Accueil Maladies Que faut-il savoir sur l’ureaplasma ?

Que faut-il savoir sur l’ureaplasma ?

0
Que faut-il savoir sur l’ureaplasma ?
Bactéries d'Ureaplasma

L’Ureaplasma est une bactérie qui peut être présente dans les voies urogénitales des hommes et des femmes. Bien qu’elle ne soit pas toujours pathogène, elle peut causer des symptômes et des complications chez certaines personnes. L’infection à cette bactérie est souvent transmise sexuellement, ce qui souligne l’importance de la prévention. Mais, quelles sont les caractéristiques de l’Ureaplasma ? Quels sont les symptômes qui y sont associés ? Quels sont les traitements disponibles pour lutter contre cette bactérie ? Focus!

Quelles sont les caractéristiques de l’Ureaplasma ?

L'uréaplasma : Crédit : informationhospitaliere.com
L’uréaplasma : Crédit : informationhospitaliere.com

L’Ureaplasma est une bactérie de petite taille, de forme irrégulière et dépourvue de paroi cellulaire. Elle est caractérisée par sa capacité unique à utiliser l’urée comme source d’azote. Cela lui permet de se développer dans des environnements riches en urée, tels que les voies urogénitales. Elle est également connue pour être une bactérie à croissance lente, ce qui peut rendre son diagnostic plus difficile. La difficulté de son diagnostic est l’un des problèmes rencontrés dans le domaine.

En outre, la bactérie Ureaplasma existe sous deux formes : Ureaplasma urealyticum et Ureaplasma parvum. Ces deux espèces sont similaires en termes de caractéristiques. Cependant, l’Ureaplasma parvum a été découvert récemment. Il est d’ailleurs considéré comme moins pathogène que l’Ureaplasma urealyticum.

Notons que l’Ureaplasma est considérée comme une bactérie opportuniste. Cela signifie qu’elle peut causer des infections chez des personnes dont le système immunitaire est affaibli ou qui ont des prédispositions. Cependant, chez de nombreuses personnes, la bactérie peut être présente sans causer de symptômes ni de complications.

Quels sont les symptômes associés à l’infection à Ureaplasma ?

Uréaplasma : symptômes chez l'homme - Crédit : informationhospitaliere.com
Uréaplasma : symptômes chez l’homme – Crédit : informationhospitaliere.com
Uréaplasma : symptômes chez la femme - Crédit : informationhospitaliere.com
Uréaplasma : symptômes chez la femme – Crédit : informationhospitaliere.com

L’infection à Ureaplasma peut provoquer une variété de symptômes chez les hommes et les femmes. Cependant, dans de nombreux cas, les symptômes peuvent être absents ou légers, ce qui peut rendre le diagnostic plus difficile. Ils peuvent inclure :

  • Douleurs pelviennes ;
  • Écoulement anormal au niveau de l’appareil génital;
  • Infections des voies urinaires ;
  • Douleurs lors des rapports sexuels ;
  • Infertilité avérée  (les hommes et les femmes) ;
  • Complications pour les femmes enceintes, telles que la prématurité ;
  • Prostatite (chez les hommes).
Prostatite - Crédit : informationhospitaliere.com
Prostatite – Crédit : informationhospitaliere.com

Cependant, précisons que ces symptômes peuvent varier. Il est alors important de consulter un médecin si vous présentez l’un d’eux afin de recevoir un diagnostic et un traitement appropriés.

Comment se fait le diagnostic de l’infection à Ureaplasma ?

Il existe plusieurs moyens pour diagnostiquer l’infection à l’Ureaplasma. Entre autres, on retient :

Les méthodes de diagnostic de l’infection à Ureaplasma

Le diagnostic de l’infection à Ureaplasma peut être difficile, car les symptômes peuvent être absents ou légers. Parmi les méthodes de diagnostic disponibles pour détecter sa présence dans les voies urogénitales, on peut citer :

  • Le test d’urine : un échantillon d’urine est prélevé et testé pour vérifier la présence d’Ureaplasma ;
  • Le frottis génital : un échantillon de cellules est prélevé à partir du vagin chez les femmes ou de l’urètre chez les hommes ;
  • Le test PCR : la réaction en chaîne de la polymérase (PCR) est une méthode de diagnostic qui permet de détecter l’ADN d’Ureaplasma dans les échantillons d’urine ou de frottis génital.

