Global Statistics

All countries
551,452,848
Confirmed
Updated on June 29, 2022 11:23 pm
All countries
523,627,171
Recovered
Updated on June 29, 2022 11:23 pm
All countries
6,355,182
Deaths
Updated on June 29, 2022 11:23 pm

Infertilité féminine et masculine: quels traitements efficaces?

Chez l’homme comme chez la femme, les problèmes d’infertilité sont de plus en plus récurrents de nos jours. Heureusement, les avancées notables de la science ont permis de trouver des approches de solutions pour ces problèmes. Quels sont donc les traitements les plus efficaces contre l’infertilité masculine et féminine ? Retrouvez ici, les techniques chirurgicales ou médicales les plus à même de contrer l’infertilité féminine et masculine.

Les traitements contre l’infertilité masculine

Avant tout, il est important de préciser que les traitements contre l’infertilité peuvent varier selon qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme. Par ailleurs, le traitement à adopter dépend aussi de la fertilité du ou de la partenaire du patient.

Les techniques chirurgicales de reperméabilisation des voies génitales

Chez l’homme, l’un des meilleurs traitements contre l’infertilité est une intervention chirurgicale visant à redonner de la perméabilité aux voies génitales. Cette solution est envisageable dans les cas de vasectomie ancienne, ou d’obstacles bilatéraux dans la région de l’épididyme.

Le traitement chirurgical de la varicocèle

La varicocèle est une anomalie essentiellement caractérisée par une abondance de varices autour des veines testiculaires. Cette infection est bien souvent la cause de nombreux cas d’infertilité. Cependant, un traitement chirurgical peut favoriser un retour à la normale chez l’homme. Ce traitement peut, soit correspondre à une incision classique abdominale ou à une coelioscopie. Cette dernière opération consiste à introduire délicatement une petite caméra dans l’abdomen, dans le but de déterminer avec précision le nombre de varices et opter pour l’action la plus idéale.

Généralement, une intervention chirurgicale contre la varicocèle induit une ligature des veines spermatiques. Celle-ci entraine inévitablement une régression des veines du cordon. Ce traitement apparait comme le plus efficace contre l’infertilité chez l’homme, avec des taux de réussite allant de 30 à 50%.

Les traitements médicaux chez l’homme

Toujours chez l’homme, certains traitements médicaux peuvent permettre d’enrayer l’infertilité. Ces derniers peuvent fortement varier selon l’origine du cas d’infertilité.

Les cas d’infection de la prostate sont généralement traités avec une prescription d’antibiotiques, courant le premier mois de l’infection. Par ailleurs, les traitements à l’antibiotique sont également recommandés dans les cas de MST (Maladie Sexuellement Transmissible). De même, la prescription d’hormones est également un traitement médical efficace contre l’infertilité masculine. Ces hormones visent à restaurer le fonctionnement des testicules. Elles sont également utilisées dans l’amélioration de la qualité du sperme. Les résultats de ce traitement sont assez intéressants.

Enfin, les médicaments corticoïdes sont une bonne alternative dans la lutte contre l’infertilité masculine. Toutefois, ce type de traitement n’est généralement applicable qu’en cas d’infertilité d’origine immunologique, qui peut conduire à une production d’anticorps contre les spermatozoïdes.

L’assistance médicale à la procréation (AMP)

Il faut noter que les traitements médicaux et chirurgicaux ont souvent de faibles chances de réussite. Ainsi, l’assistance médicale à la procréation apparait comme la meilleure solution, au vu de son inestimable taux de réussite.

D’abord, la première option demeure celle de l’insémination artificielle. Cette opération augmente fortement les chances de réalisation de la fécondation. En effet, le sperme est directement placé dans la cavité utérine. De cette façon, les spermatozoïdes ont de grandes chances de survivre. Cependant, il peut arriver que l’insémination artificielle soit un échec. Dans ce cas, il y a toujours l’option de la fécondation in vitro.

Pour une réussite complète de cette fécondation, il est aujourd’hui conseillé d’y associer l’IMSI (injection intracytoplasmique d’un spermatozoïde morphologiquement) qui permet de choisir, à l’aide d’un microscope puissant, le spermatozoïde le plus à même d’aboutir au processus de fécondation.

Mais avant de recourir à la fécondation in vitro, on peut aussi passer par une ICSI, qui est une opération visant l’injection dans l’ovule, d’un spermatozoïde à l’aide d’une micropipette.

Les traitements de l’infertilité féminine

Dans 10 à 15% des couples, l’infertilité est d’origine féminine. Cette infertilité peut avoir des origines extrêmement variées. Pour cette raison, les médecins réalisent de nombreux examens pour déterminer avec précision le problème, et définir la marche à adopter.

La stimulation de l’ovulation par traitement médicamenteux

La première piste de solution pour une infertilité féminine est une stimulation de l’ovulation, grâce à des médicaments.

La prise par voie orale d’anti-œstrogènes tels que Clomid ou Pergotime, met le corps de la femme dans les conditions optimales, pour la production des hormones nécessaires à la maturation de l’œuf. Ces médicaments accroissent de 10% les chances de survenue d’une grossesse chez la femme.

De même, les gonadotrophines sont aussi une excellente option pour lutter contre l’infertilité féminine. En effet, ces dernières, injectées de façon quotidienne, favorisent un développement accru des œufs dans l’ovaire. Prescrits en cas d’échec des anti-œstrogènes, les gonadotrophines propulsent les chances de grossesse de 30%.

En dernier recours, figurent la bromocriptine et la cabergoline, qui sont recommandés pour les femmes atteintes d’hyperprolactinémie. Ces médicaments sont pris par voie orale.

