Global Statistics

All countries
526,080,107
Confirmed
Updated on May 20, 2022 4:23 pm
All countries
481,645,534
Recovered
Updated on May 20, 2022 4:23 pm
All countries
6,297,530
Deaths
Updated on May 20, 2022 4:23 pm

Plaque rouge sur le corps : comment la faire disparaître ?

La présence d’une plaque rouge sur le corps peut-être le signe d’une grande variété de troubles. Il peut être question d’une maladie de la peau (eczéma, urticaire, psoriasis, etc.) ou de répercussions d’un autre problème sanitaire sur le corps (infection, allergie à des bactéries…).

Dans certains contextes, il faut contacter un médecin afin de faire disparaître les lésions et les autres éventuels symptômes. Mais dans d’autres, il n’y a rien à faire avant que les plaques rouges ne partent d’elles-mêmes. Toutefois, pour savoir la conduite à tenir, il est indispensable de se renseigner sur la cause de la plaque rouge sur le corps.

Sommaire de l'article

Les plaques rouges sur le corps sont-elles inquiétantes ?

De nombreuses personnes paniquent lorsqu’elles constatent l’apparition de plaques rouges sur leur corps. Cependant, elles ne devraient pas, car ces éruptions cutanées sont généralement bénignes. Le problème avec elles, c’est qu’une tache rouge sur le corps est souvent inesthétique et cause de la gêne.

Pourquoi les plaques rouges apparaissent-elles sur le corps ?

L’apparition de plaques rouges sur le corps tout comme celles des desquamations, des démangeaisons et des picotements est souvent due à une altération de la barrière de la peau. Et cela est en lien avec l’altération partielle du film lipidique qui est censé la protéger. C’est ce qu’explique le docteur dermatologue Isabelle Gallay.

L’épiderme rendu poreux ne sert plus de rempart aux agressions externes. Aussi, il ne régularise plus la perte insensible en eau. La peau perd alors en souplesse et en élasticité. Des fissures de sécheresse apparaissent. Elle devient rouge et rugueuse au point de former de petites lésions en l’occurrence les plaques rouges sur le corps.  

Ce phénomène peut être dû à de nombreux facteurs. Cela peut être entraîné par des allergies, le climat, le stress, etc. Toutefois, cette manifestation se rencontre plus fréquemment au cours d’une période de la vie particulièrement préoccupante ou lors d’un changement d’environnement.

Plaque rouge sur le corps due à des coups de soleil

Les coups de soleil surviennent lorsque l’on est exposé trop longtemps aux rayons ultraviolets. La peau est dans ce cas, brûlée généralement au premier degré et devient rouge entre 6 et 24 heures après l’exposition. Dans cet intervalle de temps, les plaques rouges peuvent apparaître sur le corps, plus particulièrement sur les zones exposées.

Cette manifestation est causée par la vasodilatation des vaisseaux superficiels de la peau. Et lorsqu’on appuie dessus, elles disparaissent. Des douleurs sont provoquées par la brûlure et parfois, des démangeaisons nerveuses se manifestent. Celles-ci partent en l’intervalle de quelques jours. 

En outre, lorsque les coups de soleil entraînent des brûlures au second degré, il y a apparition de cloques entourées de plaques rouges.

Plaque rouge due à une piqûre d’insecte

Lorsqu’une personne est piquée par un insecte, la peau est sans surprise irritée. Les mécanismes de défense de l’organisme peuvent donc réagir. Ce qui entraîne parfois l’irruption d’une ou de plusieurs plaques rouges sur le corps ainsi que des démangeaisons et des enflures.

Plaque rouge sur le corps due à une kératose pilaire

La kératose pilaire encore appelée kératose folliculaire est une affection de la peau beaucoup plus fréquente qu’on ne le pense. Elle est entraînée par une surproduction de kératine dans l’organisme. Ce qui occasionne la survenue de multitudes de plaques rouges sur le corps de même que de petits boutons rouges et d’inflammations.

Il est à noter que ces boutons sont généralement secs, mais certains d’entre eux peuvent contenir du pus. Aussi, les lésions apparaissent souvent à l’intérieur des cuisses et des bras où on peut également observer l’épaississement de la peau.

La kératose pilaire est une affection bénigne, non contagieuse et son seul désagrément est esthétique. Elle est d’origine génétique et les sujets particulièrement touchés sont les plus jeunes.

Plaque rouge sur le corps due à un purpura

Le purpura se manifeste par de petites hémorragies au niveau des muqueuses et de la peau. En effet, le sang qui sort des vaisseaux stagne sous les muqueuses ou sous la peau. Il se forme alors une plaque rouge sur le corps qui ne disparaît pas quand on appuie dessus.

Le purpura n’est pas contagieux et il ne démange pas. Par contre, en ce qui concerne sa gravité, elle est variable, car les causes pouvant l’entraîner sont nombreuses. Il peut être en effet lié à des causes bénignes comme la chute des plaquettes dans le sang. Toutefois, il peut aussi être causé par de graves maladies telles qu’une méningite.

Plaque rouge sur le corps due à l’érythrose

L’érythrose est une affection de la peau qui se caractérise par des accès de rougeurs brutaux et réguliers au visage. Ces derniers surviennent principalement quand le sujet est soumis à une variation de température. Par exemple s’il rentre à la maison ou s’il sort à l’extérieur. Aussi, ils peuvent apparaître s’il mange un plat épicé ou s’il consomme de l’alcool.

