Global Statistics

All countries
643,279,018
Confirmed
Updated on November 21, 2022 10:58 pm
All countries
621,028,253
Recovered
Updated on November 21, 2022 10:58 pm
All countries
6,626,860
Deaths
Updated on November 21, 2022 10:58 pm

Quelles sont les différences entre tétraplégie et paraplégie ?

Faisant toutes les deux, partie de la catégorie des paralysies médullaires, la tétraplégie et la paraplégie sont des formes graves de handicap. Elles sont dotées chacune de caractéristiques différentes mais, ont la même conséquence qu’est l’immobilité. Dans ce cas, en quoi sont-elles divergentes ? L’une de ces deux maladies est-elle moins grave ? Voici les différences entre la tétraplégie et la paraplégie.

Explications sur la paralysie médullaire 

Cette forme d’insensibilité est caractérisée par un blocage entre le cerveau et le reste du corps. En effet, l’encéphale contrôle tout le canal rachidien d’un individu. En d’autres termes, il envoie des signaux à tous les autres organes du corps par son biais. Il s’agit entre autres :

  • Des bras ;
  • Des jambes ;
  • Des articulations.

Il est également impliqué dans les procédés organiques comme la circulation sanguine, la digestion et la respiration. Pour arriver à transmettre ses directives, le cerveau utilise la moelle épinière comme couloir de transmission. De ce fait, la paralysie est la conséquence directe de l’interruption du transfert de signaux.

Autrement dit, le handicap médullaire provient d’un problème survenu au niveau de la substance épinière. Ce qui conduit irrémédiablement à l’apparition de la paraplégie ou de la tétraplégie. Cependant, il convient de souligner que la lésion est le déterminant du type de paralysie.

Tétraplégie et paraplégie : le point commun

Ces deux types d’immobilité ont en commun leur cause d’apparition. En effet, l’individu touché d’infirmité partielle ou totale subit, en majorité, un traumatisme. Toutefois, elle peut également provenir d’atteinte non traumatique.

Causes violentes

Dans cette catégorie, le malade est victime d’un violent contact, touchant la colonne vertébrale. Par conséquent, la moelle épinière est endommagée. Au nombre de ces traumatismes, il y a :

  • Les accidents de routes ;
  • La réception d’une balle au cours d’une agression ;
  • Les chutes dans l’escalier ou d’une position située en hauteur ;
  • Le plongeon dans une piscine peu profonde.

Les accidents au cours de la pratique de sport peuvent également causer une tétraplégie ou une paraplégie. Toutefois, ce cas de figure est très rare.

Causes non violentes

Représentant un quart des cas de paralysie médullaire, cette catégorie se compose des maladies graves et d’accidents médicaux. En premier, il y a l’accident d’anesthésie qui survient au cours d’une intervention chirurgicale. Ensuite, il y a la myélite qui se définit comme une inflammation ou une infection de la région dorsale.

Les malformations sont aussi à la base d’une infirmité complète ou incomplète. Enfin, les tumeurs engendrent ce problème lorsqu’elles sont logées dans la zone de la moelle épinière. Il faut notifier que leur rôle est de provoquer des troubles sensitifs, de sorte à créer le handicap.

Tétraplégie et paraplégie : les points de divergence

Bien que signifiant la même chose, la tétraplégie et la paraplégie sont différentes en de nombreux points. Il s’agit en l’occurrence des manifestations, du positionnement de la lésion, des traitements et des résultats obtenus.

Manifestations

La paraplégie consiste en la paralysie des membres inférieurs et de la zone basse du tronc. Quant à la tétraplégie, elle se définit comme l’inactivité de tous les quatre membres. Ce qui implique qu’une personne paraplégique est encore en mesure d’utiliser ses bras et son buste. En effet, seules les zones situées en dessous de la lésion sont touchées par le handicap.

Par contre, un malade tétraplégique devient complètement infirme. Ses bras comme ses pieds ne répondent plus aux signaux envoyés par le dispositif cervical. La gravité du problème dépend de l’étendue et de la position du dommage à l’origine de la maladie.

Position de la lésion

Pour que le docteur diagnostique une paraplégie, il faut que la lésion se trouve au niveau du dos. Lorsqu’elle se trouve à une position assez basse, l’immobilité touche uniquement la partie inférieure du corps. Cependant, une position plus haute entraîne une <<haute paraplégie>>. La conséquence est que d’autres fonctions motrices sont atteintes par l’infirmité.

En ce qui concerne la tétraplégie, la blessure, étant à son origine, se trouve au niveau de la tête. À défaut, la lésion est retrouvée juste en dessous de la base crânienne. De ce fait, tout le système nerveux, notamment les nerfs rachidiens, se trouve en dessous. Aussi, un choc violent à la nuque peut être à l’origine d’un handicap de tout le corps.

Organes touchés

L’apparition de la paraplégie affecte la sensibilité de la peau au niveau des pieds et des jambes. En fonction de l’étendue de la lésion, d’autres troubles accompagnent l’immobilité. Il s’agit surtout de :

  • L’incontinence urinaire ;
  • La constipation ;
  • La mauvaise érection.

Ainsi, l’appareil urinaire, le dispositif génito-sexuel et le système digestif sont également atteints. À propos du dernier organe, des problèmes de transit intestinal sont aussi prévisibles. Aussi, une spasticité musculaire, semblable à une gêne, est aussi ressentie.

Quant à la tétraplégie, elle touche toutes les parties affectées par une paraplégie, en plus des membres supérieurs. À cela s’ajoutent des troubles de la respiration. En effet, la paralysie affecte les muscles abdominaux et intercostaux et les rend fragiles. Par conséquent, le diaphragme est également paralysé.

La conséquence directe de ce phénomène est une insuffisance respiratoire. La peau est aussi atteinte par cette forme de paralysie médullaire. Le malade n’est plus en mesure de sentir la douleur. Cette absence de stimulation s’étend à toutes les zones corporelles.

Traitements

À ce jour, aucun traitement efficace n’est encore trouvé autant pour la paraplégie que pour la tétraplégie. Toutefois, la meilleure alternative pour amoindrir les effets de ces formes d’infirmité est la chirurgie. Le but de l’intervention est de rétablir la connexion entre le système nerveux central et les ligaments périphériques. Pour y parvenir, il faut donc restaurer la lésion faite à la moelle épinière.

Cette performance n’est malheureusement pas possible dans le cas d’une tétraplégie. Pour ce qui est de la paraplégie, elle est possible à la condition que la blessure ne soit pas grande ou profonde. Toutefois, pour obtenir un meilleur rendement, il faut s’attaquer à la cause du problème.

Un diagnostic doit être effectué après la réalisation d’une batterie de tests, en plus d’une IRM ou d’un scanner. Quelle que soit la solution trouvée, plusieurs séances de rééducation seront vitales pour que le malade recouvre sa mobilité.

Résultats obtenus

Avant toute chose, il faut souligner que seule la paraplégie peut susciter une intervention afin d’augmenter les chances de guérison. Pour ce qui est de la tétraplégie, à moins d’être momentanée, elle ne peut être traitée. Le malade doit se faire aider pour ses besoins courants. Pour revenir à l’immobilité partielle, il est possible que le patient recouvre son autonomie dans l’accomplissement de certaines tâches. Par exemple, il peut conduire, changer de siège, ou encore manger sans l’aide d’un proche.

En somme, cinq éléments servent à distinguer la tétraplégie de la paraplégie. Il faut également préciser que la paralysie partielle peut engendrer des complications. Ce qui n’est pas le cas de l’immobilité totale.

Vous aimerez aussi :

Related Articles