Global Statistics

All countries
591,602,347
Confirmed
Updated on August 10, 2022 7:17 pm
All countries
561,820,754
Recovered
Updated on August 10, 2022 7:17 pm
All countries
6,442,881
Deaths
Updated on August 10, 2022 7:17 pm

Quand et comment faire une coloscopie ?

Une coloscopie est un test qui permet à un professionnel de la santé, d’ausculter l’intérieur de votre gros intestin. Cette procédure est effectuée avec une caméra flexible. Ce test est utilisé pour vérifier les symptômes de certaines maladies comme les saignements, ainsi que pour rechercher des signes possibles de cancer du côlon. Il est recommandé aux adultes de commencer à subir des coloscopies à 45 ans. Si vous désirez en savoir plus sur la coloscopie, cet article est pour vous.

Qu’est-ce qu’une coloscopie ?

La coloscopie – © Crédit : informationhospitaliere.com

Une coloscopie est une procédure ambulatoire, qui consiste à examiner l’intérieur du gros intestin (côlon et rectum). L’examen utilise un instrument appelé coloscope (parfois appelé oscilloscope). Cet instrument flexible est très long et comprend une caméra. Il peut être également utilisé pour retirer des tissus. Il faut préciser que vous ne sentez pas les tissus retirés.

La coloscopie est couramment utilisée pour repérer les symptômes gastro-intestinaux tels que :

Certaines personnes peuvent éviter la procédure, en raison de leur gêne ou de leur réticence à faire la préparation. Il existe de nombreuses préparations intestinales disponibles. De plus, votre vie privée est respectée pendant toute la procédure.

Des coloscopies sont effectuées pour rechercher des polypes colorectaux ou un cancer. L’élimination précoce des polypes signifie, qu’ils ne peuvent pas se transformer en cancer. Il est recommandé à toute personne qui ne présente pas de facteurs de risque de cancer colorectal, de subir une coloscopie de dépistage à partir de 45 ans.

Vous devrez peut-être subir une coloscopie à un plus jeune âge, si vous présentez un risque accru de cancer du côlon. Ces facteurs de risque peuvent inclure le fait de:

  • Avoir le syndrome de polypose familiale (une maladie qui existe dans votre famille et qui est liée à un risque accru de formation de polypes) ;
  • Avoir une maladie génétique, associée au cancer du côlon ;
  • Avoir une maladie intestinale inflammatoire, telle que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse ;
  • Avoir des parents au premier degré, atteints d’un cancer du côlon (c’est-à-dire votre mère ou votre père, votre frère ou votre sœur ou votre enfant) ;
  • Avoir plusieurs parents atteints d’un cancer du côlon.

Que faut-il faire ou savoir avant une coloscopie ?

Avant toute chose, vous devez dire à votre médecin quels médicaments vous prenez quotidiennement. Cela inclut les produits sur ordonnance et en vente libre comme les suppléments. Votre médecin peut vous dire quels médicaments il faut éviter et, quels changements pourraient être nécessaires. Il est possible que vous devriez reporter la prise de vos médicaments, si vous souffrez de diabète ou, avez besoin d’anticoagulants.

Aussi, aurez-vous besoin d’un chauffeur. La plupart des établissements ne vous permettront pas de vous enregistrer ou d’effectuer l’examen, si vous n’êtes pas accompagné d’un chauffeur responsable.

Par ailleurs, pour réussir une coloscopie, vous devrez faire votre part. Cela signifie que vous devrez suivre toutes les instructions sur ce qu’il faut manger et boire, dans les jours précédant la procédure. Cela signifie également que vous devez vous assurer que votre côlon est vide, afin que votre médecin puisse voir clairement à l’intérieur de celui-ci. Cela implique ce que l’on appelle la « préparation intestinale ».

Votre équipe de soins vous donnera suffisamment de temps, pour vous préparer. Vous recevrez des instructions au moins deux semaines avant la procédure. Il est important de lire et de suivre toutes les instructions qui vous sont données. Si votre intestin n’est pas vide, votre coloscopie ne réussira pas et devra peut-être être répétée. Plus votre côlon est propre, plus votre médecin aura de chances de trouver toutes formes de polype ou cancer, qui peuvent parfois être très petites ou cachées.

