Global Statistics

All countries
551,312,585
Confirmed
Updated on June 29, 2022 9:23 pm
All countries
523,612,526
Recovered
Updated on June 29, 2022 9:23 pm
All countries
6,354,819
Deaths
Updated on June 29, 2022 9:23 pm

Quels sont les différents types de constipation ?

La constipation est un trouble relatif à la digestion, qui se traduit par le resserrement du ventre, empêchant d’aller en temps normal à la selle. La personne atteinte ne peut presque pas aller aux toilettes, à cause du retard ou du défaut d’évacuation de selles. Il existe cependant plusieurs types de constipation, d’autant plus que les origines de cette situation sont multiples. À cet effet, il est crucial d’identifier le type de constipation dont vous souffrez afin d’y adapter les soins. Voici détaillés, les différents types de constipation.  

Constipation par fréquence

En fonction du critère fréquence, il existe deux différents types de constipation : constipation occasionnelle et constipation chronique.

Phénomène de constipation – © Crédit : informationhospitaliere.com
Phénomène de constipation – © Crédit : informationhospitaliere.com

Constipation occasionnelle

Encore connue sous le nom constipation passagère, la constipation occasionnelle est caractérisée par des difficultés à aller à la selle. Plus encore, les selles sont généralement sèches et dures, mais la constipation est évoquée selon le métabolisme digestif de chaque personne. Cependant, les spécialistes indiquent qu’une personne peut dire qu’elle est constipée, dès que la fréquence de défécation est en dessous de trois par semaine.

Ce rythme peut être toutefois normal chez une personne, c’est pour cela qu’on dit que la fréquence de défécation dans le cadre d’une constipation dépend de chaque individu. En effet, la constipation occasionnelle dure au plus quelques semaines. Elle est, dans la plupart des cas, causée par un épisode de stress, une maladie, etc.

La constipation occasionnelle est la plus courante, vous n’aurez donc pas à vous inquiéter, puisqu’avec un peu d’aide, elle disparait très rapidement.

Constipation chronique

La constipation chronique peut être définie comme une constipation permanente, qui se manifeste de la même manière que la constipation occasionnelle (c’est-à-dire des selles sèches, dures, et en dessous de trois par semaine).

Une constipation est qualifiée de chronique lorsqu’elle est présente pendant plus de six mois. Ce type de constipation peut altérer votre quotidien et camoufler un problème plus grave.

La constipation chronique peut tout de même être la cause d’un stress prolongé ou d’une mauvaise hygiène de vie, cela signifie qu’elle peut être bénigne. Dans ce contexte, il est important de consulter un médecin pour s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une atteinte plus grave.

Constipation par zone du corps où le trouble est localisé

Il est possible de catégoriser la constipation suivant la partie du système digestif atteint par le trouble. Nous distinguons à cet effet la constipation de transit et la constipation terminale.

Constipation de transit

Une constipation est dite de transit, lorsque le trouble (constipation) est causé par une stagnation des déchets alimentaires au niveau du côlon.

Constipation terminale

La constipation terminale peut se définir par une stagnation de selles au niveau du rectum. Dans ce cas, la constipation n’est pas nécessairement provoquée par une altération du ralentissement du péristaltisme. Autrement dit, ce n’est pas un dysfonctionnement du mécanisme de poussée des aliments vers l’évacuation qui provoque le trouble, mais plutôt une anomalie ayant atteint l’anus ou le rectum.

Constipation par facteur ou origine

On distingue trois types de constipation en fonction des facteurs qui les déclenchent : la constipation iatrogène, la constipation organique et la constipation primitive.

Constipation iatrogène

On parle de constipation iatrogène, dans les cas où les difficultés de défécation constituent un effet secondaire survenant à la suite de la prise d’un médicament. Il existe en effet plusieurs médicaments ayant la constipation comme l’un des effets secondaires.

Ainsi, en cas d’apparition de constipation dans le cadre d’un traitement, il faut consulter la notice. Vous pourriez y découvrir le facteur déclenchant du trouble. Lorsque cette constipation dure, vous pouvez néanmoins consulter un médecin dans l’optique de trouver un traitement ou une solution idéale à votre situation.

Constipation organique

La constipation organique est évoquée, lorsque le facteur déclenchant du trouble est interne, c’est-à-dire qu’elle est issue du dysfonctionnement d’un organe.  Elle est la plus grave, puisque si la constipation que le problème provoque n’est pas grave, le problème même peut l’être.

 C’est le cas par exemple du syndrome de l’intestin irritable, qui peut engendrer la constipation et par la même occasion une occlusion intestinale, une diverticulite ou encore un cancer colorectal. À ce sujet, il est recommandé de se faire consulter en cas de constipation chronique et d’apparition des symptômes comme, sang dans les selles ou vomissements.

Constipation primitive

Lorsque la constipation n’est ni iatrogène ni organique, il s’agit de la constipation primitive. Autrement dit, la constipation est provoquée par des facteurs extérieurs tels que : période de stress, mauvaise hygiène de vie, etc. La constipation primitive est la plus répandue, mais elle est la moins dangereuse.

Vous aimerez aussi :

Related Articles