Global Statistics

All countries
591,712,323
Confirmed
Updated on August 10, 2022 10:20 pm
All countries
561,930,639
Recovered
Updated on August 10, 2022 10:20 pm
All countries
6,443,303
Deaths
Updated on August 10, 2022 10:20 pm

Qu’est-ce que le traitement canalaire ?

Encore appelé le traitement endodontique, le traitement canalaire est une procédure indispensable en cas d’inflammation ou d’infection de la pulpe dentaire. Il a pour but de préserver les dents, et d’apporter un soulagement à la douleur dentaire à laquelle est confrontée une personne.

Dans les cas complexes nécessitant un traitement canalaire, la prise en charge est généralement effectuée par un endodontiste, qui est qualifié pour la découverte des causes de douleurs faciales ou orales. Cependant, le traitement endodontique est réalisé dans des cas spécifiques. Comment se déroule un traitement canalaire ? Quelles sont les indications et contre-indications de ces soins ?

Traitement canalaire : définition

Bien avant, notons que la dent comprend trois éléments, dont la dentine, l’émail et la pulpe. La pulpe est composée quant à elle des nerfs ainsi que des tissus mous qui favorisent le développement de la dent : on la retrouve dans un petit canal. Après sa croissance, la dent ne fait plus recours à la pulpe, sauf en cas d’infection, où elle l’utilise pour alerter le propriétaire.

En effet, lorsque la pulpe d’une dent est touchée, la personne ressent des douleurs au niveau de la dent. Le patient peut, dans certains cas, ne ressentir aucune gêne.

En cas d’atteinte de la dent par une cassure, une fissure ou une carie, la pulpe peut être abîmée. Dès lors, les bactéries de la cavité buccale accèdent aux nerfs, et entrainent le développement d’un abcès, d’une inflammation ou d’une infection. C’est à ce niveau que le traitement canalaire intervient pour apporter des soins à la pulpe et au canal articulaire.

Dans cette optique, le traitement endodontique consiste à percer la dent pour avoir accès à la pulpe, à retirer celle-ci et à traiter la partie infectée. Cependant, avant l’intervention, l’endodontiste doit s’assurer que la pulpe est bel et bien abîmée.

Traitement canalaire : indications et contre-indications

Le traitement canalaire est indiqué en cas de fissures ou de caries à l’émail, entrainant l’inflammation et l’infection de la pulpe dentaire. Même si, en cas de cas d’absence d’infection, la pulpe dentaire meurt, vous pourrez avoir recours au traitement endodontique.

Autrement dit, les raisons pouvant amener à faire un traitement canalaire sont :

  • La présence de pus et de bactéries au niveau du canal, entrainant un abcès ;
  • La mort d’un nerf de la dent ;
  • L’atteinte extrême du nerf de la dent, générant des douleurs ou ne donnant pas signe de guérison ;
  • L’usage du canal comme ancrage dans l’optique de poser une couronne ou un pivot.

Certaines situations complexes (reprise d’un traitement du canal mal fait) peuvent aussi amener un dentiste à orienter son patient vers l’endodontiste. Les symptômes généraux et préalables pour un traitement du canal sont les douleurs et l’enflure.

Par ailleurs, n’envisagez pas le traitement du canal en cas de cardiopathie pouvant conduire à une endocardite infectieuse, lors de la nécrose delapulpe dentaire. Lorsque la pulpe dentaire ne subit encore aucune lésion, le traitement canalaire chez une personne à risque de cardiopathie sera effectué en une seule séance. Plus encore, il doit être fait suivant les conditions d’asepsie rigoureuse, après avoir reçu l’accord du cardiologue ainsi qu’une couverture antibiotique spécifique.

Comment savoir qu’un traitement canalaire est nécessaire ?

Pour savoir que le problème a touché la pulpe dentaire ou que le nerf est malade ou mort, il faut réaliser quelques tests. Le premier examen à réaliser est la radiographie de la racine dentaire.

Il faut effectuer ensuite un test de percussion, qui consiste à cogner légèrement la dent avec un petit miroir du dentiste. On peut suspecter un abcès, lorsque la douleur est plus forte sur une dent sur les autres.  

Le test de froid, qui consiste à passer un coton-tige glacé sur les dents en jeu, sera également fait. Dans le cas normal, les dents devraient avoir une sensation de froid. Cela signifie que si une dent ne ressent pas du tout de froid ou, au contraire, un froid extrême, elle est morte ou affectée. Il est aussi possible de faire un test électrique avec le vitalomètre, afin de s’enquérir de l’état du nerf.

Déroulement du traitement canalaire

Le traitement canalaire est en général réalisé sous anesthésie de la dent, mais si cette dernière est morte, il est possible de le faire sans anesthésie. L’installation d’un champ opératoire est faite sur la dent, dans l’optique d’isoler celle-ci pour l’intervention. L’objectif visé à travers ce geste est d’éviter toute contamination par la salive. De plus, le positionnement du champ opératoire permet d’éviter le débordement des produits désinfectants dans la bouche.

