Accueil Grossesse et allaitement Quels sont les différents types de contractions ?

Quels sont les différents types de contractions ?

0
Quels sont les différents types de contractions ?
Femme enceinte ayant des contractions

Les contractions sont souvent des signes annonciateurs du début du travail et d’un accouchement imminent. Cependant, toutes les douleurs du ventre que la femme peut ressentir tout au long de sa grossesse ne sont pas nécessairement des contractions. Certaines contractions dites de faux travail peuvent elles aussi prêter à confusion. Il est donc nécessaire de connaitre les différents types de contractions et d’apprendre à les identifier.

Qu’est-ce qu’une contraction de grossesse ?

Les contractions de grossesse sont des phénomènes qui suivent la femme tout au long de la grossesse jusqu’à l’accouchement. Il s’agit essentiellement de contractions des muscles utérins et qui se répercutent sur le bas du dos ainsi que d’autres parties du corps.

Le type de contraction ainsi que son intensité varie d’une femme à une autre. En effet, il existe des contractions qui sont liées au travail et d’autres qui ne le sont pas. Les contractions de grossesse ont pour but de faciliter les mouvements du bébé dans le canal génital.

Comment se présentent les contractions ?

Les contractions de grossesse se ressentent surtout dans l’abdomen. Toutefois, d’une femme à une autre, ces contractions sont assez différentes. Beaucoup de femmes affirment que les contractions de grossesse ressemblent beaucoup aux crampes menstruelles. Elles peuvent donner lieu à des maux de dos intenses, mais aussi à des pertes d’eau. Toutefois, certaines contractions de grossesse ne signifient pas un début de travail. Elles peuvent seulement indiquer que le métabolisme de la femme se prépare à donner la vie.

Quels sont les types de contractions pendant la grossesse ?

Les contractions qui se manifestent durant la grossesse sont différentes des contractions d’accouchement.

Les contractions de Braxton-Hicks

Également appelées contractions de « ’faux travail »’, les contractions de Braxton-Hicks peuvent se produire pendant toute la durée de la grossesse. Bien que certaines femmes soient inquiétées par ce type de contractions, il n’y a pas de quoi s’alarmer. Ces contractions sont normales et résultent des différents mouvements des muscles du périnée.

Les contractions de Braxton-Hicks ne sont ni régulières ni douloureuses. Toutefois, chez certaines femmes, ces contractions de faux travail peuvent entrainer des saignements. Il est recommandé dans une telle situation de se rendre chez son médecin.

Le travail prématuré

Le travail prématuré (également appelé contractions précoces) est l’apparition de contractions avant la 36e semaine de grosse. Les contractions liées au travail prématuré sont facilement reconnaissables. En effet, elles sont généralement caractérisées par :

  • Des contractions régulières de l’utérus
  • Une intensification progressive de la douleur
  • Des écoulements aqueux

Ce type de contractions n’est pas toujours synonyme d’un accouchement prématuré. Le travail prématuré peut également révéler que la future mère fait face à une surcharge physique. Une surcharge émotionnelle peut également être à l’origine de ces contractions. Dans ce cas de figure, il est recommandé de prendre du repos et d’abandonner tout type de travaux stressants.

Les contractions de prétravail

Les contractions de prétravail préparent le corps de la mère à l’accouchement. Elles apparaissent chez certaines femmes vers la 36e semaine de grossesse et chez d’autres à partir du troisième trimestre. Les contractions de prétravail sont pour la plupart indolores. Toutefois, leur intensité peut augmenter avec l’approche de l’accouchement. Elles se caractérisent également par :

  • Des sensations au niveau du bas du dos ;
  • Des douleurs au niveau de l’aine ;
  • Une sensation de pression sur la vessie, etc.

Le rôle des contractions de prétravail est de préparer le bébé en le plaçant dans la meilleure position à l’intérieur du bassin.  

Les contractions d’accouchement

Les contractions d’accouchement sont différentes des contractions enregistrées pendant la grossesse. Certaines femmes pensent qu’elles peuvent mal interpréter le type de contractions, mais en réalité, il est difficile de les confondre. Les contractions d’accouchement sont beaucoup plus intenses que les contractions de prétravail. De plus, elles se manifestent uniquement à l’approche imminente de l’accouchement.

Les contractions de dilatation

Ces contractions apparaissent généralement dès la 37e semaine de grossesse. Elles annoncent le début de l’accouchement et favorisent l’ouverture du col de l’utérus. Pour beaucoup de femmes, les contractions de dilatation sont semblables aux douleurs menstruelles. Si dans un premier temps, les contractions de dilatation sont espacées, elles deviennent ensuite régulières.

Les contractions de pression

Les contractions de pression symbolisent la phase d’expulsion. Contrairement aux contractions de dilatations, elles sont beaucoup plus intenses. Ce sont les contractions de pression qui donne à la femme l’envie de faire sortir le bébé du ventre.

Les contractions de délivrance

Les contractions de délivrances sont très faibles. Elles contribuent surtout à l’évacuation du placenta.

Les contractions postnatales

Les contractions ne prennent pas fin après la délivrance. Elles peuvent encore se manifester plusieurs jours après l’accouchement. Même si les contractions postnatales ne sont pas appréciées, elles jouent un rôle important. En effet, ces contractions sont nécessaires pour que l’utérus revienne à sa taille de départ. Il faut également noter que les contractions postnatales s’intensifient au fil des grossesses.

Les contractions post-accouchement ne sont pas dangereuses et disparaissent naturellement au bout de quelques jours. Certains antidouleurs permettent de les soulager facilement. Par ailleurs, de nombreux hôpitaux proposent des thérapies pour limiter les effets de ces contractions.

Quelles sont les astuces pour calmer les contractions ?

Il existe plusieurs méthodes pour supporter ou atténuer la douleur des contractions.

Respirer

Se concentrer sur sa respiration permet de contenir la douleur provoquée par la contraction. Une fois que vous avez appris à mesurer l’intervalle entre chaque contraction, il vous suffit d’inspirer profondément au début et d’expirer vers la fin de la contraction.

Se couler un bain chaud

Un bain chaud peut également aider à supporter la douleur liée aux contractions. En effet, une eau chaude stimule la circulation du sang, permettant ainsi aux muscles de se relâcher. Pour que le bain chaud fasse effet, la mère doit immerger entièrement son ventre. Toutefois, une immersion prolongée dans un bain chaud n’est pas l’idéal pour le bébé.

Prendre un anti spasmodique

La plupart du temps, les mères envisagent l’utilisation de recettes naturelles pour atténuer la douleur des contractions. Même si celles-ci ont fait leurs preuves pour la plupart, elles peuvent souvent se montrer inefficaces. Dans ce cas de figure, l’ultime solution pour la mère est de faire appel à son médecin. Il peut alors lui recommander un anti spasmodique pour les douleurs.

Il est important de rappeler que le médecin est la personne plus qualifiée pour recommander un antispasmodique, car certains de ces médicaments peuvent avoir des effets secondaires.