Global Statistics

All countries
683,403,072
Confirmed
Updated on March 28, 2023 8:00 am
All countries
637,426,774
Recovered
Updated on March 28, 2023 8:00 am
All countries
6,827,623
Deaths
Updated on March 28, 2023 8:00 am

Que faire si vous doutez de l’avis médical sur votre pathologie ?

De nombreuses raisons peuvent pousser un patient à douter de l’avis médical émis sur sa pathologie. C’est une réaction normale, surtout s’il s’agit d’une maladie chronique. Dans ce cas, quel doit être la réaction du patient ? Doit-il taire ses doutes ou en parler à ses proches ? Est-il possible de demander un deuxième avis médical ? Nous vous donnons quelques conseils si vous doutez de l’avis médical sur votre pathologie.

Pour quelles raisons pouvez-vous douter de l’avis d’un médecin ?

La relation entre un médecin et son patient doit se baser sur une confiance inébranlable. Cela est nécessaire, car le patient confie sa santé et sa vie dans les mains de ce dernier. Lorsque le patient n’est pas habitué au médecin, il devient difficile d’établir cette relation de confiance, notamment quand il s’agit du diagnostic d’une maladie rare ou chronique. Dans ce cas, il est tout à fait normal qu’il émette un certain doute et souhaite avoir l’avis d’un autre spécialiste pour confirmer le diagnostic initial.

D’autre part, l’annonce d’une pathologie chronique à laquelle ne s’attendait pas du tout le patient peut engendrer un sentiment de doute chez ce dernier. En effet, certaines personnes, en raison des antécédents médicaux de leur famille, sont prédisposées à contracter certaines maladies héréditaires ou génétiques. Puisqu’elles sont déjà conscientes de cette éventualité, l’annonce d’un diagnostic d’une telle maladie ne sera pas une surprise contrairement à une personne qui se croit complètement en bonne santé. De plus, une personne qui pense avoir les bonnes habitudes de vie ou qui ne présente pas de symptômes apparents d’une maladie chronique peut vraiment émettre certains doutes à l’annonce d’un diagnostic sévère.

Un patient peut également émettre un doute sur l’avis d’un médecin s’il remarque que les symptômes persistent ou s’aggravent malgré le traitement suivi. Il peut donc vouloir un autre avis pour déceler un éventuel problème qui échappe au médecin initial. Il est par ailleurs possible d’avoir des doutes sur l’avis ou le diagnostic d’un médecin si vous avez l’impression que ce dernier ne vous écoute pas. Enfin, certains actes médicaux comme un traitement ou une opération chirurgicale peuvent avoir de lourdes conséquences sur la vie du patient. Dans ces cas, il peut vouloir une confirmation d’un autre spécialiste afin de réduire ou d’éviter les risques d’erreurs.

centre expert pathologie

Demandez un deuxième avis à un spécialiste de votre pathologie

Tout patient a le droit de demander un second avis médical. Cela peut être justifié par un doute ou par une nécessité pour pouvoir prendre la meilleure décision possible pour sa santé. Dans ce cas, l’idéal est d’informer le premier médecin pour lui expliquer les raisons qui motivent cette décision. Gardez à l’esprit que cela n’est pas une obligation, notamment si la raison de vos doutes est le fait que ce dernier semble ne pas tenir compte de vos ressentis ou de vos dires.

Dans le cas contraire, ayant une parfaite connaissance du dossier, le médecin pourra facilement répondre aux éventuelles questions de son confrère. D’ailleurs, certains médecins décident volontairement de demander l’avis d’un confrère pour confirmer un diagnostic, surtout quand il s’agit d’une pathologie chronique ou rare. Comme cela est expliqué par Xpermd, pour obtenir un deuxième avis, vous pouvez vous orienter vers des plateformes en ligne qui se chargent de mettre en contact le patient et un centre expert de sa pathologie.

L’avantage avec cette solution est que vous avez la certitude de consulter les meilleurs spécialistes dotés d’une réelle expertise dans le diagnostic et la prise en charge efficace de votre éventuelle pathologie. Si vous choisissez cette option, il est important que vous transmettiez toutes les informations relatives à votre maladie par l’envoi du dossier médical. Même si ce service n’est pas pris en charge par la sécurité sociale, certaines complémentaires santé le prennent en charge.

Trouvez une communauté de personnes atteintes de la même maladie

Quelle que soit la pathologie que vous a diagnostiquée un médecin, gardez à l’esprit que vous n’êtes pas seul dans le cas. D’autres personnes vivent les mêmes situations que vous et sont également passées par l’étape des questionnements, des symptômes et leur gestion, des traitements et du choc émotionnel. Ces personnes vous seront d’une grande aide pour traverser cette épreuve de votre vie qui peut être très déprimante. Même si vos proches sont les premières personnes sur lesquelles vous pouvez compter, les autres patients représentent un miroir qui reflète de manière plus authentique tout ce que vous vivez.

Pour rentrer en contact avec ces patients, vous pouvez intégrer des forums en ligne qui regroupent les personnes atteintes de la même pathologie et qui passent par les mêmes épreuves. Via ces forums vous pouvez converser avec des patients qui sont peut-être à la fin de leur traitement et dont les pronostics sont positifs. Cela peut vous aider à aborder cette étape de votre vie avec plus de positivité et sans perdre espoir.

