Global Statistics

All countries
648,352,481
Confirmed
Updated on December 2, 2022 12:06 am
All countries
624,654,245
Recovered
Updated on December 2, 2022 12:06 am
All countries
6,641,825
Deaths
Updated on December 2, 2022 12:06 am

Quels sont les types de dysfonctionnement érectile ?

Maladie affectant généralement les hommes ayant entre 40 et 70 ans, le dysfonctionnement érectile est une pathologie qui représente une gêne pour les personnes atteintes. En effet, il s’agit d’une condition dans laquelle, l’homme ne peut pas avoir ou retenir une érection pendant une longue durée. Cela empêche donc d’avoir des relations sexuelles. Les types de dysfonctionnement érectile sont entre autres : l’éjaculation précoce, la dysfonction érectile organique et l’éjaculation retardée. Tour d’horizon sur les types de dysfonctionnement érectile.

L’éjaculation précoce

De nombreuses analyses ont permis de mettre l’éjaculation précoce dans la classe des dysfonctionnements érectiles et des troubles sexuels.

L’éjaculation précoce : définition

On parle d’éjaculation précoce quand un individu libère trop vite le sperme durant un acte sexuel, alors qu’il aurait préféré éviter cela. On reconnaît ce type de dysfonctionnement sous le nom d’éjaculation prématurée. Pour information, le délai moyen de la survenue d’une éjaculation normale est d’environ 8 minutes.

Les causes de l’éjaculation précoce

Plusieurs raisons justifient l’apparition de l’éjaculation précoce. Habituellement, ce sont des composantes physiques ou émotionnelles qui la déclenchent. Mais, il existe également d’autres causes responsables de ce problème.

Cela dit, les composantes émotionnelles de ce type de dysfonctionnement peuvent être temporaires. À titre illustratif, il est possible qu’un homme ait une éjaculation précoce lors de ses premières expériences sexuelles. Cependant, ce dernier peut apprendre et appliquer les stratégies efficaces afin de retarder son éjaculation.

Par ailleurs, l’éjaculation précoce est également causée par des conditions liées au psychisme de l’homme. On peut évoquer la dépression, la faible estime de soi et les antécédents d’abus sexuels. À ceux-ci, on peut ajouter :

En ce qui concerne les causes physiques qui peuvent engendrer ce trouble, les plus courants sont les niveaux faibles des neurotransmetteurs, la quantité de testostérone insuffisante, la prostate ou encore l’inflammation de l’urètre.

Dans certains cas, l’éjaculation précoce peut être acquise ou secondaire. Autrement dit, avant la survenue du trouble, le patient présentait un délai d’éjaculation satisfaisant et normal. Néanmoins, à la suite des problèmes relationnels, ce problème est apparu.

 Les symptômes de l’éjaculation précoce

Le principal symptôme qui justifie l’éjaculation précoce est l’incapacité fréquente de retarder l’éjaculation pendant les rapports sexuels. Quand ce symptôme intervient également pendant la masturbation, c’est encore plus grave.

De surcroit, ce dysfonctionnement provoque une grande culpabilité et frustration chez les deux partenaires et particulièrement chez la femme. La majorité des hommes qui souffrent de ce trouble se sentent gênés d’en parler au médecin. Or, il existe des solutions pour en venir à bout.

Diagnostic de l’éjaculation précoce

Pour le diagnostic, le professionnel de santé se base d’abord sur un interrogatoire du patient. Il peut également procéder à un test PEDT (Premature Ejaculation Diagnostic Tool). Ce test prend la forme d’un questionnaire composé de 5 interrogations. Il sera demandé au patient :

  • La mesure dans laquelle il lui est difficile de retarder son éjaculation ;
  • S’il éjacule avant de le vouloir ;
  • Si le fait d’éjaculer le frustre ;
  • S’il éjacule après une stimulation faible ou insuffisante ;
  • La mesure dans laquelle il craint que la rapidité de son éjaculation ne permette pas de satisfaire sa partenaire.