Les personnes les plus sujettes à l’érythrose sont celles qui ont une peau fine. En outre, elle semble de plus en plus fréquente chez les jeunes. Et à l’origine, cette maladie est causée par un dérèglement du système vasculaire de la peau. Et cela serait en lien avec une exposition trop prolongée à une lumière artificielle (tablette, téléphone, ordinateur…).

Plaque rouge sur le corps due à l’urticaire

L’urticaire est une allergie qu’une personne expérimente lorsqu’elle s’expose à un facteur qu’elle ne supporte pas. Ce peut être par exemple un aliment, un médicament, une boisson, un métal, etc.

Cette allergie est bien entendu caractérisée par sa survenue très rapide et par l’apparition de plaques (ou papules) rosées ou rouges sur le corps. Elles sont superficielles, bien limitées, arrondies et en relief. Au cours de la journée, il est possible qu’elles se « déplacent ».

Aussi, elles sont souvent accompagnées de vésicules et de démangeaisons et peuvent disparaître en quelques heures sans laisser de trace. Cette maladie touche des individus de tous les âges : tant bien les adultes que les bébés et les enfants.

L’urticaire aiguë et l’urticaire chronique

Notez qu’il existe deux formes d’urticaires, à savoir l’urticaire aiguë et l’urticaire chronique. La première dure quelques heures à quelques jours. La deuxième quant à elle est caractérisée par des poussées qui se répètent tous les jours sur une période d’au moins 6 mois.

Mais dans les deux cas, on enregistre la présence de plaque rouge sur le corps pouvant provoquer un prurit ou des démangeaisons. Certaines fois, ces plaques peuvent être très nombreuses et d’autres fois non. Elles changent de place sur la zone touchée puis disparaissent sans laisser des marques.

L’urticaire due à la consommation d’un aliment

Lorsque l’allergie est due à un aliment, les plaques rouges peuvent même apparaître quelques minutes seulement après la consommation. Et elles peuvent s’accompagner de démangeaisons et de choc anaphylactique. 

L’œdème de Quincke ou l’angioœdème

Quand l’urticaire gagne les muqueuses et s’étend en profondeur, la personne est en présence d’un œdème de Quincke (angio-œdème). Il s’agit d’une affection caractérisée par un gonflement important des muqueuses. 

Elle peut s’avérer dangereuse lorsqu’elle touche la muqueuse de la gorge. Elle provoque donc des difficultés respiratoires pouvant être accompagnées de douleurs articulaires et abdominales.

Cette maladie inflammatoire chronique peut disparaître au bout de quelques mois. Toutefois, elle peut s’étendre sur plusieurs années. En outre, elle apparaît ou s’aggrave lorsqu’un sujet est soumis à un stress psychique et/ou physique.

Plaque rouge sur le corps due à l’eczéma atopique

Encore appelé dermatite atopique, l’eczéma représente une condition dermatologique qui entraîne sur la peau, des plaques sèches et rouges à bordures irrégulières qui démangent. Ces dernières sont les résultats d’une réaction inflammatoire de l’organe.

Plus tard, des vésicules qui rompent sous l’effet de la démangeaison ou spontanément et qui suintent apparaissent. Il y en a ensuite formation de croûtes et en disparaissant, elles laissent une peau normale et sans cicatrice. 

Cette maladie cutanée évoluant par poussées est non contagieuse. C’est ce que souligne le Docteur dermatologue Xavier Ballongue. Elle survient sur un terrain d’atopie, c’est-à-dire en cas de prédisposition génétique aux allergies. Elle est donc liée à une histoire de famille

D’après plusieurs études menées sur des enfants atteints de dermatite atopique, 50 à 70 % d’entre eux ont un parent du premier degré touché. C’est-à-dire que la mère, le père, un frère ou une sœur en a été affecté.

En outre, l’anxiété et le stress ont été soulignés comme des facteurs pouvant favoriser son apparition. Il a en effet été prouvé que cette maladie chez certaines personnes pouvait avoir une origine émotionnelle ou psychologique.

L’eczéma touche beaucoup plus les enfants et commence très tôt, dès l’âge de 3 mois parfois. On parle alors de l’eczéma du nourrisson. Apparaissant par poussées chez le bébé et l’enfant, il disparaît souvent à l’adolescence. Cependant, il n’est pas rare non plus de voir des cas où il persiste jusqu’à l’âge adulte.

Les symptômes spécifiques pour le reconnaître sont : 

  • Des prurits ou de fortes démangeaisons ;
  • Des plaques rouges d’eczéma ;
  • Des périodes successives de poussées et de rémission de durée variable.

Notez qu’il existe d’autres types d’eczéma que sont l’eczéma ponctuel et l’eczéma de contact. L’eczéma ponctuel peut être causé par une anxiété un peu plus grande que d’ordinaire ou un changement d’environnement. Quant à l’eczéma de contact, il se produit quand la peau est en contact avec un allergène ou une substance particulière. Elle réagit localement.

Plaque rouge sur le corps due à la dermatite séborrhéique

Encore dénommée dermite séborrhéique, la dermatite séborrhéique est une maladie inflammatoire de la peau qui affecte la tête et surtout le visage. Elle correspond à une séborrhée, c’est-à-dire, une hypersécrétion de sébum. Ce qui cause à son tour, la prolifération de la « malassezia furfur » aussi appelée « pityrosporum ovale », une levure naturellement présente sous la peau.

La dermatite séborrhéique se caractérise par la présence de plaques rouges et foncées sur les bordures. Ces dernières sont recouvertes de squames plus ou moins grasses de couleur jaunâtre ou blanche qui se détachent (pèlent) facilement.