Que pouvez-vous manger et boire les jours précédant une coloscopie ?

Certains prestataires peuvent vous demander d’éviter le maïs, les noix, les graines et le pop-corn, pendant au moins trois jours avant l’intervention. D’autres pourraient suggérer un régime pauvre en fibres pendant deux jours, avant la coloscopie. La veille de l’intervention, vous ne pourrez pas manger d’aliments solides ni boire d’alcool.

Vous pourrez boire des liquides clairs, notamment :

  • de l’eau ;
  • du café noir ;
  • du thé ;
  • du soda au gingembre ;
  • du jus de pomme ;
  • du jus de raisin blanc ;
  • des bouillons clairs.

Boire plus de liquide vous aidera à ne pas être déshydraté. Vous devez garder à l’esprit que vous ne devez rien boire ni manger pendant au moins quatre heures, avant la coloscopie. Assurez-vous de boire beaucoup de liquides la veille, pendant que vous préparez votre intestin. Aussi, si vous subissez votre coloscopie sous anesthésie générale, vous ne pouvez rien boire après minuit, la nuit précédant votre test.

Que signifie exactement la préparation intestinale ?

Il existe différents types de préparations intestinales, presque toutes liquides. Votre médecin vous dira quel type vous convient le mieux, en fonction de vos antécédents médicaux et de ses préférences particulières. Certains de ces produits sont délivrés uniquement sur ordonnance, tandis que d’autres sont disponibles en vente libre. Ils ont tous le même objectif : se débarrasser de tout ce qui se trouve dans votre côlon, en provoquant une diarrhée aqueuse.

Le moment où vous devrez commencer à boire, la solution dépendra de la date et l’heure à laquelle votre procédure est prévue. Il vous sera demandé de consommer toute la quantité de liquide, au cours d’une période de temps spécifique. Il y a aussi le « dosage fractionné ». En dosage fractionné, il vous sera demandé de boire la moitié de la préparation intestinale la veille, puis d’arrêter. Vous vous lèverez le matin et prendrez l’autre moitié de la dose le matin, en terminant au moins quatre heures avant l’intervention elle-même.

En général, le dosage fractionné donne des préparations intestinales plus propres. Si vous subissez une coloscopie avec sédation consciente ou crépusculaire et que vous n’avez pas reçu d’instructions de dosage fractionné, veillez à poser des questions à votre médecin à ce sujet. Cela peut relever d’un oubli, d’une incompétence ou d’une raison particulière pour laquelle, il ne vous l’a pas demandé.

Que pouvez-vous faire pour faciliter la préparation d’une coloscopie ?

Il existe certaines choses qui pourraient vous aider à boire la solution plus facilement. Celles-ci incluent l’utilisation d’une paille pour boire le liquide et, le refroidissement de la solution au réfrigérateur avant de l’ingérer. Vous pouvez ajouter des gouttes de citron ou mâcher des bonbons au gingembre. Vous devrez rester près de la salle de bain pendant la période de préparation intestinale. Aussi, une dose fractionnée pourrait faciliter la préparation. Vous saurez que vous avez fait du bon travail si votre diarrhée semble claire et jaunâtre, comme de l’urine.

Vous pouvez ressentir une irritation de la peau autour de l’anus, en raison du passage de selles liquides. Pour prévenir et traiter les irritations cutanées, vous devez :

  • Appliquer de la Vaseline sur la peau autour de l’anus, avant de boire les médicaments de préparation intestinale. Cette pommade peut être achetée dans n’importe quelle pharmacie ;
  • Essuyer la peau après chaque selle avec des lingettes humides jetables, au lieu de papier toilette.

Asseyez-vous dans une baignoire remplie d’eau tiède pendant 10 à 15 minutes après avoir fini d’aller à la selle. Après le trempage, séchez la peau avec un chiffon doux. Appliquez ensuite de la vaseline sur la région anale et placez une boule de coton juste à l’extérieur de votre anus pour absorber le liquide qui fuit.