Le professionnel de santé procède au perçage de la dent, afin de parvenir à la chambre pulpaire (centre de la dent), où le nerf est localisé. En utilisant divers instruments (automatiques ou manuels), le médecin effectue un nettoyage minutieux des petits canaux. L’endodontiste applique ensuite divers produits permettant de désinfecter l’intérieur des canaux.

Après cela, il faut procéder à l’obturation du ou des canaux, cela permet d’éviter une nouvelle contamination de l’intérieur de la dent. Cette obturation est faite à l’aide de caoutchouc et du ciment :  la gutta-percha.

Pour finir avec le traitement canalaire, le spécialiste procède à la restauration de la dent (l’obturation, la procelaine, la couronne, le plombage etc.).

Traitement canalaire : que se passe-t-il après ?

Une fois que l’infection et les bactéries sont éliminées de la dent, le corps peut trouver guérison : le taux de réussite du traitement est excellent (estimé à environ 95%). Les dents soignées peuvent durer très longtemps, toute une vie, lorsqu’elles sont néanmoins bien entretenues.  

Cependant, il est possible de ressentir des douleurs après la prise en charge du canal. Cela provient dans plupart des cas d’une inflammation. À cet effet, vous pouvez avoir recours à des anti-inflammatoires, tout en évitant les antidouleurs classiques.

Lorsque la douleur persiste, votre gencive gonfle ou que vous avez du mal à mâcher, retournez voir votre dentiste. Cela peut être le signe d’une fissure au niveau de la dent ou, de la nécessité des soins ou d’un complément pour un canal.

Bien que le traitement canalaire soit une grande réussite, il faut continuer à réaliser une bonne hygiène bucco-dentaire. Sur ce point, il faut prendre le temps de bien brosser les gencives et les dents, sans oublier que vous pouvez avoir recours au fil dentaire.

N’oubliez pas également de vous faire consulter auprès de votre dentiste chaque année. Ainsi, le spécialiste vous fera un suivi en ce qui concerne l’état de santé de votre bouche, et sera en mesure de vous réaliser des traitements spécifiques en cas de problème.

Le traitement canalaire peut nécessiter une ou plusieurs séances chez le professionnel de santé, ceci dépend des facteurs tels que l’état de l’infection et de la pulpe. C’est une procédure délicate, et le dentiste peut même reprendre les étapes du soin par la suite. Ceci, dans le cas où les résultats escomptés ne sont pas atteints.

Comment éviter la douleur dans le cadre du traitement du canal ?

Le traitement du canal de l’ododentiste permet de pallier à la douleur et aux maux du patient. Mais, en cas d’abcès causé par la présence de pus et de bactéries, ou d’atteinte d’un nerf, le patient peut ressentir de fortes douleurs avant l’intervention du spécialiste. Pour éviter cette douleur, le professionnel de santé peut recourir à plusieurs méthodes.

Antibiotiques

Dans un contexte de forte douleur, le dentiste peut faire prendre des antibiotiques à son patient, bien avant que l’opération ne débute. Ces antibiotiques sont administrés dans le but d’éviter la prolifération de l’infection, de soulager le patient et d’éliminer les bactéries avant le traitement canalaire.

Anesthésie locale ou anesthésie générale

Le professionnel de santé propose au patient une anesthésie locale, ce qui traduit que le traitement endodontique est indolore tout au long de l’intervention.

Dans les cas plus rares, une anesthésie générale peut être proposée. L’intéressé n’a aucune conscience de l’opération, puisque le traitement est complètement indolore.

Antalgiques

Bien que le traitement canalaire diminue considérablement la douleur, le patient peut se confronter à une gêne après l’opération. La dent peut par exemple rester sensible pendant quelques semaines, surtout dans le cadre de la mastication.

Le dentiste peut cependant prescrire à son patient des antalgiques, si celui-ci le désire, afin qu’il puisse mastiquer sans ressentir aucune douleur. Il arrive parfois que la sensibilité de la dent soit réduite considérablement ou disparaisse après l’intervention.

Traitement canalaire : quel est le prix ?

Le coût d’un traitement du canal dépend de la quantité du canal et de racines des dents à travailler.

Qu’il s’agisse des incisives, des dents antérieures, des canines et des latérales, elles ont toutes un seul canal. Quant aux prémolaires, six sur huit possèdent un canal, et les deux autres disposent de deux canaux : ce sont les premières prémolaires supérieures. Les molaires possèdent 3 ou 4 canaux, mais dans des cas exceptionnels, certaines molaires peuvent avoir 5 voire 6 canaux.  

En outre, le coût du traitement canalaire peut être aussi fonction du niveau de difficulté d’intervention, qui est d’ailleurs fonction de l’état de la dent et de l’âge.

Lorsqu’il s’agit d’un nouveau traitement endodontique, le prix peut être plus élevé. Il y a également une différence de prix, selon que le traitement est réalisé par un spécialiste ou un généraliste. Par conséquent, le coût du traitement varie énormément en fonction du cas. Toutefois, le prix moyen du traitement d’un canal en France est de 490€. 

Vous aimerez aussi :

Related Articles