Et dès qu’elles s’enlèvent, elles permettent de découvrir des plaques rouge clair. Celles-ci peuvent entraîner des démangeaisons notamment au niveau de la zone T ainsi que des sensations de brûlure principalement sur le cuir chevelu.

En effet, les plaques rouges qu’elle fait apparaître se retrouvent dans les zones où le sébum est secrété en quantité plus importante. Ce sont entre autres les sourcils, l’espace qui les sépare et le sillon entre les lèvres, les joues et le nez. 

En France, cette maladie concerne 1 à 3 % des individus de l’adolescence à l’âge adulte. Une fréquence est observée chez les personnes atteintes par la trisomie 21 (le syndrome de Down), la maladie de Parkinson ou encore le VIH SIDA.

Il ne s’agit donc pas d’une maladie pour les enfants. Toutefois, le pic de fréquence est constaté chez les sujets dont l’âge est compris entre 18 et 40 ans. À partir de la quarantaine, elle est beaucoup plus rare et s’observe presque exclusivement chez les hommes.

Cette maladie non contagieuse et bénigne évolue par poussées. Mais en dehors des poussées, la peau retrouve son aspect normal.

Plaque rouge sur le corps due à la couperose (rosacée)

Manifestations de la rosacée – © Crédit : informationhospitaliere.com

La couperose encore appelée rosacée est un problème cutané qui affecte le visage et qui est entraîné par une dilatation anormale de vaisseaux sanguins. Elle est beaucoup plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. Elle se manifeste par les plaques rouges sur le front, les joues, le nez et le menton. C’est-à-dire, à la partie centrale du visage.

Les rougeurs qui au départ étaient temporaires deviennent de plus en plus visibles avec le temps. Il faut aussi savoir que ces plaques rouges plus ou moins prononcées qu’elle entraîne sur le visage sont accompagnées d’autres symptômes que sont :

  • Les œdèmes ;
  • Les sensations de brûlure ;
  • De petites bosses ;
  • De boutons ;
  • Des démangeaisons ;
  • Des picotements.

La couperose (ou rosacée) peut rendre la peau sèche de sorte que les vaisseaux sanguins dilatés deviennent plus visibles. Elle est plutôt le résultat de facteurs environnementaux et génétiques même si la prise de boissons alcoolisées peut aggraver les crises.

Par ailleurs, contrairement à ce que pense​​nt la plupart des gens, la survenue de la couperose n’est pas entraînée par une consommation abusive de l’alcool. 

Plaque rouge sur le corps due au pityriasis rosé de Gibert

Le pityriasis rosé de Gibert est une affection cutanée bénigne et fréquente. Elle doit son nom au docteur dermatologue français Camille-Melchior Gibert qui l’a décrite pour la première fois en 1860.

Elle se manifeste par l’apparition dans un premier temps d’une plaque rouge sur le corps en médaillon pouvant atteindre plusieurs centimètres de diamètre. Ces dernières affichent un centre beige et sont accompagnées d’une légère desquamation. Dans un terme scientifique, on parlera d’une dermatose erythémo squameuse d’évolution cyclique.

La plaque aux bordures rouges apparaît généralement sur le thorax ou sur l’abdomen. Elle peut aussi s’observer à l’intérieur des cuisses ou des bras, sur le pubis, sur les mains ou sur les bras. Ensuite, de petites plaques rouges diffuses apparaîtront quelques jours plus tard par poussées jusqu’à la fin de la crise

Cette maladie est apparemment entraînée par un virus saisonnier du genre de l’herpès virus ((HHV6 ou HHV7). En effet, on observe des pics d’épidémie à l’automne et au printemps le plus souvent.

Elle affecte essentiellement les individus dont l’âge est compris entre 10 et 30 ans et plus particulièrement les femmes, même les femmes enceintes. Les personnes immunodéprimées et celles qui sont fatiguées y sont plus sensibles. En outre, les lésions cutanées qu’elle entraîne sont souvent précédées de maux de tête, de maux de gorge, de nausées, etc.

Plaque rouge sur le corps due au lichen plan cutané

Le lichen plan est une maladie inflammatoire et contagieuse caractérisée par des éruptions. Le lichen plan cutané représente sa forme la plus bénigne et la plus fréquente. Il s’agit d’une affection qui touche à peu près 0,5 % de la population française.

Une personne atteinte du lichen plan cutané verra apparaître sur son corps, des plaques rouges sur les jambes. Et plus rarement sur les avant-bras et sur les poignets. Dans ces régions, elles siègent : 

  • À la face antérieure du poignet ;
  • À la face antérieure des bras ;
  • Aux plis des coudes.

Elles peuvent encore survenir sur les lombes, au dos du pied, aux chevilles et sur les organes génitaux externes.

Il est à noter que les plaques rouges sur le corps causées par le lichen plan cutané présentent seulement quelques millimètres de diamètre. Elles sont aussi recouvertes de stries blanchâtres quadrillées. En outre, elles sont aplaties, très prurigineuses, sèches et fermes.

Après leur apparition, elles évoluent sur plusieurs semaines et parfois sur plusieurs mois avant de disparaître. En revanche, elles laissent des traces que sont des macules pigmentées. Les chances de récidives ne sont pas nulles non plus.

En ce qui concerne les causes de cette maladie, il faut savoir qu’elles sont encore inconnues jusqu’à ce jour. Cependant, il a été constaté qu’il survient fréquemment alors que le sujet a subi un choc psychoactif.

