Global Statistics

All countries
266,676,806
Confirmed
Updated on December 7, 2021 1:58 am
All countries
238,433,136
Recovered
Updated on December 7, 2021 1:58 am
All countries
5,277,337
Deaths
Updated on December 7, 2021 1:58 am

Prolapsus hémorroïdaire : symptômes, traitements et grades

Les hémorroïdes sont un ensemble de veines et d’artères contenues dans un tissu qui tapisse le canal anal. Ce tissu se subdivise en trois paquets principaux répartis autour de l’anus. D’ordinaire, les hémorroïdes ne posent pas de problème, mais si cela finit par arriver, on parle de pathologie ou de trouble hémorroïdaire. Le prolapsus hémorroïdaire est un phénomène de sortie des hémorroïdes internes. Ceci est dû à une prise excessive de volume des veines qui débordent du canal qui ne mesure que 3 cm de diamètre. Découvrez à travers cet article, tout ce que vous devez savoir sur le prolapsus hémorroïdaire.

De quoi s’agit-il ?

Le prolapsus hémorroïdaire est en réalité un phénomène d’externalisation des hémorroïdes internes. Le problème ne se trouve donc pas au niveau du prolapsus qui n’est que la conséquence normale d’une anomalie survenue à l’interne. Il est donc possible d’assister à des prolapsus plus ou moins longs dans le temps selon le trouble hémorroïdaire qui s’en trouve à la base.
Le prolapsus hémorroïdaire – © Crédit : informationhospitaliere.com
Le plus souvent, le prolapsus hémorroïdaire est indolore, mais s’accompagne de saignements hémorroïdaires. Un prolapsus chronique engendre un certain nombre de désagréments au quotidien. Il devient par exemple visible à l’extérieur et il devient très désagréable de s’asseoir. Sans compter qu’un tel état de choses perturbe grandement la vie sexuelle de certaines personnes. En ce qui concerne l’examen clinique, recèle 4 stades à savoir :
  • Le grade 1 qui concerne les hémorroïdes non prolabées, mais simplement œdématiées ;
  • Le grade 2 qui concerne une procidence intermittente lors d’un effort de poussée, mais qui peut se réduire spontanément après la selle ;
  • Le grade 3 qui concerne une procidence permanente qui est réductible uniquement de manière manuelle après la selle ;
  • Le grade 4 qui concerne une procidence qu’il n’est pas possible de réduire.
Il faut néanmoins préciser que la classification que voici ne prend pas en compte le critère de la taille du prolapsus. Dans les cas où l’on enregistre des douleurs, les différents diagnostics font cas d’un abcès, d’une thrombose hémorroïdaire, d’un herpès, d’une fissure anale, d’un fécalome ou encore d’une proctalgie fugace. S’il ne s’agit que de saignements en guise de symptômes, le problème qui en est l’origine est d’ordre digestif (du rectum ou du côlon le plus souvent). Il n’y a donc pas besoin d’examen dans ces cas. Sauf dans le cas du saignement où l’examen ne peut affirmer du premier coup que le problème est d’ordre hémorroïdaire. Il va donc falloir procéder à un hémogramme en vue de détecter une anémie. Il va falloir ensuite discuter avec votre spécialiste traitement pour voir ce qu’il y a lieu de faire.

Le traitement contre le prolapsus hémorroïdaire

Il faut savoir que le prolapsus hémorroïdaire n’est pas une maladie à proprement parler et qu’il s’agit d’une affection bénigne. La médecine adopte donc un traitement symptomatique face à ce phénomène. Il faut donc commencer par lutter contre les problèmes de transit et de constipation.
  • La première étape du processus consiste à faire un apport important de fibre afin de ramollir les selles. Il faut donc opter pour les légumineuses, les céréales, les fruits secs, etc. Le fait d’ingérer des aliments riches en fibres permet de limiter le prolapsus et l’hémorragie ;
  • Pour ce qui est des médicaments, il faut penser à ceux qui ont pour vocation d’améliorer le transit ;
  • Pour les cas de saignements, le traitement est à deux volets à savoir celui oral (laxatif) et celui local (crème, pommade et suppositoire).

Les remèdes de grand-mère contre le prolapsus hémorroïdaire

Outre les traitements médicamenteux, il existe des remèdes naturels contre les troubles d’ordre hémorroïdaire.

L’huile essentielle de patchouli

Cette huile est très utile pour décongestionner le système veineux lymphatique. Il s’agit d’un anti-inflammatoire cicatrisant et régénérant pour la peau. Elle est également très utilisée pour traiter les problèmes d’hémorroïde.
  • Commencez par mélanger trois gouttes d’huile essentielle de patchouli et trois gouttes d’huile végétale de noisette
  • Ensuite, faites usage d’un doigtier ou encore d’un gant latex dont on découpe les doigts matin et soir, et ce, durant trois semaines. Vous avez également la possibilité de l’ingérer à raison de deux gouttes après les repas le matin et le soir sur un support tel que l’huile d’olive, le sucre, miel ou encore comprimé neutre.
  • Appliquez cette méthode pendant 15 jours que vous pouvez renouveler. Il faut savoir que les remèdes naturels ne sont pas une alternative au traitement médicamenteux auquel il faut faire recours en cas de persistance du problème.

La tisane de vigne rouge

Il faut savoir que la tisane de vigne rouge constitue un tonique veineux, astringent et antioxydant. Elle est efficace pour le traitement d’hémorroïdes, varices, couperose ou encore les règles douloureuses.
  • Vous devez prendre 2 à 4 tasses par jour entre les repas afin de maintenir une bonne circulation veineuse ;
  • Incorporez 1 cuillère à soupe pour 1 bol d’eau que vous allez faire bouillir avant de laisser infuser pendant 10 minutes environ.
Il est déconseillé d’employer cette solution pour les femmes enceintes, les femmes allaitantes et les jeunes enfants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussi :

Related Articles