Global Statistics

All countries
648,352,481
Confirmed
Updated on December 2, 2022 12:06 am
All countries
624,654,245
Recovered
Updated on December 2, 2022 12:06 am
All countries
6,641,825
Deaths
Updated on December 2, 2022 12:06 am

Pyurie : comment traiter la présence de pus dans l’urine ?

Pouvant affecter la vessie, les reins, la prostate et l’urètre, la pyurie est caractérisée par des symptômes d’infection urinaire, comme la dysurie, les douleurs lombaires, etc. Le diagnostic est fait à partir de l’examen cytobactériologique des urines et de leur mise en culture. Le traitement comprend les antibiotiques.

Qu’est-ce que la pyurie ?

Pyurie vient du grec puon, qui traduit pus, et ouron, qui veut dire urine. Ainsi, la pyurie correspond à la présence de pus dans les urines : ce qui est souvent provoqué par la prolifération des agents infectieux dans le corps humain. Elle n’est pas une maladie, mais plutôt le symptôme d’une infection.

En effet, la pyurie est reconnaissable, chez la personne affectée, par :

  • Les urines troubles ;
  • Les urines décolorées ;
  • Les urines malodorantes ;
  • La présence en grande quantité (+ 1 000 000/ml) de leucocytes altérés (des globules blancs) dans les urines.

Pyurie : quelles en sont les causes ?

Le pus présent dans les urines, peut provenir d’une quelconque partie de l’appareil urinaire, allant des calices à l’urètre. Toutefois, il peut provenir de l’extérieur de l’appareil urinaire.

Alors, la pyurie est causée par une infection des voies urinaires excrétrices comme :

  • La cystite, une infection de la vessie, accompagnée des douleurs à la miction ;
  • La prostatite aiguë, qui est une inflammation de la prostate ;
  • L’urétrite, une inflammation de l’urètre ;
  • La pyélonéphrite, une infection des reins, accompagnée des douleurs lombaires ;
  • Etc.

La pyurie, provoquée par une infection urinaire, peut s’observer chez tout individu, quel que soit son âge. Mais, elle est plus observée chez les personnes de sexe féminin que celles de sexe masculin. Les femmes enceintes peuvent être atteintes (elles représentent 4 à 10% des femmes touchées par la pyurie). Il a été rapporté que les personnes souffrant de septicémie ou d’une pneumonie (surtout les sujets âgés) sont également susceptibles de présenter la pyurie.

Les facteurs de risque de la prolifération des germes à l’origine de l’infection, comme la bactérie Escherichia coli, comprennent les situations ou maladies suivantes :

  • SIDA ;
  • Diabète ;
  • Corps étrangers comme les calculs ou une sonde urinaire ;
  • Rétention urinaire (stase) du bas de l’appareil (résidu post-mictionnel) ou du haut (hydronéphrose) ;
  • Suppuration des parenchymes entourant la voie excrétrice (le rein, la prostate, etc.) ;
  • Altérations de l’urothélium à cause des tumeurs, de cicatrices, de plaies, de corps étrangers ;
  • Antécédents d’infection urinaire ;
  • Statut socio-économique faible.

Lorsqu’aucun germe n’est identifié suite à l’examen bactériologique des urines, il s’agit d’une pyurie stérile ou aseptique. Cela se traduit par une urine renfermant de leucocytes, mais qui apparait stérile une fois qu’elle est mise en culture. Cette situation peut être provoquée par :

  • Un cancer ;
  • La maladie de Kawasaki ;
  • Des maladies rénales ;
  • Une infection qui n’est pas complètement traitée par les antibiotiques ;
  • Une tuberculose génito-urinaire ;
  • Un effet indésirable de certains antibiotiques comme le paracétamol ;
  • Une infection transmissible sexuellement ou par le sang comme la gonorrhée.

En ce qui concerne la prévalence de la pyurie stérile, elle est d’environ 3% chez l’homme et d’environ 14% chez la femme.

Pyurie : quelles sont les manifestations ?

Aucun symptôme n’est lié à la présence du pus dans les urines. Les manifestations signalées sont en général associées à un problème responsable de la pyurie. Puisque, celle-ci est souvent provoquée par une infection bactérienne des voies urinaires, les symptômes pouvant être observés sont :

  • Des brûlures mictionnels, gêne ou douleur sus-pubienne ;
  • La pollakyurie : des mictions fréquentes et en de faibles quantités ;
  • Des impériosités : des envies pressantes, des urines troubles voire une hématurie (la présence de sang dans les urines).
  • Des douleurs abdominales ou lombaires.

Dans le cadre d’une infection plus sévère, d’autres signes peuvent être observés : la fièvre, les frissons, les vomissements, les nausées, la lombalgie unilatérale et la colique néphrétique.

Pyurie : Comme se déroule le diagnostic ?

Pour diagnostiquer la présence du pus dans les urines, le médecin envoie un échantillon d’urine du patient au laboratoire, pour une analyse chimique ou un examen microscopique. Il est possible de réaliser d’autres examens afin de déterminer l’origine de la pyurie et de proposer un traitement adéquat.

Ces examens comprennent une échographie de la zone abdominale, une tomodensitométrie, une pyélographie intraveineuse ou une IRM.

Pyurie : quels sont les traitements ?

La prise en charge de la pyurie est fonction de la cause responsable de l’affection. Dans le cas où aucune infection n’est liée à la présence du pus dans les urines et que la personne atteinte ne présente aucun symptôme, aucune prise en charge peut ne pas s’avérer nécessaire.

Les antibiotiques qui peuvent être indiqués dans le cadre d’une infection, dans l’optique d’éradiquer les bactéries qui ont pénétré les voies urinaires, sont : lévofloxacine, minocycline, érythromycine, ciprofloxacine, ampiciline, doxycycline, clavulanate ou amoxiciline.

Vous aimerez aussi :

Related Articles