En dehors de ces textes, on note également la culture bactérienne. Cette méthode de diagnostic consiste à faire pousser des échantillons d’urine ou de frottis génital sur un milieu de culture pour détecter la présence d’Ureaplasma.

Le dépistage de l’Ureaplasma dans les voies urogénitales

Le dépistage de l’Ureaplasma dans les voies urogénitales peut être recommandé dans certaines circonstances. Il se fait souvent chez les personnes présentant des symptômes d’infection ou chez les partenaires sexuels d’une personne infectée. Ce test peut également être effectué avant une intervention chirurgicale ou lors de lagrossesse pour prévenir les complications.

Chez les femmes enceintes, le dépistage peut être particulièrement important, car l’infection peut augmenter le risque de complications. On pourrait assister à la prématurité et la rupture prématurée des membranes. Certaines études ont d’ailleurs suggéré que l’infection à Ureaplasma pourrait être associée à un risque accru de fausse couche.

Notons que le dépistage de l’Ureaplasma peut être effectué à l’aide d’un test d’urine ou d’un frottis génital. Les résultats des tests peuvent prendre plusieurs jours à être disponibles. Si un dépistage positif est confirmé, un traitement antibiotique sera recommandé pour éliminer l’infection.

Comment traiter l’infection à Ureaplasma ?

Le traitement de l’infection à ureaplasma est très spécifique. Il peut nécessiter l’utilisation des antibiotiques comme un traitement spécial sur les partenaires sexuels. Voici ce qu’il faut retenir :

L’utilisation des antibiotiques

Lesantibiotiquessont couramment utilisés pour traiter l’infection à Ureaplasma. Mais, les choix varient en fonction du type de bactérie identifié et de la gravité de l’infection. Parmi les antibiotiques couramment utilisés, on retrouve :

  • Les macrolides, tels que l’azithromycine ou la clarithromycine, qui sont souvent utilisés en première intention pour traiter les infections légères ;
  • Les tétracyclines, telles que la doxycycline ou la minocycline, sont souvent utilisées en cas de résistance aux macrolides ou en cas d’infection plus sévère.

En outre, les durées de traitement varient selon les antibiotiques utilisés et la gravité de l’infection. Les effets secondaires quant à eux peuvent inclure les nausées, les vomissements et les diarrhées. Cependant, les antibiotiques ne sont pas toujours nécessaires pour traiter l’infection à Ureaplasma.

Chez certaines personnes, l’infection peut disparaître sans traitement. Mais, dans les cas où un traitement est recommandé, il est important de suivre les instructions du médecin et de prendre tous les médicaments prescrits pour éliminer complètement l’infection.

Le traitement des partenaires sexuels

Le traitement des partenaires sexuels est recommandé pour prévenir la transmission de l’infection à Ureaplasma et réduire le risque de rechute chez la personne infectée. Notons que ces derniers doivent être traités simultanément pour éviter une nouvelle infection. Aussi, le traitement  doit se faire même si l’un des partenaires ne présente aucun symptôme d’infection. Cela est important, car l’infection à Ureaplasma peut être asymptomatique chez certaines personnes.

En effet, les partenaires sexuels peuvent être traités avec le même antibiotique que celui utilisé pour traiter la personne infectée. Quoi qu’il en soit, il faudra suivre les instructions du médecin et de prendre tous les médicaments prescrits pour éliminer complètement l’infection.

Il est également important de s’abstenir de tout rapport sexueljusqu’à ce que le traitement soit terminé et que l’infection ait été complètement éliminée chez la personne infectée. Cela aidera à prévenir la transmission de l’infection à d’autres partenaires et réduira le risque de rechute.

Par ailleurs, pour réduire le risque d’infection, des mesures préventives doivent être prises. Il s’agit, entre autres, de l’utilisation de préservatifs et d’une hygiène appropriée. Enfin, il faut se rappeler que l’Ureaplasma est une infection courante. Il serait inopportun de paniquer. Plutôt, il faut être conscient de la situation et prendre les mesures nécessaires pour maintenir une bonne santé génitale.