Global Statistics

All countries
551,682,658
Confirmed
Updated on June 30, 2022 2:24 am
All countries
523,729,841
Recovered
Updated on June 30, 2022 2:24 am
All countries
6,356,166
Deaths
Updated on June 30, 2022 2:24 am

Qu’est-ce qu’une scoliose ?

La scoliose est généralement due à des torsions des vertèbres. Elle peut être à l’origine d’une déformation du thorax. Elle peut également affecter les zones à proximité de la colonne vertébrale.  Quels sont les causes et symptômes de la scoliose ? Quels sont les différents moyens de traitement de cette maladie ?

Définition de la scoliose

La scoliose correspond à une déviation de la colonne vertébrale (plus précisément au niveau du rachis), suivant les trois plans de l’espace. Ce mal est à distinguer de l’attitude scoliotique qui, elle, résulte de mauvaises postures sans torsions des vertèbres, et qui peut être corrigée très facilement. D’après certaines études, plus de 3% de la population mondiale est atteinte de la scoliose. Soit environ 200 millions de personnes.

La scoliose survient généralement suite à des malformations ou à des maladies dont on n’arrive pas à déterminer la cause précise. La possibilité de traitement efficace de cette maladie dépend de son degré de gravité. Il est donc important de la prendre en charge à un stade précoce.

Les causes de la scoliose

De façon générale, la scoliose est une maladie dont l’origine réelle est inconnue. On parle dans ce cas de scoliose idiopathique. Toutefois, de nombreuses hypothèses sont émises quant aux causes de celle-ci. Apparaissant essentiellement durant l’enfance ou l’adolescence, la scoliose est associée à un facteur héréditaire. Cette cause est évoquée en raison du fait que plusieurs membres d’une même famille sont souvent affectés par cette maladie. D’ailleurs, ces cas représentent entre 70 et 80% des cas de scoliose.

Outre le facteur héréditaire, les malformations congénitales sont aussi considérées comme des origines de la maladie. Les malformations survenant dès la naissance ou suite à une maladie de Marfan sont les plus susceptibles de conduire à une scoliose. Il y a également celles issues des maladies neuromusculaires ou osseuses telles que la myopathie et la poliomyélite. Dans ces différents cas, on qualifie la scoliose de secondaire.

Certains facteurs sont considérés à tort comme des causes de la scoliose. Il s’agit par exemple de :

  • La pratique excessive de sport ;
  • Les mauvaises postures ;
  • Le port de poids trop lourds, et
  • L’alimentation déséquilibrée.

Il est à préciser que ces facteurs n’ont aucun impact sur la survenue de la maladie, mais peuvent conduire à une attitude scoliotique.

Quels sont les  symptômes de la scoliose ?

La scoliose est une maladie extrêmement difficile à diagnostiquer à un stade précoce. Ceci pour la simple et bonne raison qu’elle n’entraine aucune douleur ou signe particulier. Il faudra donc une observation de la colonne vertébrale et parfois l’apparition de douleurs dorsales chez le sujet, pour suspecter le mal.

Pour ce qui est des signes visibles de la scoliose, ils sont essentiellement liés à une malformation de la colonne vertébrale et à une apparence de mauvaise posture. Aussi, peut-on remarquer chez le sujet, des bosses sur un côté du dos lorsque celui-ci se penche. Ces bosses sont appelées gibbosité.

Il existe plusieurs autres symptômes de la scoliose à un stade avancé. Au nombre de ceux-ci on peut énumérer :

  • Des douleurs dans la jambe ;
  • Une déclivité de l’épaule ;
  • L’apparition des Gibbus des côtes ;
  • Les céphalées ;
  • Une augmentation de la tension musculaire ;
  • L’inclinaison pelvienne, et
  • Une mauvaise posture de la poitrine

Par ailleurs, les symptômes observés chez un sujet adulte se résument en des douleurs dorsales, surtout quand ce dernier se penche en avant. Il ressent également une fatigue dans les côtes, des douleurs au niveau de la hanche et les jambes.

Scoliose : quelles sont les personnes à risque de la maladie ?

La scoliose affecte le plus souvent les enfants et les adolescents. Toutefois, elle peut aussi survenir à l’âge adulte même si ces cas sont très rares. Par ailleurs, les filles sont beaucoup plus exposées que les garçons (80% des cas de scoliose apparaissent chez des filles). Quant aux déviations du rachis, elles sont plus importantes chez les garçons.

L’enfance et l’adolescence sont les périodes les plus à risque de la maladie car les scolioses se développent de façon lente durant ces périodes. Cependant, la maladie peut connaitre une évolution rapide et devenir très grave, en raison de la croissance rapide.