Les scientifiques ont en plus établi que le système immunitaire aurait un rôle important dans le développement de cette maladie. Et pour finir, la cigarette augmente le risque de développer le lichen plan cutané.

Plaque rouge sur le corps due au psoriasis

Il s’agit ici d’une maladie inflammatoire de la peau qui fait que ses cellules se renouvellent trop rapidement. Ce qui entraîne des plaques rouges qui démangent sur le corps lorsqu’elle s’exprime sous sa forme de psoriasis en plaques. Ces dernières affichent un diamètre de plusieurs centimètres et sont recouvertes de squames nacrées et épaisses.

Il faut savoir que cette maladie n’est ni dangereuse ni contagieuse. En France, elle concerne environ 2 % de la population. Et le tiers des cas recensés sont des jeunes de moins de 20 ans y compris les très jeunes (enfants).

Elle peut siéger à n’importe quelle partie du corps à savoir : les coudes, le cuir chevelu, les fesses, le bas du dos (région lombaire)… Mais elle touche rarement le visage. Il faut en outre noter que l’atteinte est le plus souvent bilatérale : 2 fesses ou 2 genoux par exemple.

Tout comme l’eczéma atopique, le psoriasis se manifeste par des périodes successives de poussées et de rémission. En ce qui concerne la cause, elle n’est pas très évidente, car jusque-là, son origine exacte reste encore inconnue.

Toutefois, certains scientifiques pensent que son développement serait dû à l’association entre certains facteurs et une prédisposition génétique.

En effet, près d’un tiers des cas présenterait des prédispositions génétiques et des antécédents familiaux. Aussi, le stress psychique ou physique aurait également un impact important sur le développement du psoriasis.

Plaque rouge sur le corps due à l’érysipèle

L’érysipèle est une infection bactérienne aiguë de la peau qui survient le plus souvent au niveau de la jambe (dans 85 % des cas). La plupart du temps, elle est entraînée par un streptocoque et quelques fois, elle peut être induite par un staphylocoque

Ces bactéries s’étant infiltrées dans l’organisme à partir d’une brèche dans la barrière cutanée. Il peut s’agir d’une plaie, d’une fissure interorteil, d’une piqûre d’insecte ou d’une mycose. Par ailleurs, d’autres facteurs locaux tels que le psoriasis ou une autre dermatose chronique ainsi qu’un œdème peuvent en être à la base.

Certaines maladies causant un déficit immunitaire peuvent également créer des conditions favorables au développement de cette infection. Entre autres causes pouvant induire l’érysipèle, il y a les troubles circulatoires, le diabète, les plaies, le tabagisme, etc. En outre, une récidive peut être favorisée par un épisode antérieur de l’érysipèle.

Par ailleurs,  dehors des jambes, cette maladie contagieuse peut affecter d’autres parties du corps en l’occurrence le visage. L’érysipèle est une affection extrêmement rare chez les enfants. Elle est le plus souvent diagnostiquée chez les adultes de plus de 40 ans.

Elle apparaît brutalement sous la forme d’un érythème (plaque rouge sur le corps). Ce dernier est accompagné d’une très forte fièvre (entre 39 °C et 40 °C) et d’œdèmes. La zone affectée est limitée par un bourrelet. Elle est douloureuse et chaude au toucher et progressivement s’étend. La peau devient luisante et rouge.

Plaque rouge sur le corps due à la varicelle

La varicelle est une maladie infectieuse virale qui touche le plus souvent, les jeunes enfants et les bébés. Chaque année, près de 700 000 cas de cette maladie sont recensés en France.

Elle est caractérisée par des éruptions de plaques rouges surélevées de bulles ou de vésicules sur les muqueuses et sur la peau. Entre autres symptômes, il est aussi possible d’observer de la fièvre modérée (environ (38 °C), des maux de tête et d’intenses démangeaisons cutanées.

Le nombre de ces éruptions cutanées est variable et peut aller d’une dizaine à plusieurs milliers. Elles apparaissent en un premier temps sur la nuque, le dos, le thorax ou le ventre. Ensuite, elles s’étendent progressivement de sorte à couvrir tout le corps même les pieds, les mains et le cuir chevelu.

Et puisqu’elles apparaissent aussi sur les muqueuses, elles peuvent également siéger sur les muqueuses génitales ou à l’intérieur de la bouche. Dans ces conditions, elles prennent l’allure d’une ulcération.

Dans la plupart des cas, la varicelle est guérie au bout de 10 ou 12 jours. Ceci, même si les éruptions cutanées qu’elle engendre sont nombreuses. Elles sèchent alors et forment une croûte de couleur brune.

Plaque rouge sur le corps due à un zona

Le zona est une maladie entraînée par la réactivation du virus varicelle-zona. Elle survient chez des individus ayant déjà contracté la varicelle et elle est plus fréquente dans la population des plus de 50 ans.

Cette réactivation est généralement due à une baisse momentanée des défenses immunitaires ou à une affection ayant causé un déficit immunitaire.

Le zona entraîne des plaques rouges au niveau du thorax, plus précisément tout au long des nerfs sur lesquels la varicelle-zona s’est réactivée. Ce symptôme est accompagné de gonflement palpable des ganglions dans l’aisselle du même côté. 

Toutefois, il faut savoir que la plaque rouge sur le corps entraînée par le zona ne dure pas bien longtemps. Elle se recouvre rapidement de vésicules groupées sous forme de bouquet. Elle présente alors un aspect semblable à celui de la varicelle. Mais contrairement à cette dernière dont les lésions s’étendent sur tout le corps, celles du zona sont situées d’un seul côté.

