Global Statistics

All countries
594,498,636
Confirmed
Updated on August 13, 2022 9:27 pm
All countries
564,816,991
Recovered
Updated on August 13, 2022 9:27 pm
All countries
6,452,932
Deaths
Updated on August 13, 2022 9:27 pm

Qu’est-ce qu’un malaise vagal ?

Un malaise vagal est le produit d’une diminution excessive de la tension. Cette baisse de la tension s’explique le plus souvent par une stimulation excessive du nerf vague. Le malaise conduit généralement à des pertes de connaissances, souvent sans grands dangers. Elles peuvent durer quelques secondes ou plusieurs minutes. La fatigue chronique est une des causes les plus récurrentes des malaises vagaux. Il s’agit tout de même d’un malaise qui reste inconnu du grand public. Comment reconnaître ce malaise ? Quelles sont ses principales causes ?

Comment définir un malaise vagal ?

Le malaise vagal correspond à un état de perte de connaissance aussi soudaine que brève. La stimulation excessive du nerf vague qui conduit à une chute de la tension est la cause principale de ce malaise. Le nerf vague, qu’on désigne aussi par le nom de nerf pneumogastrique est l’un des nerfs les plus longs du corps. Il prend ses sources dans le tronc cérébral et s’étend jusqu’au niveau de l’abdomen.

Le nerf vague constitue le pair numéro 10 des nerfs crâniens : on dit que c’est un nerf pair. Ce nom vient du fait qu’il existe deux différents nerfs vagues qui se trouvent de chaque côté de l’organisme.

Le nerf vague ou pneumogastrique assure plusieurs fonctions physiologiques. La plus importante est la régulation du rythme cardiaque et de la pression artérielle. Quand la stimulation de ce nerf devient trop importante, cela provoque une chute de la pression artérielle et du rythme cardiaque. La survenue de ces deux événements a pour effet de réduire l’irrigation sanguine au niveau du système cérébral. Le cerveau ne reçoit plus suffisamment d’oxygène pendant un temps donné.

Aussi connu sous le nom de malaise vaso-vagal, le malaise vagal est fortement proche d’une syncope. En effet, il s’agit d’un malaise tout à fait bénin qui ne conduit à aucune suite grave dans la plupart des cas.

Il demeure tout de même un malaise qui peut être la manifestation d’une autre maladie sous-jacente. Il est donc important de consulter un médecin le plus tôt possible si le malaise devient trop récurrent.

Dans la majorité des cas, un malaise vagal apparaît suite à des facteurs physiques tels que des douleurs violentes, des efforts intenses, une chaleur trop importante, des situations de stress ou de perturbations du système nerveux.

Les principales causes d’un malaise vagal

Le malaise vagal est un phénomène fréquent qui se manifeste de différentes façons d’un sujet à un autre. Ses causes sont très variées. On distingue en premier lieu les facteurs physiques qui jouent un grand rôle dans le déclenchement de ces malaises. Au nombre de ces facteurs, on peut citer :

  • Rester debout pendant de longues périodes ;
  • Faire des efforts ou des activités physiques intenses ;
  • Faire des jeûnes prolongés ;
  • Être soumis à une chaleur intense ;
  • Manquer de ventilation dans un environnement où se trouvent plusieurs personnes.

À ceux-là, il faut ajouter les douleurs vives et les fatigues intenses.

En dehors de ces facteurs physiques, on distingue aussi les causes psychologiques. Ces dernières sont le plus souvent liées à des situations de stress ou d’émotions fortes que le sujet n’arrive pas à gérer. Ces émotions et le stress peuvent être le fruit de longues journées de travail ou des relations amoureuses, familiales ou amicales tendues.

Il faut aussi souligner que la pression artérielle peut rapidement chuter quand on passe trop vite de la position allongée à la position debout. Cette cause du malaise vagal s’observe beaucoup plus chez les personnes âgées. En effet, plus l’âge augmente, plus le système de régulation de la pression artérielle s’épuise.

Par ailleurs, la prise de certains médicaments notamment, ceux utilisés pour lutter contre l’hypertension artérielle, peut participer au déclenchement du malaise vagal et faire perdre connaissance.

Pour éviter au maximum d’être exposé au malaise vagal, il est important de se mettre à l’abri des situations évoquées précédemment.

Quelques signes annonciateurs d’un malaise vagal

Il est vrai que le malaise vagal survient de manière subite. Cependant, il existe certains signes à partir desquels on peut pressentir la survenance de ce malaise.

En effet, quand le nerf vagal est stimulé excessivement, il provoque la sécrétion d’une hormone appelée acétylcholine. Cette hormone est responsable de plusieurs réactions. La plus importante de ces réactions est le ralentissement de la fréquence cardiaque et la diminution de la pression artérielle. S’en suivent des faiblesses musculaires qui empêchent le sujet de réaliser ses tâches quotidiennes.

Par ailleurs, le sujet devient pâle, puisque les vaisseaux sanguins du visage ne sont pas bien irrigués. À l’approche d’un malaise vagal, l’individu a les mêmes sensations que celles qui précèdent une crise cardiaque.

Il peut arriver qu’il urine sans en être conscient.