Cela dit, le sexologue est le spécialiste capable de diagnostiquer convenablement une éjaculation précoce. Mais si vous le désirez, vous pouvez en parler à votre urologue ou médecin généraliste.

Les traitements efficaces contre l’éjaculation précoce

Il existe plusieurs traitements pour guérir l’éjaculation précoce. On peut citer les thérapies comportementales, les médicaments et les psychothérapies. En fonction de l’état du patient, ces techniques peuvent être associées pour guérir le trouble.

Les thérapies comportementales 

La première forme de thérapie utilisée comme traitement pour lutter contre l’éjaculation précoce est dite du Squeeze. En réalité, ce type de traitement permet de compresser le gland au cours de l’imminence éjaculatoire. C’est un exercice que fait la partenaire. Pour garantir la bonne réalisation et l’efficacité de la technique, l’idéal est d’être accompagné psychologiquement.

Une seconde forme de thérapie conseillée est la Pause de Kaplan encore appelée Stop-Start. Elle consiste à déclencher l’arrêt de la stimulation pendant l’imminence éjaculatoire. Cela permettra de l’entraîner à supporter un degré d’excitation important, tout en retardant la satisfaction.

Il faut noter que les thérapies comportementales ont un taux de réussite d’environ 50 à 70 %. Aussi, nécessitent-elles de la patience et peuvent entraîner des frustrations.

Les médicaments

Les médicaments comme les antidépresseurs (clomipramine, paroxétine, citalopram) sont efficaces pour lutter contre l’éjaculation précoce. Il est recommandé d’en prendre régulièrement. Cependant, ces produits ne sont pas dépourvus d’effets secondaires.

Les psychothérapies

Ces méthodes sont indispensables lorsqu’il s’agit de résoudre des problèmes liés à la conscience du patient comme un conflit œdipien ou une névrose. Leurs buts sont d’aider le patient à comprendre l’origine de la maladie, le contexte d’apparition et de lui donner les stratégies pour contrôler son éjaculation.

Éjaculation retardée

Encore connue sous le nom d’éjaculation altérée, l’éjaculation retardée est une condition dans laquelle l’homme a généralement besoin de 30 minutes environ de stimulation sexuelle afin d’éjaculer. Chez certains, l’éjaculation ne se produit pas du tout. Il s’agit d’un trouble qui peut être temporaire dans certains cas, mais peut aussi durer toute la vie chez d’autres personnes. Malgré le fait que l’éjaculation retardée n’ait pas de conséquences sur votre santé, il peut causer un stress prolongé et affecter votre vie personnelle.

Les causes d’une éjaculation retardée

Les causes de l’éjaculation retardée sont liées à des problèmes psychologiques, des problèmes de santé chroniques et les effets secondaires de certains médicaments.

Primo, les causes psychologiques comprennent l’anxiété, le stress relationnel et la dépression. De plus, une mauvaise communication ou une colère constante dans une relation peut déclencher ce dysfonctionnement. Habituellement, l’homme arrive à éjaculer pendant la masturbation, mais pas pendant les relations sexuelles avec sa partenaire.

Secundo, les médicaments et certaines substances peuvent être à l’origine de la survenue de l’éjaculation retardée. On peut évoquer :

  • L’alcool ;
  • Les antidépresseurs ;
  • Les antihypertenseurs ;
  • Les antipsychotiques ;
  • Les diurétiques.

Tertio, des problèmes de santé peuvent également provoquer l’éjaculation retardée. Les causes les plus courantes sont les infections urinaires ou prostatiques, la neuropathie, l’AVC. Il y a également les chirurgies de la prostate pouvant endommager les nerfs et le faible taux de testostérone. En outre, les maladies comme le diabète, la sclérose en plaques en sont aussi des causes.

Les symptômes de l’éjaculation retardée

Pour savoir si un homme souffre d’une éjaculation retardée, il faut que ce dernier subisse plus de 30 minutes de stimulation avant d’éjaculer. De même, certains peuvent ne pas du tout éjaculer.