Si les plaques rouges que vous observez sur le corps sont dues à cette maladie, vous constaterez quelques jours avant leur apparition, de vives douleurs. Celles-ci sont accompagnées de sensation de brûlures, de vertiges et de maux de tête.

Généralement, le zona se guérit en 2 ou 3 semaines, et ceci sans laisser de séquelles. Toutefois, certaines complications pourraient survenir : 

  • Une douleur persistante (algies post-zostériennes) qui peut durer plusieurs mois et qui survient surtout chez les gens âgés ;
  • Une extension sur plusieurs zones du corps lorsqu’il y a disparition ou diminution des défenses immunitaires de l’organisme (immunodépression) ;
  • Une surinfection bactérienne des plaies.

Il faut en outre noter que cette maladie est contagieuse. Elle peut être transmise par le partage d’une même literie par exemple ou par contact avec les éruptions sur le corps du malade.

Plaque rouge sur le corps due à la roséole infantile

Encore dénommée « sixième maladie » ou « exanthème subit », la roséole infantile est une maladie virale qui comme son nom l’indique survient chez les plus jeunes. Et dans 9 cas sur 10, les individus atteints ont moins de 2 ans. Ceci, avec un plus grand nombre dont l’âge est compris entre 7 et 13 mois. Après 4 ans, la roséole infantile devient rare.

Il s’agit d’une maladie contagieuse qui se transmet par contact avec la salive ou les sécrétions nasales d’un sujet malade. Le virus se logeant dans la gorge et dans le nez. Les éternuements et la toux constituent donc les principaux modes de contamination.

Après une incubation qui dure entre 5 et 15 jours, la roséole infantile se déclenche par une très forte fièvre pouvant atteindre les 40 °C. Cette dernière survient brusquement et persiste sans baisser pendant 3 jours. Et lorsque finalement elle chute, on constate l’apparition des plaques rouges ou rosées sur le corps. Elles sont un peu en relief et mesurent entre 3 et 5 cm de diamètre.

Les plaques rouges sur le corps entraînées par la roséole infantile siègent principalement au niveau de l’abdomen, du thorax, des hanches et des épaules. Elles sont rarement présentes sur le visage, les jambes et les bras, mais elles peuvent y apparaître dans un second temps.

Ces plaques ne causent pas des démangeaisons. Aussi, elles peuvent avoir une durée de vie de quelques heures à peine. Le plus souvent, elles disparaissent au bout de 12 à 24 heures. Mais dans certains cas, elles peuvent avoir une durée de vie de 36 heures.

Plaque rouge sur le corps due à la rougeole

La rougeole est une maladie qui atteint un grand nombre d’enfants à travers le monde. Elle survient quand le paramyxovirus pénètre dans l’organisme. Elle se manifeste par :

  • Une très forte fièvre pouvant atteindre 39 et 40 °C ;
  • Une rhinite (écoulement du nez) ;
  • Une conjonctivite avec larmoiement ;
  • Une rougeur des yeux ;
  • Un gonflement des paupières ;
  • Une gêne à la vue de la lumière ;
  • Une grande fatigue ;
  • Une toux.

Ces différents symptômes durent tout au plus 4 jours. Après quoi, les plaques rouges sur le corps apparaissent. Ce sont de petites taches rouge vif surélevées qui sont descendantes. Cela signifie qu’elles apparaissent en premier lieu au visage (le cou, les joues, les oreilles et le front). Ensuite, elles apparaissent sur le haut du corps. Ceci, avant d’atteindre les pieds vers le troisième jour après l’apparition des premières plaques rouges de la rougeole.

Au cours de cette maladie, le sujet reste très fatigué et fébrile. La conjonctivite et la rhinite disparaissent plutôt vite comparativement à la toux qui peut persister jusqu’à la fin de la maladie. Les plaques rouges sur le corps quant à elles disparaissent environ au bout d’une semaine.

Autres causes infectieuses entraînant des plaques rouges sur le corps

En dehors du zona, de la varicelle, l’érysipèle… de nombreuses autres causes infectieuses pouvant entraîner les plaques rouges sur le corps existent :

  • Le coronavirus SARS-CoV-2 ;
  • Le parvovirus B19 ;
  • L’herpès…

Comment savoir la cause précise de la lésion ?

Les solutions pour atténuer ou pour faire disparaître une plaque rouge sur le corps sont simples. Toutefois, comme vous vous en doutez, elles diffèrent en fonction des causes de son apparition. C’est pourquoi il est indispensable de connaître la cause de la plaque rouge sur le corps pour trouver le bon traitement.

Pour ce faire, il faut passer en revue ses comportements quelques heures, voire quelques jours précédant la survenue des lésions sur la peau. Si vous savez que vous êtes allergique à un produit ou à un aliment, essayez de vous rappeler si vous en avez mangé. Ou peut-être que vous avez été en contact avec un objet inhabituel ou particulier (boucle de ceinture, montre, etc.).

Si tel n’est pas le cas, vérifiez si vous êtes stressé dernièrement. Peut-être que vous avez changé récemment de travail ou d’environnement. Cela pourrait occasionner un eczéma ponctuel. Voilà donc quelques idées de questions que vous pourriez vous poser pour connaître la source de la plaque sur le corps.

Toutefois, si une cause imminente ne vous vient pas en tête systématiquement, vous devriez rapidement consulter un dermatologue ou un médecin généraliste. Il sera à même de faire un diagnostic précis grâce à des outils professionnels. 