Le traitement chirurgical de l’infertilité féminine

Chez les femmes, les traitements chirurgicaux ne sont requis que pour les rares cas ayant été intolérants aux traitements médicamenteux. Ces cas souffrent généralement d’endométriose, de fibrome ou d’une fermeture des trompes de Fallope.

Il convient toutefois de rappeler que les interventions chirurgicales contre l’infertilité féminine ont un taux de réussite relativement faible. Pire, ces opérations accroissent les risques de grossesses extra-utérines.

L’assistance médicale à la procréation féminine

Les techniques d’assistance médicale à la procréation sont utilisées, lorsqu’autant les traitements chirurgicaux que les traitements médicaux n’aboutissent pas.

Tout d’abord, si la femme est victime d’endométriose ou d’infertilité tubaire, la fécondation in vitro sans micromanipulation est la meilleure option pour palier à son infertilité.

On peut également opter pour une congélation d’ovocytes, encore appelée cryoconservation ovocytaire. Ce traitement consiste à extraire quelques ovocytes suite à une excitation ou non des ovaires, avant leur conservation dans l’azote liquide. Ils sont ensuite stockés en vue d’une éventuelle grossesse.

L’outil de fertilité FIGO 5

Mis en place pour répondre, selon le cas, aux problèmes d’infertilité féminine, FIGO 5 est un outil de traitement proposant des niveaux et ressources de traitement, selon les choix et situations socio-économiques des patients.

Les services de niveau soins primaire

Au bas de l’échelle de l’outil FIGO 5, figurent les soins de niveaux primaires. Ces derniers sont généralement administrés dans des centres de santé ordinaires et consistent essentiellement à assister et conseiller la patiente.

La première étape dans ces soins correspond à l’identification des ressources disponibles pour le traitement. Il est ici question de juger la familiarité du médecin généraliste avec les problèmes d’infertilité et la gamme de solutions que celui-ci propose.

Ensuite, il sera question de décrire les causes et conséquences de l’infertilité. Le médecin se basera donc sur les examens physiques et les diagnostics effectués, pour expliquer à la patiente l’origine de son état physiologique. Cette dernière doit également comprendre les ressources disponibles ainsi que les conséquences que peuvent entrainer celles-ci.

L’étape la plus importante des soins primaires, c’est de proposer à la patiente, les traitements possibles, mais surtout disponibles. Le médecin doit ici expliquer de façon claire et précise, les différentes options, leurs avantages et même leurs risques. La patiente doit avoir toutes ces informations avant d’opérer un choix judicieux.

Pour finir, le médecin conseille et accompagne le traitement. Les problèmes culturels et socio-économiques entrent en ligne de compte, pour fournir à la patiente le soutien et les conseils adaptés à sa situation.

Les services de niveau de soins intermédiaires

Les services de niveau de soins intermédiaires sont celles suivant immédiatement les soins primaires dans l’outil FIGO 5. Ces derniers consistent majoritairement en la fourniture d’un traitement de base approprié au cas d’infertilité féminine.

Ces soins commencent généralement par une limitation des activités invasives telles que :

  • La planification des rapports sexuels ;
  • Le contrôle de la température basale ;
  • Les limitations du régime alimentaire ou médical ;
  • L’utilisation de calendriers.

En effet, ces activités, selon plusieurs études, n’augmentent en rien le risque de fertilité chez la femme.

Il est recommandé d’éviter ces activités parce qu’elles peuvent, non seulement, causer de nombreuses perturbations, mais aussi et surtout entrainer des dépenses économiques et un fort stress chez la patiente.

Après la limitation de ces activités, on passe au traitement de citrate de clomifène. Ce traitement consiste à créer, de façon régulière, une ovulation dans le but d’accroitre le taux de grossesse. Les patientes suivant ce traitement sont sélectionnées avec une rigueur absolue, sur 6 cycles de traitement.

Les services de niveau de soins avancés

Sur l’échelle de l’outil FIGO 5, les services niveau de soins avancés constituent la dernière option et ne sont sollicitées qu’en cas d’échec des deux autres niveaux. Ces services ne sont administrables, que dans les centres dotés d’un équipement adéquat pour ce genre d’opérations.

La première option des services de niveau de soins avancés est l’insémination ultra-utérine (IUU), qui se précède généralement d’une stimulation des ovaires. Cette technique peut être très efficace pour les spermatozoïdes décongelés.

Par ailleurs, l’utilisation du sperme de donneurs est également une bonne option. Il faut, dans ce cas précis, vérifier que la société et le patient respectent bien les lois qui encadrent le don de sperme.

En dernier recours des services de niveau de soins avancés, figurent les chirurgies de l’infertilité. Ces dernières peuvent être orientées vers :

  • Les fibromes ;
  • Les adhérences ;
  • L’endométriose.

Notez que ces chirurgies de l’infertilité féminine sont les plus courantes.

D’un autre côté, le drilling ovarien est aussi une excellente réponse à l’infertilité féminine. Ce traitement intervient exceptionnellement, pour les cas de syndrome d’ovaires polykystiques.

Il convient également de mentionner la chirurgie hystéroscopique qui est indiquée dans les cas suivants :

  • La cloison utérine ;
  • Les polypes ;
  • Les adhérences intra-utérines ;
  • Les myomes ;
  • L’obstruction coronaire.

Enfin, il revient de noter que tant du côté masculin que féminin, les cas d’infertilité sont de plus en plus récurrents. Cela ne doit en aucun cas être une source d’inquiétude. Fort heureusement, plusieurs traitements (médicamenteux et chirurgicaux) sont aujourd’hui disponibles pour résoudre ce problème.

Vous aimerez aussi :

Related Articles