Accueil Grossesse et allaitement Quels sont les différents rendez-vous médicaux pendant la grossesse ?

Quels sont les différents rendez-vous médicaux pendant la grossesse ?

0
Quels sont les différents rendez-vous médicaux pendant la grossesse ?
Femme enceinte à un rendez-vous médical

Pour vous assurer que votre grossesse se passe bien, vous allez devoir vous rendre à des visites médicales. Cependant, combien de fois devrez-vous y aller ? Quels sont les tests et les examens que vous allez devoir passer ? Retrouvez toutes les réponses dans ce guide médical pour les femmes enceintes !

Règle générale sur le suivi d’une grossesse

Le souhait de tous les futurs parents est que la grossesse se déroule bien. Ainsi, les visites chez le professionnel de la santé se font à une fréquence bien précise.

D’abord, la nouvelle maman fait une première visite avant 12 semaines de grossesse. Ce qui correspond signifie que ce premier contrôle est effectué avant que le premier trimestre ne s’écoule. Au-delà de la douzième semaine de grossesse, la femme enceinte doit se rendre chez le médecin toutes 4 à 6 semaines. Cette fréquence est requise jusqu’à la 30e semaine d’aménorrhée.

À partir de la 31e semaine de grossesse, une visite médicale est à faire toutes les 2 à 3 semaines. Cette fréquence de rendez-vous prénatal dure jusqu’à la 36e semaine. Dès la 37e semaine d’aménorrhée, la fréquence des visites est d’une semaine jusqu’au jour de l’accouchement.

Bon à savoir : Tout au long de ce processus de suivi, une batterie d’examens et d’échographies est réalisée pour s’enquérir de la santé du bébé et de la maman.

Le suivi de grossesse : qui doit s’en occuper ?

Le professionnel de santé en charge du suivi d’une femme enceinte varie en fonction des services disponibles dans la région. De ce fait, la future maman peut être suivie par :

  • un médecin de famille ;
  • un (e) obstétricien (ne) ;
  • une sage-femme / une infirmière praticienne spécialisée (IPS).

Quant à la troisième option, celle des sages-femmes, elle est uniquement destinée aux femmes ayant une grossesse normale. Autrement dit, ces professionnels ne peuvent pas suivre les femmes enceintes avec des antécédents médicaux. Ces grossesses requièrent une surveillance particulière.

Néanmoins, si un IPS doit faire le suivi d’une grossesse à risque élevé, elle doit le faire en collaboration avec un médecin. Il peut arriver que la complication surgisse en cours de grossesse. Dans ce cas, l’infirmière met en place un suivi particulier sous la supervision d’un médecin obstétricien.

En fonction du problème constaté, la surveillance approfondie peut se baser sur la tension artérielle et la glycémie. En outre, le développement du bébé est évalué plus fréquemment. Cette précaution doit être soutenue en cas de grossesse multiple.

En outre, il faut noter que la fréquence des suivis dépend entièrement de la nature du diagnostic et de sa gravité. Aussi, outre les agents de santé classique concernés, ce type de suivi requiert aussi la présence des médecins internistes et des néonatologistes.

Attention : pour les parents désireux d’avoir un suivi de grossesse entièrement couvert, ils doivent posséder une carte d’assurance maladie valide.

Rendez-vous de suivi de grossesse : qu’est-ce qui y est fait ?

Globalement, une visite de suivi de grossesse sert à vérifier le bon déroulement de la grossesse. Les constantes de la maman et du bébé sont aussi prises pour un checkup complet de leur santé.

Première visite de la femme enceinte

La plus grande tâche est effectuée au moment de la première visite prénatale. En effet, le professionnel de la santé va poser une série de questions concernant les antécédents familiaux et médicaux.

Ce faisant, il arrive à dresser un profil précis de l’état de santé de la femme enceinte. Une fois les résultats obtenus, il adapte le suivi de grossesse selon les besoins de la future mère. En guise d’exemple, le professionnel de santé cherche certaines maladies chroniques ou génétiques dans la famille de la femme ou dans celle du père.

Les affections congénitales activement recherchées sont :

  • l’hypertension artérielle ;
  • le diabète ;
  • la trisomie 21.

En plus de cela, le médecin va pratiquer un examen physique complet. Il s’agit de la prise de la tension artérielle, du poids et de la taille. Une auscultation du cœur et des poumons est aussi requise. Pour finir, un examen gynécologique est également effectué. 

Par ailleurs, si le contrôle prénatal est effectué chez une sage-femme, cette dernière décide de continuer le suivi après cette première visite. Évidemment, si la grossesse est complexe, la sage-femme va rediriger la future maman vers un professionnel plus compétent.

Deuxième et les autres visites prénatales

À partir de la deuxième ainsi qu’au cours des autres visites de suivi de grossesse, le professionnel de la santé reste à l’affût d’éventuels changements. Pour cela, il vérifie certains paramètres cliniques tels que :

  • le poids de la mère et du bébé ;
  • les signes vitaux comme la pression artérielle, le pouls et le rythme respiratoire ;
  • les battements du cœur de l’embryon et ses mouvements ;
  • les informations physiologiques de l’utérus ;

En dehors de cette liste, la croissance et la position du bébé sont aussi observées. Ces données sont relevées à la fin du deuxième trimestre. En plus, les pertes de liquide ou de sang et la présence de contractions sont les autres informations recherchées.