Par exemple, si vous avez d’une allergie alimentaire et que vous ne savez pas quel aliment le cause, il pourrait faire un test biologique. Il utilise d’autres moyens de diagnostic en fonction de ses suspicions. Toutefois, il commence par interroger le patient pour mieux comprendre ce qui ne va pas.

Ensuite, un examen clinique peut l’orienter vers le diagnostic. Si malgré tout, des doutes persistent, il peut demander de faire une biopsie ou un bilan sanguin. Voici donc autant d’éléments qui peuvent aider à saisir les causes de la présence de plaque rouge sur votre corps.

Quand faut-il consulter pour une plaque rouge sur le corps ?

En fonction des causes de l’apparition de la tache rouge sur le corps, certains peuvent passer spontanément et d’autres non. Si grâce aux descriptions précédentes, vous arrivez à savoir ce que vous avez, vous pourriez vous rendre à l’hôpital. 

Comme mentionné ci-dessus, vous ne devriez surtout pas hésiter lorsque vous ne connaissez pas la cause. Et ceci, principalement quand : 

  • Les plaques évoluent ;
  • Les plaques s’épaississent ;
  • Les plaques grattent ;
  • Les plaques brûlent ou font mal ;
  • Vous avez une forte fièvre.

Il faut également voir un médecin lorsque, suite à la morsure de tiques, vous observez des plaques rouges circulaires en forme de cible. Vous êtes probablement en présence d’une manifestation de la borréliose de Lyme : l’érythème migrant.

Quels traitements pour plaque rouge sur le corps selon les causes ?

De la chaleur à l’alimentation en passant par les troubles hormonaux, les raisons de l’apparition de tache rouge sur le corps sont nombreuses. Les soins quant à eux sont spécifiques. Une fois que la cause est identifiée, voici les différentes solutions pour atténuer et faire disparaître la plaque rouge sur le corps.

Traitement en cas de coup de soleil

Lorsque votre problème est causé par un coup de soleil, il est recommandé de se mettre à l’ombre sans attendre. C’est ce que recommande le Docteur dermatologue Isabelle Rousseaux. Elle suggère aussi de se rafraîchir avec des pulvérisations d’eau. Dans ce cas, il faut vous appliquer une crème du genre Biafine®. Cela pourrait vous aider.

Par ailleurs, si le coup de soleil est plus important, vous expérimenterez une brûlure au second degré. Dans ce cas et quand vous avez la peau qui cloque, il faut voir un médecin. Ce dernier pourra vous conseiller un traitement adapté comportant des soins infirmiers.

Traitement en cas de piqûre d’insecte

Pour les petites piqûres d’araignées ou d’insectes, il n’y a pas à paniquer ni à consulter. De nombreux produits disponibles en vente libre dans les officines pourront vous aider. Il suffit de demander conseil auprès de votre pharmacien.

Par contre, s’il s’agit d’une grosse piqûre d’abeilles ou d’araignées par exemple, il ne faut pas hésiter à consulter. Le professionnel de santé pour prescrire des antihistaminiques et une crème à base de la cortisone. Entre temps, il faudra éviter de gratter la partie rouge.

Par ailleurs, si le médecin diagnostique un érythème migrant, il pourra mettre des antibiotiques pour soulager non  seulement l’affection, mais également les symptômes.

Traitement en cas de kératose pilaire

On ne connaît malheureusement aucune manière de guérir la kératose pilaire, il n’existe concrètement aucun traitement curatif. Toutefois, il est possible d’adopter des habitudes pour non seulement soulager les symptômes, mais rendre la peau plus douce. Dans un premier temps, il faudra alors utiliser des soins suffisamment hydratants pour la peau. Ensuite, exfolier la peau à intervalle de temps raisonnable.

Traitement en cas de purpura

Soulager un purpura et donc faire partir la tache rouge qu’elle occasionne dépend de la cause du problème. Notez qu’il existe deux types de purpura que sont :  le purpura thrombopénique et le purpura non thrombopénique ou vasculaire. Ce dernier contient plusieurs sous-types que sont : 

  • Le purpura vasculaire d’effort ;
  • Le purpura rhumatoïde ou purpura de Henoch-Schönlein ;
  • etc.

En outre, chacun de ses différents types de purpuras peut avoir des causes aussi diverses que variées. C’est donc en fonction du diagnostic que le professionnel pourra faire une recommandation spécifique.

Traitement en cas d’érythrose

En présence de plaques rouges sur le visage entraînées par une érythrose, il est indispensable d’adopter une routine cosmétique sur mesure. Ceci, dans le but de régulariser la vascularisation et de garantir l’hydratation de la peau. Le médecin dermatologue prescrira alors des produits spécifiques tels que les crèmes anti-rougeurs.

En parallèle, il pourrait recommander des séances de laser. C’est un peu comme un traitement par la lumière d’un problème dû à la lumière. Cela aura pour but de remodeler le tissu dermique. Pour espérer faire disparaître les lésions, il faut compter 6 séances en moyenne à distance de l’été. Et chaque séance se tiendra toutes les 4 à 6 semaines.

Traitement en cas d’urticaire

Il faut noter que l’urticaire est très facile à guérir. Toutefois, il est indispensable dans ce cas comme pour tout autre type d’allergies de contacter un médecin. Cela permet d’obtenir très rapidement une prise en charge pour ne pas en arriver au stade des œdèmes.

La première chose que le docteur tâchera de faire, c’est d’éliminer si possible la cause de l’urticaire. Ce peut être la consommation d’un aliment, la prise d’un médicament, le contact avec le froid ou le chaud, etc. Si l’urticaire est entraînée par la présence d’une infection virale, le docteur s’attaquera à celle-ci.