Comment est diagnostiquée la scoliose ?

Lors des consultations de routine chez le médecin, certains signes particuliers peuvent amener celui-ci à suspecter la présence de la maladie. Il s’agit par exemple d’une épaule légèrement plus haute qu’une autre. Le patient devra rester debout, complètement nu avec les pieds joints, pour permettre au médecin de remarquer les éventuelles asymétries et analyser la déviation de la colonne vertébrale.

Après, le patient devra effectuer quelques mouvements simples comme, se pencher en avant afin que le médecin puisse mettre en évidence la gibbosité.

Ce n’est qu’après ces étapes qu’on peut réaliser des radiographies pour explorer la scoliose, afin de déterminer son emplacement exact et son angle. L’angle est très important parce qu’il va fortement conditionner le traitement.

Le traitement de la scoliose

Le traitement d’une scoliose est généralement long et s’étend sur plusieurs années. Il faut cependant préciser que cette maladie ne requiert aucun traitement, si la déviation de la colonne vertébrale n’a pas été confirmée. Dans ce cas, la maladie doit simplement être suivie de près, surtout au début de l’adolescence où elle peut s’aggraver rapidement.

Par ailleurs, la pratique d’activités sportives de tous types peut contribuer à un traitement de la scoliose. La natation est l’exemple parfait, car elle entraine une extension de la colonne vertébrale. En outre, la kinésithérapie est aussi très bénéfique car elle permet d’avoir un bon état musculaire. Toutefois, celle-ci ne suffit pas pour prévenir les aggravations de la maladie. Certains traitements font intervenir les techniques de stimulation électrique. Mais, ces méthodes n’ont jusque-là, pas donné des résultats intéressants.

Dès que l’angle de déviation de la colonne vertébrale atteint 15°, la scoliose doit être rapidement traitée. Pour éviter les aggravations et redresser les courbures, le sujet peut être amené à porter un corset. Ce sous vêtement doit être porté toute la journée et ne doit être retiré que pour les toilettes. En effet, le corset va favoriser une fixation des os et des vertèbres durant le temps de maturation de ceux-ci. Ainsi, les déformations sont évitées.

Lorsque toutes ces méthodes se révèlent inefficaces, on a immédiatement recours à un traitement chirurgical. La chirurgie intervient lorsque le port de corset n’empêche pas les aggravations des courbures, et que l’angle de déformation atteint ou dépasse 35°. Cette opération peut être pratiquée avant ou après l’âge de 10 ans selon le cas de scoliose.

Il faut préciser que les opérations chirurgicales sont plus lourdes lorsqu’il s’agit des adultes. La meilleure option est de les réaliser avant la fin de la croissance.

En effet, les interventions chirurgicales pour traiter la scoliose peuvent prendre diverses formes. La première consiste à fixer les vertèbres les unes au-dessus des autres pour les bloquer au moyen d’une greffe osseuse. Ensuite, on procède à une mise en place des tiges métalliques avec des vis pour redresser la colonne vertébrale. Une autre forme de chirurgie consiste à traiter la cause de la maladie (malformation de vertèbre ou déformation).

Quelques approches complémentaires pour traiter les scolioses

En dehors des méthodes conventionnelles, il existe quelques approches qui permettent dans une certaine mesure de lutter contre les scolioses. Au nombre de ces approches, nous avons l’ostéopathie. Technique consistant essentiellement à lever les blocages articulaires, l’ostéopathie est très intéressante pour accompagner les traitements médicaux de la scoliose. Notons toutefois qu’il n’existe aucune preuve d’efficacité de cette méthode dans le traitement de la maladie.

D’un autre côté, une bonne hygiène de vie mérite d’être prise au sérieux. Comme pour toute autre maladie,  cette pratique reste un atout majeur pour en venir à bout. De façon particulière pour les scolioses, il faut respecter les règles d’hygiène et pratiquer des activités sportives (la natation est fortement recommandée).

Comment prévenir la scoliose ?

Si la majorité des scolioses ont des origines inconnues, il n’en est pas moins qu’elles peuvent être prévenues grâce à un dépistage précoce. Il faut donc faire examiner les enfants par un médecin de façon régulière, surtout pendant la croissance. Cela permet une prise en charge rapide de la maladie.

Par ailleurs, un suivi particulier doit être apporté aux scolioses détectées. Même si celles-ci sont de faibles intensités, il faut les traiter le plus rapidement possible pour éviter les complications.

Vous aimerez aussi :

Related Articles