Il arrive aussi que la femme enceinte subisse un examen vaginal au cours des visites. Cependant, il a lieu lors des rendez-vous prénataux proches de la date prévue de l’accouchement. Aussi, il faut souligner que le professionnel de santé se doit de répondre aux questions et de donner des conseils.

En outre, le docteur affecté au suivi de la grossesse doit également aborder les aspects importants de la grossesse. Il s’agit en occurrence de la nutrition, des malaises courants et des tests disponibles tels que l’échographie et le dépistage prénatal.

Rendez-vous médicaux pendant la grossesse : les tests à faire

Les premiers examens consistent à des analyses d’urine et des prises de sang durant la grossesse. L’objectif de ces tests de déterminer le groupe sanguin de la femme enceinte. En outre, le médecin doit vérifier la présence d’une éventuelle anémie.

Le dépistage du diabète et certaines maladies infectieuses sont de mise. Parmi ces affections, les plus en vue sont :

  • le VIH Sida ;
  • l’hépatite B ;
  • la syphilis.

Un package de test PAP, contenant le dépistage du test du col de l’utérus et des IST, est aussi fait. D’autres tests approfondis sont requis pour recouper toutes les informations liées à la grossesse.

Dépistage prénatal : que chercher et quand le faire ?

 Ce test sert à vérifier la présence de :

  • la trisomie 21 ;
  • la trisomie 13 ;
  • la trisomie 18.

Pour réaliser ce test, il faut une première prise de sang entre la 10e et la 13e semaine d’aménorrhée. Pour corroborer le premier résultat, une deuxième prise de sang est faite entre la 14e et la 16e semaine d’aménorrhée.

Attention : ce dépistage doit être autorisé par la future maman. Elle doit être aussi à la base de la prise de décision.

Échographie : que chercher et quand le faire ?

Une échographie sert à observer le bébé dans le ventre de sa maman grâce à un moniteur d’imagerie. Elle est réalisée entre la 11e et la 14e semaine de grossesse pour la première fois. Sa première fonction est la détermination de la date de conception du bébé.

L’évaluation de la clarté nucale du bébé est aussi un des objectifs de l’échographie. Grâce à cette information, le professionnel connaît l’épaisseur entre la peau du cou du bébé et sa colonne vertébrale.

À ce stade de la grossesse, la détermination d’une trisomie 21 est une probabilité. En cas de doute avéré, le professionnel suivant la grossesse va proposer des examens complémentaires. Il s’agit d’une amniocentèse avec étude des chromosomes.

Une autre échographie est effectuée entre la 18e et la 20e semaine d’aménorrhée. Elle est requise pour un autre contrôle des constantes du bébé et de la mère. Il s’agit essentiellement :

  • du développement du bébé ;
  • de la position du placenta ;
  • de la quantité de liquide amniotique ;
  •  des structures anatomiques.

En plus de toutes les vérifications, une présentation complète du fœtus est faite à la future maman.

Dépistage du diabète de grossesse : que chercher et quand le faire ?

Au cours de cet examen, le médecin va chercher une hyperglycémie provoquée par voie orale. Elle est généralement faite entre la 24e et la 28e semaine d’aménorrhée.

Dépistage du streptocoque B : que chercher et quand le faire ?

Cet examen est normalement vers la 36e semaine d’aménorrhée. Étant une bactérie, le streptocoque B se situe dans :

  • le vagin de la femme enceinte ;
  • le rectum de la future maman ;
  • la vessie de toutes les femmes.

Bien que cette bactérie soit sans danger pour la mère, elle est la cause d’infections sévères chez le bébé.

 Généralement, environ 10 à 30 % des futures mères sont porteuses de cette bactérie dans la partie vaginale. Parmi elles, certaines sont en mesure de contaminer leur bébé pendant l’accouchement. Les experts estiment que 1 à 2 % des bébés sont susceptibles de développer le streptocoque B.

Bon à savoir : en cas de résultat positif pour le test de dépistage du streptocoque B, la maman obtient une prescription d’antibiotiques à la date de l’accouchement.

Se faire suivre par une sage-femme : le principal avantage
Les femmes enceintes suivies par une sage-femme ont le choix du lieu de naissance de leur bébé. En effet, il lui est possible d’accoucher :

  • dans une maison de naissance ;
  • à l’hôpital ;
  • à domicile.

Bien évidemment, ce sujet est abordé au cours du suivi prénatal par la sage-femme.

Pour conclure, sachez que les visites prénatales commencent vers la fin du 1er trimestre. Au fur et à mesure de l’avancée de la grossesse, la fréquence des rendez-vous augmente. Au cours de ces contrôles réguliers, le professionnel de la santé prescrit un nombre de tests et d’examens. Ainsi, il suit correctement le développement du bébé et la santé de la mère.