Pour soulager les démangeaisons, en première intention, il prescrira généralement des antihistaminiques anti-H1. Ce sont des médicaments comme Atarax®, Théralène® Clarityne®, Benadryl®, Phénergan®, Piriton®, Zyrtec®.

Si les symptômes persistent, il peut recommander des dosages supérieurs ou d’autres antihistaminiques. En outre, en présence d’une urticaire chronique, le médecin mettra en place une cure d’antihistaminiques sur une période de 3 mois.

Si les antihistaminiques ne sont pas suffisants, en seconde intention le professionnel de la santé prescrira des traitements supplémentaires : 

  • Les corticoïdes en présence de poussées aiguës ;
  • Les anti-leucotriènes ;
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ;
  • Certains antibiotiques tels que la dapstone ;
  • Les immunosuppresseurs ;
  • La colchicine ;
  • Les immunoglobulines par voie intraveineuse.

Et au nombre des approches complémentaires, le malade peut essayer : 

  • Une prise en charge psychologique en cas d’urticaire récidivante ou chronique ;
  • La relaxation, le yoga, la méditation, l’hypnose, la sophrologie, l’acupuncture…
  • L’homéopathie ;
  • La phytothérapie ;
  • L’aromathérapie ;
  • La naturopathie.

Traitement en cas d’eczéma atopique

Contrairement à l’urticaire, l’eczéma est un peu plus difficile à soulager. Cependant, avant de soigner l’affection en profondeur, le médecin devra calmer l’inflammation. Ce qui vous aidera à réduire sur le coup, les plaques rouges.

Il peut alors prescrire un traitement local à base de corticoïdes, des gels hypoallergéniques, des barres hypoallergéniques. Des antihistaminiques, des bains émollients ou encore des solutions antiseptiques pourront venir compléter ces mesures. 

Si nécessaire, le docteur peut rajouter un autre traitement administré par voie générale : médicaments immunosuppresseurs (dans les cas graves), photothérapie UVB ou photothérapie UVAB. Et en cas de surinfection, il pourrait avoir recours à une antibiothérapie spécifique. L’objectif étant d’apaiser l’inflammation et de réparer l’épiderme.

Dans le cas où la poussée est due à un stress, pour y remédier, il faut songer à se détendre. Le traitement dans ce cas consiste à se libérer de tout le stress qu’on ressent peut-être grâce à l’oreille attentive du médecin. Une prise en charge psychothérapeutique est alors nécessaire dans certains cas.

Traitement en cas de dermatite séborrhéique

En présence d’une dermatite séborrhéique entraînant les plaques rouges, la première chose à faire est de mettre en place une routine cosmétique adaptée. Principalement, il faut opter pour un nettoyant doux pour le visage. 

De plus, le dermatologue pourra prescrire un traitement local médicamenteux tel qu’un gel ou une crème antifongique par exemple. Il peut l’associer dans certains cas à une corticothérapie. Ces dispositions visent à diminuer l’inflammation, à réduire les levures et à réguler le sébum sur la peau.

Toutefois, notez que les effets du traitement ne tendent pas à guérir la maladie. Ils permettent tout simplement de soulager les poussées. La prescription du médecin sera donc répétée à chaque récidive et autant de fois que nécessaire.

Traitement en cas de couperose

Les plaques rouges sur le corps entraînées par la couperose ou la rosacée ne disparaissent pas spontanément. Au contraire, avec le temps, elles peuvent devenir plus nombreuses et l’affection peut s’aggraver. Il est de ce fait indispensable de vite la prendre au sérieux dès l’apparition des premiers signes.

La première chose à faire dans ce sens, c’est de laisser tomber toute routine cosmétique trop agressive pour la peau. Les produits parfumés ou ceux qui assèchent la peau ou encore les séances de peeling à répétition doivent être systématiquement suspendus. En lieu et place, privilégiez plutôt des soins pour peaux délicates.

Vous devriez aussi éviter de vous exposer aux rayons ultraviolets notamment en adoptant des produits de toilette suggérant un facteur de protection solaire très élevé. En plus, un dermatologue vous prescrira des soins adaptés à la nature de votre peau.

Traitement en cas de pityriasis rosé de Gibert

Le pityriasis rosé de Gibert est une affection qui disparaît spontanément au bout de quelques (5 à 8) semaines après son apparition. Toutefois, il est possible de faciliter sa guérison grâce à de légers traitements. Lorsque le sujet n’expérimente pas des démangeaisons, le médecin dermatologue lui recommandera simplement une crème émolliente.

En revanche si les plaques rouges entraînées par le pityriasis rosé de Gibert le démangent, le patient peut se voir prescrire des dermocorticoïdes ou mêmes antihistaminiques. Il faut toutefois noter que la lumière artificielle ou naturelle favoriserait la guérison.

Par ailleurs, avant tout traitement, le professionnel peut demander un dépistage du VIH ou de la syphilis. En effet, les 3 maladies présentent des plaques rouges sur le corps d’apparence similaire.

Par ailleurs, les médecines alternatives proposent aussi des solutions pour soulager les symptômes de cette maladie cutanée. Ce sont notamment l’homéopathie et l’aromathérapie.

Traitement en cas de lichen plan cutané

Lorsque vous constatez que vous avez un lichen plan cutané, une visite chez le dermatologue s’impose. Celui-ci pourra dans un premier lieu confirmer le diagnostic. Et dans un second temps, il prescrira une thérapie adaptée.