Que se passe-t-il le jour d’une coloscopie?

Prenez une douche le matin si vous le souhaitez, mais n’utilisez pas de lotions, de parfums ou de déodorants. Laissez vos bijoux, autres objets de valeur et lentilles de contact à la maison.

Pendant la procédure elle-même :

  • On vous demande de porter une chemise d’hôpital ;
  • La procédure peut être effectuée avec une sédation consciente, souvent appelée «crépuscule», ou une sédation plus profonde appelée «anesthésie générale». On vous administre un analgésique et un sédatif par voie intraveineuse (dans votre veine). Vous vous sentirez détendu et quelque peu somnolent. Cette étape signifie que la coloscopie ne fera pas mal ;
  • Vous serez allongé sur le côté gauche, les genoux repliés vers votre poitrine ;
  • Une petite quantité d’air est utilisée pour dilater le côlon, afin que le médecin puisse voir les parois.

Vous pouvez ressentir de légères crampes pendant la procédure. Celles-ci peuvent être réduites, en prenant des respirations lentes et profondes ;

  • Le coloscope est retiré lentement, tandis que la muqueuse de votre intestin est soigneusement examinée.

La procédure dure environ 30 minutes. Il faut environ 12 minutes pour déplacer la lunette de cinq ou six pieds et 12 minutes supplémentaires pour la retirer. Évidemment, s’il y a des polypes à enlever, la procédure prendra plus de temps.

Que se passe-t-il après une coloscopie?

Vous resterez dans une salle de réveil pour observation, jusqu’à ce que vous soyez prêt à sortir. La durée de votre rétablissement dépend du fait que vous ayez été sous sédation ou non et du type de médicament contre la douleur que vous avez reçu.Vous pouvez ressentir des crampes ou une sensation d’avoir des gaz, mais cela devrait passer rapidement. Le membre de votre famille ou un ami responsable vous conduira ensuite à la maison.

Vous devez éviter l’alcool, la conduite et l’utilisation de machines pendant 24 heures après la procédure. Sauf indication contraire, vous pouvez immédiatement reprendre votre alimentation normale. Il est recommandé d’attendre le lendemain de votre intervention, pour reprendre vos activités normales. Cela peut prendre quelques jours avant d’aller à la selle, parce que votre côlon est vide. Cela dépend aussi de la quantité d’aliments fibreux que vous mangez.

Le médecin qui effectue votre coloscopie vous dira quand vous pourrez reprendre vos anticoagulants ou tout autre médicament, que vous auriez pu arrêter en toute sécurité. Si les polypes ont été retirés ou qu’une biopsie a été effectuée, vous remarquerez peut-être un léger saignement rectal, pendant un à deux jours après la procédure.

Si vous avez des saignements rectaux abondants, des fièvres élevées ou persistantes ou des douleurs abdominales sévères au cours des deux prochaines semaines, rendez-vous à votre salle d’urgence locale et appelez le médecin qui a effectué votre examen.

Quand saurez-vous les résultats de la coloscopie?

Habituellement, votre médecin vous parlera après la procédure, pour vous expliquer ce qui a été fait. Le médecin vous dira si vous avez eu des polypes et si des tissus ont été prélevés. Il passera également en revue, le moment où vous pourrez recommencer à prendre vos médicaments, si vous deviez arrêter de prendre quelque chose avant la coloscopie.

De plus, vous recevrez généralement un rapport formel, qui vous sera envoyé par la poste ou envoyé à vous et à votre fournisseur de soins primaires, dans votre dossier médical électronique. Votre équipe de soins vous informera si un suivi est nécessaire, en fonction des résultats de votre coloscopie.

Existe-t-il des alternatives aux coloscopies ?

