Global Statistics

All countries
232,245,584
Confirmed
Updated on September 26, 2021 12:48 am
All countries
207,132,169
Recovered
Updated on September 26, 2021 12:48 am
All countries
4,756,476
Deaths
Updated on September 26, 2021 12:48 am

Quel est l’effet des antihistaminiques sur les allergies et comment prendre ce traitement ?

Les antihistaminiques constituent la méthode de traitement la plus fréquemment recommandée par les médecins en cas d’allergie. Ils sont très couramment utilisés par les docteurs, car ils servent à minimiser ou encore à faire disparaître complètement les symptômes d’allergie. Toutefois, malgré leur usage qui se démocratise, plusieurs sont ceux qui ignorent toujours les effets de ces médicaments. Il est alors primordial d’expliquer le mode de fonctionnement de ces derniers ainsi que leur mode d’utilisation.

Qu’est-ce qu’un antihistaminique ?

L’antihistaminique est un médicament qui a été conçu pour débarrasser le corps des symptômes d’une allergie. Bien qu’il existe de nombreux médicaments qui servent à combattre les allergies, l’antihistaminique est un produit assez spécial. En effet, il a été fabriqué spécifiquement pour lutter contre l’action de l’histamine.

L’histamine est une substance naturelle présente dans l’organisme humain. C’est une molécule neuromédiateur qui est sécrétée par l’organisme lors des réactions allergiques. L’apparition de l’histamine est le facteur déclencheur de l’allergie dans le corps. Ainsi, en luttant contre l’histamine, les antihistaminiques sont en mesure d’éliminer les symptômes d’allergies.

Les différents types d’antihistaminiques

Les médicaments antihistaminiques existent aujourd’hui sous différentes formes. On distingue entre autres :

  • les gélules ;
  • le spray nasal ;
  • les comprimés.

Ils sont très efficaces pour atténuer de nombreux symptômes d’allergies comme le rhume ou les éternuements, les poussées d’urticaires ou les démangeaisons. Il existe aujourd’hui trois différents types d’antihistaminique.

Les antihistaminiques anticholinergiques

Les anticholinergiques représentent la première génération d’antihistaminiques. Ils font partie des premiers médicaments antiallergiques à être apparus sur le marché. Cependant, ils sont de moins en moins employés aujourd’hui, car leurs effets secondaires sont assez difficiles à supporter.

En effet, en plus d’entraîner une somnolence chez les utilisateurs, leurs actions anticholinergiques s’accompagnent d’autres effets tels que la sécheresse buccale et la constipation. Ils exposent également les patients à de nombreux risques comme ceux de rétention urinaire et à des risques de glaucome.

Leur prescription est interdite pour les enfants et pour les personnes qui souffrent déjà de ce type d’affections. De plus, ces antihistaminiques ne peuvent être délivrés que sur ordonnance.

Les antihistaminiques H1

Les antihistaminiques H1 ont ouvert la voie aux médicaments antiallergiques dits “de 2e génération”. Bien plus récents, ils n’ont pas d’effets secondaires aussi importants que les premiers sur leurs utilisateurs. Ces produits sont généralement conçus à base de cétirizine et de desloratadine. Considérés comme meilleurs que les anticholinergiques pour beaucoup, ils sont plus utilisés. Ces médicaments entraînent moins de somnolence, car ils sont moins diffusés dans le système nerveux central. Leur conception a révolutionné le confort du traitement de la rhinite allergique. Notez toutefois qu’ils ne sont délivrés que sur ordonnance également.

Les antihistaminiques H2

Les antihistaminiques H2 sont quelque peu différents des deux autres, car ils agissent de manière limitée sur les symptômes allergiques. Comme l’indique leur nom, ils agissent uniquement sur les récepteurs H2. Ces derniers sont localisés au niveau de la muqueuse gastrique et sont responsables de l’acidité gastrique.

Ainsi, les antihistaminiques H2 sont le plus souvent utilisés pour traiter des cas d’ulcère de l’estomac et du duodénum. Cependant, ils sont également efficaces en présence d’un reflux gastro-œsophagien (RGO) ou d’acidité gastrique.

Quels sont les effets des antihistaminiques sur une allergie ?

Pour comprendre comment les antihistaminiques luttent contre l’histamine, il faut d’abord comprendre les effets de cette dernière sur l’organisme. Une fois qu’elle est sécrétée par l’organisme, l’histamine se fixe sur des récepteurs cellulaires pour ensuite agir dans le corps du patient.

Elle peut se fixer sur deux différents types de récepteurs. Vous avez les récepteurs de type 1 ou H1 et les récepteurs de type 2 ou H2. Les premiers sont présents un peu partout dans le corps humain. Ils sont impliqués dans l’inflammation et sont en grande partie responsables de l’apparition des symptômes allergiques.

En stimulant les récepteurs H1, l’histamine va entraîner plusieurs actions sur l’organisme. Son action provoquera une dilatation et une augmentation de la perméabilité des petits vaisseaux sanguins. Cette action est responsable de plusieurs symptômes allergiques comme les œdèmes, les rougeurs et les congestions nasales.

L’histamine peut même provoquer une contraction des fibres musculaires lisses notamment au niveau des bronches et du tube digestif. Dans cette situation, le rôle des antihistaminiques sera d’empêcher l’action de l’histamine sur les récepteurs H1.

En bloquant ses actions, les médicaments parviendront ainsi à diminuer les symptômes d’allergie tels que l’œdème et l’écoulement nasal et lacrymal.

Comment prendre les antihistaminiques ?

Les antihistaminiques sont assez différents des médicaments ordinaires. En effet, contrairement à la plupart de ses confrères, ce produit peut être ingéré en dehors des repas, simplement avec de l’eau. Cette méthode est d’ailleurs recommandée, car bien qu’il soit possible de les prendre pendant le repas, leurs effets mettront plus de temps à se faire ressentir.

Étant donné que les inconvénients des allergies sont plus marqués pendant la journée, il est conseillé de prendre les médicaments le matin. Chaque patient se doit de prendre ses anti-allergies quotidiennement, par voie orale ou par voie nasale.

Généralement, du moment que l’allergie est modérée, les antihistaminiques seuls suffisent à soulager les symptômes au bout de quelques jours. Cependant, si l’allergie est associée à un autre mal, ou bien si les symptômes ne cèdent pas même sous l’action des antihistaminiques, d’autres traitements peuvent alors être proposés.

Effets secondaires et contre-indications des antihistaminiques

Comme c’est le cas avec la plupart des médicaments, les antihistaminiques peuvent provoquer des effets secondaires. Ces effets varient en fonction de la génération à laquelle appartient le médicament que vous avez consommé. Toutefois, l’effet secondaire le plus connu des antihistaminiques est la somnolence.

Avec les médicaments de la deuxième génération, les risques sont certes moindres, mais la prudence est toujours recommandée chez tous les allergiques en traitement. Ainsi, quelle que soit la forme et le type de médicament utilisé, il faut rester prudent, notamment en cas de situation à risque.

Les patients qui ont reçu comme prescription les antihistaminiques de la première génération et ceux qui ressentent malgré tout de la somnolence après ingérence de ces médicaments doivent prendre leur comprimé le soir avant de se coucher et non le matin.

Pour ce qui est des contre-indications, elles sont relativement rares. Notez cependant que les antihistaminiques sont formellement déconseillés aux femmes enceintes ou aux femmes qui allaitent parce que leurs conséquences sur la grossesse n’ont pas été suffisamment étudiées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img
spot_img

Vous aimerez aussi :

Related Articles