Il existe deux types d’éjaculations retardées, à savoir : l’éjaculation retardée à vie et l’éjaculation retardée généralisée. Pour l’éjaculation retardée à vie, le problème se développe plus tard dans la vie de l’homme. En ce qui concerne celle généralisée, il faut comprendre que le problème apparaît dans toutes les situations sexuelles.

Le diagnostic de l’éjaculation retardée

Pour le diagnostic, le médecin se chargera de faire un examen physique en vue de détecter la présence de la maladie. De plus, ce dernier se chargera de vous demander vos symptômes en vue d’une corrélation. À la fin des analyses, s’il soupçonne un problème de santé comme cause, il pourrait vous conseiller des tests supplémentaires. Ces derniers permettront de détecter les infections ou déséquilibres hormonaux.

En plus, le médecin peut également tester la réaction de votre pénis à un vibrateur afin de déterminer si votre problème est psychologique ou physique.

Traitement de l’éjaculation retardée

Le traitement de l’éjaculation retardée dépend de la cause. Par exemple, si c’est un médicament qui a causé le trouble, le médecin se chargera de vous conseiller d’autres traitements tout en surveillant vos symptômes.

Par ailleurs, gérer sa fréquence de prise d’alcool ou de drogues illicites peut également contribuer à lutter contre l’éjaculation retardée. Si la cause est liée à un faible taux de l’hormone sexuelle, il faudra prendre des suppléments de testostérone pour corriger ce problème.

À noter que le conseil psychologique ou la thérapie sexuelle peuvent aussi être utiles pour traiter la maladie. Certains médecins peuvent prescrire des médicaments comme l’Amantadine, la Buspirone et la Cyproheptadine.

Dysfonction érectile organique ou éjaculation organique

Il s’agit du résultat d’une cause organique ou psychologique. La dysfonction érectile organique fait suite à plusieurs raisons.

Dysfonction érectile – © Crédit : informationhospitaliere.com
Dysfonction érectile – © Crédit : informationhospitaliere.com

Les causes de l’éjaculation organique

Les facteurs les plus fréquents à l’origine de l’éjaculation organique sont nombreux. On peut citer :

  • Les maladies cardiovasculaires ;
  • La fuite veineuse ;
  • Les troubles hormonaux ;
  • Le tabagisme ;
  • L’obésité ;
  • La vieillesse ;
  • La consommation de drogues illicites telles que la cocaïne.

Outre ces facteurs, on peut aussi parler de l’hypertension, du taux élevé de cholestérol, des antécédents de chirurgie ou de blessures.

Les symptômes et le diagnostic de la dysfonction érectile organique

Le principal symptôme qui permet de reconnaître la dysfonction érectile est lié au fait que l’homme se voit dans l’incapacité d’être suffisamment en érection pour tenir un acte sexuel.

Pour ce qui est du diagnostic, il se fait comme pour les autres types de dysfonctionnement. Le médecin se chargera de soumettre le patient à un interrogatoire grâce auquel il pourra déterminer la cause probable du trouble. Il peut également recommander des tests sanguins et urinaires pour confirmer les résultats de son diagnostic afin de proposer un traitement efficace.

Traitement de la dysfonction érectile organique

Le traitement de ce type de dysfonctionnement érectile se fait selon la cause. Ainsi, quand la maladie est déclenchée par exemple par un trouble hormonal, le traitement prend en compte les symptômes du trouble.

Certaines possibilités de traitement comprennent :

  • Les médicaments comme les suppléments d’hormones, le tadalafil, le vardénafil et le sildénafil ;
  • La chirurgie vasculaire ou les implants ;
  • Les pompes à vide : il s’agit d’un appareil qui aide à provoquer et à maintenir l’érection.

Les dysfonctionnements érectiles sont des affections courantes qui peuvent être facilement traitées lorsque la cause est détectée. Ainsi, il est important de combattre sa gêne et de consulter le médecin afin de bénéficier d’un traitement efficace.

Vous aimerez aussi :

Related Articles