Quels sont les symptômes caractéristiques du malaise vagal ?

De nombreux phénomènes biologiques sont impliqués dans la manifestation d’un malaise vagal. Ses symptômes sont donc nombreux et varient d’un sujet à un autre. Cependant, il est démontré que le cerveau est toujours impliqué dans la majorité des cas.

D’abord, le malaise vagal se manifeste principalement par une activation qu’on pourrait qualifier de réflexe du cortex cérébral. Elle induit une diminution de l’activité cardiaque et du tonus musculaire.

De façon générale, un malaise vagal se manifeste essentiellement par les trois phénomènes suivants :

  • Une bradycardie sinusale qui correspond à une diminution du rythme cardiaque ;
  • Une vasodilatation qui se définit comme une augmentation du calibre des vaisseaux sanguins ;
  • Une hypotension qui correspond à une pression sanguine anormalement faible.

Au-delà de ces trois symptômes majeurs, on distingue chez la plupart des personnes atteintes de malaise vagal les manifestations suivantes : les sensations de déséquilibre lorsqu’on se retrouve en position debout, des étourdissements soudains, des maux de tête récurrents. Ces symptômes ne durent que quelques minutes avant que le sujet ne retrouve son état normal.

Il est important de préciser que certains malaises vagaux peuvent durer de nombreuses minutes. Quand il est en plein état de perte de connaissance, le sujet n’a aucun contrôle sur ses réactions. Cela entraîne des mouvements convulsifs et parfois même, des crises épileptiques.

On peut aussi évoquer d’autres symptômes tels que :

  • Les bouffées de chaleur ;
  • Les vertiges à répétition ;
  • La vision trouble et floue ;
  • La pâleur et des sueurs chaudes ;
  • Des troubles auditifs ;
  • Des tremblements et des acouphènes.

Ces symptômes sont les plus communs qu’on retrouve chez les victimes de malaise vagal. Évidemment, les manifestations peuvent différer selon le profil physiologique et psychologique de chaque patient.

Quelques actions simples à réaliser en cas de malaise vagal

Quand une personne est victime d’un malaise vagal, il existe certains gestes à adopter pour en limiter les conséquences. Premièrement, il est conseillé de surélever les jambes de la victime afin que son cerveau soit oxygéné. Ainsi, on assure le rétablissement de l’équilibre du système cardiaque.

Dans les cas inquiétants où la victime s’évanouit, il est important de la placer en position latérale de sécurité afin que les voies aériennes de son organisme se libèrent.

Dans les cas graves où le sujet ne reprend pas rapidement conscience, il faut alerter les secours ou le conduire à l’hôpital le plus proche.

Quand la victime commence à sentir les signes de ce malaise, elle doit s’allonger ou au moins s’accroupir. Si elle était assise, elle doit le rester et ne surtout pas essayer de se lever.

Que faire pour prévenir les malaises vagaux ?

La sensibilisation et l’éducation des patients sur les différents symptômes d’un malaise vagal restent les meilleurs moyens pour prévenir ce mal. En effet, il faut renseigner suffisamment sur les éléments pouvant déclencher le malaise. Il est également important d’enseigner à tous les premiers gestes à adopter en cas de malaise vagal.

Les traitements médicamenteux ne sont pas très recommandés dans la prévention des malaises vagaux. Toutefois, quand le phénomène devient répétitif, certains médicaments peuvent s’avérer indispensables. Il s’agit par exemple des bêta bloquants, la disopyramide, la scopolamine, la théophylline… La prise de l’un ou l’autre de ces médicaments doit se faire uniquement sur recommandation d’un médecin.

Avoir une alimentation saine et équilibrée, une quantité optimale de sommeil et pratiquer de manière régulière une activité sportive sont aussi des habitudes qui peuvent contribuer à la prévention du malaise vagal.

Quelles sont les personnes les plus susceptibles de faire un malaise vagal ?

Les personnes âgées ainsi que celles atteintes de diverses pathologies telles que le diabète et l’hypertension artérielle sont les personnes les plus à risques. En effet, chez chacun de ces profils, il se produit divers mécanismes qui entravent la bonne autorégulation du système de vascularisation cérébrale. À partir de 70 ans, le risque de développer ce malaise devient encore plus important à cause du vieillissement des organes.

Par ailleurs, les personnes exposées à des situations de stress présentent aussi de fortes chances de faire un malaise vagal.

Le diagnostic et le traitement du malaise vagal

Pour diagnostiquer un malaise vagal, il faut préalablement procéder à un examen médical au cours duquel le patient est soumis à un questionnaire. Les questions qui seront posées au patient dépendront de son profil et de ses antécédents cardiaques.

Aujourd’hui, il existe des outils de diagnostic qui permettent de déterminer de façon précoce la survenue d’un malaise vagal.

En ce qui concerne le traitement de ce malaise, l’hospitalisation de courte durée est bien souvent la meilleure option.

Si le malaise n’a pas conduit à de graves complications, il suffit de rassurer le patient à son réveil et de le convaincre de rester allongé pendant au moins dix minutes.

Article précédentDouleurs au talon : causes, symptômes et traitements
Article suivantComment perdre la cellulite des bras ?

Vous aimerez aussi :

Related Articles