Le but de cette dernière vise à diminuer les démangeaisons et à réduire les délais de guérison. En première intention, le professionnel associera un traitement de dermocorticoïdes de classe très forte ou forte à des antihistaminiques ou simplement à une crème hydratante. 

Notez que les dermocorticoïdes sont préconisés lorsque le sujet expérimente aussi de fortes démangeaisons. Et quand ce traitement ne produit pas les résultats escomptés, le professionnel soignant peut recommander une corticothérapie par voie orale. Ou carrément, il conseillera de l’acitrétine qui est un dérivé de la vitamine A.

Il peut également prescrire de la photothérapie (Puvathérapie ou UV B) délivrée au cabinet du médecin. La guérison survient généralement entre le douzième et le quinzième mois.

Traitement en cas de psoriasis

En présence de psoriasis, le traitement consiste essentiellement à réduire les symptômes puis à améliorer la qualité de vie. Ainsi, au nombre des mauvaises habitudes que le sujet devra abandonner, il y a la consommation de l’alcool et du tabac. Notez que ces deux éléments ne favorisent pas directement la survenue de la maladie. Toutefois, ce sont des facteurs d’aggravation et de résistance au traitement.

Traitement en cas d’érysipèle

L’érysipèle nécessite une prise en charge rapide par un médecin pour éviter que l’infection ne s’étende. Il n’y a pas de quoi s’inquiéter, car cette maladie se soigne très bien à partir de cure d’antibiotique de type pénicilline. Le docteur administrera en plus, un antibiotique et mettra le membre affecté au repos.

Si le traitement est bien suivi, les symptômes disparaîtront complètement sous une dizaine de jours au maximum. Ainsi, des complications telles que les maladies rénales et cardiaques seront évitées. En revanche, si malgré la cure (après 72 heures), aucune amélioration significative n’est constatée, une hospitalisation pourrait être envisagée.

Traitement en cas de varicelle

Le traitement de la varicelle pour faire disparaître les principaux symptômes dont les plaques rouges sur le corps dépendent de l’âge du sujet affecté. Pour les enfants ayant moins de 12 ans, il faut garder leur environnement très propre. Il faut aussi veiller à ce qu’ils se reposent suffisamment et éviter qu’ils se grattent.

Si une infection se déclare, le docteur pourrait prescrire de l’antibiotique. Et pour calmer la fièvre, il peut recommander du paracétamol. Enfin, les bains d’eau tiède, l’application de compresse froide ou la prise d’antihistaminiques apaiseront les démangeaisons.

Par ailleurs, chez le nouveau-né, la femme enceinte et les individus immunodéprimés, le professionnel prescrira un médicament antiviral.

Traitement en cas de zona

En présence d’un zona, il est indispensable de prendre rendez-vous chez un spécialiste dès l’apparition des premiers symptômes. Et cela, afin d’éviter d’en venir aux complications. Généralement, le médecin prescrira un traitement à base d’antiviraux. Il pourra également recommander une crème en application locale pour assécher les vésicules. Et pour finir, pour prévenir les infections, il mettra une crème antibactérienne.

Traitement en cas de roséole infantile

La roséole infantile, même si elle inquiète de nombreux parents est une maladie sans gravité. Et le seul traitement dans ce cas est celui de la fièvre. Vous pouvez donc donner à votre enfant du paracétamol ou de l’ibuprofène.

La dose nécessaire dépendra du poids de ce dernier. L’affection s’en ira alors d’elle-même de même que les plaques qu’elle occasionne. Notez que la prise d’antibiotique est absolument inefficace dans ce cas, étant donné son origine virale.

Traitement en cas de rougeole

Pour traiter la rougeole et guérir les lésions rouges sur votre corps, le médecin prescrira du paracétamol pour soulager les douleurs et la fièvre. Il peut entre autres recommander un lavage de nez et conseiller un médicament contre la toux sèche entraînée par la maladie.

Ce n’est qu’en présence d’une infection bactérienne des oreilles ou des poumons qu’il prescrira des antibiotiques. Le sujet doit beaucoup se reposer et prendre suffisamment d’eau.

Quelques conseils utiles

Pour prévenir l’apparition de plaque rouge sur le corps, il est indispensable de préserver sa barrière cutanée. Et dans ce sens, la première chose à faire c’est de vous hydrater correctement. Veiller à la bonne santé de la peau passe également par l’alimentation. En l’occurrence, lorsque vous consommez des lipides, ces derniers forment un film protecteur en sa surface.

En dehors de ces mesures, il est aussi indispensable de se doter d’excellents produits cosmétiques. Utilisez un nettoyant doux pour vous laver quotidiennement. Vous pouvez opter pour du savon de Marseille par exemple.

Trouvez idéalement un lait corporel émollient et hydratant contenant des beurres et huiles végétales bios à appliquer chaque jour durant toute l’année. Toutefois, si vous avez une peau sèche, normale, grasse ou mixte, le plus important est de lui procurer des soins adaptés.

Malheureusement, dans certains cas, il n’y a vraiment pas grand-chose à faire. Malgré ces mesures, les plaques rouges sur le corps apparaissent suite à une affection ou un problème inévitable. Et dans ce cas, vous devriez vous traiter selon la cause des lésions cutanées dont vous souffrez.

Par ailleurs, quand on ne connaît pas la raison de la survenue de la plaque la rouge sur le corps, il convient d’éviter l’automédication. Par exemple, si vous avez un zona, il ne faut surtout pas appliquer une crème faite à base de la cortisone. 

Vous aimerez aussi :

Related Articles