Avec les forums en ligne, vous avez également la possibilité d’interagir avec un pseudonyme afin de garder votre identité cachée. C’est la solution parfaite pour les introvertis qui n’aiment pas le contact physique, mais qui ont besoin d’interagir avec d’autres patients pour ne pas sombrer dans le désespoir et la dépression. Si au contraire, vous avez besoin du contact physique, vous pouvez intégrer des groupes de soutien physique. Vous pouvez demander conseil à votre spécialiste pour vous orienter vers un tel groupe. Cela vous donnera un sentiment d’appartenance et vous saurez que vous n’êtes pas seul face à cette pathologie.

centre spécialisé pathologie

Dans quelle mesure envisager les médecines alternatives ?

Hypnose, ostéopathie, mésothérapie, chiropraxie, phytothérapie… toutes ces pratiques sont classées dans les PSNC (Pratiques de soins dites non conventionnelles). On les appelle également les médecines alternatives, douces, naturelles ou complémentaires. Elles ne remplacent pas la médecine conventionnelle. Elles sont utilisées comme un complément pour renforcer l’efficacité de cette dernière.

En général, la plupart d’entre elles sont utilisées pour soulager les symptômes de certaines pathologies ou les effets secondaires de certains traitements comme la douleur, les céphalées, les nausées, les vomissements… Leur efficacité n’ayant pas été réellement prouvée sur le plan scientifique, les médecines alternatives ne peuvent donc qu’être envisagées comme une aide thérapeutique à la médecine conventionnelle.

Par ailleurs, certaines plantes sont reconnues par la science pour leur efficacité sur certaines pathologies comme l’arthrite, Alzheimer ou encore le cancer. Les principes actifs naturels et les extraits de plantes sont d’une aide précieuse dans le traitement des troubles digestifs ou des troubles du sommeil qui sont les manifestations de certaines pathologies graves. La phytothérapie fait ainsi partie des médecines douces qui sont souvent envisagées dans le traitement de certaines maladies. Quel que soit votre choix, l’idéal est d’en parler avec votre médecin pour qu’il vous oriente vers les soins non conventionnels qu’il pense être les plus adaptés pour soulager vos maux.

Parlez à vos proches de vos doutes

Lorsque le doute s’est installé pour une raison ou une autre, les premières personnes à qui vous devez vous confier sont vos proches. Il peut s’agir de vos parents, votre conjoint ou toute autre personne en qui vous avez une confiance absolue. Présentez-leur la situation et exposez-leur les facteurs qui ont suscité le doute en vous. Puisqu’ils sont externes au problème, ils pourront faire preuve de discernement afin de vous aider à y voir clair. L’aide de vos proches peut être très précieuse pour mettre les choses en perspective. Cela peut vous aider à prendre les meilleures décisions, notamment s’il s’agit d’une lourde opération ou d’un traitement qui peut avoir des séquelles irréversibles. Ils sont également d’un grand soutien pour demander un deuxième avis médical ou pour accepter la situation.

Notez tous les médicaments et traitements que vous prenez

Vous avez un doute sur le traitement prescrit par un spécialiste ? Le premier réflexe à avoir est de noter tous les médicaments qu’il vous a prescrits et les effets secondaires que vous ressentez. Ces informations sont nécessaires, surtout si vous souhaitez avoir un second avis médical. En cas de mauvais diagnostic, la prise de certains médicaments peut avoir des conséquences plus ou moins graves sur la santé du patient.

La connaissance des médicaments que vous avez pris permettra au médecin de mettre en place un nouveau traitement pour contrecarrer leurs éventuels effets. Dans certains cas, c’est peut-être le traitement qui n’est pas adapté à l’organisme du patient. Les effets secondaires qu’il provoque peuvent permettre au spécialiste de changer le traitement ou de proposer d’autres examens pour confirmer le diagnostic de la pathologie.

centres experts médecins ultraspécialisés

Comment gérer le stress lié à une maladie chronique ?

Vivre avec une maladie chronique impacte le patient sur tous les plans : physique, social, professionnel, moral… Le stress chronique ou prolongé est l’une des conséquences émotionnelles et psychologiques liées à cet état. S’il n’est pas bien géré, il peut conduire à l’anxiété et à la dépression. Durant cette période difficile de votre vie, la première solution pour gérer le stress est de bien vous entourer. Rapprochez-vous uniquement des gens qui comprennent votre souffrance et qui mettent tout en œuvre pour vous donner le sourire. Si les rendez-vous avec le spécialiste sont stressants pour vous, faites-vous accompagner. Voici d’autres astuces pour mieux gérer le stress lié à une maladie chronique :

  • utilisez certaines huiles essentielles qui favorisent la détente et la relaxation,
  • adoptez une alimentation saine et équilibrée,
  • dormez au moins huit heures par nuit dans un environnement adapté,
  • faites des thérapies et pratiquez des activités qui favorisent la relaxation,
  • éloignez-vous de toute autre situation qui peut augmenter votre niveau de stress.

Si le stress est quasi permanent, n’hésitez pas à en parler à votre médecin. Ce dernier pourra mieux vous orienter vers les solutions pour mieux gérer votre stress en tenant compte de votre pathologie. Parlez beaucoup avec vos proches pour extérioriser vos peurs et vos doutes.

Vous aimerez aussi :

Related Articles