Il existe d’autres moyens de dépister le cancer du côlon. Ceux-ci incluent:

  • Tests de selles, tels que le test immunochimique fécal, le test de sang dans les selles, les tests d’ADN dans les selles. Ces tests vous permettent de prélever vos échantillons de selles à la maison, puis de les retourner à votre fournisseur de soins de santé ou, de les envoyer par la poste à un laboratoire. Vous devrez les faire plus souvent qu’une coloscopie ;
  • Coloscopie CT (également appelée coloscopie virtuelle) ;
  • La sigmoïdoscopie flexible, un test similaire à la coloscopie mais couvrant une plus petite partie du côlon et de l’anus. Il ne visualise pas la première partie du côlon.

Votre professionnel de la santé et vous devriez discuter du type de dépistage du cancer du côlon que vous devriez subir. Le choix sera basé sur votre risque global de cancer du côlon, votre état de santé général, les symptômes que vous pourriez avoir et vos préférences personnelles. Vous devez contacter votre caisse maladie, pour connaître les coûts de ces tests moins conventionnels.

Vous devez savoir que certaines des options qui ne sont pas de véritables coloscopies, nécessitent toujours le même type de préparation (nettoyage du côlon en provoquant la diarrhée). Si des polypes ou d’autres anomalies sont détectés lors des tests alternatifs, ils ne peuvent pas être retirés ou traités. Il est donc probable que vous devriez quand même subir une coloscopie.

Pouvez-vous avaler un appareil photo dans une pilule pour prendre des photos de votre côlon ?

Actuellement, le test de la caméra de la pilule est utilisé pour visualiser l’intestin grêle, car il est plus facile à nettoyer. De plus, la caméra traverse l’intestin grêle en deux à trois heures.

La caméra pilule est à l’étude pour la coloscopie. Il y a quand même des limites :

  • Le gros intestin (côlon) est large et présente des plis ;
  • Cela peut prendre jusqu’à 36 heures, pour faire passer la caméra à travers le côlon ;
  • Le côlon n’est pas aussi facile à garder aussi propre que l’intestin grêle.

Peut-on subir une coloscopie quand on est enceinte ou pendant les règles ?

Une femme enceinte devrait toujours consulter son obstétricien, avant d’avoir toute sorte de procédures. Si vous subissez une coloscopie pour le dépistage, il est préférable d’attendre après la grossesse. Cependant, la coloscopie est généralement considérée comme sûre, pendant la grossesse.

Par ailleurs, vous pouvez subir une coloscopie pendant vos règles. Vous voudrez peut-être porter un tampon si vous avez vos règles.

Quelles sont les recommandations pour planifier votre première et vos prochaines coloscopies ?

Si vous êtes une personne à risque moyen de cancer colorectal, il est recommandé de passer votre premier test de dépistage à 45 ans. Il peut s’agir d’une coloscopie ou d’un test de selles. Si votre risque est plus élevé ou si vous présentez certains symptômes, votre professionnel de la santé peut suggérer une coloscopie ou un autre test de dépistage avant 45 ans. Vous devriez discuter du moment où commencer le dépistage, avec votre médecin.

Les coloscopies de suivi dépendront des résultats de la première. Si vous n’avez pas de polypes et que vous êtes à faible risque, vous pourrez peut-être attendre 10 ans avant d’en avoir un autre. Si vous avez des polypes et que vous êtes considéré comme à haut risque, vous devrez peut-être subir une intervention annuelle. Une coloscopie tous les 10 ans est la règle générale pour les personnes qui ne sont pas à haut risque.

Un dépistage régulier doit être effectué jusqu’à l’âge de 75 ans. Après cela, vous et votre professionnel de la santé, pouvez décider des besoins supplémentaires en matière de dépistage.

Une coloscopie peut-elle être utilisée pour diagnostiquer le cancer de la prostate?

La coloscopie n’est pas conçue pour détecter le cancer de la prostate. Cependant, certains médecins peuvent choisir d’effectuer un toucher rectal et un examen de la prostate, avant d’insérer le coloscope. Les hommes peuvent croire que leur prostate a été examinée, mais ce n’est peut-être pas vrai. C’est un bon sujet à aborder avec votre médecin avant une coloscopie.

Vous aimerez aussi :

Related Articles