’âge adulte si le patient n’est pas pris en charge ;
  • un risque accru de scoliose.

La plagiocéphalie n’a aucun rapport avec le développement du cerveau de l’enfant.

Comment diagnostiquer la plagiocéphalie ?

Même s’il est possible de repérer les premiers signes d’une plagiocéphalie soi-même en observant son enfant, seul un professionnel de santé est en mesure de poser un diagnostic précis. Le diagnostic de la maladie repose sur le scannage de la tête du bébé en 3D. Cette technique permet de déterminer avec précision la sévérité de la déformation.

Grâce au scannage, le médecin calcule un indice appelé le CVAI (Cranial Vault Asymmetry Index). Une tête parfaitement ronde présente toujours un CVAI égal à 0. Si après calcul, le résultat n’est pas égal à 0, on dira alors que l’enfant souffre effectivement de la plagiocéphalie. De ce fait, il faudra trouver un traitement adéquat pour soigner la maladie.

Comment traiter la plagiocéphalie ?

Une fois le diagnostic posé, il est nécessaire de traiter la maladie. Les nourrissons qui présentent une plagiocéphalie doivent être pris en charge dès que la déformation est détectée. Les traitements de la plagiocéphalie sont :

  • l’ostéopathie ;
  • la kinésithérapie ;
  • les soins par orthèses ou casques de moulage conçus sur mesure pour chaque enfant ;
  • les techniques de repositionnement ;
  • une intervention chirurgicale (dans des cas rares).

Pour les traitements avec orthèse ou casque, l’enfant doit porter le dispositif pendant au plus 23 heures par jour, selon l’importance de sa déformation.

Il existe aussi des méthodes pour prévenir cette maladie.

Comment prévenir le risque d’apparition de la plagiocéphalie ?

Pour prévenir l’apparition de la plagiocéphalie, il faut commencer par varier la position du bébé lors de ses périodes actives le jour. Vous pouvez opter pour la position couchée sur le ventre lorsque le bébé est en éveil. Vous pouvez lui faire prendre cette position, mais pendant de courtes périodes, et ce, plusieurs fois dans la journée.

Il faut aussi réduire la durée de la période durant laquelle vous laissez votre enfant dans une chaise vibrante, dans son siège d’auto ou dans sa balançoire. Évitez de le faire dormir dans un siège auto. De plus, vous devez amener votre enfant à aimer se coucher sur les deux côtés. Autrement dit, vous devez le faire bouger autant sur le côté gauche que sur le côté droit pour éviter qu’il développe une préférence.

Pour finir, vous pouvez faire confiance à un physiothérapeute pédiatrique pour vous aider. Celui-ci vous assistera en vous démontrant des exercices de positionnements et de stimulations à prendre selon l’âge de votre bébé.

La plagiocéphalie peut entraîner des dommages à l’enfant jusqu’à l’âge adulte si rien n’est fait. De ce fait, lorsque vous constatez les premiers signes de déformation, il est important de le signaler rapidement à un professionnel de la santé. Cela permettra de diminuer les risques de plagiocéphalie.

Vous aimerez aussi :

Related Articles